Quand Facebook annonce trois changements d’algorithme en trois semaines

Quand Facebook annonce trois changements d’algorithme en trois semaines

Vous avez entendu parler du dernier coup de Facebook?

Pas celui-là, l’autre.

Non, l’autre autre.

Facebook a passé le premier mois de 2018 à lancer non pas une, ni deux, mais trois changements dans la manière dont il détermine ce que les gens voient dans leur Fil d’Actualité.

Si vous avez une Page Facebook, ça peut vous intéresser, surtout vu que certains de ces changements pourraient vous impacter plus que d’autres.

Alors, que s’est-il passé en 2018?

Qu’est-ce que ces changements signifient pour votre stratégie, et qu’est-ce qu’ils ne signifient pas?

Faisons un petit retour rapide sur les annonces faites par Facebook en Janvier 2018 en ce qui concerne leur algorithme.

Moins de publications dans le Fil d’Actualité provenant d’entreprises, marques et média

La première était un peu du jamais vu.

Dès le début 2018, Facebook annonçait que le Fil d’Actualité commencerait à montrer aux utilisateurs plus de publications venant des amis & famille, et moins de publications venant d’entreprises, marques et médias.

Si vous êtes dans le web-marketing, ça n’était probablement pas une bonne nouvelle.

On avait écrit un article plus en profondeur sur le sujet (que vous retrouverez ici), mais voici la version courte:

Les Pages Facebook ont moins de place qui leur est destinée dans les Fil d’Actualité des utilisateurs, donc c’est encore plus important que votre Page soit super « propre ».

Et qu’est-ce que Facebook entend par « propre »?

Comme l’indique leur communiqué de presse:

« Les publications des Pages qui créent de la conversation entre les gens seront mieux mises en valeur dans le Fil d’Actualité. »

Ce qui signifie que lorsque vous écrivez des publications pour Facebook, vous devez toujours avoir en tête la manière dont elles pourraient créer de l’engagement, et particulièrement des commentaires.

Par exemple, les publications sous forme de liens ou de vidéos qui encouragent les discussions en posant des questions.

Souvenez-vous juste que tout engagement n’est pas du bon engagement.

Au même moment, Facebook surveille aussi de plus près les leurres à engagement: des publications qui sont conçues pour gratter des tonnes de réactions et commentaires, mais qui n’ont pas beaucoup de valeur.

Publier des leurres à engagement ne fera pas qu’impacter négativement la visibilité de chacune de vos publications racoleuses, il est possible que cela signifie aussi moins de portée globale pour toute votre Page.

Donc, comprenez, pas cool.

Voici un article que l’on a publié et qui explique à quoi ressemble le leurre-à-engagement, avec tout un tas d’exemples: Les cinq leurres à engagement qui feront baisser le reach de vos publications et de votre Page Facebook.

Ok, donc, partager plus de publications qui encouragent l’engagement authentique. C’est le premier commandement de Facebook, il en reste deux!

Qu’est-ce que Facebook a annoncé aussi début 2018?

Plus d’actualités venant de « sources de confiance »

Si vous êtes comme la plupart des gens, vous espérez ne plus jamais avoir à entendre les mots « fake news » (fausse info).

La vérité c’est que Facebook a historiquement été l’épicentre d’une épidémie de désinformation. Un cas suffisamment sérieux pour qu’ils aient à en répondre devant le Congrès des Etats-Unis fin 2017.

Par exemple, Facebook a déclaré que du contenu créé par des agents russes pour influencer les élections présidentielles en 2016 a atteint environ 126 million d’individus, près de le 40% de la population des Etats-Unis.

En clair, Facebook sait qu’une « vraie » fake news (qui peut être prouvée fausse) est un problème qu’ils se devaient d’adresser.

Alors, que font-ils sur le sujet?

Facebook a annoncé début 2018 qu’ils souhaitaient mieux s’assurer si une source méritait leur confiance donc que le Fil d’Actualité donnerait la priorité aux publications des sources auxquelles les gens font confiance. Pour déterminer si oui ou non une source est digne de confiance, Facebook a enquêté auprès des utilisateurs.

Ça vous inquiète? C’est inutile!

Ceci n’est pas très différent d’autres enquêtes-qualité que Facebook a mené par le passé. Ce n’est pas la première fois qu’ils ont inclus des questions pour savoir si les utilisateurs faisaient confiance ou pas à une source en particulier!

Des enquêtes telles que celle-ci permet généralement à Facebook de repérer certains signaux qui peuvent les aider à améliorer leur algorithme pour déterminer si un contenu respecte certains critères.

Dans le passé, par exemple, Facebook a entrainé son algorithme à identifier si oui ou non un lien pouvait être un leurre-à-clic.

Qu’est-ce que cela signifie pour VOUS?

Selon l’annonce faite par Facebook, les éditeurs de contenus auxquels les utilisateurs disent accorder leur confiance pourraient voir leur portée s’améliorer, et ceux qui n’obtiennent pas un bon score sur l’échelle de la confiance pourraient voir leur portée chuter.

Quoi qu’il en soit, cependant, la première iteration du questionnaire de Facebook sur la confiance n’est pas particulièrement profonde ; et cela signifie que votre travail est relativement simple.

En clair, ne trahissez pas la confiance des gens qui voient vos publications ; et juste pour info, c’est parfois plus compliqué qu’un simple « ne mentez pas ».

Prenons les sujets leurre-à-clic, par exemple.

Il peut être tentant de donner un petit coup d’accélérateur à un titre ou une publications, mais les exagérations peuvent frustrer les lecteurs et trahir leur confiance.

Combien de fois avez-vous cliqué sur un lien qui promettait de « vous en mettre plein la vue », pour réaliser que vous n’y voyez pas grand-chose d’intéressant?

Quand vous écrivez un titre ou une publication pour Facebook, restez-en aux faits, restez vrais, et ne promettez rien que votre contenu ne délivrera pas. Parce que si Facebook demande à quelqu’un à quel point ils vous font confiance, vous voulez que ces gens donnent la bonne réponse!

Maintenant, passons à la dernière annonce relative au Fil d’Actualité, faite par Facebook en Janvier 2018!

Qu’avaient-ils à raconter vers la fin du mois?

Plus de nouvelles locales dans le Fil d’Actualité

Fin Janvier 2018, Facebook a annoncé qu’il fallait s’attendre à voir plus d’informations dans les Fils d’Actualité provenant de sources locales. Et ils ont une définition relativement précise de ce que cela signifie.

Facebook espère que montrer des actualités plus locales à leurs utilisateurs aura une répercussion positive sur leur communauté, donc les éditeurs locaux devraient voir une meilleure visibilité de leur contenus dans les Fils d’Actualité.

Mais, qu’est-ce qu’un « éditeur local » exactement?

D’un coté, cette classification n’a rien à voir avec la taille ; ce qui est probablement une bonne nouvelles pour les petites Pages qui pourraient se sentir désavantagées par rapport au Pages de médias internationaux.

En clair, il n’est plus aussi difficile pour le blog d’une communauté d’artistes lyonnais de se battre avec Le Monde pour un peu de place dans le Fil d’Actualité des utilisateurs de Facebook.

D’un autre coté, cependant, un « éditeur local » ne signifie pas forcément une entreprise locale.

Facebook identifie les éditeurs locaux en fonction de s’ils sont locaux et de s’ils sont une source d’information:

Comme le montre leur image, être simplement local n’est pas toujours la même chose qu’être une source d’informations locales. Mais on ne sait toujours pas vraiment à quel point cela va affecter le contenu partagé par les entreprises locales (vous savez, comme ce que vous être en train de lire).

Parce que, comme vous le savez, les sources d’actualité et les entreprises ne sont pas mutuellement exclusives! Un boulanger local, par exemple, peut écrire et partager des articles de blog avec des conseils de patisserie et des recettes. Un agent immobilier peut écrire des articles sur l’inspection des biens et les rénovations, même des articles à destination spécifique de leur audience locale!

En quoi cela VOUS concerne-t-il?

L’initiative de Facebook de donner la priorité aux actualités locales n’est pas encore très développée, ce qui signifie que c’est encore trop tôt pour voir où ils mettent la limite entre certaines sources de contenu.

Au final, pourtant, cela ne risque pas trop d’impacter négativement votre visibilité. Sauf si vous êtes Le Monde.

Un changement de direction des grands articles nationaux vers une actualité plus ciblée, plus locale, signifie que Facebook veut se concentrer sur ce qui intéresse des utilisateurs spécifiques, et pas forcément tout le monde.

Plutôt que de montrer aux utilisateurs des contenus qui intéressent les gens en général, Facebook veut leur montrer ce qu’il pense être important à leurs yeux, en tant qu’individus.

En créant et partageant ce type de contenu qui cible une audience spécifique, vous créez le type de contenu que Facebook veut prioriser!

Si vous êtes comme le boulanger ou l’agent immobilier du coin qui bloguent sur des sujets d’actualité, il est toujours trop tôt pour dire si l’algorithme va impacter votre visibilité, mais quel que soit votre secteur d’activité, tant que vous partagez un contenu pertinent pour une audience spécifique, vous jouez bien vos cartes sur le long terme!

Que pensez-vous des annonces faites par Facebook en Janvier 2018?

Maintenant qu’on les a bien récapitulés, que pensez-vous de ces changements d’algorithme?

Est-ce que c’était trop d’un coup?

Est-ce que vous avez constaté un réel changement sur l’année 2018?

Ou cela n’a-t-il fait aucune différence en ce qui vous concerne?

Partagez vos réactions dans les commentaires ci-dessous!

Photo by JESHOOTS.COM

Séparer son profil Facebook de sa page professionnelle

Séparer son profil Facebook de sa page professionnelle

En ligne, comme dans la vie réelle, il est souvent préférable d’éviter de mélanger vie privée et vie professionnelle. C’est pourquoi sur Facebook il faut bien distinguer votre profil personnel de votre page professionnelle.

Seulement pour pouvoir créer une page professionnelle, vous devez posséder un profil personnel ! Pour les néophytes, cette contrainte peut faire craindre de faire une erreur et de s’enmêler les pinceaux entre les deux.

Voici quelques conseils très simples à appliquer pour naviguer en toute sécurité !

1. On commence par le profil privé

créez profil Facebook

 

Créez un profil dans les règles

Vous ne pourrez pas y échapper ! Pour pouvoir créer ou être administrateur d’une page Facebook professionnelle, il vous faudra obligatoirement vous créer un profil Facebook au préalable.

Celui-ci devra reprendre votre véritable identité. En effet, il se peut que vous soyez contrôler et que vous deviez justifier de l’identité utilisée sur votre compte (envoi d’une copie de vos papiers d’identité par exemple). Cette règle est appliquée afin d’éviter l’usurpation d’identité et, depuis quelques années, Facebook a renforcé sa chasse aux « faux profils ». Prudence donc car, en cas d’écart à la règle, votre profil (et vos pages reliées à ce profil) peuvent tout simplement être supprimées !

Prenez donc le temps de vous créer un profil, avec votre prénom et nom, date de naissance et si possible une photo de profil afin d’éviter d’être suspecté de faux profil.

De toute manière, soyez rassuré, lors de la création de votre page professionnelle et même par la suite, votre profil personnel n’apparaîtra à aucun moment sur celle-ci !

Rendez-le « privé »

Même si votre profil n’a pas vocation à être visible depuis votre page professionnelle, il vaut mieux s’assurer que celui-ci soit privé.

Pour cela, rendez-vous dans les paramètres du compte en cliquant sur la petite flèche en haut à droite puis dans « Confidentialité ».

Plusieurs réglages sont possibles :

– Qui peut voir vos futures publications ? Vous pouvez choisir d’être le seul à y avoir accès en cliquant sur « Moi uniquement » ou seulement certaines personnes en choisissant « Amis » ou « Amis sauf connaissances ». Ne pas choisir l’option « public » !

– Qui peut voir les personnes, Pages et listes que vous suivez ? Idem.

– Limiter l’audience des anciennes publications. Il se pourrait que le contenu que vous ayez partagé auparavant ne soit pas restreint et donc ouvert à tous. Cette option limitera donc la visibilité de vos anciennes publications. 

– Qui peut vous envoyer des invitations ? Choisissez l’option « Amis et leurs amis » afin que seules les personnes déjà connectées à quelqu’un de votre réseau actuel puisse vous trouver. 

Voulez-vous que les moteurs de recherche en dehors de Facebook affichent votre profil ? Refusez ! 

Le cas du double profil

Si malgré toutes ces précautions, le fait d’utiliser votre profil personnel vous freine, il reste une ultime solution. Il est possible de vous créer un deuxième profil dédié à la gestion de vos pages.

double profil

Cela ne respecte pas le réglement de Facebook mais reste peu risqué à mettre en place. Si vous êtez mariés, l’astuce est alors d’utiliser votre nom de naissance ou bien le nom de votre conjoint.

2. On passe ensuite à la page Facebook professionnelle

Créez une page Facebook dans les règles

Avant toute chose, vérifiez tout de suite que votre page professionnelle en est bien une ! Beaucoup d’entre-vous font l’erreur de confondre profil et page et, comme vous l’aurez compris, cela est totalement interdit.

Si c’est votre cas, pas de panique ! Face aux nombreuses erreurs d’utilisateurs, Facebook a fini par créer un outil en ligne permettant de convertir un profil Facebook en page professionnelle.

Pour ceux n’ayant pas encore créé leur page, il vous suffit de suivre les étapes en cliquant sur le bouton « Créer » situé en haut à droite de votre page d’accueil.

Le cas des administrateurs

Pensez à bien nommer plusieurs administrateurs pour votre page. En cas de problème sur votre profil privé, cela vous évitera de perdre également l’accès à votre page.

Pour être nommé administrateur, vous n’aurez pas besoin d’être demandé en ami par les autres administrateurs. Il leur suffira d’utiliser votre nom ou adresse e-mail utilisée lors de la création de votre compte Facebook. Ils n’auront donc à aucun moment accès à votre profil !

Choisir d’être mis en avant en tant que membre de l’équipe… ou pas !

Une nouvelle fonctionnalité a été ajouté par Facebook vous permettant de mettre en avant sur votre page les membres de l’équipe. Cela n’est en aucun cas obligatoire.

L’avantage de cette fonctionnalité est d’apporter un peu d’humanité et de mettre en valeur les personnes travaillant sur un projet. D’où l’intérêt d’avoir correctement réglé ses paramètres de confidentialité…

Le cas de la modération

Le seul incident qui arrive encore relativement régulièrement, même aux utilisateurs les plus aguerris,  intervient lors de la modération des commentaires. En effet, sur ordinateur, Facebook va automatiquement repérer que vous êtes sur votre page professsionnelle. Il va donc basculer sur votre compte professionnel lorsque vous aurez besoin de répondre à des commentaires sur votre page.

Tandis que, sur mobile, il arrive très souvent que la manipulation n’ait pas lieu et que l’on se retrouve à répondre sur sa page avec son profil privé… Ou encore, à l’inverse, à auto-liker son propre contenu alors que l’on souhaiter liker en tant que personne et non entreprise.

L’astuce est donc de toujours vérifier que vous avez sélectionner le bon compte avant d’appuyer sur « envoyer » !

Pour cela, guettez que la photo soit bien celle de votre profil ou de votre page selon le résultat escompté. Si cela ne correspond pas, cliquez sur la petite flèche apparaissant à côté de votre photo :

choix du profil

Vous avez désormais toutes les clefs en main pour préserver votre vie privée lors de la création d’une page professionnelle. Vous remarquerez que, dans certains cas, il peut être intéressant de faire le lien entre les deux, notamment pour re-partager du contenu de votre page sur votre profil ! N’hésitez pas à nous dire de quel côté vous êtes… ! 

 

Doit-on avoir peur de l’algorithme de Facebook?

Doit-on avoir peur de l’algorithme de Facebook?

Début 2018, Facebook a annoncé des changements dans la manière dont il détermine ce qui est publié dans le Fil d’Actualité.

Si l’on en croit les médias, c’était littéralement la fin du monde.

« Coup de guillotine! »

« Le reach organique sur Facebook est mort! »

« La fin des haricots pour les publications organiques! »

Est-ce vraiment le début de la fin pour les marques sur Facebook?

Eh bien… non.

Même si l’on apprécie un titre accrocheur, ce changement dans le Fil d’Actualité n’a pas à faire autant peur!

En fait, cette mise à jour n’est pas très différente de la PLUPART des changement d’algorithme de Facebook.

Alors, oubliez les titres putaclic, et arrêtez d’empiler des Like cryogénisés dans votre grenier, et regardons de plus près ce qu’est cette mise à jour, ce que ce n’est pas, et ce que l’on peut en faire!

Oui, Facebook donne la priorité à vos amis et famille par rapport aux marques

À chaque fois que Facebook sort une nouvelle mise-à-jour de son algorithme, il change le type de contenu que les utilisateurs voient dans leur Fil d’Actualité. Certains types de contenu deviennent plus prioritaires, d’autres moins.

Voici le type de contenu auquel Facebook donne la priorité:

  • « Les publications qui créent des conversations et des interactions qui ont du sens entre les gens »
  • « Les publications que vous voudrez partager et auxquelles vous voudrez réagir »
  • « Les publications de vos amis et famille »

Tout ceci est extrait de leur communiqué de presse, pour info.

Ce dernier élément est particulièrement important, parce que comme le décrit Facebook, prioriser les publications des amis et famille signifie dé-prioriser les publications des marques.

Ce qui explique tous ces titres angoissants.

Pourtant:

Facebook a déjà fait cette déclaration.

Exactement la même déclaration.

Pendant l’été 2016, Facebook annonçait que le nouvel algorithme du Fil d’Actualité donnerait la priorité aux amis et famille. Ils disaient que les Pages de marque et de médias auraient probablement moins de reach organique et de trafic. C’était tout un pataquès. On a même écrit un article de blog sur le sujet!

Votre relation avec la source d’une publication (que ce soit un ami, un membre de votre famille ou une marque que vous suivez) a toujours été très importante. En fait, c’est l’une des quatre influences principales qui détermine si vous allez voir une publication ou pas. Et Facebook a donné la priorité aux amis et famille par rapport aux marques depuis des années.

Ce n’est qu’un nouveau pas dans la même direction que Facebook prend depuis longtemps. Et c’est un pas qu’ils avaient déjà fait avant!

En clair, les « nouvelles » priorités de Facebook pour les marques sont exactement les mêmes que les « anciennes »: accroitre l’engagement et l’authenticité.

Vous voulez vous tenir à jour de ces changements?

Voici à quoi cela ressemble pour vous.

Comment jouer selon les « nouvelles » règles de Facebook

Alors, récapitulons rapidement:

  • Il semblerait que Facebook ait ce nouveau-mais-pas-si-suprenant focus sur les amis et la famille dans le Fil d’Actualité.
  • Facebook veut AUSSI donner la priorité au contenu qui engage et qui est authentique.

Cela signifie que si vous voulez vous faire remarquer, vous ne pouvez pas vous contenter de partager du contenu au rabais. Vous devrez créer le type de contenu auquel Facebook donne la priorité.

Ou, comme l’indique leur communiqué de presse:

« Les publications de Pages qui créent des conversations entre les gens seront montrées en priorité dans le Fil d’Actualité. »

Vous voulez vous tenir à jour de ces changements? Vous devrez faire en sorte que les gens cliquent, partagent et échangent!

Et si vous voulez partager le type de contenu qui est le plus fiable pour générer ce type de réactions, Facebook a des conseils pour vous.

Voici les types de contenus que Facebook recommande pour générer des conversations:

  • Vidéos live (dont Facebook dit qu’elles créent six fois plus d’interactions qu’une vidéo classique)
  • Vidéos qui encouragent explicitement à la conversation (par exemple en posant des questions)
  • Publications dans les Groupes Facebook
  • Publications particulièrement pertinentes pour les fans locaux (pour les commerces de proximité)
  • Actualités qui créent des conversations autours de sujets importants

Voici un exemple de notre dernière publication sur notre propre Page:

D’un coté c’est une publication assez simple. Elle lie vers l’un de nos articles de blog et donne au lecteur toute l’information dont ils ont besoin pour décider si c’est intéressant pour eux ou pas.

En d’autres mots, ce n’est pas du click bait. Plus d’info à ce sujet dans cet article.

Malgré sa simplicité, pourtant, cette publication a créé une conversation par rapport à son sujet. Et une publication qui crée une conversation est EXACTEMENT ce que Facebook veut montrer en priorité dans les Fils d’Actualité.

Bon, on sait ce que vous êtes en train de vous dire:

« Comment puis-je créer une conversation si je ne suis pas vu par grand monde? »

La méthode la plus fiable est de payer pour promouvoir stratégiquement certaines publications. Et avant que votre portefeuille ne commence à trembler de peur, soyons clairs sur le fait que cela ne signifie pas payer pour promouvoir toutes les publications.

Prenez la publication ci-dessus par exemple.

Nous avons choisi une publication qui nous semblait avoir du potentiel de conversation, et nous l’avons boostée avec littéralement quelques euros sur une audience spécifique.

La promotion était terminée avant d’avoir commencé, mais sur cette courte durée, elle a permis de faire parler quelques personnes dans les commentaires, et ce momentum a eu un effet boule de neige une fois la promotion terminée. La publication a créé des conversations, donc Facebook l’a récompensée avec un meilleur reach organique.

Payer pour un peu de momentum au moment du lancement n’est pas un phénomène nouveau en réponse au changement d’algorithme non plus. Même début 2016, les Pages payaient pour près d’un tiers de leur reach sur Facebook).

Faire cela pour QUELQUES unes de vos publications peut aider TOUTES vos publications a obtenir une plus grande audience.

L’une des méthodes dont Facebook détermine combien de personnes verront la publication d’une Page est le succès global de cette Page. Quand vous publiez des choses qui obtiennent une bonne performance, Facebook prédit que vous prochaines publications auront une aussi bonne performance, et ils veulent les montrer a plus de monde!

C’est pour cela que dans le communiqué de Janvier 2018 de Facebook on trouve ce morceau choisi:

« Les Pages qui font des publications qui sur lesquelles les gens de réagissent pas, ou ne commentent pas, verront la plus grande baisse de distribution. Les Pages qui encouragent les conversations entre amis n’en subiront pas autant les effets.« 

Meilleure est la performance individuelle de vos publications, meilleure sera celle globale de votre Page!

Attention pourtant à ne pas déborder en publiant des leurres-à-engagement. Voici une explication de ce que c’est et de comment les éviter.

Quel est votre verdict sur cette mise à jour de Facebook?

Vous avez vu les titres racoleurs, et vous avez entendu ce que Facebook avait à dire. Alors, qu’en pensez-vous?

Est-ce que ce changement d’algorithme ressemble un peu trop aux précédents, comme celui de 2016?

Est-ce que vous trouvez que c’est un coup bas injuste pour les marques et les médias?

Ou attendez-vous juste un algorithme qui cache tout sauf les vidéos de bébés chiens voyant la neige pour la première fois?

Partagez vos commentaires ci-dessous!

Photo by Alex Haney

Les cinq leurres à engagement qui feront baisser le reach de vos publications et de votre Page Facebook

Les cinq leurres à engagement qui feront baisser le reach de vos publications et de votre Page Facebook

Fin 2017, Facebook a fait une annonce sans appel dont tous les web-marketers devraient se rappeler:

Ils savent que l’on essaie d’être plus fort que le système, et ils ne veulent plus en entendre parler.

Facebook a été assez clair par le passé sur les facteurs principaux qui déterminent qui voit vos publications, comme votre engagement. D’une manière générale, plus vous obtenez de l’engagement, meilleur sera votre reach.

Cependant, Facebook trouve que les gens ont fait fit des règles et ils ont mis sur liste noire une poigne2e de tactiques populaires pour générer de l’engagement. Mieux vaut savoir lesquelles.

C’est quelque chose qu’ils ont déjà fait par le passé. Début 2017, ils avaient créé un filtre destiné à identifier les publications clickbait pour pouvoir réduire leur reach.

Facebook ne va pas se contenter de restreindre le reach individuel des publications qui enfreignent les règles… les Pages récidivistes vont être pénalisées dans leur accès au fil d’actualité de leurs abonnés.

Alors, qu’est-ce qui est hors-la-loi selon Facebook et comment éviter de publier au détriment de vos performances?

Regardons de plus près ce que cela signifie, ou PAS.

Les différents leurres-à-engagement

Facebook a identifié cinq méthodes différentes de leurre-à-engagement qu’ils décrivent comme « utilisant l’algorithme du Fil d’Actualité en boostant l’engagement pour obtenir un meilleur reach. »

Ils ont créé un système automatisé pour définir si oui ou non une publication est considérée leurre à engagement, et ce système cherche des publications qui rentre dans l’un de ces cinq modèles:

1. Le leurre à vote

Les réactions aux publications Facebook sont devenues un outil de plus en plus populaire auprès des web-marketers depuis qu’elles ont été introduites en 2016, et ce, surtout pour leur potentiel à faire croitre l’engagement d’une publication.

Après tout, parfois, les gens veulent engager mais pas forcément en donnant du pouce.

Les réactions sont de plus en plus controversées, donc, il faut faire très attention lorsque vous les utilisez.

Plusieurs types de leurres à engagement dépendent spécifiquement des réactions, et cela inclue ce que Facebook appelle le vote baiting.

Le leurre à vote est une tactique qui encourage les utilisateurs à voter de manière informelle en choisissant une réaction, comme par exemple:

L’image nous dit quelle réaction choisir pour voter d’une manière ou d’une autre, peu importe l’émotion qu’elle représente, celle-ci n’a généralement rien à voir avec le choix.

Vous savez que vous avez déjà vu un millier de publications Facebook vous demandant de cliquer sur visage triste pour un hot dog ou pouce en l’air pour un cheeseburger.

Facebook a déclaré par le passé que si l’on continuait à utiliser les réactions pour ce type de sondage, les choix doivent au moins avoir un lien avec la réaction choisie.

Leurs guidelines disent:

En clair, si vous voulez créer un sondage qui demande aux utilisateurs de se servir des réactions, celles-ci doivent avoir un lien avec le contenu de votre sondage. Sinon, vous encouragez les gens à les utiliser d’une manière différente de ce pour quoi elles ont été créer: refléter une certaine émotion.

Mais ce n’est pas la seule manière dont les réactions peuvent vous causer des problèmes… On en reparle très vite.

2. Le leurre à partage

Les partages sur Facebook sont le rêve de tout les web-marketers. Non seulement ils vous donnent des points dans l’algorithme de Facebook en terme d’engagement, mais ils propulsent aussi votre contenu en face de nouvelles paires d’yeux.

Ceci étant dit, encourager les partages n’est pas toujours une bonne idée.

Dire à vos abonnés que le partage d’une publication va leur permettre de participer à un concours, par exemple, est ce que Facebook considère du share baiting. Vous demandez aux gens de partager un contenu non pas parce qu’ils le trouve intéressant ou de qualité, mais parce que c’est un moyen vers une fin qui n’a rien à voir.

Est-ce que cela signifie que vous ne devez jamais encourager les gens à partager vos publications? Pas nécessairement, mais si vous le faites, ce doit toujours être sur la base d’un contenu intéressant, utile, et pertinent. Et pas pour gagner un panier de fruits au bout de dix partages.

3. Le leurre à tag

Facebook veut que vous taguiez des gens dans les visuels pour identifier le sujet de ces images.

Ce qui semble probablement évident.

Parce que ça l’est.

Mais cela n’empêche pas de nombreuses publications comme celle-ci d’apparaitre sur les fils d’actualité.

C’est ce que Facebook appelle du tag baiting: encourager les gens à taguer leurs amis et connaissance sur une image qui n’est pas une photo d’eux.

Cela comprends aussi le tag des personnes en commentaire d’une publication Facebook. Ce qui ne fait pas que créer de l’attention vers la publication, mais participe aussi à son taux d’engagement.

Car si taguer les gens est une excellente manière d’attirer leur attention (et leur engagement), ce n’est pourtant pas ce pour quoi les tags ont été créés, et récolter de l’engagement sous forme de commentaires de mauvaise qualité peut être considéré comme une manière de tromper le système.

Facebook n’a pas spécifié que les utilisateurs qui se taguent les uns les autres peut influencer négativement votre reach, mais si vous avez encouragé vos abonnés à taguer d’autres personnes sur vos images pour obtenir leur attention ou leur engagement, c’est la fin de cette heure de gloire, cette stratégie est officiellement déconsidérée.

4. Le leurre à réaction

On vous a dit qu’on n’en avait pas terminé avec les réaction, n’est-ce pas?

Le react baiting est similaire au poll baiting: vous demandez aux gens d’utiliser les réactions d’une manière qui n’a rien à voir avec leur intentions.

Ce n’est pas forcément sous la forme d’un sondage, que quelqu’un peut utiliser pour faire entendre une opinion, mais peut aussi prendre la forme d’une identification ou d’une description.

Comme avec le leurre à votes, le principal problème de Facebook c’est que l’on demande aux gens d’utiliser les réactions pour autre chose que ce pour quoi elles ont été créées.

Vous remarquez des similarités?

Voici un dernier type de leurre à engagement que Facebook cible pour l’éradiquer:

5. Le leurre à commentaire

C’est le dernier, promis. Et puisque vous être arrivés jusque là, vous aurez probablement deviné où ils veulent en venir.

Le comment baiting, est lorsque vous encouragez les gens à laisser un commentaire spécifique sur votre publication, comme:

Le texte ne demande pas une remarque intéressante ou une opinion, ils essaient juste d’obtenir autant de commentaires que possible, parce que plus ils amassent d’engagement, meilleures seront les performances de leur publication.

C’est ce que tous les type de leurres ont en commun.

Ils encouragent une forme d’engagement différentes, mais ils vous demandent tous d’utiliser l’une des fonctionnalités de Facebook d’une manière différente de sa raison d’être initiale.

C’est pour quoi Facebook a AUSSI expliqué ce qu’ils ne considèrent pas comme du leurre à engagement:

« Les publications qui demandent de l’aide, des conseils ou des recommendations comme faire circuler un information sur un enfant disparu, collecter des fonds pour une cause ou demander des conseils voyages, ne seront pas pénalisés par cette mise-à-jour.« 

Si vous utilisez Facebook de manière authentique, et que vous n’encouragez pas les gens à utiliser des fonctionnalité comme les réactions, les partages ou les commentaires d’une autre manière que celle pour laquelle ils ont été créés, vous ne devriez pas avoir de souci à vous faire!

Que pensez-vous de cette chasse au leurre à engagement?

Voilà, vous savez tout. Pas une, pas trois, mais CINQ formats de publications que Facebook dit qu’il est temps d’arrêter.

Qu’en pensez-vous?

Est-ce que ça rend votre Fil d’Actualité plus agréable?

Est-ce que cela vous parait trop restrictif?

Ou est-ce que cela ne change pas grand-chose pour vous?

Partagez vos avis dans les commentaires ci-dessous!

Photo by Austin Distel

Le petit truc qui pourrait sérieusement augmenter les vues de vos vidéos Facebook

Le petit truc qui pourrait sérieusement augmenter les vues de vos vidéos Facebook

Chaque jour, plus de 500 millions de personnes utilisent Facebook pour regarder des vidéos.

Et la majorité des web-marketers utilisent déjà la vidéo dans leurs campagnes de communication digitale!

Avec autant de personnes regardent et qui publient, on peut se demander:

Que faire pour que les utilisateurs regardent VOS vidéos sur Facebook?

S’il y a vraiment autant de concurrence, comment allez-vous sortir du lot?

Il existe pourtant un petit truc qui peut rendre vos vidéos Facebook BEAUCOUP plus « regardables ».

Celui-ci utilise l’une des fonctionnalités d’édition vidéo les plus efficace de Facebook, mais aussi l’une de celles qui passe le plus souvent aux oubliettes. Donc, aujourd’hui, nous regardons de plus près comment vous pouvez sérieusement augmenter le potentiel de vos vidéos!

L’outil de sous-titrage automatique de Facebook (et pourquoi il est si important)

En 2017, Facebook a sorti une nouvelle fonctionnalité familière aux aficionados de YouTube: un moyen de générer automatiquement des sous-titres pour vos vidéos, et de les modifier directement dans Facebook.

Et si ça ne semble pas être si important que ça, c’est en fait un bon en avant énorme lorsqu’il s’agit de rendre vos vidéos plus « regardables » sans y passer trop de temps.

Voici pourquoi.

Tout d’abord, environ 85% des vidéos sur Facebook sont regardées sans le son. Donc, si votre vidéo n’a de sens que si on l’écoute, sans sous-titres, elle ne voudra rien dire pour la plupart de vos visiteur.

En fait, la plupart des vidéos ont besoin de son pour être comprises. Selon Facebook, 76% des publicités vidéos ne peuvent pas être comprises sans le son!

Si vous utilisez de la vidéo pour mettre vos produits en valeur, c’est encore PLUS important que les gens puissent comprendre ce qui se passe, sans le son. 90% des gens disent que les vidéos-produit les aident à prendre une décision d’achat. La votre a donc plutôt intérêt à être compréhensible sans le son!

Voici un exemple de pourquoi c’est si important.

Posez-vous la question: laquelle de ce deux vidéos est la plus facile à comprendre?

Si vous dites celle de gauche, bravo pour votre capacité à lire sur les lèvres, c’est carrément cool.

Obliger les utilisateurs à regarder vos vidéos avec le son fait qu’ils sont beaucoup moins susceptible de les regarder tout court.

Facebook le sait. Et c’est exactement la raison pour laquelle ils proposent ce outil simple et gratuit qui facilite l’obtention de meilleurs résultats!

Prêts à voir comment ça marche?

Comment utiliser l’outil de sous-titrage automatique de Facebook

Tout d’abord, prenons la mesure de l’évolution.

Avant que cet outil existe, si vous vouliez ajouter des sous-titres à une vidéo Facebook, vous devient soit les intégrer vous-même dans la video (et ils ne pouvaient pas être mis ou enlevés), ou vous deviez uploader un fichier SubRip (.srt). Ce qui signifiait taper manuellement chaque chose dans le format exact, jusqu’à la fraction de seconde.

En clair, vous deviez faire cela:

Au cas où vous ne l’ayez jamais fait, ce n’était pas drôle. On ne le faisait pas non plus, donc on va continuer avec l’exemple fourni par MeetEdgar sur le sujet.

Maintenant, Facebook fait tout le travail pour vous, et vous pouvez modifier vos sous-titres en temps-réel.

Si vous avez déjà utilisé l’éditeur de sous-titres de YouTube, ceci devrait vous paraitre assez familier. La reconnaissance vocale de Facebook identifie ce qui est dit dans vos vidéos et quand, vous donnant un premier jet que vos pouvez modifier directement dans votre navigateur.

Pour y accéder, allez sur l’une de vos vidéos et trouvez l’option « Modifier la publication »:

Note: si vous accédez aux vidéos par l’onglet Videos de votre Page, ceci peut apparaitre sous le nom Modifier la vidéo.

De là, vous pouvez accéder au menu Subtitles & Captions pour soit uploader un fichier .srt (comme au bon vieux temps!), soit utiliser le bouton « Générer automatiquement ».

Ceci ouvrira une nouvelle fenêtre où vous pourrez voir les sous-titres que Facebook a créé pour vous juste à côté de la vidéo:

Ce n’est pas parce que Facebook a généré des sous-titres pour vous que votre travail est terminé pour autant.

Parce que si le logiciel de reconnaissance vocale de Facebook est puissant, il n’est pas parfait! Facebook vous donne une bonne longueur d’avance en vous proposant ce qu’il pense que votre vidéo raconte, mais vous devriez quand même vérifier ligne par ligne et vous assurer que tout est ok.

Sinon, vous pourriez vous retrouver avec quelque chose comme:

Comme vous l’aurez sûrement deviné, ce n’est pas ce qu’elle dit…

Une fois terminé, vous n’avez plus qu’à sauvegarder et boom, votre vidéo est prête pour vos tous ces visiteurs qui préfèrent du contenu sans son!

En utilisant ce petit truc simple et rapide, vous optimisez vos vidéos pour qu’elles soit plus engageantes pour votre audience et cela peut faire une véritable différence non seulement pour votre Page Facebook, mais pour votre entreprise.

N’oubliez pas de le faire aussi pour vos vidéos live. Vous pouvez accumuler de nombreuses vues après que la diffusion live soit terminée, alors ajouter des sous-titre est une partie importante de votre routine post-diffusion!

Avez-vous des sous-titres à ajouter?

Voilà les vidéophiles, une façon simple et efficace d’ajouter des sous-titres à vos vidéos Facebook!

Maintenant la question est: allez-vous l’utiliser?

Pensez-vous que le jeu en vaille la chandelle?

Ou préférez-vous ne publier que des vidéos qui n’ont pas du tout besoin de son?

Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous!

Photo by Jakob Owens

Poster une photo 3D sur Facebook

Poster une photo 3D sur Facebook

Facebook vient tout juste de déployer une nouvelle fonctionnalité pour pimper vos publications : les Photos 3D ! Si vous avez déjà essayé les Photos 360°, vous avez dû vous apercevoir que le format fonctionne très bien. Alors de quoi s’agit exactement ? 

Facebook utilise les photos prises en mode portrait sur vos téléphones (seulement disponibles sur Iphone 7+, 8+, X ou XS). Ces derniers sont en effet dotés d’une double lentille et de capteurs de profondeur qui permettent de distinguer le sujet de votre photo de l’arrière-plan, en ajoutant un léger effet de flou. Lors de la création d’une Photo 3D, Facebook ajoute un effet de relief lorsque vous faites pivoter votre téléphone. 

 

Publier une photo 3D

Rendez-vous sur la page d’accueil de votre application mobile Facebook dans la partie Publication en cliquant sur « Exprimez-vous ». 

Parmi toutes les options proposées par Facebook, descendez jusqu’à trouver « Photo 3D »

Apparaissent alors toutes les photos que vous avez prises en mode Portrait de la plus récente à la plus ancienne, il ne vous reste plus qu’à choisir celle que vous souhaitez essayer ! 

Une fois votre photo chargée, il ne vous reste plus qu’à ajouter votre texte et à la publier comme un post classique ! 

Et voici le résultat une fois posté ! 

Groupes Facebook: comment conquérir et conserver vos membres?

Groupes Facebook: comment conquérir et conserver vos membres?

À combien de groupes Facebook appartenez-vous?

Et à combien participez-vous activement? Vraiment?

Parce qu’en 2017, plus d’un milliard de personnes par mois utilisaient les groupes Facebook. Et cela signifie que beaucoup de Groups ont finalement trouvé comment se rendre dignes d’intérêt!

Imaginons que vous souhaitez démarrer le vôtre. Ou peut-être en avez-vous déjà lancé un!

Comment faire de VOTRE Groupe Facebook l’un de ceux dans lesquels les gens aiment participer?

Quels sont les caractéristiques du type de Groupe qui fait engager les gens, les garde active et développe une réelle communauté?

Jetons un oeil à certains des éléments indispensables qui peuvent faire ou détruire un Groupe Facebook, et voyons comment vous pouvez les utiliser dans le vôtre!

Et tout commence ici:

Donner à votre Groupe Facebook un objectif clair

Voici une question plus difficile qu’elle n’en a l’air:

Pour commencer, pourquoi voulez-vous créer un Groupe Facebook?

Aussi tentant qu’il soit de répondre, « Parce que tout le monde le fait, » ce n’est généralement pas une bonne raison de faire quoi que ce soit.

Les meilleurs Groupes Facebook ont une raison d’être claire et spécifique, même si cette raison limite la popularité potentielle du groupe.

Voici un exemple.

Regardez le groupe LeanIn Lyon, qui existe spécifiquement comme ressource pour que des femmes s’y retrouvent et parlent de comment gérer leurs entreprises ou leurs carrières et de leadership en tant que femmes.

Voici un Groupe pour lequel la plupart des gens ne se qualifient pas, mais cela signifie aussi que pour les 150+ membres qui en font partie, il est vraiment pertinent.

Les membres de ce Groupe partagent des articles d’actualité, demandent des conseils et partagent des opportunités qui sont pertinentes pour cette tranche démographique, parce qu’elles savent que les autres membres de ce groupe ont des besoins, désirs et histoires similaires. Les chances qu’elles trouvent le contenu pertinent sont bien plus grandes que si c’était un Groupe de réseautage global et générique.

L’objectif de votre Groupe ne pas seulement lié à son sujet, c’est aussi une question d’identité.

Par exemple, regardez le Groupe Facebook Creative Superheroes, associé à Wonderlass.

Ce n’est certainement pas le seul Groupe Facebook destiné aux entrepreneurs, mais il représente et parle à une certaine attitude sur l’entrepreneuriat, et comment les gens l’approchent.

Comme nous en avons déjà parlé sur ce blog, aller dans le sens de ce qui différencie votre marque est une stratégie extrêmement efficace!

Même si votre niche vous parait large, cherchez des moyens de faire ressortir votre état d’esprit ou votre identité de manière unique, et faites-en le coeur de votre Groupe.

Vous pouvez aussi renforcer la raison d’être de votre Groupe d’une autre manière.

Dans Modifier les paramètres du groupe, vous pouvez ajouter jusqu’à cinq étiquettes qui rendront votre groupe plus visible (même si vous pouvez masquer les étiquettes), ainsi que la localisation, si c’est pertinent (parfait si vous créez un groupe local ou régional!)

Vous pouvez aussi catégoriser votre Groupe par type, ce qui le rendra plus facile à trouver pour les personnes qui ont des intérêts similaires:

La manière la plus importante de rendre votre raison d’être aussi claire que possible, cependant, reste la description de votre Groupe Facebook.

La description apparait sur la droite de votre Groupe, et c’est probablement l’endroit le plus stratégique pour clarifier votre objectif.

Plus encore si vous managez un Groupe fermé (plus là-dessus dans une minute), la description est la seule chose qu’un non-membre peut voir avant de demander à le rejoindre. Si vous voulez être clair dans les attentes que les membres sont en droit d’avoir, c’est votre meilleur instrument pour le faire.

Regardons à nouveau Creative Superheroes:

C’est beaucoup d’information… et c’est ce qu’il faut, parce que si vous hésitez à rejoindre le Groupe, vous y trouverez tout ce que vous avez besoin de savoir!

Vous y trouverez aussi beaucoup de règles – et c’est ce sur quoi nous allons nous pencher maintenant.

Faire de votre Groupe un endroit sûr

Un groupe Facebook, c’est comme une partie de Donjons et Dragons, ce n’est plaisant que si tout le monde suit les mêmes règles.

Ça et méfiez-vous des trolls…

Le truc c’est que les gens besoin de savoir quelles sont les règles avant de décider s’ils ont envie de jouer, donc il vous faut les expliquer en amont.

Parce que, aussi tentant soit-il d’assumer que tout le monde saura instinctivement comment utiliser le Groupe de la manière dont vous l’envisagiez, ça ne va probablement pas arriver tout seul.

On ne dit pas non plus que les gens sont des abrutis ; c’est juste que l’étiquette d’un Groupe Facebook a de nombreuses variantes imprévisibles!

L’un peut accepter que ses membres partagent des liens d’affiliation, alors que l’autre non. Certains peuvent avoir des règles strictes sur la fréquence avec laquelle les gens doivent publier, ou s’ils peuvent partager des offres d’emploi. Certains autorisent leurs utilisateurs à partager des vidéos, d’autres non!

Voici un exemple.

Tout comme Creative Superheroes, The Copywriter Club est un Groupe Facebook fermé qui partage ses règles dans sa description pour que vous sachiez à quoi vous attendre avant d’en demander l’accès:

Vous pouvez aussi rendre vos règles encore plus visibles en les intégrant dans la publication épinglée en haut de votre Groupe.

Si vous managez un Groupe fermé, ceci ne sera visible qu’aux membres, mais c’est potentiellement une bonne option si vous souhaitez intégrer des images comme le fait Dogspotting:

Un autre avantage est que votre publication épinglée a aussi un permalink, donc vous pourrez la partager facilement plus tard. Ce n’est pas le cas de la description de votre Groupe.

Facebook offre aux administrateurs de Groupes un panel d’outils qui aident à faire respecter les règles, dont certains aussi impartiaux que de bannir des membres.

En Octobre 2017, par exemple, Facebook a lancé un outil qui permet de facilement empêcher certains membres de publier ou de commenter. Une méthode douce mais efficace pour mettre les rebelles sur la touche.

Bien sûr, l’une des meilleures manières d’éviter le spam et les trolls est de limiter l’accès à votre Groupe dès le départ.

Les Groupes Facebook fermés peuvent contrôler qui les rejoint et ça les rend plus faciles à gérer.

Si vous avez besoin de revoir les différences entre Groupes publics et fermés, c’est ici.

Ça peut paraitre contre-intuitif. Après tout, quelqu’un qui ne fait pas partie de votre groupe fermé ne peut voir aucune de vos publications, cela ne rendra-t-il pas plus difficile le travail de les recruter dans le groupe?

Pas nécessairement! En fait, cela peut donner encore plus envie à certain membres potentiels de vous rejoindre, surtout parce qu’ils savent que le Groupe est sélectif et comment ses membres en profitent.

Voici un exemple:

Screw the Nine to Five est une ressource pour entrepreneur très populaire et propose un Groupe Facebook pour les membres les plus actifs et les plus engagés de son audience.

Pour s’assurer que le Group est un hub du bon type d’activité, il est fermé et quiconque veut le rejoindre doit répondre à un questionnaire (qui, entre autre, s’assure que vous avez bien lu et compris les règles du Groupe):

Les membres potentiels peuvent voir que l’administrateur de ce groupe prend les choses au sérieux et s’engage à offrir un espace sûr et productif à ses membres. Et c’est une promesse qui fait envie!

Elle fait certainement plus envie qu’un Groupe que tout le monde peut rejoindre et spammer à volonté.

Fermer votre Groupe Facebook peut demander un petit peu plus de travail au démarrage lorsque vous approuvez les membres potentiels, mais c’est aussi un probablement un gain de temps sur le long terme.

Et qu’en est-il des personnes qui sont déjà dans votre Groupe?

Comment les garder actives, engagées et attentives à la communauté que vous créez?

Garder son Groupe Facebook en bonne santé

Idéalement, une fois qu’un certain nombre de membres actifs et enthousiastes on rejoint un Groupe Facebook, ils l’utilisent suffisamment souvent pour lui garder un certain momentum.

Après tout, vous voulez que les publications de votre Groupe apparaissent sur le fil d’actualité de ses membres!

Quelle que soit votre audience, pourtant, il y a beaucoup de choses que VOUS pouvez faire pour garder le groupe actif, et encourager les gens à l’utiliser.

L’un des avantages d’un Groupe fermé, par exemple, est que vous pouvez donner une incentive pour toute inscription en offrant des opportunités exclusives (comme des vidéos live, des goodies à télécharger et autre…)

C’est quelque chose que l’on voit beaucoup dans les Groupes d’entrepreneuriat et de business, comme les exemples que nous avons partagé tout au long de cet article.

Cependant, même les Groupes ouverts peuvent facilement rester actifs en encourageant l’interaction de leurs membres!

Voici un exemple.

Modern Dog Owner a moins de 1,000 membres, amis c’est un Groupe active avec une plusieurs publications quotidiennes.

Ce n’est pas seulement à cause de ses photos de petits chiens trop mignons, c’est parce que l’administrateur du Groupe est en conversation constante avec ses membres!

Prenez cette publication par exemple:

Cette publication, qui incite les gens à se présenter a obtenu une tonne d’engagement, et a permis aux membres du groupe d’intéragir et de se parler!

C’est le genre de chose que vous pouvez TRÈS facilement faire et ce, de manière régulière.

Par exemple, en Octobre 2017, Facebook a lancé un nouvel outil qui permet aux administrateurs de groupe d’écrire des messages de bienvenue qui tag automatiquement les nouveaux membres. Une manière parfaite d’encourager l’engagement des personnes qui viennent juste de rejoindre le groupe!

Utiliser une publication automatique peut aussi éviter à votre groupe de tomber dans le silence. Nous conseillons à certains de nos clients d’ajouter à leur calendrier éditorial des sujets de conversation pour leur Groupes Facebook destinés à faire intéragir les membres!

N’oubliez pas d’aller recruter des gens pour votre Groupe Facebook en dehors de Facebook aussi.

Vous vous souvenez de Creative Superheroes dont on parlait plus haut, et du fait qu’ils étaient associés avec Wonderlass?

Le site web lie directement au Groupe Facebook depuis son menu principal (c’est le bouton The Community):

Si vous voulez bâtir une communauté qui fonctionne vraiment comme une extension de votre business, elle mérite probablement que vous en fassiez la promotion comme pour n’importe quel autre aspect de votre offre!

Qu’est-ce qui VOUS plait le plus dans les Groupes Facebook?

Pensez aux Groupes auxquels vous appartenez. Que font-ils de bien?

Qu’est-ce que vous n’aimiez pas dans ceux que vous avez quittés?

Dites-nous ce que VOUS pensez que tout Groupe Facebook devrait avoir, ou pas… dans les commentaires ci-dessous!

Photo by Christin Hume

À quelle fréquence devriez-vous publier sur les réseaux sociaux?

À quelle fréquence devriez-vous publier sur les réseaux sociaux?

Tout le monde veut savoir à quelle fréquence il faut publier sur les réseaux sociaux.

On pari que vous vous êtes posé la question au moins une fois.

Ça parait logique.

Bien entendu tout le monde veut savoir exactement combien de fois par jour ils devraient publier ; la solution universelle, le nombre magique pour obtenir les meilleurs résultats possibles. Ce serait chouette de pouvoir la mettre en place, l’oublier, et n’avoir plus jamais besoin d’y penser!

Alors, pourquoi la question est-elle aussi difficile à répondre? Quelle EST la réponse?

C’est un mystère qui a poursuivi les web marketers depuis que l’homme des cavernes a live-tweeté la découverte du feu. Alors, on a enquêté et on a trouvé quelques réponses juste pour vous.

Vous voulez voir ce qu’on a appris?

Et ce qu’en dit Facebook?

Voyez-donc!

Tout d’abord: personne n’est d’accord sur quoi que ce soit

Demander aux experts du web-marketing à quelle fréquence vous devriez publier sur les réseaux sociaux c’est comme lancer un sujet politique lors d’un dîner de famille: tout le monde a une opinion, personne n’est d’accord et quelqu’un finit toujours par envoyer valser la salade.

Vous ne pouvez pas faire confiance aux experts.

En voici la preuve.

Les recherches d’un expert diront peut-être que vous devriez publier sur Facebook deux fois par jour minimum, alors que d’autres vous diront que vous devriez publier deux fois par jour maximum.

Les uns diront que vous devriez publier jusqu’à trois fois par jour sur Twitter, d’autres diront que vous devriez tweeter jusqu’à vingt fois par jour.

Vous entendrez peut-être même quelqu’un suggérer cinquante tweets par jour.

Clairement, ces recommandations et « best practices » varient, et dans certains cas, elle varient beaucoup.

Mais voici le meilleur:

Aucune n’est fausse.

Personne ne peut se mettre d’accord sur la fréquence à laquelle vous devriez publier parce que cette réponse est différente pour chacun.

Et parce que cette réponse est différente pour chacun, même les études qui observent de nombreux web-marketers ne trouveront pas d’éléments communs ou de conclusions qui sont pertinentes pour VOUS.

On pourrait étudier 10,000 comptes Twitter, mais si leurs audiences sont différentes de la vôtre, les résultats ne reflèteront pas nécessairement ce que vous devriez faire!

Cela ne veut cependant pas dire qu’il n’y a pas de réponse à cette question.

Il n’y a juste pas une réponse universelle, ou une réponse que vous pouvez trouver avec une recherche Google rapide.

Il y a des manières de déterminer la fréquence à laquelle vous devriez publier sur les réseaux sociaux, et pour commencer, vous pouvez vous rapprocher directement de Facebook pour des conseils.

À quelle fréquence Facebook souhaite-t-il que vous publiez?

En Octobre 2017, Facebook publiait ses News Feed Publisher Guidelines, un guide complet de 8,400 mots détaillant toutes les choses à faire à ne pas faire pour publier du contenu qui obtient des résultats.

Vous pouvez lire le document complet ici si vous avez un peu de temps à tuer mais on vous a déjà trouvé quelques articles très intéressant répondant à notre question.

Par exemple, Facebook dit que vous devriez publier fréquemment.

Facebook montre le contenu qu’il pense pouvoir intéresser des personnes individuellement. Donc plus vous publiez des choses de qualité, plus vous avez de chance de connecter avec une audience.

Nous avons écrit sur la manière dont Facebook décide qui voit vos publications dans cet article.

Vous n’avez pas non plus besoin de vous inquiéter d’accidentellement spammer les gens.

Parce que Facebook utilise un algorithme qui détermine qui voit vos publications et quand. Facebook fait aussi en sort que votre audience ne voit pas trop de vos publications.

En leurs propres termes, « vous n’avez pas à vous inquiéter de spammer vos fans ou vos abonnés si le contenu que vous publiez est neuf et de grande qualité. »

On sait. Ça soulage d’entendre ça.

Est-ce que cela signifie que vous devriez publier 100 fois par jour sur Facebook? Probablement pas. Mais cela ne veut pas dire non plus que vous devez vous limiter à une fois ou deux par jour par peur d’en faire trop.

Et leur autre grand conseil sur la fréquence idéale de vos publications?

Ne cherchez pas la recette miracle pour atterri sur le fil d’actualité.

Voici ce qu’ils en disent:

« Les marques ont du succès de manières très différentes et avec des stratégies de publications très différentes. Il n’y a pas de meilleur moment pour publier, de nombre de publications ou de type de publication qui fonctionneront pour l’ensemble de marques. L’important c’est de créer du bon contenu dont vous penser qu’il intéressera votre audience. »

Et:

« Ne copiez pas la stratégie de votre concurrent. Chaque audience est différente. Utilisez vos propres statistiques comme guide pour construire une stratégie de création et publication à laquelle vos fans répondront. »

Alors, voilà, l’info à la source: il n’y a pas de réponse universelle à la question de la fréquence de publication sur les réseaux sociaux.

Mais vous pouvez toujours trouver par vous-même.

Vous allez devoir y mettre un peu d’huile de coude, mais c’est quelque chose que vous pouvez tout à fait déterminer tout seul.

Vous voulez voir comment?

On va vous montrer!

Trouver votre « sweet spot »

Pour commencer, si vous visitez l’onglet Statistiques de votre Page Facebook et cliquez sur Publications, vous y trouverez un découpage complet de quand les personnes qui composent votre audiences tendent à utiliser Facebook.

Vous y trouverez un graphique comme celui-ci, qui détaille cette info jour-par-jour et heure-par-heure:

Par exemple, si l’on décidait les meilleurs moments pour publier du contenu, on éviterait d’en mettre trop entre 3 et 6 heures du mating, quand peu de nos abonnés sont sur Facebook.

Ce qui n’est pas surprenant vu que près de 3 abonné sur 4 sont en France, quelque chose que vous pouvez trouver dans la partie Personnes de vos Statistiques.

La partie Publications de vos Statistiques vous montre aussi l’historique de vos publications: ce que ce que vous avez partagé et quand, avec le reach et l’engagement obtenu à chaque fois.

C’est ici que vous regardez périodiquement la performance de vos publications.

Mais disons qu’à la place, vous avez récemment changé votre routine de publication. Peut-être que vous êtes passé d’une par jour à trois par jour, et vous voulez voir l’effet obtenu.

La section Vue d’Ensemble de vos Statistiques montre une vue globale de votre performance sur la durée, vous pouvez y voir l’évolution de votre engagement ou de votre reach en fonction de la fréquence à laquelle vous publiez.

Alors que vous ajoutez plus de publications à votre calendrier, est-ce que vos stats d’améliorent, ou pas? Que se passe-t-il si vous enlevez quelques publications de votre calendrier? Ou que vous variez le type de publications que vous faites?

Twitter vous donne une série d’options similaires pour traquer l’efficacité de vos publications.

Dans votre Twitter Analytics, l’onglet Tweets vous donne des statistiques comme les impressions, les réponses, les retweet et les clics sur des liens sur une période donnée.

Donc, une fois encore, si vous modifiez votre routine de publication, vous pouvez facilement comparer les résultats de cette nouvelle routine avec ceux de la précédente!

Souvenez-vous juste que considérer que plus d’un facteur peut influencer ces résultats. Si l’augmentation de la fréquence a l’air d’avoir une effet négatif sur une certaine période, considérez aussi le type de contenu que vous avez partagé sur cette période!

Par exemple, voici deux jours de partage du même nombre de Tweets et de réponses, mais un jour, il y a près de 3,000 impressions de plus. Dans un cas comme celui-là, on peut éliminer le facteur de la fréquence et se concentrer sur l’analyse du type de contenu et des heures de publication:

Expérimenter requiert du temps et de la patience, mais le jeu ne vaut la chandelle. Et c’est là que vous verrez une vraie rétribution sur votre travail acharné!

Quelle est VOTRE routine de publication?

Il n’y a pas de véritable réponse universelle sur la fréquence de publication nécessaire sur les réseaux sociaux, alors quelle est VOTRE réponse?

Trouvez-vous que moins c’est mieux?

Ou publiez-vous plus vite que votre ombre?

Partagez ce que vous avez observé (et voyez ce que d’autres ont appris) dans les commentaires!

Photo by Curtis MacNewton

8 idées de posts Facebook engageants

8 idées de posts Facebook engageants

Vous manquez d’inspiration lorsqu’il s’agit de créer du contenu ? Vos posts Facebook n’ont pas le succès escompté ? Nous vous avons préparé une liste de publications dans lesquelles piocher et que nous vous encourageons à tester sur votre audience !

Pour rappel, un post Facebook efficace est un post engageant, c’est-à-dire qu’il incite votre communauté à réagir à celui-ci (que ce soit par un like, un commentaire – ou encore mieux – un partage sur son propre fil).

Deux raisons à cela :

  • La première est assez évidente. Si votre audience interagit avec votre contenu, c’est que celui-ci correspond à ses attentes. Et donc que vous avez une audience de qualité constituée de personnes qui sont / seront de potentiels clients.
  • La deuxième est plus « technique ». Facebook, comme beaucoup d’autres réseaux sociaux, utilise un algorithme appelé « Edge Rank » qui combine plusieurs critères afin de déterminer si votre publication mérite d’être vue par un pourcentage plus ou moins important de votre fan base. L’engagement et la qualité de vos publications font parties des critères surveillés, ainsi que la régularité de publication, le type de contenu publié, etc.

 

8 idées de posts qui engagent…

 

1) Apporter de l’information de qualité

Apportez une réelle valeur ajoutée à votre audience en créant du contenu de qualité qui réponde à leurs attentes et besoins. Si vous connaissez votre cible, vous devriez être capable de dresser une liste des problèmes que ceux-ci rencontrent ou des questions qu’ils se posent.

Pourquoi ne pas écrire un article pour répondre à chacun de ces sujets ? Proposer une vidéo tuto, un mode d’emploi, des trucs et astuces ? Ou encore mettre en place des webinars de formation et pourquoi pas faire intervenir un expert ?

Si vous vous adressez à des professionnels, pensez également au format livre blanc. Il s’agit d’un contenu plus long et détaillé sur plusieurs pages que vous pouvez proposer en téléchargement gratuitement mais en échange d’une adresse e-mail par exemple !

 

2) Ré-utiliser du contenu de qualité

Créez son propre contenu est une tâche qui prend du temps ! À défaut de tout produire vous-même, il est également de bon ton de partager du contenu créé par d’autres.

Vous faites de la veille sur votre secteur ? Partagez les meilleurs articles que vous aurez trouvé à votre communauté !

Cela vous permet non seulement de vous positionner comme un acteur « expert » au fait de l’actualité de son domaine mais également de potentiellement vous faire repérer par les personnes dont vous partagez le contenu. Profitez-en pour créer du lien avec des influenceurs / médias.

Pensez également à mettre en avant l’actualité de vos partenaires et clients ! Ainsi le jour où vous aurez besoin de diffuser une information importante, vous aurez une chance qu’ils vous rendent la pareil. 😉

 

3) Intégrer des éléments visuels

« Une image vaut mille mots ». 

Cela vaut particulièrement pour les réseaux sociaux ! Encore une fois, l’algorithme de Facebook est à prendre en compte. Certains types de contenu permettront à vos publications d’être plus performantes.

Le texte seul vous desservira, pensez à intégrer obligatoirement un élément visuel ! Et si possible dynamique : vidéo ou gif par exemple.

Variez les contenus pour voir ce qui fonctionne le mieux pour votre page : infographie, photo, illustration, diagramme, diaporama, etc.

Enfin, ne laissez pas les emoji de côté ! 🔥

 

4) Montrer les coulisses

 

Les coulisses fonctionnement trèèèès bien sur les réseaux sociaux ! Et ce n’est pas étonnant, le contenu attendu n’est pas un contenu de marque « brandé » avec un ton professionnel. On cherche à connaître l’envers du décor… Et à vivre avec vous les aventures de votre entreprise !

Vous faites des travaux ? Vous venez d’installer une nouvelle vitrine ? Vous êtes en train de préparer l’envoi des colis de vos clients ? Partagez tous ces moments avec votre communauté !

De la même manière, les contenus intégrant des HUMAINS sont deux fois plus engageant. N’hésitez pas à mettre en avant vos collaborateurs, à souhaiter la bienvenue à une nouvelle recrue, à partager vos événements d’entreprise, etc. Cela ne rendra votre marque que plus sympathique aux yeux de ceux qui vous suivent.

 

5) Tester le live

Dans la même veine que les coulisses, le live est un format plutôt populaire !

Vous pouvez l’utiliser pour permettre à votre communauté de vous suivre durant des événements privés ou professionnels auxquels ils n’auraient pas accès en temps normal : salons, conférences, événements particuliers type défilés, vernissages, etc.

Fixez un rendez-vous à une date et une heure précise en publiant un premier post pour annoncer votre live. Durant le live, posez des questions et répondez à celles que l’on vous pose. Enfin si vous êtes satisfaits du résultats, sauvegardez votre publication afin de la conserver sur votre page et que d’autres puissent y accéder.

 

6) Partager de l’UGC

 

L’UGC, encore un contenu à forte valeur ajoutée ! Mais what is it ? Il s’agit d’User Generated Content, autrement dit, du contenu créé par l’utilisateur.

Il peut s’agir de photos prises par vos clients ou de témoignages en lien avec votre entreprise et que vous allez pouvoir ré-utiliser sur votre page.

Cela peut sembler évident mais ce contenu a un potentiel incroyable car il s’agit de publicité pour votre entreprise faite par d’autres : crédibilité 100% !

Pensez à mentionner les personnes ayant créé ce contenu pour les mettre en avant et encourager d’autres à faire de même.

 

7) Proposer des offres privilèges

Ventes privées, ventes flash, soldes, promotions, réductions exceptionnelles ou encore jeux-concours sont autant de mécanismes que vous pouvez réserver à votre communauté qui vous suit sur votre page.

L’objectif est de leur donner une raison de vous suivre en particulier sur les réseaux sociaux. Une sorte de récompense !

Les internautes sont à la recherche de bons plans et sont avides de ce type de contenu.

Cela vous permet également de suivre plus facilement les ventes ou leads générés grâce à votre activité en ligne. Pensez pour cela à mettre en place des codes promo différents selon les supports sur lesquels vous les diffusez.

 

8) Engager la discussion

 

Et pour finir, un conseil évident et pourtant souvent laissé de côté : n’oubliez pas d’ouvrir la discussion !

Rien de plus simple : posez des questions, encouragez votre communauté à donner son opinion, créez des sondages… Nul besoin de débattre sur un sujet compliqué.

La marque Michel et Augustin l’a bien compris et sonde son audience pour choisir le packaging de ses produits, sa future recette, la couverture de son prochain livre de pâtissier, et les gens jouent le jeu avec plaisir !

Les internautes adorent donner leur avis et se sentent ainsi plus impliqués dans la vie de votre entreprise.

Alors qu’allez-vous tester prochainement ? Et qu’avez-vous déjà essayé ?  Est-ce qu’un type de post fonctionne mieux chez vous ? On est curieuses d’en savoir plus… 

 

Le partage d’écran sur Facebook Live: comment ça marche, et comment l’utiliser

Le partage d’écran sur Facebook Live: comment ça marche, et comment l’utiliser

Vous voulez montrer autre chose que votre tête sur Facebook Live?

Non pas qu’il y ait quoi que ce soit de mal à montrer votre ravissant visage… C’est juste sympa d’avoir des options!

Le saviez-vous? Depuis Octobre 2017, les utilisateurs de Facebook Live peuvent partager leurs écrans!

Techniquement, vous pouviez le faire avant avec des applications externes mais, depuis un an, c’est complètement intégré!

Quand vous démarrez une diffusion live, Facebook vous permet de choisir si vous souhaitez partager votre écran entier, un onglet en particulier sur un navigateur, ou la fenêtre complète d’une certaine application (comme votre navigateur).

Et comme ils l’avaient fait lorsqu’ils ont initialement ajouté la fonction de diffusion live depuis un PC, Facebook ouvre de SÉRIEUSES nouvelles portes pour créer et partager un nouveau type de contenus vidéo.

En parlant de ça…

De quelles manières pouvez-vous tirer avantages de cette option de partage d’écran sur Facebook Live?

Voici quelques idées pour vous lancer!

Webinars et présentations

Si vous êtes déjà versé dans la présentation de webinars (webinaires?), vous utilisez peut-être déjà un outil payant pour organiser, présenter et enregistrer vos performances. Quelque chose comme GoToWebinar, par exemple, que l’on voit beaucoup utilisé!

Si vous ne faites que démarrer dans le monde du webinar, par contre, Facebook Live devient un endroit parfait pour faire vos débuts.

Pour commencer, la visibilité de Facebook Live peut rendre l’accès à une audience beaucoup plus facile, autant avant qu’après la fin de votre diffusion.

Sans compter que de diffuser des vidéos live sur Facebook est relativement intuitif, pas de logiciel compliqué à maîtriser ici…

En plus de cela, si vous voulez organiser un webinar, le partage d’écran est juste ce qu’il manquait à la boite à outil de Facebook sur le partage de vidéo live.

Vous avez une présentation Powerpoint que vous souhaitez montrer à votre audience? Mettez-la à l’écran, et concentrez-vous sur la narration!

Vous avez une courte vidéo que vous voulez diffuser et pauses et disséquer avec votre audience? Vous pouvez la regarder ensemble!

Partager votre écran rend la mise à disposition de ce type de matériel éducatif beaucoup plus simple, surtout durant une diffusion live.

Mais imaginons que vous n’avez pas vraiment la disponibilité pour ce type de projet pour le moment.

Quels sont les autres manières dont vous pouvez profiter de cette fonctionnalité?

Démos, avant-première et exclusivités

Facebook Live est un outil puissant pour créer l’attention et annoncer des choses.

Si vous avez quelque chose de particulièrement excitant qui arrive, Facebook Live vous permet de le partager avec vos plus grands fans et d’en attirer de nouveaux!

Peut-être avez-vous un webinar ou un cours en ligne qui va bientôt démarrer, et vous voulez montrer un avant-goût des slides et autres outils.

Peut-être êtes-vous un auteur qui veut montrer en avant-première la couverture de son nouvel ouvrage.

Peut-être êtes-vous un photographe qui veut révéler quelques unes des images qu’il a choisi pour son prochain calendrier « Chiens habillés en stars de film muet des années 20« .

On a hâte de voir, n’oubliez pas de nous en envoyer un exemplaire…

Si vous le réalisez sur un ordinateur, vous pouvez le partager sur Facebook Live et c’est une énorme opportunité de connecter avec des audiences qui vous connaissent déjà ou pas!

En parlant de choses que vous faites sur un ordinateur…

En coulisse et tutoriels

Les vidéos de coulisse et les tutos ont déjà leur place sur Facebook, surtout pour des métiers comme artiste visuel.

Si votre spécialité se travaille à l’écran, par contre, il n’a pas toujours été facile de traduire cela en quelque chose qui se partageait sur une vidéo live. Jusqu’à maintenant.

Le partage d’écran sur Facebook Live vous donne beaucoup plus d’options pour montrer ce qui se passe en coulisses, ET pour créer des moment éducatifs.

Un artiste digital peut partager le travail qu’il est en train de réaliser sur Photoshop, ou montrer à ses fans comment utiliser certaines techniques.

Un développeur peut vous emmener dans les coulisses de ses méthodes préférées.

Un créateur de GIF avancé, peut vous montrer pas à pas sa façon de créer de nouvelles images.

Que vous vouliez partager de petits conseils rapides une fois par semaine, ou diffuser un après-midi entier de travail sur votre ordinateur, le partage d’écran est littéralement fait pour ce genre de choses!

Diffusions à plusieurs

Si Facebook Live s’interface avec des extensions permettant de faire des choses comme diffuser en même temps que d’autres personnes, le partage d’écran a rendu cela beaucoup plus simple.

Ce n’est peut-être pas une solution aussi élégante que d’utiliser une extension externe, mais le partage d’écran sur les vidéos live donne la possibilité de partager vos appels vidéos avec d’autres personnes. Parfait si votre stratégie habituelle est de diffuser ou d’enregistrer des vidéos avec un ou deux partenaires!

Assurez-vous juste que toutes les personnes présentes dans l’appel savent à l’avance qu’elles vont faire partie d’une vidéo live… Sauf si vous vous lancez dans une Caméra Cachée, auquel cas, faites ce que vous avez à faire…

Pensez-VOUS utiliser le partage d’écrans sur Facebook Live?

Comment voulez-vous l’intégrer dans votre stratégie de vidéo-live?

Ou n’êtes-vous pas fan de Facebook Live?

Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous!

Photo by rawpixel

elementum suscipit libero. mi, quis, non ultricies Donec