Sélectionner une page

À l’occasion de la Journée internationale de la femme le 8 mars dernier, le cabinet d’audit et de conseil PwC a publié une étude: The female millennial : A new era of talent, qui chasse les idées reçues sur les femmes au travail. PwC a interrogé des femmes et des hommes appartenant à la génération Y (nés entre 1980 et 1995), issus de 75 pays, afin de révéler leur perception du monde du travail en général et de leur carrière en particulier.

Nouvelle ère de talent féminin

Une main d’oeuvre plus nombreuse…

Nées entre 1980 et 1995, la génération Y représente une proportion considérable du futur (et actuel!) bassin de talent. Savoir attirer les meilleures de ces travailleuses est capital pour l’avenir de votre entreprise. Leur importance tient non seulement à leur différence avec l’ancienne génération mais aussi à leur nombre croissant, beaucoup plus important que lors du dernier baby boom.
Cette nouvelle génération de femmes a grandi dans une nouvelle ère, une ère où elles ont rejoint la main d’oeuvre en force. En effet, entre 1980 et 2008, 552 millions sont venues grossir les rangs et, à l’avenir, plus d’un billion de femmes sont attendues.

…et surtout plus qualifiée

Nous sommes aussi face à une main d’oeuvre mieux éduquée, avec une forte présence des femmes dans le secteur tertiaire. Leur inscription dans ce domaine a pratiquement augmenté deux fois plus vite que celle des hommes depuis 1970.
D’une manière générale, les femmes représentent la majorité des étudiants dans 93 pays (contre 46 pays pour les hommes), obtiennent plus de Licences et sont plus présentes en Master (56% vs 44%).

Une génération avec une forte ambition

Selon Dennis Nally, Président de PwC au niveau mondial : « Les femmes de la génération Y sont plus éduquées et elles sont nombreuses à entrer sur le marché du travail, en comparaison des générations précédentes. Mais la véritable nouveauté tient au fait qu’elles arrivent avec de nouveaux plans de carrière. »  Les femmes sont, en effet, plus sûre d’elles et ont également plus d’ambition pour leur plan de carrière! En effet, 49% des femmes interrogées, qui débutent juste leur carrière, pensent pouvoir atteindre les plus hauts niveaux de responsabilité dans leur entreprise. Les femmes les plus confiantes dans leur capacité d’évolution sont les Brésiliennes (76%), les Indiennes (76%) et les Portugaises (68%), tandis que celles qui doutent le plus de leurs compétences sont les Japonaises (11%), les Kazakhs (18%) et les Allemandes (19%).

Si l’on se pose la question de la génération Y féminine, c’est qu’elle est beaucoup plus instruite et compose en grand nombre la main d’oeuvre des entreprises plus que n’importe laquelle des dernières générations. Cette génération est aussi plus confiante que n’importe quelle génération féminine avant elle et désormais plus exigeante envers son employeurs. Selon l’étude, les cinq critères principaux recherchés sont des évolutions de carrière intéressantes (53%), un salaire compétitif et autres avantages financiers (52%), la possibilité d’aménager son temps de travail (35%), un ensemble d’avantages incluant une pension, une mutuelle et autres (33%) et enfin d’excellents programmes de formation et de développement (27%).

Pour les attirer, les entreprises doivent ainsi s’engager dans des cultures et une stratégie de recherche de talent qui donnent confiance et envie à cette nouvelle génération.