Le filtre à clickbait de Facebook rend vos titres plus importants que jamais

Vous connaissez le mot qui présente le plus de risques sur Facebook?

C’est cela.

Non, littéralement, c’est “cela”.

Parce qu’en Mai dernier, Facebook a modifié son algorithme, et il est maintenant plus strict que jamais lorsqu’il évalue la qualité de vos contenus.

Cette mise à jour de l’algorithme est une version sous stéroïdes de celle qu’ils ont mise en place l’année précédente. Voici pourquoi ils l’ont modifiée et ce que cela signifie pour ce que vous devriez publier ou non!

Dont “cela”.

Derrière la mise à jour de l’algorithme

Tout d’abord, qu’est-ce que cet algorithme regarde, exactement, lorsqu’il évalue la qualité de vos publications?

La réponse rapide: le clickbait.

Vous connaissez le clickbait: ces articles qui sont irrésistibles, il faut quasiment que vous vous attachiez les mains pour ne pas cliquer. Avec un rédactionnel séduisant et quelques petits trucs linguistiques (dont nous parlerons dans un moment), il est quasiment impossible de leur résister.

Le problème, bien entendu, c’est que l’audience les déteste. Et qu’ils peuvent gravement endommager la confiance qu’on les gens en ce que vous publiez.

En 2016, Facebook a lancé une mise à jour de son algorithme qui leur permettait d’identifier le clickbait. Si votre Page publiait régulièrement ce type de contenu, ou si vous publiez des liens vers des domaines avec des titres en clickbait, Facebook réduisait le reach organique pour les liens que vous partagiez au global.

Aujourd’hui, Facebook peut détecter et réagir de manière beaucoup plus granulaire.

Avec leur nouvelle mise-à-jour, Facebook ne considère plus seulement vos habitudes cumulées en ce qui concerne le clickbait. Cette fois ci, ils limitent le reach des publications de manière individuelle, en fonction de ce que leur radar leur donne comme niveau de clickbait.

En clair, même si vous faites, en général, très attention à suivre les règles, si vous publiez un lien qui parait être du clickbait, cette publication peut obtenir un reach plus bas que ce que vous attendiez.

Ceci signifie que vous allez devoir faire plus attention que jamais à ne PAS publier le genre de choses que Facebook considère du clickbait. Surtout depuis que leurs méthodes de détection ont été grandement améliorées.

Comment? On vous dit tout!

Le filtre à clickbait de Facebook est encore meilleur

La méthode de Facebook pour déterminer si quelque chose est du clickbait fonctionne un peu comme le filtre spam de vos emails. Il est programmé pour chercher des mots-clés et des phrases-types qui indiquent si ce contenu tombe dans la catégorie Spam, et le re-route en fonction.

Facebook cible deux types de clickbait: les titres qui omettent une information cruciale, et ceux qui trompent ou exagèrent.

Quand Facebook a commencé à cibler le clickbait en 2016, ils regardaient ces deux éléments en même temps. Aujourd’hui, ils les étudient séparément. Donc, ils sont beaucoup plus précis dans leur jugement.

Pensez-y comme à un jeu de “mots-mêlés”.

Disons que vous avez la grille ci-dessous et qu’on vous demandait de trouver tous les mots “bark” et “bare”.

Ça énerve non? Ils y sont tellement de fois que de chercher deux mots qui se ressemblent autant, en même temps, c’est compliqué.

Si vous donniez une copie de cette grille à un ami et que chacun d’entre-vous se concentraient sur l’un des mots, ce serait beaucoup plus facile. Vous pourriez tous les deux aller beaucoup plus vite et trouver plus précisément les mots que si vous le faisiez tout seul.

C’est exactement la raison pour laquelle Facebook a scindé son filtre en deux. Maintenant leur système de détection est beaucoup plus précis.

Ce qui nous amène au mot “cela”

Souvenez-vous, l’une des formes de titre que Facebook cible comme clickbait sont ceux qui omettent de l’information.

Quand vous laissez de coté une information importante dans un titre, cela oblige le lecteur à cliquer sur votre lien pour obtenir la-dite information. C’est une tactique qui fonctionne, mais que Facebook tolère de moins en moins.

Le mot “cela” est un élément majeur de ce type de titre. En fait, c’est probablement l’un des mots que vous verrez dans la majeure partie des cas, même si vous n’y pensez pas toujours!

Parce que le mot “cela” est un identifiant. Il pointe vers quelque chose et y dirige votre attention. Et dans un titre clickbait, la chose sur laquelle il pointe n’est généralement pas dans le titre.

Voici un exemple de ce type d’action:

C’est super efficace. Mais seulement parce que cela omet une partie clé de l’information promise dans cet article!

Vers quoi pointe le “cela” (this) du titre? La seule manière de le savoir est des cliquer, et Facebook pense que c’est injuste.

Vous pouvez toujours écrire des titres attractives sans vous appuyer sur ce type de stratégie.

Voici une nouvelle version de la publication ci-dessus:

Vous voyez? Certes, il n’y a plus l’élément de mystère, mais vous inspirez toujours des clics.

Vos titres devraient donner envie aux gens de cliquer parce que vous leur donnez de l’informations, pas parce que vous en omettez.

Vous observerez peut-être que le mot “cela” a été utilisé dans la description de ce lien. Le mot en lui-même n’est pas l’ennemi… tant que vous expliquez aussi ce qu’est ce “cela” dont vous parlez!

Le mot “cela” n’a pas besoin d’être complètement rayé de votre vocabulaire.

Et pour être claire, ce n’est pas que Facebook à identifié ce mot spécifiquement, c’est juste un mot extrêmement commun dans le type de titres qu’ils ciblent!

Si c’est dans l’un de vos titres, vous devriez vous demander ce que vous cherchez à accomplir. Parce que si cela pointe vers quelque chose que votre audience ne peut pas comprendre sans cliquer, il faudra peut-être revoir votre stratégie.

Cette prise de conscience vous servira beaucoup alors que vous rechercherez vos supers pouvoirs de rédaction. Surtout quand utiliser le mot “cela” pour pointer vers une information cachée n’est pas leur seul moyen d’omettre de l’information pour votre audience.

Voici un dernier lien qui suit le même principe d’omettre une information-clé:

Vous voyez ce que l’on veut dire?

Un teasing comme celui-ci fonctionne, mais cette stratégie est dépassée. Quand le filtre à clickbait de Facebook vous prend la main dans le sac, il vont restreindre votre reach. Même si c’est juste un incident isolé.

Et n’oubliez pas, les informations omises ne sont pas les SEULS types de clickbait que Facebook cible.

Ils ont aussi un filtre en place qui est conçu pour détecter le type d’exagérations qui trompent les lecteurs et leur donne une fausse attente du contenu de l’article.

Vous avez certainement déjà vu ce type de titres. Ils attirent votre attention en disant des choses comme:

  • Ce petit truc réduira la chute de vos cheveux POUR TOUJOURS
  • La consommation de pétales de marguerites peut vous rendre plus intelligent
  • Les caniches sont tellement intelligents qu’ils peuvent prédire l’apocalypse

Les titres exagérés font des promesses qui sont trop bonnes, ou trop outrageuses, pour être vraies. Vous finissez par cliquer dessus juste pour savoir comment ce qu’ils racontent peut bien être vrai. (Spoiler: la plus part du temps, ça ne l’est pas.)

Donc, comme avec l’autre genre de clickbait, si vous vous surprenez à écrire des titres qui sacrifient la précision sur l’autel de l’excitation, revoyez vos priorités, sinon Facebook va s’en apercevoir, et les conséquences ne seront pas belles à voir.

Quel est VOTRE secret d’écriture de titres?

Écrire un titre fort, précis, et informatif n’a jamais été aussi important. Alors, quel est votre secret?

Chez RDE Marketing, par exemple, on écrit plusieurs version de titre pour chaque article, ensuite on choisit la meilleure pour programmer sa publication sur notre page Facebook.

Vous avez votre propre astuce?

Dites-nous tout dans les commentaires!

La confiance en vos liens est de plus en plus importante. Voici comment la créer.

Créer le meilleur marketing de contenu du monde ne vous servira pas à grand chose si personne ne le lis. Le problème, c’est que pour que les gens le lisent, il faut qu’ils vous fasse confiance. Et, soyons honnête, il y pas mal de contenu bien mauvais sur la toile!

Levez la main is vous ne voulez plus jamais entendre les mots “fausse information”

Avec tout ce contenu de qualité plus que moyenne qui flotte sur le web, les gens ont tendance à se montrer un peu septiques avec les infos qu’ils trouvent sur les réseaux sociaux.

Ce qui signifie que VOUS devez travailler encore plus dur à gagner leur confiance. Et, la plupart du temps, vous devez le faire avant même qu’ils cliquent sur l’un de vos liens.

C’est le serpent qui se mord la queue… (et vous savez que je ne plaisante jamais quand il s’agit de serpents.) On fait quoi du coup?

Après tout, ce n’est pas comme si on pouvait inviter tous les internautes à faire à une partie de ce jeu où l’on se laisse tomber en arrière en espérant que notre partenaire nous rattrape… hein…

Comment gagner la confiance de votre audience?

Voici quelques idées de départ!

Les titres racoleurs? Oubliez-les

Vous voulez que les gens vous fassent suffisamment confiance pour cliquer sur vos liens? Ne leur faite pas de coups bas!

Clairement, ça parait simple. Mais vous voyez des gens faire ça sans arrêt.

Trompez les lecteurs avec des titres racoleurs et suffisamment commun que cela porte un nom que vous avez peut-être déjà entendu, c’est le click bait.

Les titres en click bait trompent les lecteurs de différentes manières, et aucune d’entre-elles ne fait gagner en confiance.

On peut, par exemple, garder une partie de l’information pour que les lecteurs cliquent sur le lien non pas parce qu’ils s’intéressent vraiment à l’histoire, mais parce qu’ils ne savent pas vers quoi le lien mène et qu’ils sont curieux.

Ce sont les titres qui ressemblent à cela:

  • Ce qui se passe dans cette soirée va vous inspirer
  • Quatre personne sur cinq ne peut pas terminer cette vidéo sans rire aux éclats
  • Ce que vous ne ferez jamais… et pourquoi vous ne le ferez pas.

Les titres comme ceux-là crée une forme de curiosité qui font que les gens ont envie de cliquer, mais ils sont aussi très impopulaires auprès des lecteurs qui ont l’impression de s’être fait entrainer dans quelque chose. De plus, Facebook peut les détecter et restreindra votre reach si vous les utilisez.)

De la même manière, un autre type de titre “click bait” est celui qui ment de toutes ses dens, ou qui exagère au point de ne plus être littéralement vrai. Interpréter la vérité pour se délecter d’hyperboles peu rendre vos titres accrocheurs, mais une fois que les gens ont cliqué et qu’ils ont compris ce que vous avez fait, votre capital confiance va cruellement s’effondrer.

Entrainez-vous à écrire des titres qui sont cliquables, mais ne trompez pas vos lecteurs.

Nous écrivons, en moyenne, 15 titres différents pour chacun des articles que nous publions, parce que ce n’est souvent pas la première (ou seconde, ou troisième) idée qui dose parfaitement mystère et substance.

Plus vous atteignez cet équilibre parfait de manière constante, plus vous créerez de la confiance chez les gens qui voient vos titres sur les réseaux sociaux!

Dépoussiérez vos images

Vous savez probablement déjà que les articles de blog et les tweets qui sont accompagnés d’images sont plus partagés.

Et si ce n’était pas le cas… surprise!

Créer des images de qualité pour vos publications peut aussi créer et renforcer la confiance de votre audience.

Quand les gens voient des informations sur les réseaux sociaux, l’un des principaux facteurs qui font qu’ils aient confiance ou non dans l’information est le degré de confiance qu’ils ont en la source.

Créer de la confiance n’arrive généralement pas du jour au lendemain. Cela prend du temps, et cela signifie qu’il faut que vous rappeliez régulièrement à votre audience qui vous êtes. Quand ils vous voient et vous reconnaissent encore et toujours, leur confiance grandit.

En clair, vous construisez votre réputation.

Une image est l’une des premières choses qu’une personne remarque dans une publication, alors faites en sorte que cette image compte et qu’elle vous représente bien.

Voici un exemple.

Prenons, par exemple, l’agence Mastermind, ils ont une identité de marque claire et consistante lorsque l’on regarde les images sur leurs réseaux sociaux:

Notez les éléments de design qui se répètent comme les couleurs, les typographies, les illustrations, et même les mises en page. Ce type de consistence crie professionnalisme. Ok, le professionnalisme n’a généralement pas besoin qu’on le crie trop fort, mais vous voyez où l’on veut en venir.

Une identité visuelle forte vous servira, surtout quand vous travaillez à être rapidement et facilement identifiable!

En parlant d’identité…

Souvenez-vous que la qualité est plus importante que la quantité

Imaginons que vous deviez acheter quelque chose de très, très important.

Comme un sandwich.

Auquel feriez-vous le plus confiance: celui fait par quelqu’un qui les compose rapide-presto, ou celui qui les compose avec amour et précision?

Clairement, ce premier fabriquant de sandwich les tombe rapidement, mais la moitié du temps ils dégoulinent, et ils sont plein de trucs moyennement bons. Vous les prenez là-bas une fois ou deux, et vous perdez confiance en leur offre.

Si vous ne vous êtes pas encore arrêté de lire pour aller chercher un sandwich, vous voyez où je veux en venir: le contenu que vous créez vous donne une réputation, et cette réputation peut faire ou défaire la confiance que vous porte votre audience.

Prenez le temps de créer un contenu plus réfléchi, de meilleure qualité, et vous obtiendrez des visiteurs qui reviennent, plus de partages, voire même plus d’abonnés.

Indice: si vous vous inquiétez du fait que ralentir votre production de contenu signifie que vous aurez moins de matière à publier sur les réseaux sociaux, n’oubliez pas que tout le monde publie plusieurs fois ces temps-ci.

Relookez vos liens

Lorsque l’on parle de vos URLs, le look ne fait pas tout, mais il peut certainement faire la différence.

La preuve: les gens risquent de moins cliquer sur un lien s’ils ne savent pas où celui-ci les conduit.

Une manière de combattre ceci est d’implémenter les Twitter cards, pour que vos URL génèrent des prévisualisations de liens sur Twitter. Une autre est de rendre les prévisualisations de vos liens Facebook aussi efficaces que possible pour les ordinateurs comme pour les mobiles.

Et si les raccourcisseurs de liens vous donnent accès à une flopée de statistiques bien pratiques, ils peuvent aussi transformer vos URLs en un tas de lettres et chiffres aléatoires. Si vous voulez profitez des statistiques de clics sans sacrifier la reconnaissance de votre marque, utilisez un raccourcisseur, comme Rebrandly, qui vous permet de créer une URL personnalisée. Cela peut augmenter votre taux de clic de 39%!

Rebrandly

Vous voyez? Personnaliser une URL augmente le potentiel de reconnaissance de votre marque, ce qui vous permet de construire de la confiance au fil du temps. De plus, cela permet de donner une meilleure idée à vos lecteurs de ce qui se cache derrière vos URL! Pour plus d’info sur la manière dont les liens personnalisés fonctionnent et comment ils peuvent améliorer votre taux de clic, c’est ici!)

Souvenez-vous: créer de la confiance prend du temps

Construire la confiance n’arrive pas du jour au lendemain, et très souvent, c’est quelque chose qui arrive naturellement, tout simplement parce que vous faites les choses que vous devriez faire!

Vous concentrer sur du contenu de qualité, rendre vos liens les plus attractifs possible, écrire de meilleurs titres, partager avec consistence… sont toutes des actions qui vous serviront pour encore plus que simplement la création d’une relation de confiance avec votre marque.

Plus vous en faites vos priorités, plus vous en retirerez des bénéfices, ET construirez cette confiance qui feront de vous celui/celle sur le/laquelle les gens peuvent se reposer!

Quelles sont vos astuces pour construire une relation de confiance?

Vous avez vu des URL personnalisées particulièrement drôles ou intelligentes que vous ne pouvez pas vous empêcher de partager?

Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous!

À faire dès que votre diffusion Facebook Live est terminée

Facebook a consacré beaucoup de sueur (et de budget) à sa fonctionnalité de diffusion Facebook Live. Et ça marche!

À quel point?

Une vidéo sur cinq est maintenant une diffusion Facebook Live, et le succès de la fonctionnalité ne fait que se confirmer.

Ce qui signifie que même si vous n’avez pas encore essayé, il y a fort à parier que vous le ferez dans un futur proche.

Cependant, le truc avec les diffusions Facebook Live, c’est que le travail ne fait que commencer une fois la diffusion terminée.

Okay, vous pouvez prendre une grande inspiration et gratter le coin de votre narine qui vous a démangé pendant toute la diffusion, mais il y a tout un tas d’autres choses que vous pouvez faire pour tirer le meilleur parti possible de votre vidéo une fois que la caméra est éteinte.

Que faire pour donner le plus de valeur possible à votre vidéo live après sa diffusion?

Faire quelques raccords

Certaines des choses les plus intéressantes que vous puissiez ajouter à votre vidéo ne sont même pas disponibles avant la fin de la diffusion. Alors, n’hésitez pas à aller finaliser tout ceci avec quelques raccords!

Facebook sauvegarde automatiquement vos vidéos live une fois la diffusion terminée. Elle seront sur votre fil d’actualité et dans la partie Vidéo de votre profil. C’est là que vous allez pouvoir faire quelques modifications.

Diffusions Facebook Live: Vidéothèque

Tout d’abord, assurez-vous d’avoir un titre et une description.

Un titre et une description permettront aux utilisateurs de trouver votre vidéo plus facilement en faisant une recherche. Alors soyez détaillés et pensez aux mots et phrases que les personnes intéressées par votre vidéo pourraient taper lors de leur recherche.

La description est particulièrement importante parce qu’elle apparaitra à côté de la vidéo sur votre fil d’actualité, et à chaque fois qu’elle apparait dans celui de quelqu’un. Et ceci fonctionne rétroactivement: lorsque vous modifiez votre description, celle-ci sera automatiquement corrigée sur les publications existantes.

Vous avez aussi la possibilité d’ajouter des sous-titres et vous devriez en profiter.

En fonction de la longueur de votre vidéo, cela peut vous faire peur, mais pensez à ceci: 85% des vidéos sur Facebook sont regardées sans le son. Si votre vidéo ne propose pas de sous-titres, elle risque de moins servir son potentiel (ou même d’être regardée), et, ceci, de manière significative.

Partager, partager, et re-partager

Se lancer live sur Facebook peut sembler un peu intimidant au début, surtout quand on considère le ration risque/récompense: grand risque, petite récompense.

Et si personne ne regarde et que je me retrouver à diffuser sur Facebook Live sans aucune audience? C’est la honte, non? Ce n’est pas une perte de temps?

Bonne question! Après tout, pourquoi mettre une tonne d’efforts sur un quelque chose dont vous ne pouvez pas garantir qu’il trouvera son audience immédiatement?

Voici le petit secret de Facebook Live:

La majorité de vos spectateurs ne regarderont PAS pendant la diffusion live.

Parce que, vraiment, quelles sont les chances qu’autant de gens soient sur Facebook, voient votre diffusion, veuillent regarder, et soient en mesure de regarder entre le moment où vous commencez et le clap de fin?

Ils ont une vie, vous savez…

No-Time

Même les diffusions Facebook Live les plus populaires ont tendance à trouver leur audience après leur fin. Et pas qu’un peu!

Alors, ne vous angoissez pas avec la partie “live”, et assurez vous d’en faire autant pour la promotion de votre vidéo après sa diffusion que vous n’en avez fait avant.

Votre vidéo live à un code d’intégration, n’ayez pas peur de l’utiliser!

N’assumez pas que les lecteurs de votre blog sont aussi vos fans sur Facebook, ou qu’ils y voient tout ce que vous y publiez.

Ajouter une intégration de votre vidéo à un article de blog peut vous permettre d’obtenir de nombreuses vues supplémentaires et peut aussi re-diriger les gens vers votre page Facebook.

Vous pouvez aussi envoyer les gens vers votre vidéo en l’intégrant dans une newsletter ou un email (parce que si les emails ne font pas partie de votre stratégie marketing, vous passez à côté d’une énorme opportunité de mettre votre travail en face d’un nouveau public).

Petit conseil: utilisez un outil comme GIPHY pour transformer les meilleurs moments de votre vidéo en images partageables!

Vous voulez retirer encore PLUS de votre diffusion Facebook Live? Sortez votre scalpel et commencez à découper le tout!

Ceci est parfait pour les vidéos longues, où celles dont quelques moments-clés sont particulièrement brillants!

Facebook vous permet de télécharger vos vidéos dans un format MP4 bien pratique, facile à éditer même si vous êtes débutant. Vous pouvez même le faire directement dans Quicktime!

Voyez votre diffusion Facebook Live originale comme la matière première que vous pouvez utiliser pour créer toujours plus de contenu. Découpez une vidéo en segments plus courts, uploadez les ensuite comme des éléments propres. Et pas seulement sur Facebook, mais aussisur d’autres réseaux comme YouTube ou Twitter!

Revoir sa copie

Si vous êtes du genre à avoir des frissons rien que d’écouter votre message d’accueil sur un répondeur, ça ne va pas être facile.

Ne vous inquiétez pas, on est là…

Vous devez regarder votre vidéo après qu’elle ait été diffusée.

Noooooo

Parce que si regarder vos statistiques est ridiculement utile (plus là-dessus ici), vous devez aussi voir ce qui se passe à l’écran et ce que vous pouvez y améliorer.

Êtes-vous ok avec la caméra? La lumière? Avez-vous besoin d’un pied, ou d’un micro? Est-ce que ça à l’air amateur et peu préparé? Est-ce trop long, trop court, ou juste bien?

Mettez-vous dans la peau de votre spectateur pour regarder votre vidéo. Vous pouvez même demander l’opinion de personnes en qui vous avez confiance.

Apprendre de vos erreurs (et de vos réussites!) est la seule manière de vous assurer que chaque diffusion est meilleure que la précédente ; et bien qu’il ne soit pas toujours fun d’étudier son propre travail, cela vaudra le coup tant en résultat qu’en confiance en vous.

Qu’avez-vous appris de VOS diffusions Facebook Live?

Une vidéo live est toujours utile, même après le clap de fin. Alors, qu’avez-vous appris sur les vôtres?

Obtenez plus de vues après coup?

Avez-vous expérimenté différentes longueurs, ou en éditant vos anciennes vidéos?

Si vous n’avez pas encore essayé Facebook Live, pourquoi pas?

Dites-nous ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous!

Réussissez votre première vidéo sur Facebook Live

Prendre le train en marche n’est pas toujours une bonne chose. Pourtant, dans le cas de Facebook Live, ça vaut peut-être le coup de faire le tour du quartier.

Facebook confirme la rumeur de la machine à café: la vidéo, c’est la tendance du moment. Mark Zuckerberg et son équipe sont même passés à l’antenne en Mars 2016 pour dire que la vidéo, et particulièrement la vidéo live, sera mieux mise en avant que les autres formats dans les fils d’actualité. Ceci, combiné avec l’énorme audience de Facebook (1,23 milliards d’utilisateurs actifs), est une raison suffisante d’expérimenter cette vidéo en temps réel.

Que vous soyez novice ou expert, voici quelques conseils pour vous permettre de (mieux) réussir votre prochaine diffusion live.

1. Rendez-la irrésistible!

Qu’est-ce qui est le plus attractif:

« Ouais, venez à ma soirée. Il y aura des choux de Bruxelles. » ou « Préparez-vous pour ma PAAARRRTTTAAAAYYY!!!! Pizza party! »

Sans vouloir faire de généralité, il y a de grandes chances que la pizza l’emporte sur les choux de Bruxelles.

Facebook Live et Brussel Sprouts

Inutile de crier en lettres capitales, j’admet, c’était un peu too much, mais donner un peu de style compte, et c’est pareil pour vos événements marketing, vidéos live ou autre.

Ok. Comment?

Un petit teasing en amont peut commencer à créer de l’envie. Cela donne aussi au gens le temps de le mettre à leur agenda. Grosso-modo, commencez l’activation du teasing jusqu’à un mois à l’avance, et « augmentez le volume » progressivement au fur et à mesure que vous vous rapprochez du jour J. L’objectif c’est que votre événement soit présent dans les esprits et que l’anticipation commence à monter, mais sans devenir lourd.

Parlez-en. Programmez des promotions, des publications, faites du teasing avec le contenu sur vos réseaux sociaux. Informez vos abonnés via email (vous avez une liste, n’est-ce pas?) et faites passer l’info en personne où que vous soyez.

Soyez créatifs avec le contenu des ces teasers.

  • Concevez des biographies vidéo ou audio de vos invités
  • Interviewez ou citez les experts ou les influenceurs de votre secteur d’activité
  • Capturez les courant de pensée sur des articles de blogs, des infographies, des GIFs ou de courtes vidéos.
  • Partagez des articles qui n’ont pas été publiés par vous.

Suivez la règle des 80/20. Faites la promotion de votre vidéo live et autres initiatives ponctuelles 20% du temps. Passez les 80% restants à offrir de la valeur et à installer votre contenu habituel.

2. Ne faites pas ça par dessus la jambe

Ce n’est pas parce que la vidéo live est naturelle et sans trucages qu’il n’y a pas un minimum de préparation. Vous avez toujours besoin de structure, d’une consistence dans votre ton, et d’une qualité production certaine.

La dernière fois que nous avons vérifié, cela demandait un peu de planification.

Par où commencer?

Check… Check… Check…

Avant de vous lancer Live, checkez la qualité de votre audio et de votre vidéo. Si vous utilisez un outil manuel, un support permettra d’éviter les tremblements. Si vous n’avez pas besoin d’être en extérieur, au coeur de l’action, diffuser depuis votre ordinateur est une option efficace côté son et image.

Deal With It

Installez-vous dans un endroit avec aussi peu de bruits de fond et de distraction que possible. Parfois, vos spectateurs ont aussi besoin d’un rappel gentil d’éviter leurs sources de distraction.

Rien de pire qu’une mauvais connection au moment de la diffusion. Téléchargez une appli de test de vitesse (comme celle-ci) pour vérifier votre réseau WiFi ou 4G à l’avance. Si la connection n’est pas optimale, considérez la version Live Audio, la fonctionnalité de podcast live de Facebook à la place.

Prepa… Prepa… Prepa…

Vous n’avez pas besoin que votre diffusion soit scriptée à 100%. En fait, en fonction de votre niveau de confort, une approche minimaliste vous permet plus de flexibilité pour rebondir en fonction des questions ou des réactions, vous savez: j’adore, haha, wouah, triste ou grrr. Si cette blague de Toto tombe à plat, vous voudrez probablement faire une pirouette. On recommande d’apprendre par coeur les deux premières minutes, pour démarrer du bon pied. Après, un simple fil rouge devrait suffire!

Pensez à votre objectif final et à la manière dont vous allez l’atteindre.

  • Quel est votre objectif principal?
  • Comment allez-vous définir et mesurer votre réussite?
  • Quelles actions voulez-vous que votre audience fasse?
  • Quelles informations auront de la valeur pour votre audience?
  • Quelles questions risquent de remonter?

Répéter pour perfectionner.

Faites un coup pour rien, surtout si vous êtes débutant. Vous pouvez même enregistrer et regarder une diffusion live rien que pour vous, en sélectionnant « Moi uniquement » dans le menu de partage. Vous pouvez aussi ajuster cela dans les paramètres de votre ordi.

Going Live

Managez les attentes, avant, pendant et après votre diffusion.

Vous vous souvenez comme votre tante Astrid vous disait qu’elle ne mettait pas d’oignons dans son pot-au-feu alors qu’en fait il y en avait? C’est un peu ça. Assurez-vous que votre audience sache à quoi s’attendre, ou vous risquez de perdre pour toujours un ambassadeur de marque, un client, ou un fan loyal.

Même si vous n’en avez jamais vraiment voulu à tante Astrid.

Il vaut mieux suivre ces best practices:

  • Des promotions véridiques: soyez honnête sur votre agenda. Le click-bait et les tactiques à deux francs n’apportent pas de valeur à long terme.
  • Des attentes ciblées: assurez-vous que les participants savent à quoi s’attendre. Au début de la diffusion, listez l’agenda, annoncez les sujets suivants périodiquement, et soyez clairs sur les prochaines étapes et le call-to-action.
  • Une description: une bonne description peut faire toute la différence. Si votre diffusion live se met à partir dans un sens différent, vous pourrez toujours corriger la description.
  • Des règles pour les questions: parfois, répondre aux questions en temps réel peut-être une distraction, et il vaut mieux garder du temps pour cela en fin de diffusion. Envisagez de nommer un « maître des questions », ou d’avoir quelqu’un qui y répond en temps réel pour que vous puissiez vous concentrer sur le live.

3. Engagez votre entourage

Si on a l’impression que Facebook sort de nouvelles mises-à-jour sur la vidéo à la vitesse de l’éclair, c’est parce que c’est le cas.

Pourquoi exactement?

Eh bien, ils répondent aux taux d’adoption rapide par les utilisateurs, et ils sont aussi constamment en quête de manières de créer de l’engagement. Pour vous, cela signifie expérimenter avec de nouvelles manières créatives d’être engageant et de faire réagir vos fans!

Comme dirait maman: « les bonnes manières, c’est important. »

Accueillez les gens par leur nom. Pensez à leur demander quelque chose sur eux dans les commentaires, comme d’où ils viennent. Si vous rencontrez le troll occasionnel, vous pouvez toujours bloquer leurs réactions et leurs commentaires de votre flux.

Adoptez l’attitude sociale.

Encouragez les gens à poser des questions et à inviter leurs amis à se joindre à la diffusion live. Avec in clic sur le bouton « invitation », ils peuvent proposer à d’autres de regarder via une notification push. Proposer des incentives comme un code promo, peut encourager vos spectateurs à le faire. Vous pouvez même lancer un bonus spécial pour les participants si vous atteignez un nombre spécifique de spectateurs!

Soyez créatifs.

Que vous soyez une marque de produits de randonnée qui emmène ses fans sur des sentiers méconnus, ou un yogi qui propose un cours dans un groupe privé, il vous faut un contenu engageant et attractif. Amusez-vous avec les nouveaux formats!

  • Invitez des influenceurs ou des personnalités à monopoliser votre diffusion
  • Allez en coulisse
  • Nourrissez votre clientèle existante avec une série éducative
  • Accueillez une session de questions/réponses suite à la publication de votre dernier ouvrage
  • Montrez vos talents de snowboarder
  • Présentez votre licorne de compagnie

4. Tirez-en toute la valeur possible et imaginable

Clap de fin. High five pour tout le monde, c’est ça?

Non, pas tout à fait. C’est un contenu qui a de la valeur, pas encore l’heure de le mettre au cimetière.

Partagez et re-partagez votre vidéo.

À la fin de votre diffusion, votre vidéo se sauvegarde et se publie automatiquement vers une audience spécifique: publique, amis, ou autre.

En d’autres mots: saisissez cette opportunité d’obtenir plus de vues!

Voyez Candace Pane, connue sous le nom de « Chewbacca Mom ». Cette illustre inconnue, mère de deux enfants, n’anticipait pas qu’une vidéo de 4 minutes d’elle portant un masque de Chewbacca rassemblerait plus de 170 millions de vues après que la diffusion soit terminée!

Chewbacca Mom

Apprenez et recommencez.

Facebook propose un tas de métriques comme le nombre de vues, les pics de vue, les spectateurs uniques, le taux de completion, et autres. Soyez attentifs durant votre diffusion et ajustez vos habitudes aux mouvement, réactions live, commentaires et présence de votre audience. Optimisez votre durée et votre approche sur la base des moments où vous perdez de l’audience. Où vous quittent-ils? Est-ce que votre obsession avec les doodles et les filtres à créé un exode en masse?

En d’autres mots, si vous pouvez comprendre ce qui fonctionne, vous serez sur la voie d’une contenu inspirant, informatif, enrichissant et distrayant pour votre audience. You got this!

Quels trucs et astuces vidéos pour Facebook Live pouvez-vous partager?

De quoi votre dernière diffusion parlait-elle?

Qu’est-ce qui a marché et qu’est-ce qui n’a pas marché?

Comment engagez-vous votre audience?

Comment recrutez-vous vos spectateurs?

Quelles marques utilisent le mieux la vidéo live selon vous?

Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous!

L’avènement des Facebook Stories

Facebook a tranquillement lancé une nouvelles fonctionnalité venue se nicher en haut de votre fil d’actualité: les Facebook Stories!

Le réseau social a testé les Stories pendant des mois, les déployant doucement sur de plus en plus de pays. Elles ne sont pas encore devenues incontournables en France, mais pour les utilisateurs connaissant Snapchat et les Stories d’Instagram, leur fonctionnement devrait être familier.

Tout comme sur ces autres réseaux sociaux, la fonctionnalité Facebook Stories permet aux utilisateurs de publier des photos et des vidéos courtes qui disparaitrons au bout de 24 heures. On y accède tout en haut de son fil d’actualité:

C’est une de ces fonctionnalités qui pourraient bien changer les choses.

Beaucoup changer?

Et pourquoi?

Voici un aperçu de pourquoi les Facebook Stories devraient se trouver sur votre radar dès maintenant, même si elles n’ont pas l’air très utilisées.

Les Stories d’Instagram ont redistribué les cartes

Instagram a lancé ses propres Stories en Août 2016 et cela pris qu’un mois environ pour que les gens modifient complètement la manière dont ils utilisent l’application.

Dès le départ, des statistiques montraient que les regarder les Stories remplaçaient la lecture du fil d’actualité pour les utilisateurs, et pourrait aussi avoir eu un impact sur les niveaux d’engagement.

Début 2017, les Stories d’Instagram comptent 150 millions d’utilisateurs chaque jour. C’est plus d’un tiers de leur audience quotidienne, et presque autant d’utilisateurs quotidiens que Snapchat!

Non seulement ça, mais la popularité grandissante des Stories d’Instagram pourrait avoir ralenti la croissance de Snapchat. Durant les trois premiers trimestres de 2016, Snapchat avait 15 millions de nouveaux utilisateurs par trimestre, en moyenne. Après le lancement des Stories d’Instagram, ce chiffre a chuté à seulement 5 millions.

Ils continuent leur croissance, mais pas aussi vite qu’ils le faisaient avant qu’Instagram, un réseau social qui était déjà plus populaire, ajoute et améliore une de leurs fonctionnalités principales!

Alors, quel rapport avec Facebook?

Potentiellement un grand!

Que se passe-t-il quand Facebook ajoute une fonctionnalité?

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les Stories d’Instagram sont devenues aussi populaires, et l’une des principales est qu’Instagram avait beaucoup plus d’utilisateurs quotidiens que Snapchat pour démarrer.

Cela signifiait non seulement plus d’utilisateurs potentiels pour la fonctionnalité, mais aussi plus d’incentive à le faire, parce que le contenu que vous partagez peut être potentiellement vu par plus de monde.

Il pourrait se passe exactement la même chose pour Facebook, surtout vu que Facebook est le réseau social le plus populaire de la planète, et ce, largement.

Voici le même schéma que ci-dessus, mais en ajoutant Facebook:

Facebook a plus de trois fois plus d’utilisateurs quotidiens actifs qu’Instagram, et plus de sept fois plus que Snapchat!

Ce qui signifie que lorsqu’ils lancent une nouvelle fonctionnalité elle est remarquée, et elle est utilisée.

La vidéo live, par exemple, a vu une croissance régulière de sa popularité depuis qu’elle a été lancée, et pas seulement grâce à la taille gigantesque de Facebook, mais grâce aux mises-à-jour robustes, et aux options de personnalisation qu’ils continuent d’ajouter.

En clair, Facebook a tout le momentum nécessaire pour lancer de nouvelles fonctionnalités comme celle-ci, et ils investissent le temps et le budget nécessaires pour que ces fonctionnalités soient de plus en plus populaires.

Facebook pourrait aussi adopter des options des Stories d’Instagram comme la publicité.

Sur Instagram (qui appartient à Facebook au cas où vous l’auriez oublié), vous pouvez acheter de l’espace publicitaire dans les Stories pour que les utilisateurs qui regardent voient les vôtres.

Ajoutez une fonctionnalité telle que celle-ci à l’attirail d’outils Facebook en termes d’audience-management, et vous pourriez obtenir un sérieux moyen de toucher de nouvelles personnes!

Le lancement de Stories est une autre manière dont Facebook encourage les interactions live.

Comme avec la vidéo live, Facebook Stories est une fonctionnalité qui vous demande d’être vraiment présent en ligne. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez programmer à l’avance.

Plus Facebook lance des fonctionnalités comme celle-ci, et plus il devient important de programmer d’avance ce que vous pouvez!

Les publications de texte, de liens et d’images peuvent être écrits et programmés quand vous le souhaitez. Et faire cela d’avance signifie que vous aurez le temps plus tard pour d’autres activités, comme la création de Stories.

Tout ce que vous faites ne peut pas être automatisé, alors pourquoi ne pas automatiser ce que vous pouvez?

Que pensez-vous des Facebook Stories?

Les comptes auxquels les gens sont abonnés sur Instagram ne sont pas forcément les mêmes que ceux auxquels ils sont abonnés sur Facebook. Et vice-versa. Donc, il est encore trop tôt pour savoir à quoi s’attendre avec les Facebook Stories.

De plus, il y a encore trop de choses que nous ne savons pas. Comme, par exemple, s’il sera un jour étendu aux Pages.

Mais, alors que Facebook expérimente avec les Stories dans le monde entier, nous aimerions savoir: que pensez-VOUS de cette fonctionnalité?

Est-ce un pas dans la bonne direction?

A-t-elle autant de sens pour Facebook qu’elle en a pour Snapchat ou Instagram?

Ou est-ce une fonctionnalité que Facebook devrait laisser aux autres réseaux sociaux?

Dites-nous ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous!

Les réactions Facebook ont plus de valeur que les mentions J’aime

Souvenez-vous, début 2016 on assistait à la naissance des réactions Facebook.

Vous savez, ces petites choses:

Ils annonçaient alors que les réactions finiraient par influencer leur algorithme. Et c’est maintenant le cas.

Comme vous le savez probablement, Facebook assigne un score à ce que font les utilisateurs dans le Fil d’Actualité, et additionne tous ces scores pour déterminer combien de personnes devraient voir une publication.

Quand les réactions ont été lancées, initialement, elles donnaient toutes le même score qu’une mention J’aime. Cliquer sur le bouton J’aime, revenait au même que de réagir avec un emoticon fâché ou un coeur.

Aujourd’hui, cependant, les réactions donnent un MEILLEUR score.

Facebook dit que les réactions ont maintenant plus de valeur que les mentions J’aime ; ce qui signifie que les déclencher devient encore plus important!

(ndlr: pour le moment toutes les réactions ont la même valeur, donc un visage surpris ne vaut pas plus qu’un visage triste, et vice-versa.)

Alors, comment encourager les gens à plus utiliser les réactions?

Voyons un peu ce que font les grandes marques!

Partager du contenu qui crée des ÉMOTIONS

Vous voulez que les gens expriment un émotions plus forte qu’un J’aime?

Faites-les leur ressentir!

Facebook offre cinq réactions: J’adore, Haha, Wouah, Triste et Grr. Partagez-vous un contenu qui crée ce type d’émotions chez les utilisateurs?

Pour certaines marques c’est facile.

Par exemple, vous pouvez régulièrement partager du contenu qui met les gens en colère:

Vous pouvez partager du contenu qui va rendre les gens tristes:

Ou vous pouvez même partager du contenu qui va donner aux gens un sentiment d’admiration:

Si, pourtant, ce n’est pas si simple, vous pouvez toujours mettre les gens dans la bonne direction!

Vous pouvez encourager les gens à réagir d’une certaine manière en donnant quelques indices dans votre publication.

Prenez exemple sur Goal.com. Ils ont mis l’emoticon « Waouh » en plein milieu de l’image, et ont obtenu pas mal de cette réaction.

Buzzfeed agit de la même manière sur leur page « Food ».

Le texte de la publication vous dit qu’elle est drôle. Et la réaction Haha est de loin la plus populaire.

Pour quelle raison cela fonctionne-t-il si bien?

Beaucoup de gens partagent, commentent et réagissent à des liens publiés sur Facebook sans même cliquer dessus.

Incroyable mais vrai!

Si ces personnes vont interagir, du coup, vous pouvez les encourager à le faire d’une certaine manière. Et, dans le cas présent, en utilisant un réaction Facebook plutôt qu’une mention J’aime!

Vous pouvez même encourager les gens plus explicitement à utiliser les réactions. Une stratégie dont certaines pages Facebook sont passées maître en la matière.

Il y a pourtant des risques avec cette stratégie. Il est donc important de savoir où l’on met les pieds.

Voyons voir!

Leur demander ce qu’ils ressentent VRAIMENT

Les réactions sont une manière simple et rapide pour les utilisateurs de Facebook de partager leur opinion. Et puisque tout le monde peut voir comment ils se positionnent, ils peuvent aussi voir combien de personnes ont la même réaction qu’eux!

Demander aux gens leur opinion dans un petit vote informel est une excellente manière de solliciter des réactions.

Voici un autre exemple de Goal.com:

Cette publication demande aux gens d’utiliser les réactions pour partager leur opinion et ça marche. Les utilisateurs ont choisi les reactions au moins deux fois plus que la mention J’aime.

Aussi utile que ce soit pour obtenir du feedback, cependant, Facebook a des règles pour le faire correctement. Et le faire mal peut impacter négativement votre taux de couverture.

Ce qui signifie que vous allez, peut-être, vouloir être encore plus attentifs sur cette prochaine partie.

Facebook a une poignée de règles en ce qui concerne les réactions, mais deux d’entre elles sont particulièrement importantes:

Chose que fait bien l’exemple ci-dessus. Ils demandent aux utilisateurs s’ils aiment, détestent ou sont choqués par le logo sur l’image.

Une mauvaise manière de le faire ressemblerait à ça:

Dans l’exemple ci-dessus, les deux réactions parmi lesquelles les gens sont censés choisir ne reflètent pas vraiment leurs émotions. Elles ont été choisies arbitrairement et pourraient être remplacées par n’importe quelle autre réactions!

La seconde grande règle à suivre est de ne pas utiliser de vidéo en looping ou statique pour faire réagir les gens.

Les vidéos sont peut-être la tendance du moment sur les réseaux sociaux, mais Facebook a annoncé à de multiples occasions qu’ils limitaient la visibilité des sondages-vidéo purement graphiques.

Un sondage vidéo ne devrait pas être une animation en boucle, ni une image uploadée comme un vidéo. Facebook considère ces deux choses comme du contenu de mauvaise qualité.

Si vous décidez de faire voter vos visiteurs via une vidéo, cela devrait une être une vraie vidéo. Sinon, restez sur une image ou un lien!

Prévoyez-vous d’essayer d’obtenir plus de réactions de la part de vos lecteurs?

Que pensez-vous du fait que Facebook donne plus de valeur aux réactions qu’aux mentions J’aime?

Cela vous parait logique?

Est-ce quelque chose dont vous prévoyez de profiter?

Ou allez-vous plutôt continuer comme d’habitude et voir ce qui se passe?

Dites-nous ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous!

Deux mises à jour pour le prix d’une avec le nouvel algorithme de Facebook

Vous savez déjà que Facebook utilise des algorithmes pour déterminer qui voit vos publications et quand. Et ils ajustent ces algorithmes sans arrêt.

Ce qui signifie, qu’à l’occasion, vous devez ajuster votre stratégie aussi.

La dernière mise à jour de Facebook est en fait DEUX nouveautés: deux changements sur des parties totalement différentes de l’algorithme global!

Des ajustements comme ceux-ci peuvent impacter votre visibilité dans le Fil d’Actualité, et pas seulement pour les publications, mais pour votre Page au global. Et ceci signifie que vous devriez vraiment vous en préoccuper.

Alors deux fois plus de plaisir avec ce double changement d’algorithme?

Vous voulez vous assurez que vous connaissez les règles du jeu?

Voici ce qui a changé:

Facebook juste votre authenticité

Quand Facebook détermine qui doit voir vos publications et quand, il regarde deux types de signaux différents:

Les signaux personnels qui correspondent à l’utilisateur qui voit une publication. Par exemple, si il y a certaines personnes sur Facebook avec qui vous interagissez régulièrement, il y a plus de chances que vous voyez leurs publications.

Les signaux universels qui sont relatifs à l’utilisateur ou à la Page qui publie quelque chose. Par exemple, si les publications d’une Page bénéficient régulièrement d’un bon score d’engagement, ses publications pourraient être distribuées à plus d’utilisateurs.

Pensez à Facebook comme a un personal shopper très tendance. Ils ne nous montre que des choses basées sur ce qu’il connait de vos goûts, et sur la qualité de ce qui est disponible.

Une des changement récent à l’algorithme de Facebook concerne les signaux universels. Ce qui signifie que cela a rapport avec votre Page et avec ce que vous y publiez. En particulier, votre authenticité.

Facebook a de nouvelles manières de déterminer si vous (et vos publications) êtes authentique. Et si ce n’est pas le cas, vous pourriez avoir des problèmes.

Qu’est-ce que ça veut dire?

Comment savent-ils si vous êtes authentiques ou pas?

Ce n’est pas comme s’ils pouvaient vous retourner pour regarder l’étiquette. Pas ragoutant comme image…

Sur Facebook, l’authenticité prend plusieurs formes.

Tout d’abord, cela peut signifier que l’on essaie de tromper le système.

Facebook est généralement assez clair avec ce que vous pouvez faire pour augmenter votre visibilité dans le Fil d’Actualité. Mais cela rend aussi leur algorithme vulnérable.

L’année dernière, par exemple, ils ont expliqué que les publications de vidéos live obtiendraient un plus grand taux de couverture que les autres formes de contenu.

Un bon moyen de faire en sorte que les gens publient plus de vidéo live, non? Ce qui est logique puisque c’est une fonctionnalité dont ils faisaient alors pas mal la promotion.

La bonne nouvelle c’est que ça a fonctionné! Ce qui s’est aussi passé, c’est que les gens ont trouvé des moyens d’exploiter le système. En publiant des “vidéo live” purement graphiques comme des compte-à-rebour, par exemple, ils obtenaient plus d’exposition sur le Fil d’Actualité sans produire une réelle diffusion live.

Le résultat? Facebook a du trouver une parade, dans ce cas la1, en limitant la visibilité des diffusion purement graphiques.

Vous vous souvenez de ce que je disais sur la manière dont une bon taux d’engagement peut augmenter votre visibilité?

Certaines Pages demandent explicitement des mentions j’aime, des commentaire our des partages pour augmenter leur reach. Une tactique que Facebook juge malhonnête et non authentique.

Un autre signe de manque d’authenticité est de publier le type de contenu pour lequel les utilisateurs ont certaines réactions négatives. Facebook donne l’exemple de Pages dont l’audience masquent régulièrement les publications.

Une autre exemple seraient les pages dont les publications sont fréquemment identifiées comme spam. Surtout depuis que Facebook est sur le banc des accusé pour la prolifération de “fausses actualités”.

Facebook a utilisé les habitudes des Pages qui partagent régulièrement du contenu frauduleux pour construire un modèle qui peut identifier automatiquement et prédire si les publications des autres Pages sont authentiques ou pas.

Il pensent que les Pages qui demandent régulièrement des mentions J’aime ou qui partagent des choses que les utilisateurs masquent ne sont pas de bons exemples de cette authenticité que les utilisateurs apprécient. Plus vous avez de points communs avec les tactiques de ces Pages, moins vous serez considérés authentiques vous-mêmes.

Alors, si Facebook ne partage pas tous les différents curseurs sur lesquels ils mesurent l’authenticité, après tout, ils essaient de faire en sorte que les gens n’essaient pas de tricher, ils montrent clairement que prendre des raccourcis quand il s’agit de la qualité n’est pas la solution.

Ce gros changement d’algorithme mis à part, il y a toujours un autre changement dont nous devons parler!

Voici le second changement à l’algorithme que vous devrez garder en tête à l’avenir:

Facebook traque plus précisément les changements en temps-réel

Les algorithmes de Facebook sont sans cesse en tâche de fond, pour que, lorsque vous allez sur votre Fil d’Actualité, vous voyez l’information qu’ils pensent être celle qui vous intéressera plus à ce moment là.

La seconde évolution qu’ils viennent de faire concerne la manière dont l’information est traitée en temps-réel. Et plus particulièrement l’information liée au sujet d’une publication et à sont taux d’engagement.

En clair, Facebook pourrait mettre une publication plus haut dans le Fil d’Actualité si:

  • Elle est liée à un sujet populaire sur Facebook à ce moment là. Par exemple, si vous partagez quelque chose sur les Oscars pendant la cérémonie des Oscars et que les gens en parlent sur Facebook.
  • Elle obtient beaucoup d’engagement à ce moment là. Par exemple, si plusieurs de vos abonnés se mette à débattre dans les commentaires de votre publication.

Cela veut-il dire que toute vos publications doivent être en lien avec ce qui se passe à ce moment là?

Bien sûr que non!

Ce que vous faites n’est pas toujours approprié à l’actualité.

Vous feriez mieux de ne pas forcer la dose.

Ce que cela signifie, cependant, c’est que vous devriez vous préparer pour les moments où l’actualitée est pertinent pour des publications live.

La meilleure manière de faire? Planifiez d’avance autant que vous pouvez. Même en utilisant un outil de programmation qui vous permet de partager des publications evergreen plus d’une fois.

Une grande majorité des community managers préfèrent planifier leurs publication Facebook d’avance plutôt que d’essayer des les faire en live, et pour une bonne raison: ça demande trop de travail!

Plus vous pouvez planifier, écrire et programmer d’avance, par contre, et plus vous aurez du temps plus tard quand des opportunités de publication live se présentent. Et être prêt pour ces moments là est encore plus important aujourd’hui.

Que pensez-VOUS de ces modifications?

Donc, Facebook améliore sa capacité à mesurer les signaux en temps-réel et ils font plus attention à l’authenticité de vos publications.

Que pensez-VOUS de ces changements?

Ils sont logiques?

Ils vont influencer ce que vous publiez?

Ils touchent des questions que vous vous posiez?

Partagez vos avis dans les commentaires ci-dessous!

Cette statistique sur Facebook est devenue encore plus importante

Quelle est vraiment la bonne durée d’une vidéo sur Facebook?

Une minute? Cinq minutes? Cinq cent minutes?

Ok. Ce n’est probablement pas 500 minutes.

Mais c’est l’un de ces mystères que Facebook ne veut pas solver à votre place. En fait, ils disent que: « la longueur d’une vidéo est moins importante que de raconter une histoire cohérence et concise ». 

En clair, la longueur parfaite d’une vidéo est aussi simple que la longueur parfaite d’un bout de ficelle: aussi long que vous en avez besoin.

C’est pour cela qu’aujourd’hui Facebook change la manière dont il présente les vidéos, rendant ainsi beaucoup plus facile le partage de vidéos aussi longue que nécessaire!

Qu’est-ce qui a changé dans la manière dont Facebook organise les vidéos dans le fil d’actualité?

On vous dit tout:

Faire une vidéo Facebook d’une durée parfaite

Dans le passé, la sagesse générale préconisait qu’une vidéo soit courte et dynamique.

Et il y avait de bonnes raisons à cela!

En 2014, Facebook indiquait que lorsqu’il donnait une note de qualité aux vidéos, pour déterminer à combien de personnes elles seront montrées, l’un des facteurs qu’ils regardaient était le pourcentage de votre vidéo qui était regardé par les utilisateurs.

Voici comment Facebook détermine qui voit vos publications non-vidéos.

C’est donc logique que vous vouliez vos vidéos les plus courtes possible! En théorie, cela rendrait beaucoup plus facile l’accès à un bon score qualité. Si quelqu’un regarde 30 secondes d’une vidéo d’une minute, c’est un pourcentage beaucoup plus haut que s’ils regardent 30 secondes d’une vidéo de cinq minutes.

Mais, ça, c’était avant. Et depuis, la vidéo est devenu beaucoup plus populaire.

Entre 2014 et 2015, les uploads de vidéos sur Facebook ont augmenté de 94% aux États-Unis. En 2015, les vues de vidéos sont passées de moins de 4 milliards par jour à plus de 8 milliards.

Facebook a, depuis lors, du modifier la manière dont il mesure la qualité des vidéos, et ce dernier changement en est un exemple parfait.

Aujourd’hui, les vidéos courtes et longues ne sont pas mesurées exactement de la même manière. Et cela devrait signifier que les formats plus longs ont beaucoup plus de chance de trouver une audience.

Parce que les longs formats sont, eh bien, plus longs, Facebook rend les taux d’achèvement beaucoup plus importants qu’ils ne le sont pour les vidéos plus courtes.

Note: le taux d’achèvement est le pourcentage d’une vidéo qui a été vu, pas le pourcentage de spectateurs qui ont regardé la vidéo jusqu’au bout.

En clair, les vidéos longues et courtes sont maintenant évaluées sur une courbe. Si quelqu’un regarde 80% d’une vidéo longue, cela a beaucoup plus de valeur que s’ils regardent 80% d’une vidéo courte.

Et, puisque vous êtes probablement entrain de vous poser cette question, Facebook n’a pas déclaré officiellement quelle durée était considérée une vidéo courte ou une vidéo longue. Aux dernières nouvelles, la durée maximum d’une vidéo uploadée est de 120 minutes, alors que la durée maximum d’une diffusion live (qui sera sauvegardée sur votre page après diffusion) est de quatre heures.

À quel point cela peut vous impacter (ou votre Page) dépend. Facebook a dit que les vidéos plus longues pourraient avoir plus de distribution, et que, pour faire de la place, les vidéos plus courtes en auraient un peu moins.

Cependant, cela dépendra principalement de ce que vous partagez et de la performance que vous en retirez, alors voici comment vous pouvez garder un oeil sur la statistique qui est devenue beaucoup plus importante!

Garder un oeil sur votre taux d’achèvement

Que vos vidéos soient longues ou courtes, plus les gens la regardent longtemps, mieux c’est.

Si vous voulez partager des vidéos que les gens regarderont, commencez par regarder vos performances existantes.

Utilisez l’onglet Statistiques ou Outil de publication de votre page pour trouver une vidéo que vous avez partagée, et vous verrez des statistiques de performance qui incluent combien de cette vidéo les gens semblent regarder. Vous y trouverez aussi combien de vos spectateurs vous conservez (et perdez), au fur et à mesure.

Facebook video stat

Les enseignements que vous tirerez des habitudes de vos spectateurs, vidéos après vidéos vous aideront peut-être à optimiser ce que vous partagerez dans le futur.

Par exemple, remarquez-vous que les visiteurs semblent regarder entièrement un type de vidéo plus qu’un autre? Préfèrent-ils les animations ou l’action live? Les tutoriels ou les sessions de questions-réponses? Les chats ou les bébés?

Mieux vous saurez déterminer quel type de vidéo trouve (et garde) une audience, et pourquoi elles le font, plus il sera facile de répéter vos succès. C’est difficile de partager le type de vidéos que vous spectateurs préfèrent si vous ne savez pas ce qu’elles sont, n’est-ce pas…

Cela change-t-il VOTRE approche de la vidéo sur Facebook?

Maintenant que les vidéos plus longues n’ont plus le même désavantage sur Facebook, pensez-vous que vous allez expérimenter un peu avec ce format?

Ou continuerez-vous à les garder courte et concises?

Trouvez-vous que c’est normal que Facebook prenne en compte la durée de la vidéo comme il le fait?

Partagez votre avis dans les commentaires ci-dessous!

La nouvelle mise à jour de Facebook rend la diffusion live encore plus facile

Facebook a vraiment poussé la vidéo live depuis le début 2016. Et avec les quelques récents changements sur la manière dont elle fonctionne et qui peut l’utiliser, cette fonctionnalité est sur le point de changer complètement.

En résumé, vous pouvez maintenant partager des vidéos live depuis votre ordinateur, pas besoin de mobile. Si vous voulez simplement vous assoir à votre bureau et lancer la camera, vous pouvez être live!

La version plus longue, par contre, c’est que tout ceci n’est qu’une partie de l’équation. Ce changement et d’autres s’additionnent et la fonctionnalité prend une tournure bien différente.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous et vos habitudes sur Facebook?

Voyons voir!

La vidéo live est plus simple et plus accessible

… et pas seulement pour les raisons que vous pourriez imaginer!

Parce que d’un côté, bien entendu, Facebook veut que la vidéo live soit populaire ; mais jusque là, ce fut uniquement selon des circonstances très spécifiques.

En dépensant un budget dingue en 2016 pour encourager les gros éditeurs vidéos à partager des choses en live, Facebook s’est assuré de la qualité qui était produite en utilisant cette fonctionnalité. Des sites comme BuzzFeed, par exemple, l’ont utilisé pour faire des coup de buzz comme pour interviewer le Président des États-Unis.

BuzzFeed Obama

Et alors que le live était disponible pour de plus en plus d’utilisateurs, c’était une fonctionnalité uniquement accessible sur les supports mobiles, encourageant ainsi les utilisateurs à se lever de leurs bureaux et à filmer dehors, en se concentrant sur la création de belles images. Après tout, la caméra intégrée d’un Macbook ne filme même pas à la résolution maximum des vidéos live sur Facebook.

Maintenant que vous pouvez diffuser à partir d’un ordinateur, il sera encore plus facile de simplement ouvrir Facebook et partager un moment de type “confessional”, simple et direct. Ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose, beaucoup de stars de YouTube, professionnelles et bien éclairées on démontré que l’on peut faire de belles choses avec le bon set-up de départ.

Confessional Secret Story

Et ce n’est pas le seul gros changement qui arrive sur Facebook en 2017

Alors que les diffusion live étaient exclusivement réservées aux administrateurs de Pages, les Pages vont maintenant pouvoir désigner des “contributeurs live” qui auront la capacité de diffusion sans avoir les droits d’admin sur la page.

Comme cela, il pourront faire du live, mais ne pourront pas changer la photo de profil de l’entreprise pour celle d’un ancien président de la république, ce qui pourrait être un grave problème.

Les restrictions sur qui peut faire du live sur Facebook et quand fondent comme neige au soleil et cela pourrait avoir un énorme effet sur la manière globale dont les gens utilisent cette fonctionnalité.

Et maintenant, qu’attendre de Facebook live?

Selon un rapport de Recode, Facebook ne fait plus la promotion de la vidéo live auprès des éditeurs professionnels comme il le faisait en 2016. Et certains de ces éditeurs, qui ont été rémunérés pour utiliser et populariser la fonctionnalité n’accepteraient pas forcément une proposition de continuer à le faire, expliquant que mettre en place des diffusions professionnelles demande trop de temps et d’efforts.

Maintenant que la diffusion live ne demande pas autant de ces deux choses, elle risque de perdre un peu de son prestige, mais, en même temps, elle pourrait gagner en popularité.

Considérons l’un des futurs changements majeurs et terme de diffusion live: la possibilité de ne diffuser que de l’audio. C’est une autre manière de rendre le live encore plus accessible, et de servir une large variété de créateurs de contenu ; pas seulement ceux qui ont les moyens et le temps de filmer des vidéos professionnelles.

You Can Do This

Maintenant que de faire du live va être plus facile que jamais, et offrir plus d’option pour les créateurs, un format qui n’a pas toujours eu un grand intérêt pour beaucoup d’utilisateurs pourrait soudain devenir beaucoup plus populaire.

En 2016, diffuser live signifiait donner les codes d’admin de sa page Facebook à quelqu’un d’autre et filmer sur une appareil mobile. Maintenant, tout ce dont on a besoin c’est d’un Contributeur Live et un ordinateur mini d’une caméra. Voir même juste d’un micro.

On comprend que Facebook ait passé environ un an à faire autant de buzz que possible autour de sa fonctionnalité. Ils voulaient que le contenu live qui était produit ai un certain style et niveau de qualité. Il se dit qu’ils ont aussi commencé à travailler sur la diffusion de graphiques comme des horloges de compte à rebours.

Maintenant que la vidéo live est une fonctionnalité bien établie à côté de laquelle on ne peut pas passer, au point qu’elle soit aussi disponible sur Twitter et Instagram, Facebook baisse les restrictions et encourage les créateurs à tester autant de types de contenu que possible.

Ce qui nous emmène à la grande question…

Êtes-vous prêts à diffuser live?

Maintenant que Facebook vous permet de diffuser live depuis votre navigateur web, pensez-vous essayer?

Ou appréhendez-vous que rendre le contenu live aussi accessible encourage le tout et n’importe quoi?

On aimerai entendre ce que vous en dite, alors, partagez vos avis dans les commentaires ci-dessous!

Facebook: la nouvelle fonctionnalité vidéo qui peut faire grimper vos vues

Facebook adore lancer de nouvelles fonctionnalités petit-à-petit, et cela veut dire que parfois, elles passent inaperçues.

En Octobre 2016, par exemple, ils ont commencé à proposer une nouvelle fonctionnalité ridiculement cool à une poignée de Pages, et cette fonctionnalité est maintenant disponible de plus en plus largement.

J’espère que vous êtes prêts pour ce bon vieux roulement de tambour

roulement de tambour

Comme l’a annoncé TechCrunch, Facebook propose maintenant un outil qui est bien connu des fans de YouTube: une manière de générer automatiquement des sous-titres pour vos vidéos, et de les modifier directement sur Facebook.

Ça n’a peut-être pas l’air de grand-chose dit comme ça, mais c’est un grand pas en avant pour tous ceux qui publient des vidéos sur leurs Pages Facebook, et c’est définitivement quelque chose dont vous pourriez profiter.

Pourquoi cette fonctionnalité et pourquoi l’utiliser

Donc, vous pouvez ajouter des sous-titres à vos vidéos pour que les gens puissent suivre sans le son.

On s’en fout, non? C’est pas un peu vieux-jeu tout ça?

hollywood

En fait, les sous-titres sont très important sur vos vidéos!

Environ 85% des vidéos sur Facebook sont regardées en mode silence. Donc, si on ne peut pas comprendre la votre sans le son, elles ne sont probablement pas super intéressantes pour la majorité des utilisateurs!

Les vidéos sont lancée sans le son, par défaut, à la fois sur les ordinateurs et les mobiles, et qu’ils n’aient pas leurs écouteurs à portée de main, qu’ils soient entrain d’écouter autre chose, ou qu’ils préfèrent simplement un peu de calme et de silence, les spectateurs ne mettent généralement pas le son.

En obligeant les utilisateurs à regarder votre vidéo avec du son, il y a de grandes chances qu’ils ne la regardent pas. Facebook vous donne des outils qui vous permettront d’avoir de meilleurs résultats facilement!

Prêts à voir comment ça fonctionne?

Comment utiliser le nouvel outil de sous-titrage de Facebook

Tout d’abord, voyons combien de chemin nous avons parcouru.

Avant, si vous vouliez ajouter des sous-titres à une vidéo sur Facebook, vous deviez soit les intégrer directement dans la vidéo (et ils ne pouvaient plus être enlevés), ou vous deviez uploader un fichier SubRip (.srt). Ce qui signifiait tout taper à la main, dans le bon format, à la fraction de seconde près.

Maintenant, Facebook, fait la partie difficile à votre place, et vous pouvez corriger vos sous-titres en temps réel.

Si vous avez déjà utilisé l’outil de sous-titrage de YouTube, cela devrait vous paraitre familier. Le logiciel de reconnaissance verbale de Facebook identifie ce que dit votre vidéo et à quel moment, vous donnant ainsi une trame à corriger directement dans votre navigateur.

Pour ce faire, allez sur l’une de vos vidéo et trouvez l’option: « Modifier »:

Facebook video modifier

De là, vous accédez au menu Sous-titres pour soit uploader un fichier .srt (comme avant!) ou utiliser le bouton « Générer ». Cela ouvre une fenêtre où vous verrez les sous-titres que Facebook a créer pour vous, juste à côté de la vidéo.

Attention, votre travail n’est pas terminé lorsque Facebook a créé des sous-titres à votre place.

Parce que si le logiciel de reconnaissance vocale est puissant, il est loin d’être parfait! Facebook vous fera gagner beaucoup de temps en générant ce qu’il pense que votre vidéo est en train de raconter, mais vous devez vraiment relire, ligne par ligne, pour vous assurer que tout est ok.

Une fois terminé, tout ce que vous avez à faire est sauvegarder et boum: votre vidéo est maintenant agréable pour la grande majorité des utilisateurs de Facebook qui préfèrent la version silencieuse à celle sonore!

Avez-vous des sous-titres à ajouter?

Voilà, les vidéophiles, c’est une manière facile et rapide d’ajouter des sous-titres à vos vidéos sur Facebook!

La question maintenant est: comment allez-vous l’utiliser?

Vous pensez que le jeu n’en vaut peut-être pas la chandelle?

Ou préférez-vous partager des vidéos qui n’ont aucun contenu verbal?

Dites-nous ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous!