Sélectionner une page

La société nous démontre encore et toujours que l’intelligence artificielle est terrifiante.

Terminator. Matrix. L’aspirateur automatique Roomba. À chaque fois, on nous enseigne que des machines qui pensent, penseront de moins en moins à faire le ménage dans votre salon et de plus en plus à faire le ménage sur la planète terre.

Et pourtant, on continue à y croire et à se dire que l’I.A. ne nous décevra pas!

Entre: Tay.

Fin Mars, Microsoft a lancé Tay, un chabot conçu pour comprendre comment les jeunes s’expriment sur Twitter et mimer leurs habitudes. En grande partie à l’aide de trolls qui ont manipulé sa manière d’apprendre, Tay a eu vite fait de prendre de mauvaises habitudes.

Le premier jour, elle parlait de chiots et de chatons. Le second jour, elle faisait l’apologie du génocide. Le troisième jour, Microsoft l’a faite taire et s’est excusé.

Donc, l’un dans l’autre, cela aurait pu mieux se passer.

Pourtant, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas quelque chose à en retirer.

Dans les meilleures histoires d’Intelligence Artificielle, les robots et les humains apprennent l’un de l’autre.

Et, de la même manière que Tay a appris plein de choses que je ne peux pas répéter ici, il y a des choses à apprendre d’elle.

Alors, que nous apprends Tay sur les réseaux sociaux?

N’essayez pas d’être ce que vous n’êtes pas

L’authenticité est importante sur les réseaux sociaux. Et lorsque vous essayez trop d’être ce que vous n’êtes pas, le public s’en aperçoit.

Tay était conçue pour parler comme une jeune. Elle n’utilise pas toujours les majuscules! Elle adore les emoji! Elle a « zero chill! »

Ah les jeunes! Si vous froncez les sourcils, penchez un peu la tête, et ne savez pas d’avance qui elle est, Tay peut vraiment vous convaincre.

Ou, en tous les cas, elle le pouvait… jusqu’à ce qu’elle se mette à partager des opinions plus… hautes en couleurs.

À ce moment là, prouver qu’elle n’est pas humaine, et sa susceptibilité d’être influencée, est devenu l’une des plus grandes tendances du web. En quelques heures, elle est passé de semi-crédible adolescente à quelque chose qui ressemble plus à ça:

Sauf qu’elle était aussi une virulente raciste.

La leçon?

N’essayez pas d’être quelqu’un que vous n’êtes pas sur les réseaux sociaux.

Votre identité doit vraiment venir de l’intérieur, pas de quelque chose de pré-fabriqué pour rentrer dans des cases. À trop essayer de ressembler à d’autre, vous risquez de finir par ressembler à Tay, et de dire des choses que vous devriez probablement pas dire.

Vous pensez que cela concerne moins les gens que les robots? Vous vous trompez. Regardez simplement la manière dont le sens de l’humour d’IHOP ressemble à s’y méprendre à celui de son concurrent Denny’s. Ils ont tweeté une plaisanterie comparant les pancakes avec une partie de l’anatomie féminine, et cela a donné les résultats que vous pouvez imaginer.

Ne forcez pas votre identité au point de publier des choses que vous pourriez regretter. Développer une marque et un style qui vous correspondent ne signifie pas imiter les autres. cela signifie être original, être soi-même.

À ce propos…

Ne faites pas confiance à n’importe qui pour votre contenu

Il est facile de faire des erreurs; et sur les réseaux sociaux, les erreurs sont immortelles.

Microsoft, par exemple, a peut-être effacé toutes les tweets du compte de Tay mais on trouve toujours des captures d’écran de ses propos les plus provocants tout autours du web.

Tay est un exemple de ce qui peut se passer lorsque vous faites confiance aux mauvaises personnes pour votre contenu; dans ce cas précis, un robot qui répète les choses qu’il entend, aussi répugnantes qu’elles soient.

Vous ne pouvez pas faire confiance à n’importe qui lorsqu’il s’agit de votre contenu, surtout pas sur les réseaux sociaux.

Et, une fois encore, ce n’est un problème qui n’affecte que les robots.

Prenez de grands noms comme KitchenAid ou Chrysler, qui ont du faire face à de bonnes grosses erreurs de jugement, des erreurs commises par des gens qui étaient embauchés pour prendre en charge les réseaux sociaux des marques.

Vous voulez éviter de vous prendre une honte colossale en public? Faites très attention lors de vos embauches, sachez précisément quoi rechercher chez vos fournisseurs et comment identifier les qualités qui sont importantes à vos yeux.

Vous êtes plutôt du genre « on n’est jamais si bien servis que par soi-même »? Utilisez une stratégie fiable pour écrire et programmer vos publications à l’avance pour minimiser vos risques de faire une erreur embarrassante.

Et pendant que vous y êtes…

Automatisez intelligement

Au final, Tay est une fable de mise en garde sur l’automatisation sans imputabilité. Une fois qu’elle s’est prise au jeu de tweeter des opinions qui auraient leur place sur le tableau Pinterest d’un blanc suprématiste, elle a continué pendant des heures avant que Microsoft ne la débranche enfin.

Automatiser certains type de publication sur les réseaux sociaux peut vous faire gagner beaucoup de temps. Mais si vous ne faites pas attention à ce qui est partagé, ce n’est qu’une question de temps avant que quelque chose aille de travers.

Faites attention au monde dans lequel vous évoluez. Sachez ce qui va être publié et quand. Prenez quelques responsabilités et prenez la parole en live quand ce que vous dites doit avoir une touche personnelle.

De l’automatisation à tout va semble être une bonne idée, mais mettre toute votre image de marque entre les mains d’un robot n’est pas la meilleure stratégie. Quand vous n’équilibrez pas la praticité de se décharger de la programmation avec une touche « humaine » bien nécessaire, vous pouvez facilement passer pour un robot insensible et froid. Et, comme nous l’a montré Tay, ce n’est pas forcément à votre avantage.

Devenir Tay est plus facile que vous ne l’imaginez

Aussi facile qu’il soit de faire porter le chapeau des erreurs de Tay à sa programmation, ses fautes ne sont pas réservées à une Intelligence Artificielle comme la sienne.

Et des humains en chair et en os peuvent se trouver emportés par les réseaux sociaux, à prétendre qu’ils sont quelqu’un qu’ils ne sont pas. N’importe qui peut faire confiance aux mauvaises personnes pour son contenu. Et n’importe qui peut s’appuyer un peu trop sur l’automatisation.

Alors, ne vous moquez pas trop de Tay et de son penchant pour toujours dire ce qu’il ne faut pas. Apprenez de ses erreurs pour faire mieux qu’elle, et gardez l’oeil, parce qu’elle va revenir.