Sélectionner une page

Pour ce dernier épisode de l’été de notre rendez-vous « Le Vendredi, c’est permis », j’avais envie de partager avec vous une dernière conférence du WDS 2017, sur un sujet qui me tient particulièrement à coeur: le Life Design.

Certes, le titre de la conférence de Jonathan Field, fondateur du Good Life Project, était « Sparked! », mais « Étincelé! » ça le fait tout même beaucoup moins en français (sauf si on est fan de la Reine des Neiges) et je ne pense pas me tromper en parlant de life design.

L’une de mes anciennes étudiantes a récemment plaisanté que, dans la vie, elle voulait faire « Audrey Julienne ». Elle entend parler de mes voyages, on a l’occasion de travailler ensemble et elle a pu constater que ma manière de vivre n’était pas conventionnelle. Et je trouve que cette conférence faisait échos aux valeurs que je porte, alors, avec les mots de Jonathan Fields, voici comme j’ai désigné ma vie.

Le life design par Jonathan Fields

 Le life design par Jonathan Fields

Permettez-moi d’abord de traduire la citation ci-dessus puisque c’est la recette magique que vous attendez:

« Quand vous alignez qui vous êtes avec ce que vous faites, au service de quelque chose plus grand que vous, qui demande un effort substantiel, vous atteignez l’expression de ce que est porteur de sens, de passion et de potentiel. Vous allumez l’étincelle! »

Comment aligne-t-on QUI nous sommes avec CE QUE nous faisons?

Eh bien, nous avons besoin de mieux nous connaitre pour savoir que nous voulons faire! Et ceci se passe à trois niveaux: les traits, les étincelles et les préférences. Voyons tout ceci en détail.

Les traits ou la manière dont vous êtes programmés

Ce sont les éléments avec lesquels vous êtes nés et avec lesquels vous devez composer. Vous avez peu de marge de manoeuvre sur vos traits mais mieux vaut les connaitre pour comprendre comment vous fonctionnez. Jonathan Fields en définit cinq principaux:

Quelle est votre orientation créative: êtes-vous plutôt un créatif d’idéation (qui part de rien pour créer quelque chose) ou un créatif de solution (qui affine, repense, conceptualise une idée existante).

Quelles sont vos valeurs d’action: quelle est le prisme par lequel vos actions passent pour être validées par votre mental? Par exemple, pour moi la principale valeur est la liberté. Pour chacune des décisions que je prends dans ma vie, il y a cette notion de non-attachement à une chose ou à un endroit ; ce choix toujours possible.

Quelle est votre orientation sociale: êtes-vous plutôt introverti, extraverti ou quelque part entre les deux?

Quel est votre degré d’acception du risque: sur la moitié haute en ce qui me concerne, mais sans abuser non plus…

Quels sont vos super-pouvoirs: j’ai tellement d’étudiants qui me regardent comme si je venais de Mars quand je leur pose cette question. Pourtant, elle est bien valide… Les super-pouvoirs sont quelque chose qui vous définit, quelque chose que les autres reconnaissent en vous… Ils ne vous apportent pas forcément de la joie, mais ils sont là. Par exemple, l’un de mes super-pouvoir est de créer des connections entre les gens. C’est inné chez moi, je ne peux pas faire autrement, ma tête est comme une version bio de LinkedIn. Parfois, c’est épuisant.

Les étincelles ou ce qui vous rend curieux

Le contraire de la dépression, ce n’est pas la joie. C’est la curiosité. Qu’est-ce qui vous donne envie de vous lever le matin?

La curiosité? Y-a-t-il une question qui vous travaille et à laquelle vous n’avez de cesse de trouver une réponse?

La fascination? Y-a-t-il une idée ou un sujet qui vous fascine au plus haut point?

L’immersion? Y-a-t-il une action qui vous transporte au point de vous mettre dans un état de flow?

La perfection? Y-a-t-il quelque chose pour lequel vous ne vous arrêterez pas tant que vous ne serez pas le/la meilleur(e)?

Le service? Y-a-t-il une communauté ou une cause pour laquelle vous êtes prêts à vous dévouer corps et âme?

Ces différentes étincelles ne sont pas mutuellement exclusives. Vous pouvez les cumuler. Mais quoi qu’il en soit, à vous de repérer les vôtres.

Les préférences ou les éléments que vous choisissez

Souvent, dans la vie, on a le choix. Même si on ne s’en rend pas toujours compte. C’est justement dans ces moments là qu’il faut être capable de se souvenir que nos préférences auront un impact sur notre bien-être. Voici quelques exemples de choix que vous pouvez faire:

Votre environnement: que ce soit votre environnement immédiat comme votre bureau ou l’endroit du monde oú vous vous trouvez… L’important c’est d’arrêter d’y penser, mais de commencer à ressentir ce dont vous avez besoin. Pour ma part, c’est la lumière naturelle et les arbres qui me rendent heureuse. C’est l’environnement dans lequel je travaille le mieux.

Vos missions: la mienne est de libérer les gens des conventions liée au travail. Et vous, qu’est-ce que vous cherchez à accomplir dans la vie?

Votre culture: qu’est-ce qui caractérise votre manière de travailler? Chez RDE, la culture d’entreprise repose sur l’énergie et la créativité. Sans oublier une dose de fun. L’humain est notre priorité, mais nous sommes toujours en recherche d’excellence dans ce que nous faisons. Charlotte et moi nous sommes retrouvées autour de cette culture, et c’est pour cela que notre binôme fonctionne. C’est ce que nous rechercherons si un jour nous souhaitons agrandir l’équipe.

Votre entourage: les gens avec qui vous travaillez, les gens pour qui vous travaillez, les gens au service desquels vous travaillez… tout ceci est un choix. Mon entourage à tous les niveaux est porteur d’un esprit d’entreprendre, c’est entourés de gens comme cela que je m’épanouis.

Vos sujets de prédilection: sur quels sujets aimez-vous travailler?

Vos tâches de prédilection: qu’est-ce qui vous met dans un état de flow?

Si je reprends la citation de Jonathan Fields, il parle aussi de « plus grand que vous » et « effort substantiel ». Ceci fait référence au sens que vous donnez à ce que vous faites. Avec United Job Nation, c’est ce que nous valorisons le plus dans les projets que nous portons: le fait qu’ils soient porteurs de sens.

Life Design: do epic shit

Le life design, ça peut faire très envie. Au point que l’on soit tentés d’y aller à coup de bombe atomique pour tout changer. Pourtant cela n’est pas forcément la solution. On n’est pas tous fait pour devenir 100% digital nomads du jour au lendemain.

Il y a quelques étapes que vous pouvez suivre pour designer votre vie de manière plus progressive:

Étape 1: Ne vous jetez pas dans la quête de sens bille en tête. À la place, apportez du sens dans votre job actuel, ou dans votre contribution à la société. Prenez le temps de comprendre où se situe le conflit entre ce que vous faites et qui vous êtes. Il est possible de trouver du sens, ou d’en donner, à pratiquement tout… même si parfois cela veut dire aller un peu plus loin que ce pour quoi vous avez été embauchés.

Étape 2: Testez des choses en parallèle. Il y a quelques semaines, je vous parlais de hobby hacking. Avec la technologie, aujourd’hui, il est plus facile que jamais de tester des choses. C’est le moment de vous lancer.

Ainsi se conclue notre série de l’été, mais, comme vous pouvez le constater, ce sont des sujets qui me tiennent à coeur. Il y a de fortes chances que vous entendiez encore parler de tout cela très bientôt. En attendant, n’hésitez pas à partager vos opinions dans les commentaires ou à me contacter si vous souhaitez aller plus loin dans l’exploration.