Veille réseaux sociaux : notre liste des sites et blogs à suivre !

Veille réseaux sociaux : notre liste des sites et blogs à suivre !

Au vu du succès rencontré par notre liste d’outils indispensables pour le community management, nous avons décidé cette fois-ci de partager avec vous nos ressources favorites en ligne pour faire de la veille sur les réseaux sociaux et les bonnes pratiques de CM.

Un bon community manager est un community manager en état de veille permanente. Le digital est un domaine en constante transformation ! Ainsi, les fonctionnalités disponibles sur les réseaux sociaux évoluent au même rythme que les usages des internautes.

Notre sélection de sites et blogs favoris (en français !)

Le blog du Modérateur

 

Créé par Flavien Chantrel, Le Blog du Modérateur existe depuis 2007 et publie aussi bien sur l’actualité digitale que sur les réseaux sociaux.

Ce que j’aime particulièrement : les statistiques publiées chaque année sous forme d’infographie et la section Outils qui permet de découvrir de nouveaux logiciels que l’on a tous envie d’essayer !

Emarketinglicious

Isabelle Mathieu alimente son blog Emarketinglicious depuis 2010 avec toutes sortes d’actualités et de tutoriels dédiés aux dernières fonctionnalités sur les réseaux sociaux.

Ce que j’aime particulièrement : ses explications sont claires grâce à de nombreuses captures d’écran qu’elle réalise en testant de nouvelles fonctionnalités et les sujets très bien renseignés.

 

Live mentor

Live mentor est une école en ligne dédié aux entrepreneurs, freelances et indépendants qui souhaitent développer leur projet. Plusieurs formats sont disponibles (formations courtes, intensives sur trois mois, etc.) sur différents thématiques (‘Comment se faire connaître sur Internet’, ‘Comment réussir en freelance’ ou ‘Comment créer un site joli et visible’…)

Ce que j’aime particulièrement : je n’ai jamais suivi de formation payante. Par contre, je suis abonnée à leur newsletter et guette la sortie de leurs cours gratuits qui sont d’une grande qualité ! J’ai eu l’occasion de suivre deux cours gratuits sur Facebook composés chacun de 4 sessions d’une heure en live avec Alexandre Dana, fondateur de l’école, qui nous partage ses meilleurs retours d’expérience sans langue de bois.

 

Webmarketing & co’m

Webmarketing & co’m c’est plus de 40 experts du digital qui rédige des actualités sur le marketing digital, avec une section dédiée aux réseaux sociaux. Décryptage des dernières tendances et veille sur les stratégies social media des plus grandes marques sont au rendez-vous !

Ce que j’aime particulièrement : la pluralité d’auteurs explique la diversité des sujets ! Chaque sujet est traité par un véritable expert du domaine et ça se sent.

Piwee

Piwee démarre en 2013 et commence par relayer les idées et opérations créatives dans les domaines du marketing et de la publicité. Depuis, ses thèmes se sont étendus à l’art, l’innovation et… les gadgets marrants ! Bref un rassemblement de toutes les pépites que peut nous offrir Internet !

Ce que j’aime particulièrement : se balader sur Piwee c’est comme parcourir ses fils d’actualité, on découvre des choses marrantes, voire complètement loufoques, mais aussi des idées originales ! Une vraie source d’inspiration qui met le sourire.

C’est terminé pour notre liste ! Nous reviendrons la compléter en cas de nouvelle découverte… En attendant, n’hésitez pas à vous rendre sur l’article de Social Media Pro qui a dressé la liste des 40 blogs français sur les médias sociaux. Bonne lecture ! 

Travailler avec des auteurs invités: ce qu’il faut savoir avant de démarrer

Travailler avec des auteurs invités: ce qu’il faut savoir avant de démarrer

Produire un blog intéressant et engageant pour ses lecteurs sur la durée est un challenge.

Quand vous démarrez, créer un contenu de valeur et qui moteur de traffic peut sembler facile. Les idées viennent toutes seules!

Mais, au fur et à mesure, alors que votre audience attend quelque chose de fantastique et de régulier, la pression rends la rédaction de votre blog aussi douloureuse que n’importe quelle autre tâche de sur votre to-do list.

Au bout d’un moment, vous commencez à vous dire que vous avez parlé de tous les sujets intéressants. Deux fois.

Avant que votre angoisse de la page blanche vous donne envie de lâcher l’affaire et de publier La vie de mon chat en cinq histoires mignonnes, pourtant, envisagez la valeur que d’autres voix pourraient apporter à votre blog.

Faites entrer les auteurs invités.

Ouvrir votre blog à des invités ne fait pas que vous alléger d’un poids, cela vous permet de proposer une variété de perspectives, et de bénéficier d’une expertise autre que la votre!

Auteurs invités: une relation de réciprocité

Vous pouvez toujours embaucher des rédacteurs pour votre blog; même des freelancers qui contribueront un nombre défini d’articles par mois, ou qui vous aideront à construire un lot d’articles evergreen parmi lesquels vous pourrez choisir en période de panne d’inspiration.

Mais construire des relations de réciprocité avec des auteurs invités qui sont des experts, des leaders d’opinion est une manière de vous assurer que vous aurez un excellent contenu ET que vous développerez votre reach.

Parfois la réciprocité signifie trouver quelqu’un avec qui échanger des articles ; quelqu’un dont le blog pourrait bénéficier de votre expertise unique. D’autres fois, cela signifier réfléchir stratégiquement à ce que vous pourriez offrir à un auteur invité dont la priorité est de bénéficier de l’exposition que votre site peut lui offrir.

Que rechercher chez un auteur invité

Si vous êtes un auto-entrepreneur ou une TPE, votre meilleur choix est un auteur invité qui est directement lié à votre secteur d’activité mais pas non plus un concurrent direct.

Si vous êtes dans l’immobilier, par exemple, et que vous blogguez sur comment vendre et acheter des maisons, un architecte d’intérieur pourrait être parfait!

Qu’est-ce qu’ils ont à y gagner?

  • L’accès à une audience qui pourrait utiliser leurs services
  • La crédibilité par l’association avec un agent immobilier établi (vous!)
  • Des backlinks sur leur site web (ce qui peut avoir de la valeur en termes de référencent naturel)
  • Du trafic vers leur article depuis vos réseaux sociaux et/ou votre newsletter

Qu’est-ce que vous avez à y gagner?

  • L’accès à une audience qui a utilisé cet architecte d’intérieur par le passé, et peut potentiellement faire appel à vous s’ils souhaitent vendre leur maison
  • Du contenu de qualité venant de quelqu’un possédant une expertise différente de la vôtre
  • La capacité de prouver que vous intérêts et vos ressources sont variés
  • Une relation professionnelle qui pourrait être mutuellement bénéfique à l’avenir

Bien entendu, il est crucial, lorsque vous envisagez ces bénéfices que vous ne vous lanciez pas dans des négociations potentiellement questionnables.

Si des auteurs invités peuvent être intéressés par des bénéfices « en nature » tels que ceux décrits ci-dessus, on n’attendra pas des rédacteurs professionnels et freelancers en tout genre qu’ils fournissent du contenu gratuit en échange de promesses d' »exposition » ou d' »expérience ».

Il y a une grande différence entre offrir une opportunité à une personne recherchant activement de l’exposition et essayer de convaincre des professionnels que leur travail ne mérite pas salaire!

Assurez-vous, lorsque vous cherchez de nouvelles voix à ajouter à votre blog, que vous cherchez les bonnes personnes, et respectez les attentes des professionnels.

Poser des standards

Votre auteur invité potentiel ne devrait pas utiliser votre blog uniquement comme plateforme publicitaire gratuite pour ses services. Ils devraient plutôt essayer de construire une relations avec votre audience en partageant une information de qualité, tout comme vous!

Avez-vous un style-guide pour votre blog? En créer un en peut donner des informations utiles à quiconque est intéressé d’écrire dans votre blog, et vous évitera de répondre sans arrêt aux mêmes questions.

Des questions comme:

  • Quelle longueur d’articles attendez-vous?
  • Utilisez-vous principalement les mots, ou êtes-vous aussi intéressé par d’autres formes de contenu comme des infographies ou des slideshows?
  • Avez-vous des règles précises sur les sujets que vous traitez?
  • Qu’en est-il du ton? L’auteur invité peut-il s’exprimer à sa manière, ou attendez-vous un style journalistique où l’auteur est mentionné mais ne parle jamais à la première personne?
  • Y-a-t-il des guideline sur les liens sortants que vous autorisez?
  • Peuvent-ils publier cet article ailleurs ou attendez-vous une exclusivité sur le contenu?

Vos guidelines peuvent aussi proposer des liens vers des articles-invités parfaits que vous avez déjà publiés, si vous en avez!

Vous devriez aussi y inclure des guidelines ou des conseils sur la manière dont vos auteurs invités peuvent partager leur contenu. Peut-être vous mettrez-vous d’accord sur un nombre de tweets que vous publierez chacun une fois l’article live, et sur le fait que chacun d’entre-vous l’enverra à sa mailing list.

La frontière entre des standards et des demandes déraisonnable est fine.

Construire des relations avec un auteur invité demande de la confiance et du respect. Vous demandez à quelqu’un de partager un peu d’eux-même, vous ne passez pas commande dans un restaurant!

Si vous espérez voir des experts et des leaders d’opinion écrire pour vous, établir une relation qui permet à l’auteur invité d’être lui-même, de contribuer un contenu unique, et de le faire dans une temporalité comfortable est indispensable.

Des deadlines super stricte et des considérations stylistiques trop précises peuvent leur donner l’impression que vous ne cherchez qu’à les presser pour un article gratuit.

Cependant, si vous recevez de nombreuses demandes, vous pouvez vous permettre d’être un peu sélectifs avec vos guidelines. Parce que si des gens vous contactent en masse, c’est clairement, qu’ils y voient déjà un intérêt.

Coppyblogger, par exemple, à une landing page avec ses guidelines pour articles invités que vous pouvez utiliser comme modèle.

Assurez-vous toujours que vos termes soient clairs immédiatement (surtout si vous ne proposez pas de dédommagement), pour que personnes ne perdent de temps à espérer que vous attendez les mêmes choses.

Faites passer le message dans votre communauté

Pourquoi avez-vous besoin d’auteurs invités? Eh bien, pour vous assurer que vos lecteurs continuent de plébisciter tout ce que vous publiez!

Demander à vos lecteurs ce qu’ils pensent montrent qu’ils ont de la valeur à vos yeux, donc écoutez leur feedback et dites-leur ce que vous recherchez chez vos auteurs invités.

Cela peut paraitre étrange d’avoir quelqu’un écrire pour votre blog, mais c’est quelque chose à célébrer, pas à cacher!

Vous montrez que vous ne vous préoccupez pas uniquement de votre zone d’expertise, mais de l’expérience et des connaissances d’autres dans des activités connexes, et que lorsque vous ne savez pas quelque chose, vous cherchez des réponses.

Avez-vous construit des relations avec des auteurs invités pour votre blog? Comment ces articles ont-ils bénéficié à votre entreprise?

Avez-vous des guidelines ou des conseils à partager sur la manière d’obtenir du contenu de qualité d’auteurs invités?

Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous!

Photo by Glenn Carstens-Peters

Panne d’inspiration: 9 manières de la combattre

Panne d’inspiration: 9 manières de la combattre

Une page blanche, ça fait peur.

Presque qu’autant qu’un méchant clown chevauchant une araignée.

Donc, quand vous savez que vous devez écrire un nouvel article de blog, et que vous regardez cette page blanche et ce curseur qui clignote, avec une panne totale d’inspiration, vous ne vous mettez pas vraiment dans l’optique de réussir.

Le fait est qu’être assis devant votre ordinateur à fixer l’écran est la plus MAUVAISE manière d’écrire un article de blog.

Quand vous souffrez d’une sérieuse panne d’inspiration, il vous suffit peut-être de vous lever de devant votre écran pour retrouver votre créativité.

Oui cela peut paraitre un peu contre-intuitif de procrastiner, mais parfois, votre cerveau à juste besoin d’un peu de repos pour se remettre en marche!

Et, comme n’importe qui en IT vous le dirait, la première chose à essayer lorsque votre matériel ne fonctionne pas, c’est de le débrancher pour le rebooter.

Alors, quelles sont les manières dont vous pouvez prendre un peu de recul et donner un coup de frais à votre bon vieux cerveau?

Passer à l’analogue

La dernière fois que vous avez dessiné un logo sur du papier et pas sur Photoshop, c’était quand? Ou écrit un article de blog dans un carnet? Ça donne peut-être l’impression de prendre plus de temps (et c’est tout à fait possible), et votre liste de choses à faire est tellement longue (on sait bien), mais quand l’inspiration vous manque, passez un peu à l’analogue!

Travailler à un rythme différent et sur un support différent permet à votre cerveau de sortir de sa routine habituelle… et permet à vos yeux de fixer autre chose qu’un écran, pour changer.

Se nourrir

La dernière fois que vous avez mangé quelque chose qui ne sortait pas d’une boite, c’était quand? D’ailleurs, la dernière fois que vous avez mangé quelque chose tout court, c’était quand?

Un sacrilège comme celui-ci risque de nous faire excommunier du club du parfait petit startupper, mais vous avez droit à une pause déjeuner qui dure plus que le temps d’engloutir une part de pizza ou un smoothie protéiné.

Laissez votre ordinateur de côté, et allez dans une autre pièce pour manger quelque chose. Buvez un verre d’eau (vraiment, c’est important). Ce n’est pas qu’une question de régénérer votre corps, c’est aussi une manière de vous penser à autre chose qu’à la page blanche!

S’inspirer

Vous n’arrivez pas à trouver l’inspiration pour le projet sur lequel vous êtes censés travailler? Chercher l’inspiration ailleurs est peut-être la solution!

On n’est pas entrain de suggérer que vous allumiez Netflix pour regarder 10 épisodes de Gilmore Girls d’affilée, mais faire une pause avec un épisode de votre podcast préféré ou un chapitre de votre dernier audiobook peut faire des merveilles quand il s’agit de relancer votre process créatif. Changer votre état d’esprit et concentrez vous sur l’absorption au lieu de la création, quand vous vous remettrez au boulot vous aurez une toute nouvelles perspective!

Sortir

Travailler à côté d’une fenêtre, c’est une chose, mais sortir vous donne l’occasion de vous bouger, de prendre un peu l’air et d’absorber un peu de vitamine D… et tout ceci contribue à une meilleure concentration.

Allez promener votre chien. Faites le tour du quartier. Allez prendre un thé glacé dans le café du coin. Tout simplement, sortez faire quelque chose qui vous fait plaisir, et voyez comment cela revigore votre esprit créatif!

En parler

En résumé, quand vous n’arrivez pas à écrire, faites fonctionner votre cerveau sans écrire.

Vous obliger à parler de vos idées à voix haute, même s’il n’y a personne pour vous écouter, fait fonctionner votre cerveau d’une manière différente de quand vous essayez de les coucher sur « papier »!

Installez-vous confortablement avec votre ours en peluche préféré, et dites-lui tout sur ce que vous essayez d’écrire. Il n’aura peut-être pas des tonnes de conseils à vous donner, mais son oreille attentive vous permettra d’entendre vos propres pensées, ce qui peut conduire à des révélations très utiles!

Aller dormir

Incapable de vous concentrer?

Petite baisse de forme?

Un sentiment général de blah?

Une petite sieste pourrait bien être votre meilleure prescription.

Pas non plus la peine de dormir toute la journée, il suffit de 10 à 20 minutes pour redonner un coup de boost à votre mental! Plus long, vous risqueriez de vous réveiller groggy.

Au lieu de regarder votre écran d’ordinateur et d’essayer d’obliger les mots à sortir, acceptez que quelques minutes sur le canapé peuvent améliorer votre productivité.

Participer à un mastermind

On vous a certainement déjà vanté les mérites d’un mastermind, et on va recommencer. C’est typiquement le type de situation pour lesquelles vous avez rejoins un groupe Mastermind, alors, appuyez-vous sur vos alliés!

Les membres de votre mastermind vous connaissent bien et comprennent suffisamment bien votre job pour vous donner un feedback honnête quand vous en avez besoin. Et parfois c’est exactement ce qu’il vous faut pour tuer cette panne d’inspiration dans l’oeuf!

Trouver un nouvel environnement de travail

Ceci est une dédicace spéciale pour tous les introvertis qui adorent leur bureau à la maison avec son calme, son frigo à proximité et son organisation parfaite. Oui, c’est cosy et c’est chez vous, mais quand vous n’arrivez pas à vous en sortir avec un projet, il est temps de prendre vos clics et vos clac et d’aller voir ce qu’il se passe ailleurs… que ce soit la table de la cuisine, votre jardin ou le café du coin. Trouvez un nouveau point de vue (littéralement) est peut-être tout ce dont vous avez besoin pour vous remettre au travail!

Accepter son blocage

Lorsque l’on se bat contre un blocage, il résiste encore plus. Malheureusement, bien souvent, le blocage est plus fort que nous, et c’est lui qui gagne! Si vous vous trouvez en panne d’inspiration et qu’aucun des autres conseils ne fonctionne, essayez d’accepter votre blocage et de comprendre d’où il vient.

L’auteur Elizabeth Gilbert suggère de parler à vos blocages (dont elle dit que ce sont des peurs déguisées). Elle explique que si vous les personnifiez et que vous leur parlez, que vous leur dites que vous êtes contents qu’ils existent mais que vous n’avez pas besoin d’eux là maintenant tout de suite, il s’en iront peut-être tout seuls.

Essayez donc! Quand rien d’autre n’en vient à bout, faites preuve d’un peu d’un peu de compassion pour vous-même et pour vos blocages.

Comment vous sortez-vous de VOS pannes d’inspiration?

Vous avez un truc pour vous sortir du marasme?

Une playlist de motivation préférée?

Un cristal au dessus de votre bureau qui libère votre énergie créative?

Partagez votre méthode dans les commentaires!

Photo by rawpixel

Étude de cas : IHOP devient IHOB !

Étude de cas : IHOP devient IHOB !

Parce qu’il est intéressant de voir les réactions que peuvent entrainer la communication faite par d’autres marques ! Nous revenons aujourd’hui sur le cas de IHOP, autrement dit « International House of Pancakes ». La marque a commencé à faire sourire les gens en 1958 quand elle a ouvert ses portes dans la banlieue de Los Angeles. La marque se décrit elle-même comme l’endroit dédié à l’univers du petit-déjeuner où tout est délicieux : pancake, crêpe, gaufres, oeufs et bien plus encore.  Sa spécialité reste avant tout les pancakes, comme son nom l’indique ! 

Et pourtant, le 5 juin dernier, la franchise de plus de 60 ans maintenant a frappé Twitter en révélant qu’elle remplacerait la lettre finale par un B, transformant ainsi « IHOP » par « IHOB ». Ce changement de nom n’était pas accompagné d’explication et la marque encourageait justement à deviner quel pouvait bien être le nouveau plat en « B » venant remplacer leurs fameux pancakes.

Malheureusement, dans l’imaginaire de la population, ce fameux « B » ne représentait pas du tout un plat en particulier, mais référait plutôt au terme «Breakfast» (petit-déjeuner).

Dommage pour la marque qui cherchait à faire deviner « Burger » ! Ce changement de nom n’était que temporaire et avait pour but de créer un effet de teasing au sujet de leurs nouveaux burger au milieu des ventes de pancakes. Il ne s’agissait que d’attirer l’attention sur ce lancement sauf que… La twittosphère s’est emparé avec beaucoup d’humour de ce loupé et a créé un véritablement affolement sur la toile.

Voici quelques-unes des meilleures réactions (moqueuses) sur le sujet :

 

 

Alors comment cette blague à pu tourner au ridicule et en arriver à recevoir autant de moqueries ?  

Ce n’est pourtant pas un cas isolé ! Lorsque l’on veut créer le buzz, cela peut vite se retourner contre nous.

L’idée de base part d’un bon principe : lorsqu’on laisse planer le doute afin de jouer avec l’imaginaire du client, cela provoque un effet de teasing qui éveille la curiosité et augmente donc l’attention portée au message et sa mémorisation.

Encore faut-il que le message soit correctement interprété ! Ce qui n’a vraisemblablement pas été le cas ici. Pour certains, ce changement était insignifiant car il référait simplement à « breakfast », ce qui ne changeait pas grand chose finalement. Pour d’autres, cela a créé une vrai confusion : « des burgers ? Mais il n’y aura donc plus de pancakes ? ». Et les autres, ayant bien compris l’erreur de compréhension, en ont profité pour troller la marque. Bref IHOP a donc complètement perdu le contrôle du message qu’ils souhaitaient diffuser au départ !

Cette aventure nous montre à quel point il est important de vérifier que le message que nous tentons de faire passer est clair et compréhensible par le plus grand nombre. Il est facile d’imaginer dans son coin une campagne de publicité mais encore faut-il réussir à adapter celle-ci lorsque les réactions ne sont pas celles que nous imaginions.

Aurélie Revil

Aurélie Revil

Stagiaire Community Manager, RDE Marketing

Poursuivant un Bachelor Management et Marketing du luxe à Lyon, Aurélie a intégré l’équipe de RDE MARKETING pour l’été 2018, elle accompagnait Charlotte en tant que stagiaire community manager. Elle participait également aux formations proposées par Charlotte, ce qui lui a permis d’obtenir de solides compétences pour finir sa formation. Elle a pour projet de partir 6 mois à l’étranger afin d’améliorer son Anglais puis de revenir en France suivre une formation afin de réaliser son rêve : travailler dans le secteur de l’immobilier de luxe.

Instagram stories: 12 manières pour votre marque d’en profiter

Instagram stories: 12 manières pour votre marque d’en profiter

Si vous êtes sur Instagram, impossible que vous n’ayez pas encore été touché par les Stories.

Vraiment. Après tout, elles sont juste au dessus de votre fil d’actualité.

Et si vous avez peut-être joué un peu avec les stories pour sur votre compte perso, Instagram Stories n’est peut-être pas la première chose à laquelle vous pensez pour communiquer sur votre entreprise.

Après tout, pourquoi passer du temps sur quelque chose qui disparaitra au bout de 24 heures?

Et bien, cette date d’expiration qui vous angoisser pourrait bien être la clé du succès!

Voyez-vous, le format court (des vidéos de 15 secondes) et la courte durée de vie (24 heures à partir du moment où vous publiez) rendent les Stories faciles à consommer, hautement addictives et, virtuellement irrésistible pour vos fans.

Elles sont fun, communautaires, et informelles… ce qui a pour avantage de vous donner un air d’authenticité bien mérité!

Pas certains de comment votre marque peut utiliser les Stories Instagram?

Nous avons une bonne douzaine d’exemples de la manière dont d’autres marques les utilisent pour booster leur ventes / image / notoriété. Et, parmi elles, vous trouverez certainement quelques idées à emprunter!

Donc, plus d’excuses.

Partagez des codes-promo limités dans le temps

Remerciez vos abonnés les plus loyaux avec des promotions sur vos produits. Faire une promo sur Instagram Stories est une excellente manière de faire venir vos abonnés sur votre site web (où tout se passe)!

Paleo Passion Food le fait ici avec l’outil See More, qui est, pour le moment restreint à certains comptes (été 2017, c’était les profils business avec au moins 10,000 abonnés).

Votre audience n’est pas suffisante pour See More? Pas de problème, mettez simplement le lien dans la description sur votre profil!

Visitez les coulisses

Vous créez une nouvelles recette? Écrivez un nouvel article de blog? Faites du parachutisme dans l’Antarctique? Quoique vous fassiez, emmenez vos abonnés avec vous en coulisse et connectez-les au produit fini!

Quand Dana Shultz de Minimalist Baker partage les Stories coulisses, ses abonnés voient tout l’effort qu’elle met dans son travail, et cela fait monter l’anticipation pour la prochaine recette à paraitre sur son blog!

Attention, ce compte à aussi tendance à nous donner super faim

Faites un lien à votre marque depuis votre compte perso

Vous avez des abonnés sur votre compte perso, mais vous voulez lancer un nouveau compte Instagram pour votre marque? Liez ce nouveau compte avec un @-tag, et vos abonnés perso pourront cliquer et s’abonner à votre compte pro aussi! Taguer quelqu’un, vous y-compris, est ridiculement facile.

Faites des liens vers d’autres marques

En parlant d’@-tags dans les Stories Instagram, n’oubliez pas de faire des liens vers d’autres marques. C’est une excellente manière de réseauter et de profiter de la dimension communautaire d’Instagram!

Regardez comment Pat Flynn de Smart Passive Income le fait dans cet exemple: il tag un autre blogueur et la conférence à laquelle ils assistent tous les deux ; ce qui montre à ses abonnés ce qu’il fait et qui il a dans son premier cercle.

Trinquons aux nouveaux amis!

Faites ressortir votre produit

Vous voulez attirer l’attention de quelqu’un alors qu’ils se baladent dans leurs Stories? Faites ressortir votre produit en le mettant en mouvement!

Instagram Stories vous permet de partager de courtes vidéos, jusqu’à 15 secondes chacune, ou de faire des images « à la GIF » en utilisant leur outil Boomerang. Essayez ces options pour montrer quelqu’un en train de danser dans les vêtements que vous designez, quelqu’un en train de faire un nettoyage de peau avec vos gommages naturels au sucre, ou quelqu’un en train de poser pour vos sensationnelles photos de mariage!

Boostez vos événements

Vous allez quelque part?

Utilisez les Stories pour emmener votre audience d’IG (Instagram) à IRL (In Real Life)!

Si vous allez à un événement ou en organisez un pour votre marque, dites à vos abonnés où ils peuvent vous rencontrer en personne et profiter de temps en face-à-face avec vous.

Katie Delabout rencontre régulièrement ses abonnés, et les Stories Instagram sont une bonnes manière pour elle de rappeler aux gens quand et où ils peuvent la voir bientôt:

Et souvenez-vous, vous pouvez aussi faire suivre ça de Stories de la rencontre!

Parce que les Instagram Stories sont temporaires, elles sont parfaites pour partager des choses comme ça, que vous ne voudriez pas forcément dans votre profil une fois l’événement passé!

Partagez un moment drôle

Soyons clairs.

Non, vraiment.

Derrière chaque marque il y a au moins un être humain (ou au moins un animatronic relativement convaincant) et les Instagram Stories sont un endroit parfait pour le montrer! Dansez, jouez, chantez une chanson… faites ce qui vous vient naturellement. Vos abonnés adoreront connecter avec vous sur un registre plus personnel, et cette connection aidera à les transformer d’abonnés en clients.

Lewis Howes se rend régulièrement sur les Stories Instagram et partage des moments de vie parfaitement imparfaits:

Est-ce parfait pour n’importe quel type de business? Probablement pas, mais montrer un peu l’envers du décor et détendre l’atmosphère peut vraiment aider à créer des connections émotionnelles avec vos abonnés!

Laissez la main à des invités

C’est ce que l’on appelle un takeover: vous donnez à un invité spécial le contrôle de votre compte pendant une courte période ; et c’est tendance depuis déjà quelques années. Les Stories Instagram sont un cadre parfait pour organiser quelque chose de la sorte car le contenu est uniquement disponible pour la durée de l’événement!

Invitez une autre marque à prendre la main sur vos Instagram Stories pendant un jour our deux, pour partager ce qu’elles font avec vos abonnés, et vous pouvez faire la même chose avec les leurs.

C’est probablement quelque chose qu’il faut réserver pour des occasions spéciales sinon ça risque de porter à confusion. Mais si vous cherchez un guide plus détaillé sur comment organiser cela, faites un tour sur cet article de Social Media Examiner!

Faites la promotion des marques que vous aimez

Vous avez remarqué quelque chose chez une autre marque que vous pensez utile pour vos abonnés? Ils vous connaissent et vous font confiance, et ils vont voir vos Stories pour savoir ce que vous avez à raconter!

Envoyez-les vers ces ressources utiles come The Everygirl le fait pour ses abonnés fidèles:

Souvenez-vous juste que si vous faites quelque chose comme ça dans le cadre d’une opération d’affiliation, être honnête et le mentionner peut faire toute la différence!

Organisez un concours

Vous voulez utiliser Instagram pour augmenter votre liste d’emails?

Organisez un concours!

Utilisez vos Stories pour montrer le prix, partager les détails, et dire aux gens comment participer. Si vous avez cette option Show More dont on parlait plus haut, vous pouvez l’utiliser pour comme raccourci vers votre formulaire d’inscription!

Vous pouvez demander aux gens de s’inscrire à une liste d’email pour participer, ou de suivre un certain compte, comme dans cet exemple de Studio DIY:

Cet écran ne dit même pas ce qu’il y a à gagner et pourtant on a tout de même envie d’en savoir plus!

Faites du live

Se lancer en live sur Instagram peut faire un peu peur, mais c’est pourtant beaucoup plus facile que ça en a l’air. Surtout parce qu’à la différence de Facebook, qui sauvegarde automatiquement vos diffusions live une fois celles-ci terminées, Instagram vous permet de les faire disparaître facilement et automatiquement.

La vidéo live sur Instagram rends votre profil plus visible dans l’onglet Explore, et vous met en avant pour vos abonnés dans la section Stories en haut de l’écran.

Une fois votre diffusion terminée, quelques clics vous permettront de publier cette video dans vos Stories, où les personnes qui l’avaient raté peut se rattraper pendant 24 heures!

Faites la promotion de votre blog

Vous voulez un contenu visuel attractif qui donnera aux gens envie de découvrir vos derniers articles de blog? Les Stories Instagram sont le parfait endroit pour le publier!

Regardez comment Brit+Co utilise plusieurs images en série pour faire la promotion de leur derniers articles:

Créez un modèle simple que vous pouvez utiliser semaine après semaine, et faites la promotion de vos articles via les Stories en un clin d’oeil!

Utilisez-vous les Stories Instagram pour votre marque?

Quel est votre façon préférée d’engager avec vos abonnés?

Vous vous voyez utiliser les Stories pour votre marque?

Dites-nous tout cela dans les commentaire ou trouvez-nous sur Instagram et faites nous coucou!

Les bases à connaître pour survivre sur Linkedin

Les bases à connaître pour survivre sur Linkedin

Une des règles qui est souvent mentionnée en termes de marque personnelle et de comment se positionner sur une scène publique est de disposer d’une présence solide sur internet et, particulièrement, sur les réseaux sociaux. De tous, le plus important et celui considéré comme le Saint Graal de l’image professionnelle en ligne est Linkedin. Ce réseau est orienté aux utilisateurs professionnels et au monde des entreprises.

Soigner son image professionnelle et faire attention à ce qui se publie sur ses différents profils de réseaux sociaux est un élément déterminant d’une bonne image. De ce fait, il est primordial de bien travailler les éléments vous décrivant, que ce soit la publication d’une photo de profil récente de qualité ou l’actualisation de vos informations et post via votre profil. Partager des contenus de qualité et d’utilité peut aussi être une autre manière d’améliorer la perception de votre profil par les tiers.

Cependant, il y a aussi d’autres facteurs d’importance qui influent sur votre image dans le vaste monde de Linkedin. Votre manière d’échanger et d’interagir avec les autres utilisateurs sont aussi décisifs mais, quelles sont les normes sur ce réseau professionnel ?

Savoir faire les séparations

Tous les réseaux sociaux ont une utilité et un usage spécifiques : il est donc primordial de connaître ces différences afin de les utiliser à votre avantage. Alors que sur Facebook vous pouvez partager des photos, vos vacances et vos repas et recettes sur Instagram ou Pinterest, sur Linkedin, ces types de contenus sont de trop.

Linkedin est un réseau social professionnel et le contenu qui y est publié se doit de s’ajuster à cette caractéristique. Publier une photo de vous avec un mojito à la main lors de votre dernier séjour à Bora Bora n’aurait pas de sens. Pas plus que d’autres types de contenus qui n’ont pas de relation avec votre vie professionnelle ou qui ne la valorise pas.

Développer votre réseau Linkedin… Intelligemment

Inconsciemment, Linkedin incite l’utilisateur à avoir le plus de relations possibles, à être le plus populaire. Nous voulons tous avoir beaucoup d’amis et alimenter notre réseau de contacts et ce, particulièrement lorsque ces derniers peuvent se transformer en opportunités pour notre carrière. Sur Linkedin, le plus important est d’avoir un bon réseau et une bonne connection avec ce dernier.

Cependant, cet élément ne peut se transformer en objectif final. Vous devez, certes, développer votre réseau mais de manière intelligente. N’allez pas accepter toutes les demandes de mises en relation ou ajouter à l’aveuglette toutes les recommandations proposées par la page. Pensez aux avantages et aux opportunités que les relations des contacts potentiels peuvent vous apporter. Soyez opportuniste et voyez sur le long terme.

“La qualité l’emporte sur le nombre”

Développer son réseau ne signifie pas qu’il faille aller à la chasse aux relations pour en obtenir des milliers. Sur Linkedin, comme dans beaucoup de domaines de la vie courante, la qualité l’emporte sur le nombre. Il est préférable d’avoir quelques contacts de valeur plutôt que d’innombrables relations sur votre réseau qui, à terme, ne vous apporteront rien de plus qu’un chiffre. Par ailleurs, ce chiffre ne doit, en aucun cas, être votre élément de différenciation. Vous avez surement déjà reçu une demande de mise en relation d’individus vantant les avantages de les avoir dans vos relations du fait de leurs X contacts et de la portée qu’ils pourraient avoir : cela peut être vrai pour certaines personnes mais, en général, elles n’en font pas leur argument de vente…

Ne pas faire de pourriels

Par pourriels, aussi connus sous le nom de “spams” je parle de la publication massive des liens qui remplissent le feed de vos relations, souvent de l’auto-pub. Certains passent même par des fonctionnalités internes comme l’envoi de messages privés pour diffuser leurs pourriels. Il est vrai que vous devez informer votre réseau de votre avancée professionnelle et des vos exploits cependant, il ne faut pas en faire la base de vos posts… Le networking ne fonctionne pas sur une base d’auto-promotion, il se base sur l’échange et la valeur partagée entre les différents individus.

Dire la vérité

Qui n’a pas brodé, à l’époque, des CV papiers avec les tâches accomplies lors d’un stage ? Les mensonges, même les plus petits, sont à bannir complètement de votre profil Linkedin. Vérifier une information sur le web est déjà simple mais, vérifier auprès de votre ancien supérieur la véracité de vos information est encore plus facile sur Linkedin… Soyez honnête.

Ne pas forcer les références Linkedin

La section “recommandations” est un outil qui trouve son utilité lorsque vous êtes à la recherche d’un emploi ou que vous souhaitez améliorer votre image professionnelle.
Les recommandations sont un gage de confiance qui démontrent que votre profil est en accord avec les opinions de vos connaissances (collègues, responsables, partenaires…).
Avec cet outil, Linkedin a facilité l’accès aux lettres de recommandation en simplifiant le format mais la tâche est toujours difficile au moment de demander une recommandation aux personnes concernées. L’idéal est de laisser les choses aller seules : il n’y a rien de pire que d’être cette personne enquiquinante qui demande des recommandations à tout va.

Être respectueux

Par respectueux, j’entends de ne pas mettre mal à l’aise votre public. Harceler sans cesse ce contact pour qu’il vous laisse une recommandation n’est pas une bonne idée. Pas plus que des comportements pouvant être perçus comme “violents” comme de demander que l’on vous présente une personne, d’écrire des mails en exigeant des choses à des personnes que vous connaissez à peine ou encore les posts pourriels à répétition. Soyez respectueux avec votre réseau, les choses avanceront seules, de manière organique.

Linkedin est un outil particulièrement utile si vous désirez développer le réseau professionnel de votre marque professionnelle ou de votre entreprise.  Au fil des années, le réseau social a prouvé être un très bon outil de networking à condition de connaître les normes de cette plateforme pour ne pas foncer dans le mur.

Jeremy Waite a dit un jour :

“J’aime les médias sociaux car ils existent à l’intersection de l’humanité et de la technologie”

La technologie vous permet d’avoir une présence sur Linkedin mais, le succès ne sera garanti qu’au moment oú la partie humaine de tous les utilisateurs sera prise en compte.

Amélie Latourelle

Amélie Latourelle

Responsable du Marketing et de la Communication, Fonvirtual

Amélie Latourelle est Responsable du Marketing et de la Communication de l’entreprise Fonvirtual, entreprise spécialisée dans la commercialisation de standards téléphoniques virtuels, numéros virtuels internationaux, téléphonie IP, et de télécommunications d’entreprise. 

Construire un tableau de bord pour ses réseaux sociaux

Construire un tableau de bord pour ses réseaux sociaux

L’outil tableau de bord ne faisait pas partie de notre liste des outils indispensables pour vos réseaux sociaux et pourtant il s’agit bien de l’outil à utiliser avant tout autre ! C’est pour cela que nous avons décidé de lui consacrer un article : regardons ensemble quels intérêts a ce fameux tableau de bord et comment le construire pas-à-pas…

 

Un tableau de bord, pourquoi faire ?

Reprenons la définition du tableau de bord :

« Un tableau de bord est un outil de gestion mettant en lumière des résultats grâce à des indicateurs. »

Utilisé dans tous les domaines, l’outil est généralement délaissé quand il s’agit de la gestion des réseaux sociaux et c’est la pire erreur qui soit ! Être présent en ligne demande un travail régulier et peut vite s’avérer chronophage. De plus, la mise en place d’une stratégie social media requiert du temps et les premiers résultats peuvent se faire attendre. Quoi de plus décourageant de ne pas pouvoir mesurer précisément si vos efforts portent leurs fruits ?

Voici plusieurs raisons pour lesquelles le tableau de bord va devenir votre meilleur allié :

  • il est un peu pénible à remplir c’est vrai. Toutes les semaines ou tous les mois il vous faudra penser à le compléter avec toutes les données éparpillées sur vos différentes interfaces Statistiques de votre page Facebook, de votre compte Twitter, etc. Par contre, on vous promet qu’au bout de quelques mois la magie opérera ! Vous aurez alors sous les yeux toutes vos statistiques qui vous permettront d’analyser l’évolution et l’impact de vos actions de manière beaucoup plus fluide.
  • la lecture de votre tableau de bord doit vous guider dans l’élaboration de votre stratégie digitale. Avez-vous atteint vos objectifs ? Si oui, il est peut-être intéressant de concentrer vos efforts sur les outils les plus performants. Si ce n’est pas le cas, quels sont les contenus ou les outils qui ne fonctionnent pas ? Pourquoi ? Adaptez alors vos actions et fixez-vous de nouveaux challenges !
  • accessible par le reste de votre équipe, il vous servira également de support de partage de l’information. 

 

Les éléments à intégrer dans son tableau de bord

1. Les informations essentielles de votre stratégie

Dans le premier onglet de votre tableau de bord doit apparaître les informations essentielles concernant votre stratégie digitale. Notamment si vous travaillez en équipe, il est utile d’avoir une trace de ce que vous aurez décidé ensemble en début d’année ou de projet.

Libre à vous de le compléter plus ou moins précisément mais voici quelques exemples de ce que vous pourriez indiquer :

  • le lien URL de vos réseaux sociaux : pratique à avoir sous la main !
  • les cibles visées par votre communication : elles ne sont pas forcément les même sur chacun de vos réseaux et impliquent donc d’adapter le ton et le contenu par exemple.
  • les objectifs que vous vous serez fixés pour chacun de vos outils sur la période à venir : attention, pour être pertinents, ceux-ci doivent être évidemment SMART. Si cela ne vous parle pas, je vous encourage à visiter notre check-list des 5 points essentiels dans la mise en place de votre stratégie digitale…
  • la fréquence de publication : la règle pour réussir sur les réseaux sociaux est d’être régulier tout en prenant en compte les spécificités de chaque outil. Publier 1 à 2 fois par semaine sur Facebook ou Linkedin convient parfaitement tandis que Twitter ou Instagram demande une présence quotidienne. À vous de vous fixer un rythme de publication afin d’habituer votre audience à vous lire… et vous y tenir !
  • le type de contenu : photos, vidéos, infographies, articles… À vous de définir votre stratégie éditoriale.
  • les formats d’image : c’est une information qu’on passe son temps à chercher. Quel est le bon format pour publier une photo sur Facebook ? Quelle est la taille d’une bannière sur Twitter ? Il est important de respecter ces formats afin d’assurer un maximum de visibilité à vos publications.

 

Les objectifs et KPI associés

Dans notre modèle de tableau de bord, nous avons ensuite décider de créer un onglet par outil utilisé.

Pour chaque outil, listez vos objectifs à atteindre. Reprenons nos exemples du tableau ci-dessus :

  • « augmenter sa notoriété » peut être traduit par « Atteindre 500 abonnés avant septembre »
  • « engager sa communauté » peut être traduit par « Obtenir 10 réactions et 5 commentaires sur chacune de mes publications »
  • « convertir / transformer en client » peut être traduit par « Avoir minimum 50 clics sur mes liens commerciaux »

Indiquez en dessous les 2 à 3 indicateurs de performance qui vous permettront de surveiller l’atteinte de ces objectifs :

  • « augmenter sa notoriété » : nombre de fan de la page, % de nouveaux abonnés, nombre de mention par des influenceurs, etc.
  • « engager sa communauté » : nombre de réaction, nombre de partage, nombre de commentaire, nombre de message privé, etc.
  • « convertir / transformer en client » : taux de clic, nombre d’inscription, nombre d’achat, etc.

 

Les contenus les plus performants

 

Le plus intéressant est ensuite de rentrer dans le détail ! Qu’est-ce qui explique que vous atteint ou non vos objectifs ? Une partie de la réponse se trouve généralement dans les contenus que vous avez publié :

  • quel format avez-vous utilisé ? Photo, vidéo, texte ?
  • à quelle catégorie de contenu appartenait votre publication ? S’agissait-il d’un contenu promotionnel ? Ou au contraire d’une actualité de vos coulisses d’entreprise ?
  • quelle longueur ? Un long article ou un simple gif ?

Pour répondre à ces différentes questions, il vous faudra lister toutes les publications postées par outil et les catégoriser. Nous conseillons en général de créer 4 à 5 catégories de contenu différentes au départ. Au bout de quelques semaines, accentuez vos efforts sur les catégories les plus performantes !

Vous l’aurez compris, un tableau de bord est un outil qui doit être personnalisé et construit dans l’optique de répondre à VOS objectifs et attentes. Si Excel n’est pas un outil que vous trouvez très « sexy », d’autres outils existent pour mettre en forme votre tableau de bord !

La stratégie de Museum Hack pour réussir sur les réseaux sociaux

La stratégie de Museum Hack pour réussir sur les réseaux sociaux

Lorsque l’on parle de marketing de contenu, comment vous partagez sur les réseaux sociaux peut s’avérer tout aussi important que ce que vous partagez.

Demandez à l’équipe de Museum Hack!

Ils ont révolutionné la manière dont on envisage aller au musée, en offrant des ateliers publics, du consulting, et même leurs propres tours, personnalisables selon les besoins, du team building pour entreprises à l’enterrement de vie de jeune fille. Sans rire.

Autant vous dire que leur équipe marketing a du pain sur la planche, surtout que leur blog crée des tonnes de contenu de qualité dont il faut faire la promotion!

Par le passé, cela leur prenait jusqu’à 20 heures par semaine juste pour manager leurs réseaux sociaux, et cela n’était même pas suffisant pour tout couvrir.

« On réservait Twitter à un type de campagne, comme les sorties d’entreprises, mais on négligeait les amoureux de l’art et des musées, » explique Julia Kennedy, la community manager de Museum Hack. « Notre stratégie réseaux sociaux doit être à la fis précise et puissante pour que notre équipe commerciale puisse en tirer des leads. »

Alors, en 2016, Muséum Hack s’est mis à utiliser un outil de management pour leurs réseaux sociaux et ce changement a donné de sérieux résultats.

Quelle est leur stratégie? Et quel est l’impact réel?

Museum Hack s’est confié sur la manière dont ils utilisent un outil de management de campagnes pour toucher une audience plus large avec leur expériences modernes du musée!

Meilleur reach, plus d’engagement, croissance plus rapide

Commençons par le commencement: que se passe-t-il avec votre reach Facebook quand vous utilisez un outil de programmation de vos publications?

Si vous êtes Museum Hack, votre reach explose:

Avant de commencer à utiliser un outil de management de campagnes fin 2016, leur reach organique atteignait tout au plus 35,000. Depuis, il atteint les 65,000, et le reach moyen est plus haut que jamais.

Comment cela se fait-il?

Une partie de la réponse se trouve dans le tableau ci-dessous, que Museum Hack a partagé et qui montre son taux d’engagement sur Facebook:

Le saviez-vous: votre taux d’engagement est l’un des quatre facteurs qui influencent votre reach sur Facebook.

Plus vous avez d’engagement, plus vous aurez de reach. Et pas seulement sur une publication en particulier, mais aussi sur votre Page en général. Et depuis que Museum Hack manage ses campagnes d’un seul et même endroit, le nombre moyen de réactions, commentaires, partages et autres formes d’engagement a augmenté!

En quoi un outil leur a été utile pour cela? En leur redonnant du temps.

L’équipe de Muséum Hack peut partager deux fois plus de contenu en deux fois moins de temps chaque semaine. Et cela inclue tout le temps qu’ils passent en activité live comme la réponse aux commentaires et le management de leurs campagnes sponsorisées.

« La programmation est très importante, pas seulement pour les réseaux sociaux, mais pour toutes les tâches a notre agenda. » explique Julia Kennedy. « Plus on peut programmer d’avance, moins la tâche prend de temps au bout du compte. »

Moins vous passez de temps sur des taches manuelles, comme la programmation de toutes vos publications sur les réseaux sociaux, plus vous pouvez passez du temps à les créer ; ce qui signifie que vous pouvez partager beaucoup plus de choses, et beaucoup plus stratégiquement!

Avec un outil puisant continuellement dans une liste de publications pré-établies, l’équipe de Muséum Hack peut passer son temps à préparer des études de cas facilement partageables, des articles de blog et les mêmes issus de l’art que leur audience adore:

Partager ce contenu plus régulièrement signifie aussi que de plus en plus de gens le voient ; surtout lorsque la plupart de votre audience ne verra même pas le contenu que vous ne publiez!

Cette visibilité croissante facile l’acquisition de nouveaux fans et augmente votre audience. Le bassin de fans de Muséum Hack sur Facebook a augmenté 1,25 fois plus vite depuis qu’ils utilisent un outil de programmation. Mais voilà: si ce type d’outil facilite votre marketing digital, le succès de Museum Hack est tout de même dû, surtout, à la manière dont ils l’utilisent.

À quoi ressemble une stratégie réseaux sociaux efficace?

Museum Hack a ouvert ses coulisses pour que tout le monde puisse comprendre d’où vient leur succès. Profitons-en!

Dans les coulisses de la stratégie digitale de Museum Hack

Entre consulting et ateliers, tours privés et événements spéciaux, le tout dans une demi-douzaine de villes à travers les Etats-Unis, cette équipe a du pain sur la planche en terme de marketing.

Comment font-ils?

Museum Hack utilise la méthode du « diviser pour mieux régner ».

Pour ceux qui ne connaissent pas, l’idée est de catégoriser ses publications et de décider quelle catégorie est publiée à quel moment.

Museum Hack a découpé ses publications en 15 catégories environ: une pour chaque ville dans laquelle ils sont présents, et d’autres spécifiques à un type d’audience (comme les entreprises par exemple), ou à un type de format (comme les GIFs). Elles sont réparties à travers leur calendrier éditorial.

L’équipe a même mis au point une méthode en deux temps pour ajouter rapidement des publications à leur bibliothèque: celles qui font la promotion de leurs articles de blog sont générées automatiquement via RSS, et ils passent environ une heure par semaine à rédiger un lot de publications supplémentaires.

Vraiment… une heure par semaine.

Ils gardent leur contenu à jour en checkant régulièrement leur bibliothèque d’environ 500 publications, et ils affinent leur calendrier pour publier certains contenus au meilleurs moments possibles.  

Toute cette planification d’avance permet à l’équipe de Museum Hack de se consacrer à leur interactions « live » qui a beaucoup plus de valeur.

« Le plus surprenant avec cette méthode, c’est qu’elle fonctionne parfaitement avec notre rythme de travail rapide, inhabituel et agile, » explique Julia Kennedy. « Nous sommes une entreprise fun qui utilise l’art pour créer des expériences uniques. Nous voulons que cela se ressente aussi à travers nos réseaux sociaux. »

Et vous, vous avez une stratégie à partager?

Vous avez une méthode inouïe pour catégoriser votre contenu?

Une stratégie de programmation qui donne du pep’s à votre calendrier éditorial?

Partagez vos conseils dans les commentaires!

Vous pouvez retrouver Museum Hacks sur Twitter et Facebook ou sur leur site à museumhack.com.

5 outils vidéos pour vos réseaux sociaux

5 outils vidéos pour vos réseaux sociaux

La vidéo faisait déjà partie des tendances 2017 mais elle ne fait que se renforcer en 2018 : Snapchat, Youtube et Facebook comptabilisent 20 milliards de vidéos vues chaque jour. Facebook prévoit même que son fil d’actualité soit à 80% constitué de vidéos à l’avenir. Et pour cause, ce format plaît aux utilisateurs qui cherchent à accéder à du contenu dynamique, de qualité et rapide à consommer… Côté entreprises, il y a une réelle carte à jouer. Avec la perte de portée naturelle, il faut sans cesse innover pour se démarquer et réussir à créer de l’engagement sur ses publications. Le format vidéo peut sembler inaccessible quand on ne possède ni la technique, ni le budget… Détrompez-vous ! Au contraire, des courtes vidéos prises sur le vif auront bien plus d’impact qu’un court-métrage bien léché sur vos réseaux sociaux. La preuve en est avec le succès des formats vidéos live, des vidéos de coulisse ou encore du stories !

Nos outils vidéos à tester sans attendre

1. Splice

Splice est une application créée par GoPro qui vous suivra partout sur votre tablette ou votre téléphone ! Très pratique pour retoucher rapidement une vidéo, assembler plusieurs séquences et ajouter des effets de mouvement. Simple mais efficace.

 

 2. Lumen5

Vous voyez souvent sur Facebook ce type de vidéo : une suite de photos sur lesquelles est apposé un résumé d’article, souvent les informations essentielles ou les chiffres clefs. Les utilisateurs n’ont généralement pas le temps ni l’envie de lire un long article sur les réseaux sociaux, il faut leur faciliter la tâche ! Une fois votre article rédigé, extirpez une partie des informations pour les animer visuellement avec Lumen5. L’outil vous permet d’indiquer le lien de votre article pour que vous puissiez facilement copier-coller votre texte puis de choisir dans sa banque d’image les photos pour illustrer vos propos ! À tester d’urgence.

 

3. Hyperlapse

Tout est dans le titre ! Avec l’application Hyperlapse, créez des time-lapses vidéo de qualité grâce à la technologie de stabilisation Instagram.

 

4. Google street view

Dans l’application Google Street View se cache une fonctionnalité très intéressante : la possibilité de créer des photo-sphères ! Photographiez un lieu sous plusieurs angles et réalisez des photos à 360° qui une fois partagées sur Facebook s’animeront automatiquement. Sur mobile, l’utilisateur peut alors bouger son téléphone pour visiter virtuellement le lieu que vous aurez partagé : effet garantis !

5. Boomerang

Les boomerang sont un grand classique pour les utilisateurs d’Instagram ! Et sinon, il vous suffit de télécharger l’application Boomerang pour pouvoir vous aussi créer des minis vidéos qui se répètent en boucle à l’aide de photos en rafales.

Partagez-nous vos premières créations ! Et vous, quels sont vos outils vidéos ?  Retrouvez également notre sélection d’outils pour créer facilement des visuels pour vos réseaux sociaux ! 

L’algorithme de LinkedIn : comment en tirer parti ?

L’algorithme de LinkedIn : comment en tirer parti ?

Comme Facebook et Instagram, LinkedIn a mis en place un algorithme pour réorganiser l’ordre d’apparition des publications, en faisant remonter celles que l’utilisateur est susceptible d’aimer, brisant ainsi l’ordre chronologique. L’algorithme de LinkedIn décide si votre post sera montré à plusieurs milliers de membres, ou au contraire, s’il tombera très vite dans l’oubli. Pour être visible sur ce réseau, il devient primordial de comprendre comment cet algorithme fonctionne, pour mieux s’armer face à lui !

Que sait-on de l’algorithme de LinkedIn ?


En parcourant le blog des ingénieurs du réseau social, on apprend que l’algorithme fonctionne en 4 étapes, par lesquelles passent tous les contenus publiés sur LinkedIn :

Étape 1 : Analyse du post

L’algorithme analyse le contenu et la qualité du post, afin de le classer comme “spam”, “qualité faible” ou “ok”.

Étape 2 : Exposition temporaire du post

Si le post est “ok”, il est présenté temporairement aux membres de votre réseau, afin d’analyser leurs réactions : likes, commentaires, partages, clics mais aussi signalements.

L’algorithme prend en compte le nombre d’engagement, sa vélocité et le profil des personnes engagées (afin d’éviter que des comptes spams ne boostent leur engagement mutuellement).

Étape 3 : Analyse de l’engagement

Selon la quantité et qualité de l’engagement reçu durant l’étape 2, l’algorithme de LinkedIn va déduire la pertinence et l’utilité de votre publication pour votre réseau, afin de le mettre en avant, ou non, dans le feed d’autres membres LinkedIn.

Étape 4 : Validation manuelle

Enfin, si votre publication commence à susciter de l’engagement auprès de votre réseau, un salarié de LinkedIn le passera en revue manuellement, pour déterminer si votre post peut être diffusé au-delà de votre réseau.

Ce parcours est résumé par le schéma ci-dessous :

 

algorithme de linkedin

Source : LinkedIn Engineering

L’objectif est donc d’arriver à la quatrième étape sans encombre !

Comment concevoir une publication qui plaira à l’algorithme de LinkedIn ?

Une chose est sûre : pour réussir sur LinkedIn, l’engagement est la clé. Voici donc quelques conseils pour créer des publications qui iront au-delà des attentes de l’algorithme !

1. Publiez aux bons moments

Le moment où vous publiez sera décisif pour le succès de votre post, puisque c’est sur ce créneau-là que LinkedIn va analyser les réactions de vos membres. Si vous publiez à une heure où personne n’est en ligne, votre post finira à la trappe.

Il existe de nombreuses études différentes sur les meilleurs moments pour publier sur LinkedIn, comme cette étude de HubSpot, relayée par LinkedIn, qui nous dit que les meilleurs moments sont entre le mardi et le jeudi, soit tôt le matin, entre midi et deux, ou en fin d’après-midi.

Source : LinkedIn Business

Toutefois, il s’agit ici de pistes, et non de règles à suivre au pied de la lettre. Chaque audience est différente, il est important de vous faire votre propre expérience, en analysant les créneaux qui fonctionnent le mieux avec votre communauté, puis en réitérant les succès.

Pour vous assurer de publier toujours au bon moment, vous pouvez passer par un outil de community management, et planifier tous vos posts à l’avance !

2. Rédigez pour votre audience

Vos abonnés et votre réseau seront les premiers exposés à vos publications contenus. Ce sont eux qui déterminent si votre contenu deviendra viral ou non. Il est donc évident qu’il faut publier des contenus qui les intéressent avant tout.

Qui vous suit sur Linkedin ? Analysez dans le détail les profils de vos abonnés : âge, sexe, localisation mais aussi fonction et expérience !

 

Exemple d’analyse faite avec la plateforme de community management de Meltwater

Les commerciaux ont des challenges totalement différents du marketing ou des RH. Et la différence de séniorité impacte énormément les problématiques, et donc les intérêts, de votre audience : un stagiaire n’a évidemment pas les mêmes missions qu’un directeur.

3. Suscitez de l’interaction

Les astuces pour créer de l’engagement comme “tag un ami qui…” qui pullulent sur Facebook ont leurs équivalents sur LinkedIn.

Par exemple, pour inciter votre réseau à commenter, vous pouvez terminer votre publication par une question comme “Et vous, quelle est votre astuce pour gérer votre temps au travail ?”. Vous pouvez aussi réagir à un sujet qui incite au débat, en assumant une position et en incitant au dialogue dans les commentaires.

4. Poussez les gens à en “voir plus”

LinkedIn nous donne jusqu’à 1300 caractères pour pouvoir nous exprimer, autant en profiter !

Si votre publication est suffisamment longue, vos abonnés devront cliquer sur l’option “voir plus” pour voir l’intégralité du post, ce qui comptera comme un engagement et sera donc perçu comme positif par l’algorithme.

Mais il faudra soigner tout particulièrement votre première phrase, pour qu’elle donne envie d’en voir plus. Ajoutez un peu de suspense en débutant votre post par une exclamation ou une affirmation choc !

5. Mettez en avant votre personnalité

Partager un lien en copiant le titre de l’article ne suffit pas. Lorsque vous partagez un article, essayez toujours d’ajouter ce que vous en tirer, ou votre prise de position par rapport à l’information.

Dans le cadre d’une page Entreprise, mettez en avant vos employés et exprimez-vous comme un humain le ferait !

6. Inspirez-vous de votre feed

Les critères de popularité d’une publication sur LinkedIn évoluent dans le temps. Si en Janvier la mode est aux citations inspirantes, en Février il pourra en être tout autrement.

Servez-vous de votre propre fil d’actu LinkedIn pour analyser les publications qui fonctionnent actuellement. Lorsque vous tombez sur un post datant de plus d’une semaine en haut de votre page d’accueil, c’est parce qu’il a été choisi par l’algorithme pour une mise en avant optimisée.

Vous pouvez alors analyser la publication en question aussi bien sur le fond que sur la forme (comme lorsque tous les posts LinkedIn étaient rédigés avec des sauts de ligne à la fin de chaque phrase) et en tirer de bonnes pratiques à intégrer dans votre stratégie.

7. Travaillez sur le long-terme

Enfin, l’engagement et la reconnaissance vient à ceux qui travaillent sur le long-terme.

Pour que votre profil ou votre page Entreprise garde les faveurs de l’algorithme de Linkedin, il faudra que vous soyiez actifs et réguliers, en publiant et en mettant à jour votre profil fréquemment.

Les discussions ne vont pas que dans un sens. Il est important de répondre aux commentaires sous vos posts, à ceux qui vous mentionnent et d’interagir avec les publications d’autres membres.

 

Vous l’aurez compris, LinkedIn ne se traite pas comme les autres réseaux sociaux. Si des outils peuvent vous aider à améliorer votre présence, n’oubliez pas que pour émerger, il faut avant tout apporter de la valeur à votre réseau via vos contenus.

 

Paul-Louis Valat

Paul-Louis Valat

Marketing Manager, Meltwater

Paul-Louis Valat est Marketing Manager chez Meltwater, entreprise internationale de veille médiatique. Retrouvez ses articles sur le blog de Meltwater !