Au lancement, plus important que vos ventes: votre liste!

Quand vous décidez de lancer un nouveau business, un nouveau produit, un nouveau service, voire même simplement un nouvel article de blog, vous commencez peut-être par lister tous les objectifs que vous souhaitez accomplir avec ce lancement.

C’est ce que l’on fait, ici, chez RDE Marketing.

On réfléchit aux différentes métriques qui signifieront que le lancement a été un succès:

  • Augmenter nos contacts et construire notre liste
  • Augmenter le trafic sur notre site
  • Signer de nouveaux clients
  • Augmenter notre taux de conversion
  • Améliorer les process internes

Croyez le ou non, on envisage aussi certaines activités promotionnelles sans en attendre un impact direct sur le chiffre d’affaires.

Star Wars

Quels objectifs pour un premier lancement?

Vous vous dites « je ferai bien de lancer quelque chose rapidement pour faire bouger les choses? »

Si c’est le cas, sachez qu’avec ce type de motivation, vous risquez de vous retrouver à lancer un produit à la va-vite, le mettre sur votre site et prendre votre mégaphone pour annoncer que le produit est là et que vos clients potentiels peuvent l’acheter.

Mais vous passeriez à côté de certains des aspects-clés d’un lancement réussi.

Je sais que vous espérez voir ce fameux taux de croissance des ventes qui est censé venir après un lancement de produit/service, ainsi que la notoriété et l’image qui l’accompagnent… et que vous vous êtes fixé des objectifs ambitieux.

Vous êtes remontés comme des pendules et prêts à bondir.

Retour à la réalité: votre premier lancement doit se concentrer sur une chose et une seule: construire votre liste.

Si nous pouvons le faire à RDE Marketing, vous le pouvez aussi!

Je sais que ce n’est pas ce que vous avez envie d’entendre, surtout au démarrage de votre activité… Mais la toute première fois où vous annoncez qui vous êtes, ce que vous avez à offrir, produit, service ou simple article de blog, cette fois-là, l’objectif c’est de construire une base-de-données client suffisante et engagée.

Les ventes, et le chiffre d’affaires sont un effet secondaire bienvenu, mais votre attention doit se porter avant tout sur comment avoir plus de paires d’yeux, plus de visiteurs, plus d’abonnés.

3 raisons pour lesquelles l’avenir de votre entreprise en dépend

  1. Construire cette liste est ce qui va vous mettre sur le marché, vous donner de la notoriété et tout ce qui vient avec « devenir un leader d’opinion dans votre secteur d’activité ».
  2. Construire cette liste est ce qui va soutenir votre entreprise: c’est une base-de-donnée qualifiée de prospects potentiels. C’est un groupe de gens qui s’intéressent à ce que vous avez à offrir et dont vous obtiendrez beaucoup d’informations chemin faisant.
  3. Construire cette liste est ce qui vous permettra de toucher de nouvelles audiences! Plus d’abonnés, plus de clics sur vos liens, plus de visiteurs sur votre blog, plus de bons de commande signés ou de paniers remplis. Et aussi, plus de gens pour faire passer l’information lors de votre prochain lancement.

Construire sa liste avec les réseaux sociaux

RDE Marketing a développé son business en connectant avec des personnes sur les réseaux sociaux; et en prenant du plaisir au passage à échanger et à apprendre à les connaître. Rien de très spécial ou de très marketing…

On aime rencontrer des gens nouveaux, et on prend le temps d’intéragir avec eux, de répondre à leurs questions, de leur en poser parfois, de comprendre qui sont ces gens qui nous suivent sur Twitter, likent notre page Facebook et deviennent nos clients.

L’idée c’est d’intégrer la mise en place de l’abonnement avec les réseaux sociaux – s’assurer que les visiteurs peuvent s’inscrire facilement via des liens sur les comptes Facebook ou Twitter. Si vous vous abonnez à Exposé, on vous envoie vers une page de remerciement qui vous invite à visiter notre page Facebook si ce n’est pas déjà fait. Vous avez peut-être d’ailleurs remarqué quelques petites choses que nous avons mises en place pour nous assurer que les réseaux sociaux agissent de manière simple et efficace pour nous aider à construire notre liste:

  • On renvoie toujours vers notre site web lorsque du nouveau contenu est publié sur Twitter ou Facebook
  • On pose des questions, donne des réponses et répond commentaires sur nos principaux profils sociaux
  • On poste du contenu qui encourage la participation du lecteur
  • On partage ce que l’on fait, autant que possible et tous les membres de l’équipe sont actifs sur les réseaux sociaux.

Mais le truc principal, c’est qu’on ne fait jamais ça « exprès ». On aime le faire, donc on le fait naturellement.

Pourquoi les réseaux sociaux fonctionnent pour RDE Marketing?

On est bavardes.
On est curieuses.
On aime bien apprendre à connaître les gens.
On est amicales.
Trouver du contenu de qualité et le partager, même si on ne l’a pas écrit, c’est quelque chose de naturel pour nous.
On n’en fait pas trop.
On n’est pas partout sur les réseaux sociaux, juste là où on a besoin.
On s’éclate.

Au final: vous devez honnêtement avoir envie de connaitre et de comprendre votre audience pour que cela fonctionne.

À vous de jouer!

Êtes-vous en conformité avec la loi Hamon? 7 points à vérifier.

Le commerce avant internet, plus simple peut-être...

Le commerce avant internet, plus simple peut-être…

Depuis le 14 juin 2014, les sites e-marchands doivent respecter de nouvelles obligations légales définies par la loi Hamon. Ces obligations portent en grande partie sur ce que l’on appelle le « tunnel d’achat » soit des dernières étapes du panier à la confirmation de commande. Une phase cruciale pour tous e-commerçant qui se doit à la fois de conclure sa vente et de fournir des informations légales obligatoires. Ces nouveaux dispositifs ont pour but d’améliorer l’expérience client et de protéger les consommateurs.

Si vous n’avez toujours pas mis votre site à jour, il est temps de s’y mettre. Surtout que le non-respect de ces clauses est passible d’une amende administrative (jusqu’à 375.000€) voire de nullité de contrat… Faisons le tour des mesures à prendre en compte.

7 points à vérifier pour se mettre à jour

1. Fournir les bonnes informations au bon endroit

Les obligations d’information envers l’internaute sont renforcées et les endroits où ces données doivent apparaître sont précisés :

  1. Les différents moyens de paiement autorisés doivent être précisés dès la mise en panier.
  2. L’identification du vendeur et ses coordonnées doivent apparaître aussi bien sur le site (en phase pré-contractuelle) que sur la confirmation de la commande (email, SMS, courrier…)
  3. Avant la conclusion du contrat, le consommateur doit être informé d’à qui revient les frais de retour et recevoir une estimation de ces frais s’ils sont à sa charge. Il doit aussi être informé sur son droit de rétractation, la caution, les garanties, les modalités ainsi que les règlement des litiges.

2. Désactiver les cases pré-cochées par défaut

La pratique consistant à pré-cocher des options comme des assurances non-obligatoires ou des produits complémentaires est totalement proscrite. En cas de non-respect, le client peut vous demander le remboursement de la totalité des sommes versées, et ce même si la prestation est déjà effectuée !

3. La dénomination du bouton de commande

Désormais, le bouton de commande par lequel l’internaute reconnaît son obligation de paiement devra être renommer « Commande avec obligation de paiement ». Dans le cas contraire, la loi Hamon prévoit la nullité du contrat. Le consommateur pourra alors annuler la vente à tout moment et même exiger le remboursement de son achat, même si le délai de rétractation est dépassé.

4. Le délai de livraison

Si vous négligez de préciser le délai ou la date de livraison, vous disposez automatiquement d’un délai de 30 jours maximum à partir de l’achat.

En cas de non-respect des délais de livraison, votre client peut réclamer le remboursement de sa commande et devra être remboursé dans un délai de 14 jours.

5. Le délai de rétractation

L’acheteur dispose maintenant d’un délai de rétractation de 14 jours au lieu de sept, à partir de la réception du colis et ce, sans devoir justifier sa raison. Il devra simplement vous informer par écrit et aura à sa charge les coûts directs de renvoi.

  1. Mettez en ligne un formulaire type de rétractation à disposition de vos clients.
  2. Adressez le plus rapidement possible un accusé de réception lors d’une rétractation sur un support durable (un e-mail par exemple)
  3. Vérifiez la liste des produits non-concernés par le droit de rétractation. Les produits cosmétiques en font maintenant partie.

6. Le délai de remboursement

À partir du moment où vous êtes informés de la volonté de se rétracter de votre client, vous disposez de 14 jours pour le rembourser (frais de livraison compris).

  1. Remboursez votre acheteur avec le même moyen de paiement qu’il a utilisé. Il est désormais possible de rembourser sous forme d’avoirs / bons cadeaux les clients qui ont réglé ainsi.
  2. Sachez qu’il est possible de rembourser une livraison express au tarif standard.

7. La présomption du défaut de conformité

Cette mesure ne prendra effet que dans deux ans mais autant s’y préparer. A l’avenir, l’acheteur aura 24 mois au lieu de six pour renvoyer et se faire rembourser un produit qui ne fonctionne plus en utilisant l’argument d’un défaut de conformité.

Il sera alors à votre charge de prouver que le produit avait été mal utilisé par l’acheteur.

Vous avez maintenant tous les éléments à disposition pour mettre à jour votre site et continuer votre business en toute légalité. Pour vous aider, vous pouvez aussi télécharger cette Check-list – Loi Hamon afin de ne rien oublier…

Pensez comme un commerçant: transformez votre site en aimant-à-clients

Cafe Standard HotelÊtes-vous déjà entré dans une boutique où vous avez eu envie de trainer un peu, de toucher, d’essayer, d’acheter tous les produits et ensuite d’en parler autour de vous? Ça m’arrive régulièrement, et pas plus tard que cette semaine lors de mon passage éclair à New York.

Ce sont généralement des magasins dont le décor est agréable, les produits présentés de manière attirante, l’équipe souriante et avec des petits plus comme le wifi gratuit ou un café offert (dans un salon de coiffure par exemple). Même si leurs produits ne me correspondent pas, j’en repars toujours avec une impression positive et n’hésiterai pas à les recommander à mes amis.

Ce qui me fait dire: en tant qu’e-commerçants nous devrions appliquer le même genre d’idées pour nos sites web, non?

Réfléchissez: une ambiance agréable sur votre site, cela veut dire de nouveaux visiteurs qui voudront venir explorer, en apprendre plus sur votre business, passer plus de temps à s’y balader, et donc, plus enclin à devenir un client; voire même à vous recommander.

Un seul mot d’ordre: l’expérience-consommateur

Votre site web est comme une boutique virtuelle, avec quasiment les mêmes points d’ancrage qu’un magasin physique. Donc, si vous voulez devenir un aimant à clients, penser comme un commerçant peut se montrer critique.

Accueil: Où un commerçant accueille ses clients à la porte, votre page d’accueil doit aussi donner une impression de bienvenue. Pensez vidéo d’introduction, invitation à télécharger un e-book gratuit, une offre spéciale vraiment spéciale… quelque chose qui donne envie et qui crée ce sentiment d’excitation.

Mise en avant: Une fois la porte poussée, les boutiques positionnent intelligemment des produits spécifiques mis en avant de façon agréable et attirant l’oeil immédiatement. N’en faites pas des tonnes, vous risqueriez de transformer votre site en « foirfouille » mais n’hésitez pas à mettre certains de vos produits/services en avant: packages qui se vendent le mieux, livre publié dernièrement, services gratuits les plus populaires, à des endroits stratégiques pour attirer l’attention (et faite des tests A/B pour voir quels sont ceux qui génèrent les plus de clics).

Propreté: Le désordre déplaît aussi bien dans les magasins réels que virtuels, alors assurez-vous de faire un peu de ménage de temps en temps. Débarassez-vous des vieilles informations, des widgets inutiles… en gros, de tout ce qui ne sert à rien et ne fait que distraire votre visiteur de ce que vous voulez qu’il trouve (et qu’il fasse) sur votre site.

Simplicité d’utilisation: Vous connaissez la frustration de chercher quelque chose dans un magasin et de perdre un temps fou parce que cette chose est rangée à un endroit complètement different de là où l’on cherche? Évitez que vos visiteurs ressentent cette frustration en organisant l’information de la manière qui a du sens pour eux. Interrogez-les sur leur expérience lors de la visite de votre site web et utilisez l’information à toutes fins utiles.

Le petit plus: Les meilleures boutiques dans lesquelles je sois allée avaient toutes ce petit plus qui fait la différence. Elles distribuaient du café ou des biscuits gratuitement, avaient des intérieurs soigneusement décorés ET des produits de qualité… Elles créaient un environnement où leurs clients se sentaient spéciaux et appréciés et avaient envie d’y passer du temps pour voir ce qu’ils pouvaient y trouver d’autre. Sur votre site web, le petit plus peut être un téléchargement gratuit, des infos croustillantes envoyées seulement à votre base d’abonnés. Pensez à de petits gestes qu’ils apprécieront et qui ne vous couteront pas une fortune.

Maintenant que nous avons couvert les points critiques, à vous de jouer…

Votre objectif: Faire de votre site web un aimant à clients où vos visiteurs se sentiront bien, auront envie de revenir souvent, et d’envoyer leurs proches.

Votre mission: Regardez votre site comme si c’était une boutique physique et passez le au crible des points ci-dessus pour créer une excellente expérience-consommateur.

Pour des points bonus: Faites du terrain pour observer l’expérience-consommateur live. Les boutiques new-yorkaises dans lesquelles je me suis baladée cette semaine ont inspiré ce billet mais  je suis certaine qu’il y a des exemples aussi flagrants dans des magasins près de chez vous.

Cinq moyens de faire du chiffre d’affaires

Ras-le-bol de faire le grand huit avec votre compte en banque?

Faire du chiffre d’affaire de manière consistante est sans aucun doute l’un des plus grand challenge des entrepreneurs. Parfois tout va bien, les clients se bousculent à la porte et parfois vous vous demandez s’il est humainement possible de manger des pâtes au beurre à tous les repas.

Si vous êtes prêts à booster vos revenus, voici cinq façons de faire rentrer du chiffre d’affaire.

1. N’attendez pas pour envoyer des propositions

Si vous ne générez pas suffisament de chiffre d’affaire, posez-vous la question: avez-vous fait une proposition récemment? Il y a des chances que non… L’entrepreneuriat, c’est aller l’avant et être actif dans la recherche d’opportunités, pas seulement attendre que tout nous tombe tout cuit dans le bec. Donc, prenez l’un de vos produit ou service, dépoussiérez vos outils marketing et faites savoir à vos prospects/clients que vous avez quelque chose à leur offrir.

2. Créez un M.V.P.

Le M.V.P. (Minimum Viable Product) est probablement le meilleur ami de l’entrepreneur. Issu de l’univers du développement informatique, le MVP est la façon la plus simple de créer quelque chose, de le livrer et de commencer à faire de l’argent. Le concept: créer la version la plus simple de votre produit / service (pas de paquet cadeau nécessaire), dans l’objectif de répondre à une seule problématique. Il n’est pas question d’en perdre la valeur, mais simplement de créer quelque chose rapidement pour éviter les pièges classiques de l’entrepreuriat: procrastination et résistance.

3. Pensez à vos clients courants et anciens

Il est vraisemblable que votre prochain client est quelqu’un qui a déjà travaillé avec vous. Avec eux, les facteurs connaissance, appréciation, confiance sont déjà acquis; alors leur vendre quelque chose est beaucoup plus facile que de transformer un prospect « froid » en client. Pensez à une offre que vous pourriez proposer uniquement aux clients existants ou anciens. Peut-être est-ce un accès privilégié à vos services, ou une promotion sur un produit populaire. Remerciez-les de vous avoir fait confiance avec leur besoin (et leur argent) et donnez-leur quelque chose de spécial.

4. Augmentez vos prix

Je vais prendre le pari de me dire que vous pourriez augmenter vos prix. Même une petite augmentation de 10% pourrait représenter une somme conséquente à la fin du mois. Beaucoup des entrepreneurs avec lesquels je travaille sous-estiment énormément leur propre valeur, ou n’ont pas suffisament confiance en eux pour proposer des tarifs plus hauts. Si vous ne pensez pas pouvoir augmenter vos tarifs, faites une liste des 25 bénéfices que vous apportez à vos clients. Vous allez vite vous rendre compte de l’incroyable valeur ajoutée que vous apportez et cela vous donnera la confiance nécessaire pour une petite augmentation.

5. Donnez-vous un challenge

Que feriez-vous si vous deviez rentrer 5,000€ de plus ce mois-ci? Pas si vous voudriez, mais si vous DEVIEZ? Que feriez-vous de différent? Comment vendriez-vous vos services? Généralement, les gens disent qu’ils voudraient gagner plus, mais rares sont ceux qui font quelque chose pour changer la situation. Cependant, nous savons tous que si les choses devenaient critiques, que si nous le DEVIONS, il y a des choses que l’on pourrait faire. Creusez un peu là-dedans pour trouver les choses que vous pouvez mettre en place dès aujourd’hui pour améliorer votre bénéfice net.

Alors, qu’allez-vous mettre en place cette semaine pour augmenter votre chiffre d’affaires? Si vous en avez marre de faire le yo-yo avec votre compte en banque, l’une de ces solutions fera peut-être la différence.

Développer votre clientèle: un nouveau twist sur une vieille méthode

Vous voulez faire du chiffre?

Il me semblait bien.

Que vous vendiez du service ou des produits, vous êtes soumis au moins à une règle de base: communiquer. Vous ne pouvez servir ou vendre si vos clients ne vous connaissent pas et ne savent pas ce que vous avez à leur offrir. Et la meilleure façon de communiquer votre passion et vos valeurs est de communiquer LIVE!

Stratégie vieille école: Consultation gratuite!

Celle-ci est morte. Morte parce que le mot «consultation» est associé à «discours commercial» – personne ne veut entendre un discours commercial supplémentaire. Ne fais pas ça. Par pitié.

Le Twist qui marche: LIVE Freebie

Quelle est la différence?

  • Une consultation exploite une faiblesse pour faire une vente. Un live freebie met en valeur les points forts.
  • Une consultation prend d’abord et donne ensuite. Un live freebie donne et donne encore plus.
  • Une consultation peut se faire de manière impersonnelle par email, formulaire en ligne, ou courrier. Un live freebie est en direct LIVE! Soit virtuellement, soit en personne.
  • Une consultation peut prendre plusieurs jours. Un live freebie prend 10-20 minutes.
  • Une consultation est en tête-à-tête. Un live freebie peut être un tête-à-tête ou en groupe.
  • Une consultation est un one-shot, un sens unique. Un live freebie comprend une conversation et se concentre sur la création d’une relations basée sur le savoir-faire, le plaisir de travailler ensemble et la confiance.

Dansons le twist!

Un live freebie est conçu pour apporter un service de valeur à des clients potentiels, pas pour leur apporter un argument de vente supplémentaire pour vos services!

Les principaux objectifs sont les suivants:

  • Construire une relation de «savoir-faire, plaisir de travailler ensemble et confiance » en offrant un service de valeur et/ou en résolvant un problème immédiat.
  • Déterminer si ces clients potentiels sont de bons clients pour vous.
  • Leur donner une chance de faire l’expérience de votre manière de travailler et de votre savoir-faire.

Le live freebie prend la place de votre discours commercial. Quand vous offrez quelque chose de valeur, gratuitement, sans risque, les clients potentiels ont la possibilité d’apprendre à vous connaître, à vous apprécier et à vous faire confiance. Vous avez la possibilité de découvrir s’ils ont le potentiel de devenir de bons clients. C’est gagnant-gagnant.

Si c’est un bon fit, la conversion devient une conséquence naturelle de votre offre – on ne parle vraiment plus de discours commercial « à l’ancienne ». Si le fit est bon, ils en redemanderont! Un peu comme une chips… Impossible de n’en manger qu’une…

Ne vous inquiétez pas de dévoiler trop d’informations! Que pouvez-vous vraiment donner en 30 minutes de toute façons?

Quelques exemples de Live Freebies

  • Une conférence téléphonique en direct avec 5 clients potentiels
  • 20 minutes de contenu précieux
  • Un Q&A de 10 minutes

Votre plan d’action

Voici comment créer votre Live Freebie:

  1. Déterminez le contenu précieux (j’insiste) que vous allez donner et combien de temps vous allez y passer.
  2. Trouvez avec un nom pour votre offre! (Pas « live freebie »!)
  3. Créez une page web pour «vendre» le live freebie
  4. Sortez et parlez-en à la terre entière!

Comment vendre votre Live Freebie

Vendez votre live freebie comme si vous c’était un service que vous feriez payer. 

Il y a deux raisons principales pour lesquelles les gens ne tireront pas avantage de cette offre:

  1. Ils ne savent pas à quoi s’attendre.
  2. Ils se sentent stupides.

Les gens détestent l’inconnu. Mettez-les à l’aise en leur expliquant exactement le processus et ce qu’ils vont en retirer.

Les gens détestent se sentir stupides. Vos clients potentiels n’en savent pas autant sur votre secteur d’activité que vous! Ils ont peur de poser des questions «stupides». Donnez leur le goût de la réussite en les éduquant un peu.

Comment promouvoir votre Live Freebie

Voici quelques idées:

  • Tweetez ce sujet
  • Parlez-en sur Facebook
  • Bloguez à ce sujet
  • Mettez un lien dans votre newsletter
  • Envoyez un message à vos contacts LinkedIn
  • Faites une liste des personnes avec qui vous aimeriez vraiment travailler, écrivez un e-mail personnel à chacun d’entre-eux et incluez-y le lien vers la page live freebie de votre site.