Vous savez ce qui est intimidant?

Essayer d’écrire le meilleur article d’Internet sur un sujet donné. Un article bien meilleur que tout ce que l’on peut trouver en ligne.

Ce n’est pas seulement intimidant, c’est tout simplement prétentieux, non?

N’est-ce pas le sommet de l’arrogance que d’assumer que vous pouvez sortir un article qui fait s’ébahir les meilleurs auteurs de votre industrie, les leaders d’option et savants en tout genre, devant autant d’intelligence.

Peut-être.

Mais n’est-ce pas ce que nous cherchons tous? Ne serait-il pas fantastique de créer un article tellement bon qu’il détrône tous les autres dans les moteurs de recherche?

La plupart d’entre-nous veut créer du contenu qui réussi malgré une concurrence acharnée. Ce qui semble manquer est une méthodologie solide pour y arriver.

Vous vous apprêtez à lire un guide étape-par-étape qui va vous montrer exactement comment faire.

Ce process fonctionne pour de nombreux auteurs professionnels. Ils produisent des dizaines et des dizaines d’articles sur tous les sujets possibles et imaginables. Et lorsqu’on observe les tactiques qu’ils utilisent, on comprend la méthode qui permet de grimper en haut des résultats des moteurs de recherche en seulement quelques mois.

Ils vont de zéro à domination absolue en mois d’un an. Comment font-ils?

Soyons clairs. Ce qui fonctionne dans un secteur d’activité ne fonctionne peut-être pas dans le votre. Les résultats peuvent varier. On veut que vous testiez cette méthode parce qu’elle peut marcher.

Ceci étant dit, cet article présente une méthodologie issue du process des copy-writers professionnels pour écrire un article de blog qui est meilleur que tout ce qui a été rédigé jusque là sur le sujet.

1. Regroupez vos ressources

Quand je dis « article », vous pouvez penser « blog ». Le livrable est simple: du contenu écrit pour votre site qui est supérieur à tout le reste.

Mais avant d’ouvrir un Google Doc et de commencer à écrire le meilleur article de blog du monde, il va falloir regrouper vos ressources.

Vous devriez avoir une réponse claire aux trois questions suivantes:

  • Sur quel sujet spécifique écrivez-vous?
  • Quels mots-clés ciblez-vous?
  • Quel est le « meilleur » article disponible sur le sujet?

Voyons tout cela en détail.

Sur quel sujet spécifique écrivez-vous?

Plus c’est précis, mieux c’est. Vous ne pourrez pas créer un oeuvre à faire exploser les SERP si vous ne connaissez pas exactement le sujet de votre contenu.

Quels mots-clés ciblez-vous?

Ne mettez pas cela de côté comme un truc de référencement. Que vous l’aimiez ou pas, votre article n’aura de visibilité qu’en ciblant un mot-clé longtail spécifique.

Quel est le meilleur article disponible sur le sujet?

Meilleur est un adjectif qualitatif, et donc, complètement discutable. Cependant, « meilleur » selon Google est la position numéro un dans les résultats de recherche pour votre mot-clé.

Heureusement, on n’a pas besoin de trop chercher pour deviner ce que Google qualifie de « meilleur ». Pour savoir quel est le meilleur article, mettez vos mots-clés dans Google et voyez ce qui arrive en haut de votre page de résultats.

Laissez-moi vous donner un exemple.

Un auteur freelance écrit un article pour une revue littéraire sur le sujet des mots inventés par Shakespeare. Le mot-clé cible: words Shakespeare invented.

Un coup de Google. On prend l’article du haut. Fini, correct?

Plus ou moins.

Mais pas si vite.

Si les résultats de Google sont généralement assez bons à déterminer un rang (basé sur plus de 200 facteurs), ils ne sont pas toujours un juge fiable de contenu vraiment bien écrit. La question qualitative ne peut pas être résolue par Google seulement. Il va falloir y ajouter un peu de jugement de valeur.

Vous n’avez pas à trouver une réponse unique à cette question. Vous pouvez sélectionner plus d’un « meilleur » article. Dans votre situation, vous voudrez peut-être prendre l’article qui a le meilleur rang dans les résultats de recherche et quelque chose un peu plus bas dans la page.

Maintenant, regroupez les information sur cet article:

  • Quel est le titre?
  • Quelle est sa longueur en nombre de mots?
  • Combien d’image possède-t-il?
  • Combien de section possède-t-il?

Vous pouvez trouver la plupart de ces éléments en comptant manuellement. Pour le compte de mots, vous pouvez:

Surligner et copier le contenu de l’article (essayer de ne pas surligneur les sidebar, titres ou pied de page).

Voici ce qu’a fait l’auteur lorsqu’il a copié le « meilleur » contenu sur les mots de Shakespear. Il a surligné le corps du texte:

Ensuite il a ouvert WordCounter.net dans un autre onglet, et collé le contenu qu’il venait de copier:

Enregistrez ce chiffre, celui du haut dans la colonne de droite, dans vos notes.

Maintenant vous êtes prêts à créer votre contenu.

2. Écrivez un meilleur titre que le « meilleur » article

Selon un chiffre éculé, 20% des lecteurs ne passeront pas le titre. Si vous avez un titre ok-mais-sans-plus, vous pouvez vous attendre à ce que ces 20% cliquent pour lire votre prose. Mais si vous créez un titre vraiment bon, vous obtiendrez probablement plus de lecteurs.

Alors, comment créer un « titre vraiment très bon? » À moins que votre nom soit David Ogilvy, vous ne savez peut-être pas par où commencer.

Ceci n’est pas un article sur comment écrire un titre. Mais, vu que les titres sont une partie essentielle de n’importe quel article, cela vaut la peine de d’y arrêter.

Je vais vous donner deux trucs, appuyés sur des données, pour écrire des titres exceptionnels:

1. Choisissez les bons mots: adjectifs superlatifs et vocabulaire de l’émotion.

Les mots-clés spécifiques que vous utilisez dans votre titre ont de l’importance. Les êtres humains qui parlent quelque langue que ce soit ont une connexion viscérale à certains mots, dûe à leur association de ces mots avec une émotion, un souvenir ou une sensation.

Certains chercheurs vont jusqu’à dire que les « mots peuvent changer votre cerveau » en altérant le gène de l’expression, stimulant ainsi l’activité de l’amygdale et donc une production d’hormones. Le délai de réaction mentale à ces mots est virtuellement instantanée:

Simplement voir le mot (par opposition à le processer cognitivement) peut produire une réaction comme celle-ci.

Quel types de mots sont aussi poignants?

La recherche montre deux grandes catégories de mots. La première catégorie est les mots d’émotions. Ces termes créent l’une de principales émotions: colère, dégout, peur, joie, tristesse, ou surprise.

La liste des mots d’émotions est sans fin. Un mot comme brillant peut générée une réponse de joie. Un terme comme dernière chance peut créer un sentiment de peur. Décrire quelque chose comme délicieux peut introduire une émotion de surprise.

La seconde catégorie de mots puissants est les adjectifs. Si certains d’entre-eux sont clairement des mots d’émotion, comme décrits ci-dessus, il y a une catégorie particulière d’adjectifs et d’adverbes sur lesquels je voudrait me concentrer: les superlatifs.

Les adjectifs superlatifs sont des mots comme plus, meilleurs, extrêmement, etc. Les superlatifs tendent à aller toucher la curiosité du lecteur. Kevan Lee, auteur pour Buffer, explique que les superlatifs « font des promesses qui intriguent le lecteur. »

Les mots négatifs comme jamais ou pire sont particulièrement efficaces lorsqu’ils s’agit d’utiliser des superlatifs.

Qu’en est-il du clickbait? Est-ce que tout cette emotion, ce sensationnel, ce superlativisme (euh, c’est un mot ça?) pointent dans la direction du clickbait?

Eh bien, qu’EST-ce que le clickbait?

Selon l’OED, le clickbait (ou leurre à clic) est du « contenu dont le principal objectif est d’attirer l’attention et d’encourager les visiteurs à cliquer sur un lien vers une page donnée. » Ce n’est pas diabolique en soi, mais mieux vaut avoir le contenu pour soutenir votre accroche.

Et c’est exactement ce que cette méthode propose: créer du contenu, pas seulement un titre, qui attire les lecteurs. Parmi les exemples de clickbait le plus connus est celui nommé curiosity gap (fossé de curiosité).

Il vous faut un exemple?

Source: http://www.smosh.com/smosh-pit/photos/absurdly-bad-clickbait-headlines

Parfois, ces titres leurre-à-clic utilisent des superlatifs. Comme « absolument », ou des mots d’émotion comme « terrible ». 

Parfois, les titres clickbait sont tout simplement macabres.

Des titres comme celui-ci ne sont pas nécessaires.

Ils ne sont pas non plus conseillés.

Ni éthiques.

Les titres comme ceux-ci emploient la technique douteuse du curiosity gap et mènent souvent à du contenu qui n’est pas innocent et décevant.

L’objectif de cet article est de produire du contenu solide. Le contenu solide dévalide les titres clickbait. Concentrez-vous sur du contenu profond et solide. Ne faites une promesse dans un titre que si vous pouvez la tenir dans votre contenu.

Utilisez des superlatifs. Utilisez des mots d’émotion. Évitez le clickbait. Et vos titres n’en seront que meilleurs.

2. Les phrases complètes marchent.

Des éléments de recherche de CoSchedule montrent que les titres entre 60 et 100 caractères obtiennent les meilleurs niveaux d’engagement.

La taille moyenne d’une phrase est de 75 à 100 caractères. Donc, il fait sens d’utiliser une phrase complète (autours de 60-100 caractères) comme titre. Une phrase complète a le pouvoir de faire passer un message complet.

Cependant, la viralité des titres est dépendante des tendances. Il est important de noter que cette tendance des titres-phrase était particulièrement efficace début 2018.

Remarquez comme Vox a des titres d’une phrase ou deux parmi leurs plus partagée de 2017.

Même chose pour les articles les plus partagés de Business Insider en 2017. La plupart d’entre-eux sont des phrases complètes.

En conclusion: si vous devez écrire une phrase complète en guise de titre, allez-y. Cela peut potentiellement améliorer vos résultats.

N’ayez pas peur de passer du temps à peaufiner un bon titre. Il est souvent plus efficace de créer le titre après que vous ayez écrit l’article, cela donne à votre cerveau le temps de ruminer sur le sujet.

Votre objectif n’est pas de faire en sorte que votre contenu match votre titre, mais que votre titre annonce le sujet de l’article, et pourquoi le lecteur doit prendre le temps de cliquer et de le lire.

Points d’action:

  • Utilisez des mots d’émotions dans vos titres
  • Utilisez des superlatifs négatifs dans vos titres.
  • Utilisez des phrases complètes comme titres.

Suite de la méthodologie:

3. Faites en sorte que votre article soit plus long que le « meilleur » article.

4. Offrez plus de recherche dans votre article que le « meilleur » article.

5. Allez plus loin que le « meilleur article ».

6. Donnez plus de conseils étape-par-étape que le « meilleur » article.

7. Assurez-vous que votre article est mieux organisé que le « meilleur » article

8. Rendez votre article plus humain que le « meilleur » article

9. Utilisez plus d’image et de meilleure qualité que le meilleur article.

Et si vous voulez utiliser cette méthode sur cet article, je serai ravie!

Photo by Stanley Dai

felis vulputate, velit, massa lectus in tempus eleifend