Ce que six mois de tests sur l’objet de nos emails nous ont appris

Ce que six mois de tests sur l’objet de nos emails nous ont appris

Quelle différence changer un simple mot dans l’objet de votre email peut-il VRAIMENT faire?

Vous seriez surpris!

Cela continue de nous surprendre, parfois.

Chaque semaine, nous envoyons notre newsletter à quelques 12,500 abonné, et chaque semaine, nous l’envoyons avec deux lignes d’objet différentes. Mais avant d’aller plus loin, voici le lien pour la recevoir vous aussi.

Une des raisons pour lesquelles nous faisons cela est pour optimiser le taux d’ouverture de chacune de nos newsletter (un process dont vous trouverez les détails dans cet article) mais l’AUTRE raison est aussi que nous voulons en savoir plus sur comment écrire de meilleurs objets d’emails.

Juste changer un mot ou deux dans l’objet de votre email peut impacter ÉNORMÉMENT vos taux d’ouverture… et révéler beaucoup sur vos lecteurs!

Vous voulez voir comment?

Nous avons regardé de plus près nos six derniers mois d’objets de newsletters, et trouvé des points communs assez précis entre les objets qui ont le meilleur taux d’ouverture, et ceux que nos lecteurs ignorent plus facilement.

Ces tendances ne sont pas forcément vraies pour tout le monde, mais elles démontrent l’importance de faire vos propres tests. Vous pourriez en apprendre quelque chose qui changera dramatiquement vos taux d’ouverture sur la durée!

Alors, qu’avons-nous appris?

Plus c’est spécifique, mieux c’est

Il y a très très très longtemps, quand la Terre était encore jeune et que RDE Marketing n’était pas encore né, j’envoyais une newsletter hebdomadaire à ma propre liste de gens intéressés par les réseaux sociaux.

Voici quelques exemples d’objets de ces emails:

  • Ce visage vous dit « non »
  • Deux mots magiques
  • Voici ce qu’il vous reste à faire
  • L’élément le plus important
  • Bravo!

Nous sommes prêts à vous offrir mille euros si vous devinez de quoi parlais n’importe quel de ces emails.

Note: nous ne vous enverrons pas mille euros.

La performance de ma newsletter n’était pas mauvaise, ce qui pourrait vous faire penser que trop d’info tue l’info, non? Créer un peu de curiosité peut faire l’affaire!

Pas forcément.

Nous avons testé cette logique avec notre newsletter, et pour notre audience actuelle, nous avons compris que la spécificité payait beaucoup plus que l’ambiguïté.

Il y a une bonne raison à cela et nous allons l’aborder dans une seconde. Mais d’abord, voici des exemples de ce dont nous sommes en train de parler.

Combo Objet de l’email Taux d’ouverture
1 Exposé | Que signifient les nouvelles règles de Twitter 📝 23,9%
2 Exposé | Les règles de Twitter sur la programmation 📝 26%

Ces objets d’email ne sont pas si différents ; mais ils sont distincts principalement dans leur degré de spécificité.

Dans le Combo 1, « Les règles de Twitter » peuvent signifier pas mal de choses différentes.

Peut-être ont-ils mis en place un nouveau guide d’utilisation des GIFs issus du Bachelor, ce qui ne serait pas d’une grande utilité pour nous…

Le Combo 2, cependant, est plus spécifique: les nouvelles règles de Twitter sont relatives à la programmation des publications. Un lecteur peut voir l’objet de cet email et comprendre immédiatement si c’est pertinent pour lui ou non, et cela rend l’importance de l’ouvrir d’autant plus urgente.

Voici où vous pouvez lire cet article, au passage.

Voyons un autre exemple:

  1. Exposé | Les TROIS changements d’algorithme de Facebook 👩🏻‍💻
  2. Exposé | Les derniers changements d’algorithme de Facebook expliqués 👩🏻‍💻

Une fois encore, ces objets sont très similaires, mais la version 1 a le mieux fonctionné en spécifiant que Facebook avait mis en place trois changements d’algorithme, montrant à quel point cet article allait être complet.

Voici quelques autres exemples rapides, voyez si vous saurez deviner le gagnant:

  1. Exposé | L’actu réseau sociaux que vous avez peut-être manquée 👀
  2. Exposé | Tout ce que vous avez manqué 👀

Si vous avez choisi version 1, vous avez tout bon! « Tout » n’est pas suffisamment spécifique et veut tout et rien dire. L’autre version est beaucoup plus claire sur ce que l’on peut en attendre.

Essayons encore:

  1. Exposé | La nouvelle fonctionnalité de Facebook Live 👀
  2. Exposé | La nouvelle fonctionnalité de partage d’écran de Facebook Live 👀

Dans ce cas, la version 2 était la grande gagnante ; et une fois encore elle était plus spécifique et détaillée. Une nouvelle fonctionnalité peut engendrer la curiosité, ou pas, mais spécifier quel type de mise à jour fait toute la différence!

Pourquoi pensons-nous que la spécificité fonctionne mieux pour nous que l’ambiguité?

Surtout quand, il y a quelques années, par exemple, être vague était la clé du succès?

Une réponse pourrait être tout simplement que ce sont deux audiences différentes, qui répondent différemment à un même élément.

Un autre coupable possible, cependant, est le fait que ces titres vagues, d’une manières générale, ne fonctionnent plus aussi bien qu’avant.

Être vague et un peu allumeur n’a ni les faveurs de beaucoup d’audience, ni celles de réseaux sociaux comme Facebook. Ces jours-ci, avec un style ambigü « putaclic » vous risquez plus d’être ignoré ou supprimé des fils d’actualité, alors que donner à votre audience une idée claire de ce à quoi s’attendre est toujours plus populaire.

Ce qui démontre l’importance de mesurer son succès sur la durée. Ce qui fonctionne aujourd’hui ne sera plus aussi efficace dans un an ou deux!

Ok, assez de précisions sur la spécificité.

Qu’avons-nous appris d’AUTRE sur la construction des objets d’emails?

Utilisez un langage musclé

« Utiliser un langage fort » est une de ces leçons qui peuvent paraitre insultantes… un peu comme « ne saupoudrez pas votre steak avec des paillettes. »

En pratique, pourtant, cela peut prendre différentes formes qui ne sont pas toujours claires!

Et alors que la spécificité dont nous parlions ci-dessus peut rendre votre langage plus fort, parfois, les expressions familières peuvent lui donner un peu de oommph!

Voici un exemple:

  1. Exposé | nos conseils les plus populaires sur la construction d’une page de vente 🤝
  2. Exposé | mettez le feu à vos pages de vente 🔥

Techniquement, la version 1 est plus spécifique, mais la version 3 est plus excitante. Surtout parce que « mettre le feu » peut indiquer à la fois quelque chose de populaire et quelque chose d’utile.

Voici un autre exemple de ce principe:

  1. Exposé | ne ratez pas ces 10 stratégies marketing sur Facebook 💘
  2. Exposé | nos stratégies marketing préférées sur Facebook 💘

La version 1 est la gagnante. Non seulement elle est donne un nombre spécifique de stratégies que le lecteur peut s’attendre à lire, mais elle les décrit comme « à ne pas manquer », plutôt que « nos préférées ». La première leur donne une valeur intrinsèque, qui est beaucoup plus forte que suggérer que celle-ci dépend de notre opinion.

On ne le prendra pas personnellement, promis.

Voici une dernier exemple de la valeur d’un langage musclé:

  1. Exposé | La punition de Facebook pour les Pages qui pratiquent le leurre à engagement
  2. Exposé | Facebook punit les Pages et les publications

Dans ce cas, la version 2 était gagnante même si moins spécifique sur la raison pour laquelle Facebook punit les Pages et les publications.

Pourquoi gagne-t-elle alors?

Parce qu’elle raconte une histoire, elle décrit une action. La version 2, en comparaison, décrit une chose.

Le langage actif peut être beaucoup plus attirant qu’un langage statique ou passif et c’est ce que nous allons aborder dans la prochaine partie!

Qui est…

Questions et réponses

Qu’est-ce qui est le plus utile: poser une question ou donner une réponse?

D’un côté, poser une question peut rendre quelqu’un suffisamment curieux pour vouloir connaitre la réponse ; mais d’un autre côté, c’est leur demander de faire un travail qu’ils préfèreraient peut-être éviter.

Voici un exemple:

  1. Exposé | nos bureaux délocalisés révélés 🤭
  2. Exposé | et vous, à quoi ressemble votre bureau? 👀

Entre ces deux sujets, la version 1 était plus populaire ; elle promet une réponse plutôt qu’une question.

Notre audience était BEAUCOUP plus intéressée de savoir à quoi ressemble nos bureaux qu’à penser au leur!

En voici une autre, un peu plus subtil:

  1. Exposé | nouveaux chiffres – comment vous situez-vous? 📈
  2. Exposé | nouveaux chiffres – voyez-comment vous vous situez 📈

Ces objets était très similaires, à un détail près: le gagnant, Version 2, offre une information au lecteur, alors que la Version 1 leur demande de s’auto-évaluer.

Nous avons remarqué que nos lecteurs préfèrent lorsque nous leur offrons une information plutôt que de leur demander de faire quelque chose. Donc, pas vraiment de surprise ici!

Voici un dernier exemple, voyons si vous devinerez le gagnant:

  1. Exposé | mettez votre blog à jour en 10-minutes chrono ⏱
  2. Exposé | 10 minutes pour mettre notre blog à jour, on prend! ⏱

Si vous avez choisi la Version 2, vous avez raison!

Même si elle semble ne pas correspondre à ce que nous avons identifié précédemment, cela montre combien chaque élément dépend d’un contexte.

Un object comme « Facebook punit les Pages et publications » fonctionne bien car il raconte une histoire sur ce que quelqu’un est déjà en train de faire, mais un comme « mettez votre blog à jour en 10-minutes chrono » demande au lecteur de faire quelque chose. Dans un cas comme celui-ci, l’objet d’email mettant en avant une chose peut avoir plus de valeur que celui mettant en avant un verbe d’action. Tout dépend de qui va faire l’action!

Tout ceci illustre à quel point il est important de mesurer le succès de vos objets d’email à la fois dans le contexte de votre lectorat ET dans celui de vos campagnes.

Vous trouverez peut-être que certaines règles ne s’appliquent que dans certaines circonstances et que les choses qui marchent de manière constante pour certains ne fonctionneront peut-être pas pour vous!

Qu’avez-vous appris sur vos PROPRES objets d’emails?

Quelles sont certaines de vos règles concernant les objets d’emails?

Est-ce que vos lecteurs ont du mal à résister aux questions?

Est-ce qu’ils aiment les emojis?

Comment se comparent-ils aux notre?

Partagez quelques unes des règles que VOUS essayez de suivre dans les commentaires ci-dessous!

Retour sur l’année 2018 de RDE Marketing

Retour sur l’année 2018 de RDE Marketing

 Avant que minuit ne sonne ce soir, nous avions, cette année, encore envie de nous remémorer les événéments marquants de 2018

Avez-vous eu la même impression que moi, à savoir que cette année est passée à une allure folle ? Cela ne nous a pas empêcher de réaliser tout un tas de projets, de rencontrer une farandole de nouvelles personnes et de courir à droite à gauche. Au contraire, quand le temps file c’est généralement que l’on est bien occupé… 

Mais justement, avant d’enchainer sur 2019, avec impatience, prenons le temps de savourer ensemble cette belle année écoulée !  

 

L’année 2018 de RDE a été rempli de…

Nouveaux projets

2018 aura été synonyme de challenges à relever : réussir sa transformation digitale, investir les réseaux sociaux ou encore lancer son projet ! 

Nous sommes très fières d’avoir la chance d’accompagner des entreprises et des marques internationales comme AplusA, Tetley, Delta ou The Collective (vous remarquerez la forte tendance food. Coïncidence ? Je ne crois pas…).

Par ailleurs, nous sommes tout aussi heureuses d’accompagner des startup, des petites entreprises et des indépendants tels que Lya Protect, Institut Artline, Cybèle, La Compagnies des Images, Declercq avocat, Mon Petit Placement, et bien d’autres qui nous font confiance… Merci à eux de nous faire découvrir des domaines aussi passionnants qu’insoupçonnés, comme le monde de l’assurance. 😉

Côté formation, l’année aura été tout aussi riche ! 

Audrey a ajouté Isara et ISEM à son portefeuille d’école et continue de développer de chouettes ateliers à Sup de Pub et EM Lyon. Pour ma part, j’aurai fait le tour de l’ECEMA, l’ISEG, Sup de Pub et d‘Isefac tout en continuant à intervenir chez nos amis des Foliweb et de Girls In Web pour des ateliers dédiés aux TPE/PME. 

 

Nouvelles têtes (qui s’ajoutent aux anciennes !) 

On peut dire qu’il y a eu du passage dans nos bureaux au 29 quai Saint Vincent ! De nouvelles têtes ont fait leur apparition, autant du côté de nos coloc’ que chez nous. 

Nous avons donc eu l’occasion d’organiser de belles battle de stagiaire au ping-pong entre Emma, Aurélie et Quentin.

Qui dit nouveaux projets, dit besoin de main d’oeuvre supplémentaire ! C’est donc le duo Fanny & Manon de But First Coffee, qui nous a épaulé, devenu par la suite Fanny & Perrine quand Manon est partie pour 6 mois en Amérique du Sud. 

Quand vint mon tour de décoller pour les contrées lointaines d’Australie, c’est Cécile qui a rejoint l’équipe. Puis Audrey a également embarqué Clara et Sophie dans l’aventure. 

Il y a aussi Arthur, notre spécialiste SEO, Charles et Biche qu’on appelle quand on a besoin de belles photos et Camille et Pierre-Yves, nos spécialistes de la vidéo ! 

 Du côté d’Origo aussi ça bouge ! Nous avons accueilli Clément pour gérer le challenge Students for Green Watts et eu le plaisir d’être rejoint par JD, Eugénia, Djibril, Fanchon et Paul.

Oui, on aime être bien entourées. 

 

…et d’expériences et de voyage ! 

On aime aussi se donner corps et âme pour nos clients…

Cela m’aura permit de me déhancher au festival de musique Solidays à Paris pendant qu’Audrey enfilait son dossard pour courir la célèbre course La Parisienne avec l’équipe d’Alpro

En septembre, elle a même enfilé sa plus belle robe de gala pour se rendre au Festival du film britannique de Dinard,  aux côtés de Tetley et de ses nombreux invités de marque (coucou Monica Bellucci !). 

Pour rester dans le thème anglo-saxon, Audrey a également profité d’un séjour à Londres pour faire une véritable dégustation de thé et en parfaire ses connaissances de ce breuvage millénaire (toujours avec Tetley of course), sans oublier de passer rendre visite à l’équipe d’Hootsuite pour découvrir leurs bureaux londoniens ! 

Comme chaque année, nous aurons également posé nos ordinateurs dans différents cafés et Airbnb tout au long de nos pérégrinations.

Outre son rendez-vous annuel au World Submit Domination (ce n’est pas ce que vous croyez) à Portland, Audrey aura posé ses valises en Irlande, au Canada, au Liechtenstein et au Portugal

Pour ma part, j’ai décidé, sans demi-mesure, d’aller tester les douces températures de l’Australie (de Brisbane à Sydney et bientôt… la Tasmanie !). 

Bref, vous l’aurez compris, ce fut encore une année bien remplie… En avant pour 2019

 

[addthis tool=addthis_relatedposts_inline]
Les événements qui ont marqué 2017

Les événements qui ont marqué 2017

La fin d’année est le moment idéal pour faire le point sur les événements – positifs ou négatifs – qui ont eu lieu pour vous et votre business en 2017 ! Chez RDE, on a profité de la période des vacances de Noël (moment où tout le monde fonctionne au ralenti entre les repas trop riches et l’appel de la montagne) pour dresser le bilan. C’est l’occasion de partager avec vous les événements qui ont rythmé et marqué notre année. D’ailleurs en faisant notre bilan, on a découvert la tendance du « best nine » sur Instagram qui consiste à découvrir quelles sont vos 9 photos qui ont eu le plus de succès cette année. Résultats ci-dessous !

Pour faire le vôtre, rendez-vous sur 2017bestnine.

De nouveaux bureaux pour RDE

Le mois d’avril a été un vrai bouleversement pour RDE qui a élu domicile dans de nouveaux bureaux situés sur les quais de Saône. Nous avons donc quitté le confortable cocoon de La Cordée pour envahir le 29, quai Saint-Vincent – un ancien garage réaménagé en bureaux que se partage l’équipe d’Inteach (une application « qui révolutionne le e-learning » selon Jérôme) et Ludo et Panda (quand ils ne sont pas en train de donner des cours  à droite à gauche).

Qu’est-ce que ça a changé pour nous ? Comme notre nouvel environnement est exclusivement masculin, on assiste à des match de ping-pong tous les midis et on boit un peu (plus) de bière (notamment au Hopstore vers la Martinière, nouveau bar à bière à tester d’urgence !). Charlotte a son propre bureau où elle a pu poser une plante verte et Audrey a un casier pour ses cartes de visite. Et comme La Cordée nous manquait, on a instauré des petites habitudes que l’on avait là-bas comme les repas communautaires…

Emma, la meilleure des stagiaires

Après deux stages chez RDE Marketing, Charlotte est passée de l’autre côté de la barrière et… a pu recruter sa première stagiaire ! Nous avons donc accueilli Emma en tant qu’assistante marketing et communication durant deux mois de mai à juin. Une belle expérience des deux côtés : Emma a pu découvrir le métier de community manager et a fait un excellent travail auprès de nos clients tandis que Charlotte a découvert le rôle de manager (plutôt cool quand même, on a vous dit qu’on buvait des bières au Hopstore ?). Au-delà de son implication et de son travail appliqué, ce qui nous a réellement plu chez Emma, c’est son envie d’entreprendre. En effet, elle a, depuis quelques années, développé sa propre gamme de bijoux qu’elle crée à partir de morceaux de cuir de Bali et est en train de travailler sur sa boutique en ligne… Pleine de ressources on vous dit !

Voyager pour aller chercher de l’inspiration ailleurs

Digital nomad dans l’âme, Audrey a profité du mois de juillet pour retourner aux États-Unis et assister au World Domination Summit dont différentes conférences tournent autour de cette question existentielle « how do we live a remarkable life in a conventional world? » ? Si la réponse vous intéresse, je vous invite à lire son compte-rendu des principales leçons qu’elle en a tiré. Après beaucoup de rencontres plus inspirantes les unes que les autres, et surtout avec des personnes du monde entier, il est temps de filer à Philadelphie où Audrey a vécu 8 ans pour quelques retrouvailles avant de finalement rentrer en France, des idées plein la tête !

Intervention d’Audrey à Digital Summ’r & Blend Web Mix

Audrey intervient régulièrement dans des écoles ou au sein d’entreprises par parler entrepreneuriat et création de valeur. Elle accompagne beaucoup de jeunes entrepreneurs pour les aider à définir qui sont leurs clients. La plupart d’entre-eux se lancent sans avoir testé leur produit sur leur marché et ne comprennent pas ce qui est attendu d’eux quand on parle d’étude terrain. Le thème de ses conférences portait sur l’empathie que doit avoir un entrepreneur et les différents outils – digitaux ou non – pour réaliser une étude terrain réussie.

Former des entrepreneurs au digital avec les Foliweb

Si vous nous suivez depuis un moment, vous devez savoir que nous intervenons régulièrement au sein de Boost In Lyon, l’association qui accompagne de jeunes startups. La nouveauté cette année est que nous avons rejoint les Foliweb créées par Neocamino, Réussir en .fr et Jimdo : l’objectif est d’aider les TPE, entrepreneurs et indépendants à réussir avec internet à travers tout un panel d’ateliers proposés régulièrement. Audrey est intervenue une fois sur le thème « Réussir sur les réseaux sociaux » puis à laissé la main à Charlotte qui en est maintenant à quatre conférences et quatre webinars animés. Quand on vous parlait d’études terrain et d’être emphatique avec son client, voilà un bel exemple qui fonctionne parfaitement pour nous. Quoi de mieux pour les comprendre que d’aller les rencontrer directement et d’être attentifs à leurs difficultés ? On a tellement aimé qu’on continue l’année prochaine !

Une semaine de travail aux Canaries

Pour la deuxième année consécutive, RDE Marketing a posé sa valise durant une semaine à Tenerife sud début décembre. Pour profiter du soleil et boire des mojitos ? Oui mais pas que ! Contrairement aux idées reçues, cette semaine de coworking éphémère organisée par nos amis de Coworkator est plutôt productive – c’est la semaine où Audrey et Charlotte se voient le plus et où les clients sont trèèèès loins pour le coup. Entre le cours de sport du matin et la balade de 17h, l’ambiance est studieuse dans notre grande maison avec piscine. Une fois la nuit tombée par contre… Bref ce qui se passe aux Canaries reste aux Canaries !

Nouveaux clients et projets à venir…

On ne pouvait pas vous quitter sans évoquer toutes les personnes que nous avons rencontrées et accompagnées cette année ! Qui ont fait grandir l’entreprise et que nous sommes fières d’avoir aidé à grandir dans leur projet ! Audrey est amenée à se déplacer un peu dans toute la France entre AirBus à Toulouse et l’EM à Paris tout en continuant à accompagner des projets sur Lyon. Le dernier en date est Cybèle qui souhaitaient revisiter leur approche marketing pour leur offre de visites guidées insolites dans Lyon. De son côté, Charlotte a démarré ses premiers cours (côté prof) en école de commerce avec Isefac (école dont elle est issue, la boucle est bouclée !) et d’autres interventions sur le community management à l’ISEG et l’ECEMA. L’année a aussi été rythmée par des sessions de formation et de conseil en stratégie digitale auprès d’entrepreneurs et de TPE dans des domaines variés allant de la beauté, au coaching et plus récemment du droit ! C’est bien pour ça qu’on aime autant ce qu’on fait d’ailleurs. D’autres projets sont en cours mais on vous réserve la surprise pour 2018. 😉

Voilà notre bilan est terminé et nous avons hâte de découvrir ce que nous réserve cette nouvelle année ! Racontez-nous vous aussi vos moments forts de 2017, ce que vous en avez retiré, ce que vous aimeriez faire de plus en 2018…

4 ans: ce que nous avons appris en chemin…

J’ai obtenu mon extrait kBis pour RDE Marketing il y a un peu plus de quatre ans. Et, alors que je pensais avoir appris de bonnes leçons les trois premières années, les douze derniers mois ont été riches en surprises.

Il y a un an, j’étais (officiellement) seule dans l’équipe. Maintenant on est deux, et seulement officiellement! Nous avons développé notre base de donnée à plus de 500 lecteurs. RDE Marketing tourne sur plus d’une quinzaine de clients réguliers, et pilote les profils sociaux d’une demi-douzaine de marques.

Pas de pression, hein…

En clair, nous nous sommes beaucoup développé au cours de cette quatrième année, et ce que nous entendons par nous avons beaucoup appris.

Mais si une croissance exponentielle est un bon problème à avoir, cela ne veut pas dire que tout s’est déroulé sans heurts. En fait, savoir tout cela en avance aurait probablement rendue la croissance exponentielle beaucoup plus facile.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous voudrions partager avec vous certaines des lessons que nous avons apprises cette dernière année.

Oh Sunshine...

Lancer un business est une chose, mais s’assurer qu’il a suffisamment de traction pour durer, en est une autre entièrement.

Alors, comment éviter le plateau quand on lance un nouveau business? Que doit-on garder en tête? Et quoi doit-on littéralement faire pour que l’aventure continue indéfiniment?

Voici quelques unes des leçons que nous avons apprise en année 4, et comment vous pouvez les appliquer à votre propre entreprise, quel que soit son âge.

Concentrez-vous sur “comment”, pas “si”

Selon les frères Grimm, Hansel et Gretel gardaient une trace de leur route en semant des miettes de pain.

Au final, cela n’a pas été très efficace.

Déjà, des données faites à base de gluten pour évaluer vos progrès sont rarement la solution. Mais aussi, savoir d’où vous venez et comprendre comment vous en êtes arrivé là sont deux choses complètement différentes.

Atteindre vos objectifs, ne sert pas à grand chose sans comprendre comment vous avez fait exactement.

C’est pourquoi il est aussi important, non seulement, de se fixer des objectifs, mais aussi de découper ceux-ci en tâches. De cette manière, vous pouvez mieux évaluer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

Cette dernière année, nous avons recentré nos efforts sur des étapes importantes, et en analysant, une fois ces étapes concrétisées, comment nous y étions arrivées. Cela nous a permis non seulement de célébrer les victoires, mais d’identifier objectivement ce qui marche vraiment et ce qui ne donne que l’impression de marcher.

Au lieu de ne regarder que ce que vous avez fait, regardez pourquoi vous l’avez fait, et si cela a fait une différence mesurable.

Sinon, ces actions que vous réalisez ne sont que des miettes de pain, elles donnent l’impression qu’elles servent à quelque chose, mais, rapidement, répéter vos réussites passées et éviter vos erreurs passées n’est plus qu’une question de chance.

Séparez-vous des choses qui n’apportent pas de valeur.

J’ai déjà écrit sur les dangers du manque de concentration, et comment jongler entre les tâches tue votre productivité.

En cette quatrième année, nous avons dû accepter que jongler entre les projets est tout aussi dangereux, et que c’est une habitude dont il faut se défaire.

Cela signifie: se séparer des choses qui n’ont pas un impact positif, quel que soit notre degré d’attachement.

Pour nous, cela a signifié dire au revoir à certains cours que je donnais depuis plusieurs années!

Aussi proche étais-je des écoles, j’y travaillais depuis 2013, et certains cours tenaient plus de la distraction. Ils n’apportaient plus rien dans la mission de RDE Marketing, et prenaient trop de temps et d’énergie pour le bénéfice global qu’ils apportaient.

Nous avons donc du les abandonner.

Habituez-vous à vous débarrasser de certains aspects de votre business, même certains qui ne sont pas si vieux.

Un autre projet, techniquement, déjà séparé de RDE Marketing: ThinkTank.fish, a du être mis sur pause aussi.

En Juillet 2015, alors que RDE Marketing vivait confortablement, j’ai eu envie d’explorer comment faire bénéficier le plus grand nombre de mon expérience et de mes compétences en terme de lancement d’activité. Outre la partie live que je prodigue via mon bénévolat chez BoostInLyon ou via des programme comme Lyon Ville d’Entrepreneuriat, je voulais ouvrir plus grand cette dimension de mon activité.

thinktank.fish

Sur sa première année d’existence, cependant, outre une première formation gratuite baptisées « BootCamp Créatif », je n’ai pas trouvé le temps nécessaire pour développer les autres outils que je comptais proposer dans le cadre de ThinkTank.fish… Pas l’e-book, pas la formation e-learning… J’ai des tas de projets ouverts dans mon carnet Evernote et aucun mené à bout.

Le seul accomplissement que j’ai réussi à mener à bien, c’est la publication hebdomadaire d’un article sur le blog. Ce qui me permet de construire tout doucement une communauté autour de cette marque, mais certainement pas à la vitesse que j’aurais souhaité lors du lancement de ce projet.

Donc, en cours d’année, les signaux étaient clairs: ThinkTank.fish devait passer aux archives, en tous cas, pour le moment.

Même constat avec mon blog personnel: OhLitteAudreySays, et les profils sociaux qui lui sont associés. Le temps est au nettoyage de printemps… à l’automne!

Ne prenez pas de décision basées sur votre attachement émotionnel. Prenez sur ce qui apporte ou non de la valeur à votre entreprise!

Autre exemple: les ressources humaines. Ne basez pas vos choix sur ce que vous aimez, ou ce que vous n’aimez pas. Basez-les sur ce qui a du sens pour votre entreprise.

En parlant de développement, il y a un grand changement que nous avons mis en place cette année; un que toute entreprise devrait considérer, quelle que soit sa taille.

Faciliter la vie des nouveaux employés

Quand vous n’embauchez qu’une nouvelles personnes tous les six mois, les mettre au jus de comment les choses se font dans votre entreprise n’est pas très compliqué. C’est vrai, ça fonctionne, et de l’eau aura coulé sous les ponts avant que vous n’aillez à le refaire!

Sauf si vous savez que cela risque de ne pas être le cas.

Quand vous grandissez rapidement, vous devez trouver des moyens de simplifier et d’accélérer ce process.

Nous avons travaillé avec de nombreuses nouvelles personnes cette année, et pas toujours une à la fois, parfois plusieurs personnes dans la même semaine ont participé à des projets pour RDE Marketing. Et cela nous a obligé à trouver un moyen plus efficace de les mettre à jour sur l’avancement du projet.

Ceci signifie que l’on a du mettre en place de la documentation, des tas de documentation. Des manuels d’intégration, des chartes de marque, des vidéos-training et un wiki pour nos partenaires… Nous avons créé une base de donnée facilement exploitable composée d’information et de savoir faire qui permettent à nos partenaires de ce mettre à jour sur les projets.

Un peu comme ces vieilles videos d’intégration de nouveaux employés, mais en moins bizarre…

Viendra un jour où vous n’aurez juste pas le temps de passer des heures à expliquer personnellement à votre nouvelle recrue toutes les choses qu’il/elle a besoin de savoir. Préparez pour ce jour en documentant tout, le long de chemin!

Et alors que vous gardez des traces de tout, gardez une chose en tête:

Ne vous battez pas contre les changements naturels

Rien de ce que vous faites n’est gravé dans le marbre. Pas même votre nom.

Ne vous engluez pas dans quelque chose juste parce que. Si vous avez pris une décision pour de bonnes raisons, n’hésitez pas, tenez-vous en à cette décision. Mais si vous sentez que le courant vous porte quelque part, et que vous n’avez aucun raison de nager à contre-sens, pourquoi vous battre?

En route pour la cinquième année

En résumé: c’est facile de vous retourner sur vos accomplissements et de vous demander ce que vous auriez fait différemment si seulement vous aviez consulté Mme Irma.

Pourtant, apprendre ces leçons sur le tas n’est pas forcément négatif. C’est ce qui vous donne les connaissances et les outils pour vous améliorer!

Donc, pour le moment, prenez ce que nous avons découvert en année 4 et appliquez-le à votre entreprise. Analysez vos actions, concentrez-vous sur ce qui apporte de la valeur, documentez la manière dont vous faites les choses et laissez-vous porter par les changements… Pendant ce temps, nous verrons quelles leçons nous allons apprendre de l’année 5.

vel, lectus eleifend consequat. amet, ante. diam sem, sed