Sélectionner une page

Les aventures de Maître Chat sur le web

Au sein de la stratégie webmarketing des entreprises, le social media a pris de l’ampleur jusqu’à en devenir incontournable. En effet, les structures investissent de plus en plus de moyens humains mais aussi financiers pour présenter des publications innovantes et assurer une présence continue sur les différents réseaux sociaux.

Ainsi, on peut se demander comment les entrepreneurs et les plus petites structures se démarquent et comment ils fonctionnent pour mettre en place leur communication ? Cette semaine, nous sommes parties à la rencontre de la startup lyonnaise Maître Chat.

Basé à Lyon, Maître Chat est un studio de production audiovisuelle : films en motion design, films institutionnels et publicitaires. Leur principale préoccupation est de faire de belles vidéos, avec un rendu « quali’ » comme on dit dans le milieu.

Maître Chat: les aventuriers du « quali' » perdu

Pouvez-vous nous lister les différents réseaux sociaux que vous utilisez au sein de votre entreprise ? Pourquoi ce choix ?
Nous utilisons Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn et bien sûr YouTube et Viméo. Chacun de ces réseaux répond de manière unique à nos attentes. Ils ont aussi la particularité de cibler un public différent, à des horaires et des jours différents.

Ce qui est intéressant, c’est qu’ils ont également chacun leur portée géographique et démographique.

On ne publie pas forcement le même contenu, ou alors si on le fait, on le fait de manière différente. Par exemple, sur LinkedIn, on propose du contenu plus professionnel et sur Instagram on mise beaucoup plus sur les visuels.

Quelle est la fréquence de vos publications ? Quels types de contenus publiez-vous ? (Photos, vidéos, textes…)
On essaye de publier au moins une fois par semaine. Chez Maître Chat, on privilégie la qualité, on aime raconter de jolies histoires alors forcément, la cadence n’est pas toujours évidente à tenir.

Pour ce qui est du contenu, c’est facile. On s’inspire de ce que l’on aime, c’est-à-dire voir les making-off et les coulisses des autres studios vidéo que l’on suit (savoir comment ils réalisent leurs vidéos par exemple). On apprend beaucoup de ce genre de photos/vidéos donc, naturellement, on fait profiter à d’autres de notre expérience à notre tour.

On favorise les vidéos (soit des vidéos finales faites pour un client, soit des making-off) mais aussi les photos avec des making-off ou en montrant les coulisses du studio, des photos de l’équipe…

Par exemple, il y a trois semaines, on a publié une photo de l’équipe au Louvre.

Comment faites-vous pour gérer vos outils de communication ? (Temps passé, nombre de personnes qui s’en occupent, budget alloué…).
En général, on se casse la tête vingt minutes par post sur Facebook et on réplique sur les autres réseaux sociaux.

Pour tout ce qui est outils de communication et réseaux sociaux, c’est moi (ndlr: Camille) qui m’en occupe. Je ne suis pas fan d’Hootsuite et IFTT que j’ai un peu testés. Ce qui est frustrant, c’est lorsque l’on va publier une photo ou une vidéo, le format va être mal cadré. Par exemple, le format sera très bien sur Facebook mais beaucoup moins bien sur Twitter. Et forcément comme ce ne sont pas des outils que j’ai utilisé en mode payant, on se retrouvait avec les liens de ces deux outils qui positionnaient leurs marques. Donc je préfère prendre cinq ou 10 minutes en plus et faire un rendu un peu plus propre.

Selon vous, quel est l’impact de l’utilisation de ces outils dans votre stratégie marketing ?
Pour nous, l’impact est surtout de faire de la visibilité.

Depuis quelques semaines, j’utilise LinkedIn et je pense que c’est typiquement un outil qui peut nous apporter beaucoup… En fait, chacun des réseaux peut nous apporter beaucoup : Instagram pour vraiment le coté visuel et LinkedIn beaucoup plus pour le coté professionnel, avec moins des belles images par exemple.

Pour conclure, c’est vraiment de faire de la visibilité pour faire parler de nous, puis qu’on nous contacte pour finalement faire du chiffre d’affaires, ce qui me paraît logique !

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez face à l’utilisation des réseaux sociaux au sein de votre entreprise ?
Ma première difficulté c’est de trouver le temps de poster. Mais avant même de pouvoir poster, il faut avoir du contenu comme de belles photos ou de belles vidéos. Aujourd’hui, je me vois mal poster juste du texte sur les réseaux sociaux, et même si on a une toute petite chose à dire, l’agrémenter d’un GIF c’est toujours un peu plus vendeur. Et ça capte beaucoup plus l’attention !

Il me faut donc prendre le temps et avoir du contenu attractif. Par exemple, je me casse facilement la tête une grosse demi-heure, trois quart d’heure le temps de recadrer toutes les images pour chaque réseau social pour enfin les programmer.

Pour finir, pouvez-vous nous parler de l’une de vos publications qui a le mieux fonctionné et à votre avis, pourquoi ?
Notre dernière vidéo a très bien fonctionné : il s’agit d’un « side project » c’est-à-dire un projet qu’on a réalisé à coté de nos commandes clients. C’est notre carte blanche, c’est là où on se fait plaisir et on y passe énormément de temps post-production.

Ce projet est une vidéo qui porte sur le sentiment de peur largement accentuée par les médias. Elle a eu de très nombreuses vues sur Facebook et a eu la chance d’être  partagé par les comptes de Minute Buzz et Mr Mondialisation. Au total, nous avons atteint les 174,000 vues !

Une autre publication qui a bien fonctionné est un projet qui a été réalisé dans le cadre des Extras des Nuits Sonores. Il s’agissait du time laps de l’installation d’une anamorphose sur les usines Fagor Brandt avec du scotch noir.  La vidéo a récolté plus de 2,2 k de vues !

 Extras des Nuits Sonores

Ce que l’on peut retenir :

Vous pouvez retrouver Maître Chat sur ses nombreux réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Youtube, Instagram, LinkedIn. Allez en juger par vous-même, Maître Chat a très bien compris ce qui fonctionne sur les réseaux sociaux.

Côté conseil de la semaine il semblerait que proposer du contenu vidéo qualitatif garantit de bons résultats même si cela prend du temps! On retient également qu’il est important de bien taguer et mettre en avant ses partenaires pour augmenter son nombre de vue. En c’est toujours une bonne idée de montrer l’envers du décor!

Et n’oubliez-pas ! Si vous souhaitez participer à notre série d’interview, il vous suffit de laisser un message dans les commentaires ci-dessous.

MAANS au rythme des réseaux sociaux

Depuis quelques années, le social media est devenu incontournable dans la stratégie webmarketing des entreprises. En effet, les structures accordent alors de plus en plus d’importance aux réseaux sociaux n’hésitant pas à investir toujours plus de moyens humains et financiers pour proposer des campagnes innovantes et assurer une présence continue.

On peut alors se demander comment les plus petites structures type TPE/PME et entrepreneurs tirent leur épingle du jeu et comment s’y prennent-ils pour réaliser leur communication ? Cette semaine, pour poursuivre notre série d’interview nous avons choisi de rencontrer la startup lyonnaise MAANS.

MAANS (Music As A New Sense) a été lancé il y a quelques mois par Grégoire Mulliez et son associé Victor Chevallier. Ils ont mis en place un projet prometteur à destination de tous les passionnés de musique. Ces deux collaborateurs proposent un fauteuil acoustique permettant d’écouter et de ressentir la musique grâce au dossier qui vibre en fonction du son ! Comme dans une bulle, vous vivez une expérience unique sans casque et sans écouteurs.

Les réseaux sociaux au service d’un produit innovant

Pouvez-vous nous lister les différents réseaux sociaux que vous utilisez au sein de votre entreprise ? Pourquoi ce choix ?
Nous utilisons notre site internet, mais également Twitter, Facebook, LinkedIn, Instagram et Snapchat.

Aujourd’hui, nous avons fait le choix de tester beaucoup de réseaux sociaux afin de découvrir celui qui fonctionne le mieux.

Quelle est la fréquence de vos publications ? Quels types de contenus postez-vous ? (Photos, vidéos, textes…)
Nous postons presque quotidiennement grâce sur l’ensemble des réseaux. Nous publions des actualités sur nous et c’est ce qui marche le mieux vu que notre audience est aujourd’hui composée à 75% d’amis… Nous partageons également du contenu sur le secteur de la musique, de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

Comment faites-vous pour gérer vos outils de communication ? (Temps passé, nombre de personnes qui s’en occupent, argent dépensé…)
Nous utilisons Hootsuite et une seule personne en à la charge. Par ailleurs, nous avons été très entouré au moment de la création des comptes sur les réseaux sociaux mais surtout pour le site internet. Enfin, nous avons élaboré une stratégie de communication grâce aux conseils avisés de RDE Marketing. Nous avons boosté notre première publication Facebook afin d’avoir nos 100 premiers likes et ne pas passer pour des guignols dès la première publication…

Selon vous, quel est l’impact de l’utilisation de ces outils dans votre stratégie marketing ?
Nous pensons que l’impact est fort. Notre business est de proposer des fauteuils mais l’acheteur n’est pas l’utilisateur final. Il faut donc communiquer via plusieurs biais pour faire connaître le fauteuil aux utilisateurs et convaincre l’acheteur de s’en procurer un.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez face à l’utilisation des réseaux sociaux au sein de votre entreprise ?
Notre plus grande difficulté est le manque de public. C’est difficile de toucher les amis de nos amis et intéresser au-delà de nous !

Pour finir, pouvez-vous nous parler de l’une de vos publications qui a le mieux fonctionné et à votre avis, pourquoi ?
On essaye de faire un contenu qui nous ressemble et nous n’hésitons pas à afficher nos têtes. On pense que cela fonctionne bien. Notre actualité est largement préférée à la veille sectorielle. Car, encore une fois, ce sont les copains qui nous suivent !

Ce qui marche très bien aussi c’est le partage d’article de presse sur nous ! C’est très regardé !

Ce qu’on en retient :

Comme MAANS, si vous débutez sur les réseaux sociaux, votre premier objectif sera avant tout de faire grandir votre communauté. Formée au départ de votre famille et de vos amis, n’hésitez pas à les solliciter et à les encourager à commenter, liker et partager vos publications pour gagner en crédibilité et en visibilité ! Vous pouvez également donner un petit coup de « boost » avec la publicité pour une information importante que vous souhaitez mettre en avant à une audience plus ciblée.

Il est encore possible de participer à notre série d’interview alors n’attendez plus et laissez-nous un message dans les commentaires ci-dessous !

Retrouvez nos autres interviews d’entrepreneurs : Solidons et BoostInLyon.

Stratégie Social Media: Partons à la découverte de BoostinLyon

Depuis quelques années, le social media est devenu incontournable dans la stratégie webmarketing des entreprises. En effet, les structures accordent alors de plus en plus d’importance aux réseaux sociaux n’hésitant pas à investir toujours plus de moyens humains et financiers pour proposer des campagnes innovantes et assurer une présence continue.

On peut alors se demander comment les plus petites structures type TPE/PME et entrepreneurs tirent leur épingle du jeu et comment s’y prennent-ils pour réaliser leur communication ? Cette semaine, pour continuer notre série d’interview nous sommes parties à la rencontre de l’association BoostinLyon.

BoostinLyon est un accélérateur de talents lyonnais. C’est une association créée en 2012 qui a pour vocation de fédérer une communauté d’entrepreneurs sur Lyon. Ils accompagnent des porteurs de projets sur un programme court et intense. Mais BoostinLyon, c’est aussi un espace de coworking et tout plein d’événements pour faire grossir son réseau.

Ensemble, ils participent au développement d’une communauté solidaire d’entrepreneurs qui valorise le dialogue, l’entraide et le partage autour de leurs projets d’entreprise respectifs.

La stratégie social media de BoostInLyon

Pouvez-vous nous lister les différents réseaux sociaux que vous utilisez au sein de votre entreprise ? Pourquoi ce choix ?
Nous utilisons tout d’abord Facebook pour l’amplitude d’âge et la variété des gens qui y sont inscrit. Facebook est notre canal favori.

On nous retrouve aussi sur Twitter (pour toucher les gens qui pèsent) mais en vrai on poste rarement dessus.

On est également présents sur YouTube parce qu’on avait plein de vidéos cools à montrer.

Enfin on est aussi actifs sur Instagram pour les photos stylées et les coulisses de Boostinlyon et sur LinkedIn pour la partie sérieuse.

Quelle est la fréquence de vos publications ? Quels types de contenus postez-vous ? (Photos, vidéos, textes…)
On poste le plus souvent sur Facebook. Des articles que l’on repartage, des infos sur nos startups, des news concernant l’association. Au moins une fois par semaine, ça dépend si on a des choses à dire. Mais on ne se force pas à poster pour dire qu’on l’a fait ! Et on publie également une vidéo produite par nos soins toute les deux semaines.

Twitter et LinkedIn, on ne s’en sert que pendant les périodes de recrutement des startups. Instagram on doit poster dessus une fois par mois quand on y pense ! C’est surtout quand on organise des événements et que l’on veut montrer l’envers du décor, les préparatifs…

Comment faites-vous pour gérer vos outils de communication ? (Temps passé, nombre de personnes qui s’en occupent, argent dépensé …)
Vu qu’on n’est pas des gros actifs de la publication sur n’importe quel réseau, cela ne nous prend pas beaucoup de temps : les cinq minutes nécessaires pour écrire le texte de la publication.

Il y a ici deux voire trois personnes qui postent du contenu. On a dépensé une fois 10 euros pour booster une publication de vidéo sur Facebook. Ça ne nous a pas convaincus, mais on aimerait bien apprendre à mieux manipuler la sponsorisation sur Facebook.

Selon vous, quel est l’impact de l’utilisation de ces outils dans votre stratégie marketing ?
L’impact est forcément positif, notamment pour les périodes de recrutement, où beaucoup de personnes viennent nous rencontrer car elles ont vu un post… C’est également très utile pour promouvoir des événements et pour se faire connaître, même si on aimerait être encore plus connus 🙂

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez face à l’utilisation des réseaux sociaux au sein de votre entreprise ?

  • Trouver du contenu pertinent qui correspond à la communauté
  • S’imposer la régularité des posts
  • Le multicanal, à chaque fois se reconnecter sur chaque plateforme pour poster le “même” contenu. Bon je sais qu’il existe des outils pour mutualiser (Hootsuite par exemple), il faudrait qu’on s’y mette 🙂
  • Pas assez de retours de la communauté sur les contenus qu’ils ont apprécié

Pour finir, pouvez-vous nous parler de l’une de vos publications qui a le mieux fonctionné et à votre avis, pourquoi ?
La toute première vidéo qu’on a posté directement sur Facebook (sans lien YouTube) a fait 2 000 vues au total et atteint 7 000 personnes (sachant qu’on a un peu moins de 3 000 likes sur la page). Ça a bien marché parce que c’était nouveau, on n’avait jamais mis de vidéo qu’on avait produite avant. Et puis la vidéo est dynamique, sous forme de questions réponses rapides, avec un décor coloré, des sous-titres pour regarder sans le son et elle dure 1 minute environ, je pense que c’est le format parfait.

 

N’attendez plus pour aller découvrir les aventures de BoostinLyon sur leur site internet ainsi que sur leurs réseaux sociaux : Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn et YouTube.

Ce qu’on en retire

On vous encourage donc à vous rendre sur les médias sociaux et à les utiliser davantage. Vous pouvez essayer de publier des vidéos car comme nous l’exprime BoostinLyon c’est un format qui fonctionne très bien. Ce moderne outil de communication dispose d’un format dynamique et divertissant, son support attractif est très efficace et permet d’obtenir une grande visibilité et d’être propice à capter l’attention.

Et n’oubliez-pas ! Si vous souhaitez participer à notre série d’interview, il vous suffit de laisser un message dans les commentaires ci-dessous.

Réseaux sociaux: la stratégie de Solidons

L'équipe Solidons

Depuis quelques années, le social media est devenu incontournable dans la stratégie webmarketing des entreprises. En effet, les structures accordent alors de plus en plus d’importance aux réseaux sociaux n’hésitant pas à investir toujours plus de moyens humains et financiers pour proposer des campagnes innovantes et assurer une présence continue.

On peut alors se demander comment les plus petites structures type TPE/PME et entrepreneurs tirent leur épingle du jeu et comment s’y prennent-ils pour réaliser leur communication ? Cette semaine, nous sommes donc parties à la rencontre de l’équipe Solidons pour notre première interview.

Solidons est une association lyonnaise qui a pour objectif de proposer une solution de financement innovante aux entrepreneurs sociaux : un prêt à taux zéro, qu’ils s’engagent à rembourser à moitié en bénévolat de compétence et à moitié en numéraire. Pour cela, ils organisent des collectes événementielles de solidons au sein d’établissements commerciaux. Ces solidons, qui représentent une légère majoration de la note payée par le client, sont reversés à 100% au profit d’entreprises à fort impact social sélectionnées par les contributeurs. Solidons est né en Mars 2017 et est présent sur les réseaux sociaux depuis mi-avril avec pour objectif d’accroître la visibilité de leur projet !

L’équipe est composée de Victor Renaud, Yoann Ravella , Noémie Hequet et  Ludovic Rérolle qui ont accepté de répondre à nos questions !

Pouvez-vous nous lister les différents réseaux sociaux que vous utilisez au sein de votre entreprise ? Pourquoi ce choix ?L’équipe « Solidons » utilise principalement trois réseaux sociaux : Twitter, LinkedIn et Facebook.

Nous avons choisi ces trois réseaux sociaux professionnels car pour nous ce sont les plus connus et ils nous permettent d’avoir une grande portée. Avec leur utilisation nous pouvons échanger et interagir avec le grand public.

Quelle est la fréquence de vos publications ? Quels types de contenus postez-vous ? (Photos, vidéos, textes…)
Pour Facebook, nous publions en moyenne 2 à 3 fois par semaine des publications au contenu varié : textes, photos, gifs… Pour LinkedIn, nous publions 1 fois toutes les 2 semaines sous forme de vidéos et d’articles de presse. Enfin, sur Twitter, nous publions en moyenne 1 fois par jour. Il s’agit principalement de vidéos, de photos et d’articles.

Comment faites-vous pour gérer vos outils de communication ? (Temps passé, nombre de personnes qui s’en occupent, argent dépensé…)
C’est Noémie qui est en charge des outils de communication. Elle passe en moyenne 1 à 2h par jour sur l’ensemble des réseaux sociaux pour trouver du contenu pertinent à partager, pour suivre d’autres comptes et pour publier du contenu sur l’entreprise. Pour le moment, nous ne dépensons pas d’argent dans l’utilisation de ces outils.

Selon vous, quel est l’impact de l’utilisation de ces outils dans votre stratégie marketing ?
Dans notre stratégie marketing, l’utilisation de ces outils nous permet d’augmenter notre notoriété auprès du public et auprès des professionnels.

Nous pensons également que ceci influence le trafic sur notre site internet. De plus, c’est un excellent support d’échange avec notre écosystème car cela nous permet de partager des informations et d’agrandir notre réseau.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez face à l’utilisation des réseaux sociaux au sein de votre entreprise ?
Nous rencontrons deux grandes difficultés :

  • Augmenter la portée de nos publications sans moyen monétaire car en accordant un budget aux réseaux sociaux nous pourrons toucher plus de monde, aujourd’hui on est obligé de faire fonctionner principalement notre réseau.
  • Trouver du contenu à publier, qui soit pertinent et relatif à notre domaine d’activité, car nous proposons une activité spécifique et encore peu connue du grand public.

Pour finir, pouvez-vous nous parler de l’une de vos publications qui a le mieux fonctionné et à votre avis, pourquoi ?
Notre publication qui a le mieux fonctionné est un questionnaire que nous avions réalisé via Google Forms. Nous l’avons publié sur notre page Facebook en écrivant un petit texte et en ajoutant le lien Internet du questionnaire. Cette publication a mieux fonctionné car elle était plus ludique. Elle permettait aux personnes d’être impliquées et de participer au projet. Chaque membre de l’équipe a davantage partagé le contenu.

N’hésitez pas à aller suivre les aventures de Solidons sur leur site internet et sur leurs médias sociaux : Facebook, Twitter et LinkedIn. Même les petites entreprises sont capables d’utiliser les réseaux sociaux à leur avantage, on vous encourage donc à suivre cet exemple !  Comme Solidons, n’hésitez pas à tester différents types de contenus pour voir ce qui fonctionnera le mieux pour votre entreprise.

Et si vous aussi, vous voulez participer à notre série d’interview laissez-nous un message dans les commentaires ci-dessous.

Quand il faut arrêter l’automatisation et revenir au bon vieux marketing des familles

Certaines choses sont bien mieux automatisées.

Les machines à café. Les paiements en ligne. Les toilettes.

Mais pour d’autre choses. Ce n’est pas tout à fait ça. En fait, faire les choses à l’ancienne peut être une GRANDE amélioration par rapport à leur automatisation.

Et c’est particulièrement vrai dans le business.

Tout ce que vous faite n’est pas mieux s’il se fait tout seul. Et, à la différence des chasse d’eaux des toilettes, il y a certaines choses sur lesquelles il faut que vous mettiez les mains. Des choses comme le service consommateur, par exemple, nécessite quasiment une forte touche personnelle.

The Value of Personal Service

Alors, que fait-on à l’ancienne ici?

Que pourriez-VOUS faire à l’ancienne pour mieux connecter avec vos fans et vos clients?

Devenir personnel sur les réseaux sociaux

C’est clair, l’automatisation du marketing sur les réseaux sociaux peut grandement améliorer une stratégie de web-marketing. Vous perdez moins de temps à faire plusieurs choses à la fois, vous êtes plus constants, et vous pouvez facilement utiliser votre contenu evergreen comme source infinie de nouveau trafic. Que dis-je vous pouvez même pré-programme le type de marketing « live » qui pourrait doubler votre taux d’engagement habituel.

Une fois que vous commencez à automatiser vos réseaux sociaux, les choses peuvent se passer de deux manières différentes:

  1. Vous utilisez les temps que vous gagnez en automatisant une partie des choses sur les réseaux sociaux pour vous concentrer sur l’autre partie. Vous ne passez peut-être pas moins de temps sur les réseaux sociaux au global, mais vous utilisez votre temps de manière stratégique.
  2. Vous prenez l’idée de l’automatisation et y allez à fond, automatisant quasiment tout sur vos réseaux sociaux, tant qu’il y a un outil qui peut le faire.

Et si cette seconde manière de faire les choses peut vous faire gagner beaucoup de temps, ce n’est pas nécessairement la meilleure manière de faire.

Prenez l’auto-DM, par exemple. Faites un tour sur Google et vous ne serez pas en peine de trouver un outil qui enverra automatiquement des messages directs à votre audience:

Google autoDM

Top, non? Tous les bénéfices d’envoyer un message individuel à un abonné, sans avoir à faire d’efforts!

Sauf pour le petit fait que les utilisateurs détestent les messages directs automatisés et les citent comme la raison numéro 1 de se désabonner de quelqu’un.

Oops.

Rangez-les parmi ces choses que Twitter permet techniquement, mais que vous ne devez pas nécessairement utiliser juste parce que vous pouvez.

Et cela signifie faire les choses à l’ancienne. Passez du vrai temps sur les réseaux sociaux à interagir avec les gens comme ça vient. Tout comme les hommes des cavernes le faisaient lorsqu’ils live-tweeteaient l’invention de la roue. Heureusement, interagir en live avec les gens est la partie agréable des réseaux sociaux de toutes façons, l’automatiser serait comme construire un robot pour manger tous vos desserts. C’est certain, vous pouvez le faire, mais pourquoi donc voudriez-vous?

En parlant de dessert…

Retrouver l’art de la plume

Quelle est la dernière fois que vous avez fait du business ailleurs que derrière votre écran d’ordinateur? Entre votre site, votre marketing, payer pour à peu près tout en ligne, il peut sembler que tout votre business se passe dans une dimension parallèle, complètement détachée du monde réel.

Votre entreprise vit peut-être sur Internet, mais cela ne veut pas dire qu’elle doit y rester et faire une apparition, de temps en temps, dans la “vraie vie” peut laisser une impression.

De même que faire une apparition dans « Les Anges de la Télé-réalité », mais ça ne serait pas forcément une bonne impression.

Les Anges de la Télé-réalité

Les messages manuscrits, par exemple, font un retour en force. Ils sont une manière de créer un pont entre le monde virtuel et le monde réel, et de montrer à vos fans qu’ils valent un petit effort supplémentaire. Parce que, franchement, ils le valent.

Au VidCon, en 2015, Fred Siebert, l’un des pionniers du divertissement numérique expliquait que les médias traditionnels mettaient la valeur dans les chiffres, tandis qu’Internet mettait la valeur dans la loyauté. Où veut-on en venir? Malgré le fait que la donnée est bien plus abondante qu’elle ne l’a jamais été, il y a beaucoup à jouer pour une marque à conserver une forme d’humanité, et de reconnaitre que ses fans sont des êtres humains, pas juste des leads et des taux-de-clic.

Ce qui nous emmène au courrier traditionnel.

Chez RDE Marketing, nous aimons envoyer une surprise occasionnelle par courrier. Est-ce que c’est parce à cause d’une étude qui montre que ça augmente la rétention des clients? Non… On le fait simplement parce que ça rend les gens heureux, et que ça nous rend heureuses aussi.

Les activités qui rendent votre marque plus humaine sont tout aussi importantes que celles qui améliorent son chiffre d’affaires. Et faire quelques apparitions offline est une excellente manière de rester en contact avec la réalité.

Prendre des nouvelles, personnellement

Bien entendu, vous n’avez pas besoin de quitter la sécurité de votre écran d’ordinateur pour renforcer la notion d’humanité de votre marque. Dans certains cas, cela peut être aussi simple que de maintenir une connection personnelles avec quelqu’un même après que cette personne soit devenue cliente.

Par exemple, nous envoyons des emails personnels à nos utilisateurs pour voir comment ils s’en sortent avec nos formations: ce qu’ils adorent, ce que les dérange un peu, etc. Quand nos utilisateurs répondent, et beaucoup le font, cela nous donne une chance de continuer un dialogue et d’en apprendre plus sur la manière dont ils ont utilisés ce qu’ils ont appris, et de leur donner des conseils personnalisés.

Et si nous sommes une entreprise numérique, les contact personnels sont importants. Prenez des nouvelles des gens qui vous ont donné leur business. Soyez sincères, et montrez-leur que leurs opinions sont importantes à vos yeux et que vous avez envie qu’ils soient heureux. Après tout, c’est le cas. C’est simplement une question de le montrer.

Créer des opportunités d’interaction

Les réseaux sociaux ne sont pas le seul endroit où il paie d’être à la fois impliqué et détaché.

Tout le monde recherche, apprends, et process l’information de manière différente. Certaines personnes aiment le faire tout seul, et d’autres aiment un peu plus d’interaction. Demandez à quiconque a déjà travaillé dans le commerce et a du demander à de parfaits inconnus: “je peux vous aider à trouver quelque chose?”. On ne sait jamais comment les gens vont répondre.

Simplifiez-vous la vie en donnant aux gens les outils pour répondre à leurs propres questions, et simplifiez la vie des autres en aidant ceux qui en ont besoin.

Notre blog (vous savez, celui où vous êtes en ce moment) partage de l’information et des stratégies réseaux sociaux chaque semaine, mais nous proposons aussi des webinars live pour faire la même chose.

Annonce Webinar

Vous pouvez créer tout le contenu et les ressources evergreen que vous voulez, mais elles ne se substitueront jamais à l’interaction live. En créant des opportunités de converser live avec votre audience et en leur donnant la permission d’interagir avec vous, vous vous assurez que vous touchez le plus de gens possible de la manière qu’ils préfèrent.

Vous n’avez pas besoin de TOUT faire à l’ancienne…

Personne ne dit qu’ils faut que vous investissiez dans un marteau ou un burin pour graver vos newsletter dans les tablettes en marbre, mais parfois, faire les choses à l’ancienne, sans se contenter de laisser l’automatisation faire son travail, à de gros avantages. Quand vous automatisez des taches qui peuvent être planifiées d’avance, cela veut simplement dire que vous avez plus de temps pour les choses live, manuelles et à l’ancienne!

Les trois secrets qui ont permis à Winetracker.co d’augmenter son audience Twitter de 20 000 abonnés en six mois

Lancer une entreprise en partant de rien est un job à temps plein, et ça, avant même que vous ne pensiez à la communication…

C’est ce dont s’est rendu compte Tony Jacobson, début 2015, alors qu’il se préparait à lancer Winetracker.co, une application qui permet de facilement retrouver, noter et donner son avis sur des vins où qu’ils aillent. Avec trois enfants et un emploi à temps plein pour le garder bien occupé, développer et perfectionner WInetracker était déjà un projet relégué aux soirs et week-ends, lui laissant très peu de temps pour en faire la promotion.

Pourtant, en six mois, Tony a augmenté son nombre d’abonnés Twitter d’environ 125 nouveaux abonnés par jour, allant de 700 à plus de 21 000 vrais fans engagés en six mois, et plus de 120 000 aujourd’hui. Twitter représente maintenant plus de 80% du trafic sur son site web.

Vin Lyon

Tony a révélé ses trois secrets pour construire cette audience massive et fortement engagée sur les réseaux sociaux, en seulement une heure environ par semaine. Les voici pour vous.

Tweetez avec style et substance

Ajouter des visuels à vos publications est une manière simple de booster leur visibilité et leur engagement. Ces images ont en moyenne 150% plus de re-tweets. Qu’il prenne une image dans le contenu source sur lequel il tweet (comme les actualités) ou qu’il utilise des outils de modification d’images comme Pixelmator ou Sketch, pour créer ses propres images, Tony ajoute une image sur tout ce qu’il partage sur Twitter.

« Il est important de sortir du lot sur Twitter », a-t-il déclaré dans la presse. « Et cela n’a pas besoin d’être beau. »

Ajouter un composant visuel à ses tweets a permis à Tony de leur donner la visibilité et la personnalité nécessaire pour transformer en engagement à tous les niveaux:

Winetracker Twitter 1

Pour rentabiliser encore plus le temps qu’il passe à créer des images, il utilise aussi un outil de management de campagne pour partager ses tweets plus d’une fois, pour qu’elles soient vues par de nouvelles personnes.

« Certains de mes publications sont retweetées 30 fois même si elles ont déjà été retweetées 30 fois quatre jours auparavant, » déclare-t-il,. « Sans surprises, elle obtiennent la même traction à chaque fois. »

Avant d’adopter cette stratégie, il n’avait le temps de créer et partager qu’environ trois publications par semaine. Après avoir commencé à travailler sous forme de lot pour construire une bibliothèque de tweets récurrents, il est devenu capable de partager sept tweets par jour, en y passant de moins en moins de temps et en voyant son taux d’engagement s’envoler.

Twitter Engagement

« Maintenant je n’y passe qu’une heure par semaine, environ, à trouver de nouveaux trucs à partager, et je crée peut-être une publication ou deux par semaine, » dit-il. « Ou, certaines semaine, je m’abstiens, parce que j’ai déjà une bibliothèque de contenu. Les gens doivent s’imaginer que je suis un community manager à temps plein… »

Mais lorsqu’il s’agit de construire une audience engagée sur Twitter, Tony s’est aperçu que ce n’est pas seulement une question de comment on partage, mais de ce que l’on partage.

Donnez leur quelque chose à discuter

Des sept tweets que Tony publie chaque jour, une seule est promotionnelle et destinée à créer du trafic sur son site web, Le reste est strictement le type de contenu que les gens adorent partager sur les réseaux sociaux. Une stratégie qui a rapidement permis à son profil d’atteindre les 19 000 impressions par jour.

Twitter Impressions

« Je ne fais que donner aux gens des choses qui leur donneront du capital social, » explique-t-il. « Ils peuvent dire: j’ai appris ce truc cool aujourd’hui. Cela donne aux gens des informations intéressantes et cool sur un sujet qui les intéresse. C’est la ligne directrice du contenu que je génère. »

En tweetant des faits, des conseils, des citations, des liens vers le contenu d’autres sources et plus encore, il donne à ses abonnés du contenu qu’ils voudront partager, et donneront à d’autres envie de s’abonner à lui par la même occasion.

« Tant qu’il y a du capital social, » dit-il, « et que j’aide les gens à avoir quelque chose d’intéressant à discuter avec leurs amis, je suis constamment surpris de voir comment les gens engagent avec ce contenu, encore et encore… »

Donnez la priorités aux interactions et à l’outreach

Si 40% des nouveaux abonnés de Tony sont des utilisateurs qui l’ont trouvé tout seuls, il augmente son audience en dédiant du temps à l’outreach.

En utilisant Tweepi pour traquer et organiser les utilisateurs intéressés par le vin, il est en mesure de créer de nouvelles connections de manière proactive:

Tweepi

En consacrant le temps que son système lui économise à l’interaction live, il crée un lien fort entre lui et ses abonnés en engageant dans des conversations et en répondant aux commentaires et aux questions.

« Quand votre bibliothèque de contenu est en place, cela vous libère du temps pour travailler vraiment l’engagement social, » explique-t-il. « C’est à ça que je passer le plus clair de mon temps, et ce n’est qu’un truc, pas plus compliqué que de regarder son compte Facebook de temps en temps dans la journée. Vous pouvez toujours passer deux ou trois minutes sur votre téléphone, à surveiller vos notifications, et à interagir rapidement. Montrez-leur qu’ils existent. Montrez-leur qu’ils comptent. »

Au bout du compte, cependant, l’important c’est ce que vous publiez ; en créant du contenu de qualité et en lui donnant l’opportunité d’être vu.

« L’outreach aide, mais je pense que les gens restent pour la qualité du contenu, » dit Tony. « Beaucoup ne s’en rendent même pas compte, parce que vous êtres mélangés à d’autres personnes dans leur fil d’actualité. Ils ne voient que des petits bouts. Alors, pour eux, même si vous partagez les choses plus d’une fois, vous leur donner du contenu frais et merveilleux à chaque fois. »

Investir dans votre croissance

Que ce soit en utilisant des outils qui rendent plus facile le partage de publications et l’engagement avec vos abonnés, ou juste en consacrant le temps nécessaire pour créer du contenu de meilleure qualité, savoir comment investir vos ressources est la clé de non seulement augmenter votre audience, mais de l’engager encore plus.

« Cela demande un peu de travail en amont, pour créer le contenu, » explique Tony, « mais on n’a pas besoin d’être ingénieur. Soyez emphatiques. Soyez faciles à digérer. Soyez visuels. Donnez aux gens du capital social. Une fois que cela existe, vous êtes libres. »

Cet article a été écrit à partir d’une compilation d’interviews données par Tony Jacobson.

Ras le bol des promos de fin d’année? Vous vous y prenez peut-être mal.

Les promotions de fin d’années c’est bien, mais d’un autre côté, s’y préparer peut donner l’impression de sortir une guirlande lumineuse d’un carton de Noël et de trouver des mètres et des mètres de fils entortillés.

Vous soupirez. Vous secouez la tête. Vous vous dites: « j’ai failli y laisser ma peau la dernière fois… pas encore ça! »

christmas light

Cependant, les promotions de fin d’année n’ont pas besoin d’être un cauchemar. En fait, quand on les fait bien, elles peuvent être l’une des manières les plus simples de promouvoir votre business.

On en a fait suffisamment pour savoir.

Alors, comment fait-on?

Comment organise-t-on une promotion saisonnière pour qu’elle devienne chaque fois plus facile à mettre en oeuvre?

C’est assez simple en somme.

Voici quelques uns des éléments sur lesquels vous devriez vous concentrer:

Les réseaux sociaux

Conserver et ré-utiliser vos publications sur les réseaux sociaux vous donne un énorme avantage quand il s’agit de piloter une campagne de fin d’année.

Quand vous faites la promotion d’un évènement qui se répète, vous pouvez passer un bon nombre d’heures à vous obliger à repartir à zéro à chaque fois. Mais pourquoi?

Tout d’abord, vos abonnés ont pu changer sur le cours d’une année. Beaucoup de ceux que vous avez aujourd’hui, vous ne les aviez pas la dernière fois que vous avez fait cette promo!

Et ensuite, même si certains de vos abonnés ont vu vos offres promotionnelles la fois dernière, et, désolée, mais ce n’est probablement pas le cas, de l’eau a coulé sous les ponts… Est-ce que vous vous souvenez des publications que vous avez lu sur les réseaux sociaux, il y a un an?

Voici comment nous faisons.

Nous travaillons avec un système de catégories que nous pouvons ajouter et retirer de notre calendrier éditorial comme bon nous semble. En 2016, notre stratégie ressemblait à cela:

  1. Écrire et sauvegarder toutes nos publications dans une catégorie qui s’appelle par exemple « Articles 5JAJ » (raccourci pour 5 jours pour vous mettre à jour, une formation dont nous souhaitions faire la promo).
  2. Ajouter cette catégorie à notre calendrier éditorial pendant les périodes des promotion
  3. Enlever cette catégorie de notre calendrier éditorial à la fin de la période de promotion.

Cela nous a non seulement servi à nous assurer que nos publications promotionnelles était bien réparties pendant la période, cela nous a aussi permis de nous préparer à une nouvelle promotion l’année suivante.

Mais nous ne nous sommes pas contentées d’ajouter ces mêmes publications à notre calendrier l’année suivante. Vous pourriez tout à fait faire cela, et ce serait très bien. Mais vous pouvez faire encore mieux.

Parce que vos publications promotionnelles peuvent renvoyer vers un endroit tout aussi pertinent que vos pages de vente, et, dans certains cas, encore plus pertinent. Où donc?

Votre blog

Cela peut sembler ridicule de dire que vos articles de blog peuvent être plus pertinents que vos pages de vente. Personne n’achète quoi que ce soit sur votre blog!

Peu importe. Il est toujours extrêmement important pour vos promotions. Peut-être encore plus important que vous ne l’imaginez.

Parce que quelle que soit la qualité de votre page de vente, elle n’est probablement pas aussi agréable à lire qu’un article de blog bien tourné. Après tout, les gens voient bien quand vous essayez de leur vendre quelque chose.

Les articles de blog que nous avons écrits pendant les premiers jours de 5 jours pour vous mettre à jour nous ont donné un endroit vers oú diriger les gens. Donc, nous avons décidé de recommencer.

Comme toujours, ces articles sont le parfait endroit pour diriger le trafic venu des réseaux sociaux. Et pas seulement parce qu’ils sont plus sympas à lire qu’une page de vente… Parce que nous y mettons un Call-To-Action.

Votre blog est l’endroit où vous pouvez transformer un lecteur curieux en abonné et si vous avez compris à quel point l’email marketing a de la valeur, vous savez que c’est énorme.

Quand vous ne collectez pas une adresse email, votre flow marketing ressemble probablement à cela:

marketing-flow-1

C’est comme si vous ne vous donniez qu’une seule opportunité de faire votre vente! Enfin, même au bowling vous avez deux chances de faire tomber les quilles. Vous avez vraiment autant confiance en vous que vous pensez que vos prospects n’ont besoin que d’UNE visite pour être transformés en clients?

Quand vous collectez une adresse email, votre flow marketing ressemble plus à cela:

marketing-flow-2

Vous voyez cette étape avec les étoiles? Les étoiles sont là parce que cette étape et la suivante peuvent se répéter encore et encore.

Vous n’envoyez pas quelqu’un vers votre site web une seule fois en espérant que tout se passe pour le mieux. Vous les contactez directement, avec de multiples opportunités pour les attraper au bon moment, les envoyer vers votre site, et faire votre vente. Que vous envoyez quelqu’un vers le dernier article de blog ou directement vers votre page de vente, les emails sont constamment l’une des meilleurs manières de créer du trafic.

Parlons un peu de cela…

L’email marketing

Il y a deux types d’emails que vous pouvez envoyer: ceux qui font la promotion de vos articles de blog, et ceux qui font la promotion de vos pages de vente.

Exposé!

Ceci est un exemple du premier. Nous l’envoyons à tous les abonnés à Exposé!

Bien entendu, nous écrivons du nouveau contenu chaque semaine, mais comme pour les réseaux sociaux, nous ne partons pas complètement de zéro.

Non seulement nous avons les emails des semaines précédentes, mais aussi les statistiques qui y sont liées. Cela nous donne une idées de quels sujets et quels messages auront le plus de succès avant que nous ne les envoyons.

Et qu’en est-il des emails promo?

Quand vous faite une promotion annuelle, il est facile de tomber dans le piège de n’y penser qu’une fois par an. Mais si vous pensez à vos promotions annuelles tout au long de l’année, vos résultats n’en seront que meilleurs. 

Entre les périodes de promotion et les inscriptions à la newsletter hebdomadaire, votre liste peut rapidement grossir. Et si ça vous parait facile, c’est parce que ça l’est! Mais c’est pour cela que le marketing de contenu, et particulièrement les newsletters, comptent autant. Ils créent des chemins tout tracés qui peuvent prendre beaucoup de valeur, même si vous ne les utilisez pour faire de véritables ventes que quelques fois dans l’année. Le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Mais, soyons honnêtes, ajouter un peu de carburant n’est jamais une mauvaise chose.

Du carburant? On voulait dire du budget…

La publicité payante

Comme avec l’email marketing, vous pouvez à la fois apprendre de et réutiliser vos campagnes de publicité.

En vous souvenant que votre audience Facebook change, de même que les différentes audiences que votre annonce peut cibler, vous pouvez toujours regarder comment des campagnes précédentes ont fonctionné. Vous risquez d’être surpris des résultats obtenus par certaines annonces que vous ne pensiez pas au top, et vice-versa…

facebook-paid-ad

Il faut connaitre la différence entre booster une publication et utiliser le Gestionnaire de Publicité, mais ça, c’est une autre histoire.

Si l’apprentissage peut effrayer, ce n’est pas par hasard que 92% des marketers utilisent la publicité payante sur Facebook: ça marche! Donc, même si communiquer sur les réseaux sociaux est gratuit, techniquement, vous n’avez pas besoin de payer pour simplement utiliser Facebook, un petit investissement peut vous mener loin.

Une fois que vous avez lancé une campagne payante, les délais sont très courts pour commencer à apprendre des résultats obtenus et modifier votre stratégie en fonction. Une question de jours… Et vous n’avez pas besoin de dépenser les fortunes que vous imaginez peut-être. Cela peut-être aussi simple que de dépenser 10 euros sur une annonce, de voir comment cela se passe, et de décider si vous voulez augmenter votre budget ou essayer une tactique différente. Plus vous y passez de temps, plus il devient facile d’apprendre de vos campagnes réussies (et de vos moins réussies). Alors, engagez-vous dans un peu d’expérimentation, et vous découvrirez qu’utiliser la publicité dans vos campagnes n’est ni aussi cher, ni aussi compliqué qu’on l’imagine.

Comment vous passez votre temps

Il n’y a pas d’autre moyen. Quelque soit le nombre de fois que vous devez mettre les gaz pour une promotion, liées aux fêtes ou non, cela va demande du travail. Et quelque que soit ce que vous pouvez récolter et réutiliser des éditions précédentes, vous ne pouvez pas échapper à la création de nouveaux contenus.

Plus vous vous servez du travail que vous avez accompli par le passé, plus vous aurez de temps à passer sur ces nouveaux contenus, et meilleur sera le résultat! Alors, apprenez du passé, et sauvegarder votre travail. Cela ne fera que rendre votre vie plus facile les prochaines fois!