Sélectionner une page

Conseils pour transformer vos réseaux sociaux en une véritable machine à RP

Les réseaux sociaux n’ont pas fait que modifier la manière dont on pense notre marketing. Ils ont aussi révolutionné le monde des RP (relations presse / relations publiques).

Le temps où les campagnes de RP nécessitaient des tonnes de communiqués de presse et la présence à des événements corporates est révolu. Et cela signifie que les RP sont beaucoup plus facile à prendre en charge soi-même!

Après tout, les réseaux sociaux ont radicalement modifié comment, quand, où et avec qui l’on communique. Alors, comment pouvez-vous utiliser les réseaux sociaux pour mettre un coup de boost à vos efforts en terme de RP?

Commençons avec le coeur des RP: les gens.

Vos clients passent en premier

Par le passé, quand un consommateur avait un problème avec une marque, les conséquences étaient typiquement du genre télégramme ou lettre manuscrite. Peut-être avec la menace d’exposer la faute à une audience grande comme sa paroisse locale.

C’est un peu différent aujourd’hui.

Avec Twitter et Facebook, est né le public shaming… et il peut avoir des conséquences désastreuses s’il est mal pris en mains.

Mauvais exemple de RP

C’est certain, parfois les choses se passent mal et les gens sont mécontents. Même les entreprises les plus tournées vers leurs clients ont des soucis de temps en temps.

Mais adresser le service conso d’une manière amicale et personnalisée, avec rapidité, tact et clarté peut faire toute la différence.

Cela signifie confronter les problèmes au lieu de les ignorer. Parce qu’avec les réseaux sociaux, ignorer un problème peut l’amplifier.

Cependant, cela ne veut pas dire que les réseaux sociaux ne devraient être réservés qu’au management du service-client et de l’e-réputation.

Vos profils sociaux doivent aussi être utilisés pour engager, construire et entretenir de véritables relations avec vos consommateurs.

Parce que, soyons clairs, si vous les traitez bien, vous pouvez en faire votre meilleurs ambassadeurs de marque!

Prenez par exemple l’adolescent Carter Wilkerson, aux Etats-Unis, plus connu sous le surnom de Chicken Nugget kid.

Quand il a envoyé un tweet à la chaîne de restauration rapide Wendy’s pour demander de combien de re-tweets il avait besoin pour voir des chicken nuggets gratuitement pendant un an, Wendy’s a répondu.

De même qu’Internet.

L’affaire a explosé, les internautes se ralliant autour du hashtag #NuggsforCarter, au point d’en faire un record mondial.

Au bout du compte, Carter a eu ses nuggets, et Wendy’s a gagné une belle campagne de RP en saisissant au vol, cette opportunité inattendue.

Mais quelle autre type de relations devriez-vous entretenir avec les réseaux sociaux?

N’oubliez pas les influenceurs

L’objectif principal des RP est de mettre votre information entre les mains des personnes que ça intéresse.

Vous devriez déjà faire cela tout seul en partageant régulièrement des nouvelles, des articles concernant votre secteur d’activité et tout le contenu de valeur auquel vous pouvez penser. Mais obtenir de l’aide de publications sérieuses et d’influenceurs peut mettre un peu de fuel dans votre fusée.

Ce qui se traduira en une nouvelles audience qui n’aurait peut-être jamais entendu parler de vous sans ça.

Alors, comment se fait-on ami-ami avec la presse et les influenceurs en utilisant les réseaux sociaux?

Eh bien, on n’oublie pas d’entretenir ses relations pour ne pas perdre son momentum. Si vous vous efforcez d’attérir sur le radar de certaines personnes de la presse ou d’influenceurs, voici quelques règles de base:

  • Listez vos cibles: Faites une liste des contacts presse et des gens importants de votre secteur d’activité qui pourraient parler de votre entreprise. Concentrez vos efforts à faire attention à ce dont ces personnes parlent vraiment sur le sujet qui vous intéresse.
  • Préparez le terrain: Partagez, likes, @-mentionnnez, et commentez sur les publications de vos cibles. Sans donner l’impression d’être complètement obsédé tout de même. La clé pour obtenir leur attention et leur confiance est d’avoir des conversations authentiques et qui ont du sens.
  • Mettez-vous au service d’autrui: Répondez aux questions et fournissez des informations intéressantes et utiles. Devenez une source de confiance. De temps en temps, les reporters tweetent des demandes d’information, alors assurez-vous d’être là pour donner un coup de main, même s’il s’agit de les mettre en contact avec quelqu’un d’autre dans votre réseau.
  • Aidez-les à vous aider: Pitchez vos idées d’article aux journalistes d’une manière qui va les attirer et leur rendre la vie plus facile. Si vous recrutez des influenceurs sur les réseaux sociaux pour faire la promotion de vos produits ou services, assurez-vous qu’ils soient de vrais fans pour que leur discours ne fasse pas faux.

Acceptez les compliments, et utilisez-les

Quand les journalistes, influenceurs, et vos clients disent du bien de votre marque, de vos produits ou services, leurs mots ont beaucoup plus de poids que les votre.

C’est pourquoi, vous avez probablement quelques témoignages solides, placés stratégiquement sur votre site web, non?

Et si ce n’est pas le cas, vous pouvez apprendre comment faire ici!

Quand d’autres personnes encensent votre entreprise, vos produits ou vos services, partagez cette couverture avec vos abonnés.

Quand les journalistes écrivent un article expliquant comment votre entreprise répond à un besoin précis de votre secteur d’activité, prenez ce compliment et partagez-le. Soyez en fiers!

Vous avez automatisé la distribution de votre contenu, correct? Quand vous faites ça, vous pouvez continuer y diffuser ce feedback positifs à intervalles réguliers, en intégrant votre couverture presse et les témoignages de particuliers au contenu que vous partagez déjà.

Assurez-vous que vous équilibriez les publications promotionnelles et le contenu informatif comme les articles d’éducation, les études de cas et autres infographies. Le matériel promotionnel de doit pas dépasser les 20%, environ, du contenu que vous diffusez. Alors, faites quelque chose de beau avec ces 20%.

Publiez du contenu adapté aux réseaux sociaux

Tout d’abord, incluez des boutons de partage sur votre contenu. Si vous facilitez la tâche de vos lecteurs quand il s’agit de partager votre contenu, il y a plus de chances qu’ils le fassent.

Plus vous obtenez de partages, plus vous obtenez de couverture organique, et plus vous serez en face de votre audience. Dont d’autres leaders de votre secteur d’activité qui seront enclins à partager votre contenu avec leurs audiences!

Essayez de créer et de partager un contenu qui va intéresser des lecteurs issus de sources différentes, et des personnes qui travaillent pour les médias importants dans votre industrie, en plus de vos propres fans.

Il y a des tonnes de manières de faire, mais voici quelques idées:

  • Racontez une histoire: Présentez votre information comme une histoire et les gens s’en souviendront. On adore les études de cas (ou histoires de cas) qui intègre des données quantitative dans une anecdote claire et concise.
  • Jouez sur tous les sens: Infographies, vidéos, visuels, GIFs, tableaux, et images originales sont faciles à digérer et fun à partager. Si vous avez besoin de plus d’idées, allez voir cet article sur comment recycler du contenu.
  • Soyez ponctuels: Donnez des opinions, des commentaires, et une information de valeur sur des sujets d’actualité. Quand une nouveauté arrive dans votre secteur d’activité, utilisez les réseaux sociaux pour vous injecter dans la conversation et avoir un impact immédiat. Conseil: c’est beaucoup plus simple de rester à jour de l’actualité quand votre contenu habituel est publié automatiquement.
  • #UtilisezCesHashtags: Pour que votre contenu soit partagé ou cité, les gens ont besoin de le trouver. Développez votre audience en incorporant des hashtag spécifiques et pertinents. Avez-vous déjà essayé de suivre un Twitter chat?
  • Créez des pépites: Partagez de petits bouts de statistiques tweetables, les résultats d’une enquête que vous avez menée, des citations qui nourrissent l’âme et l’imagination, des informations exclusives et des pensées profondes qui peuvent être facilement citées ou référencées par des sources externes. En plus, tout ces backlinks feront la joie de votre référencement naturel!

Souvenez-vous qu’avant que les gens vous citent, ils ont besoin de vous faire confiance. On vous dit comment construire cette confiance ici.

Tout bon? Alors attachez vos ceintures! Il est temps de mettre un petit peu de piment social dans le plus vieil outil de boite: le communiqué de presse.

Redéfinissons le communiqué de presse

Envoyez vous des communiqués de presse et des alertes média, à l’aveugle, en croisant les doigts pour obtenir une réponse et une réelle couverture médiatique?

Possible qu’il y ait une meilleure stratégie.

Utilisez les réseaux sociaux pour faire du teasing et soutenir votre annonce d’une manière créative en ajoutant une dimension visuelle et sociale à chaque histoire.

Avant que votre communiqué officielle de soit envoyé, créez l’attente auprès de vos fans existants.

Imaginions que vous lanciez un nouveau produit. Faites du teasing sur le lancement à venir pendant vos diffusion live sur Facebook, montrez des détails sur l’envers du décors dans vos stories Instagram, ou tweetez des codes d’accès pour un événement d’avant-vente.

Viens ensuite le moment de l’annonce, sortez le grand jeu!

Publiez des vidéos d’annonce, des articles de blog avec des liens click-to-Tweet, des tableaux explicatifs, des infographies, des cérémonies de lancement et autres.

Construire la notoriété et le buzz ne commence pas avec un communiqué de presse. Utilisez les réseaux sociaux pour démarrer cette conversation vous-même!

Soyez créatifs avec le format de votre communiqué de presse, et les gens le remarqueront.

À votre tour! Comment intégrez-vous les réseaux sociaux dans vos efforts RP?

Vous assurez-vous que vous clients sachent qu’il passent TOUJOURS en premier?

Comment utilisez-vous les réseaux sociaux pour connecter avec les médias et les influenceurs?

Vous connaissez des entreprises qui ont des campagnes de RP que vous trouvez particulièrement réussies?

Partagez dans les commentaires ci-dessous!

Créer une campagne de re-ciblage Facebook

Créer une campagne de re-ciblage Facebook

Il existe différentes manières de faire de la publicité sur Facebook comme mettre quelques euros sur une publication pour augmenter sa portée naturelle ou créer une campagne publicitaire avec la définition d’un objectif de trafic, d’engagement ou de vue… Et, si vous avez correctement installé votre pixel, vous pouvez désormais mettre en place des campagnes de retargeting, autrement dit, des campagnes de re-ciblage Facebook grâce à la création d’audiences personnalisées. Dit comme ça, ce n’est pas très excitant. Mais imaginez pouvoir créer des publicités sur-mesure adressées aux personnes les plus susceptibles d’acheter votre produit ou service… Ça fait plus rêver, non? Eh bien, c’est l’objectif du retargeting et on vous explique tout de suite comment ça marche.

1. Re-ciblage Facebook, quelles possibilités ?

Si le terme de « campagne de re-ciblage » ne vous semble toujours pas très clair, voici un exemple très simple. Vous êtes à la recherche d’une nouvelle paire de chaussure et errez de sites en sites jusqu’à trouver les baskets de vos rêves. Une fois la perle rare dénichée, vous la mettez dans votre panier et êtes prêts à craquer quand… Votre conscience vous souffle à l’oreille que « quand même 150€ pour une paire de chaussure, c’est pas donné ! En plus, c’est la fin du mois et je suis un peu à sec… ». Vous quittez le site en question avec un léger pincement au coeur et abandonnez votre paire au fond de votre panier sans plus y penser. Trop tard, le mal est fait ! Les jours suivants, cette fameuse paire de chaussures vous suit partout : sur votre fil d’actualité Facebook, en display sur d’autres sites que vous visitez, elles sont partout ! Du coup, une fois votre paie virée sur votre compte, vous craquez.

Illustration par Sarah Andersen

Vous l’aurez donc compris, le re-ciblage vous permet de diffuser des annonces publicitaires aux personnes ayant déjà effectué une action précise sur votre site en utilisant les données de navigation stockées dans les cookies de vos internautes. Cette technique publicitaire est d’autant plus intéressante quand on sait que 98% des visiteurs ne donnent pas d’information ou n’effectue pas d’achat lors de leur première visite. En e-commerce, il faut généralement 6 à 7 expositions à un produit ou service pour que l’internaute passe à l’acte d’achat.

Le re-ciblage va donc vous permettre :

  • de cibler et segmenter les visiteurs de votre site
  • d’adresser le bon message à la bonne personne
  • d’augmenter votre taux de conversion 

 

2. Créer une campagne de re-ciblage sur Facebook

Le re-ciblage sur Facebook fonctionne de la même manière : grâce au pixel de conversion que vous aurez préalablement installé sur l’ensemble des pages de votre site, vous serez capable de suivre vos visiteurs sur leur réseau social préféré via une campagne publicitaire ciblée.

Pour cela rendez-vous dans la partie « Audiences » de votre gestionnaire de publicité et cliquez sur « Créer une Audience » > « Audience personnalisé » > « Traffic du site web ». 

La configuration de votre audience personnalisée n’a désormais de limite que votre imagination ! Plusieurs options s’offrent à vous :

  • cibler l’ensemble des visiteurs de votre site : si vous possédez plusieurs sites, ce ciblage prendra en compte toutes les personnes ayant visité au moins un de vos sites.
  • cibler des personnes ayant visité des pages spécifiques de votre site : créer des règles d’URL de sorte à cibler toutes les personnes ayant visité les pages dont l’URL contient le mot « chaussures » par exemple.
  • cibler des visiteurs selon le temps passé sur votre site

L’utilisation qui nous intéresse le plus ici est de cibler selon des URL spécifiques. Vous pouvez inclure plusieurs URL mais également en exclure ! Cela est pertinent car cela vous évitera de dépenser votre budget publicitaire en visant des personnes ayant déjà effectué un achat. Pensez donc à exclure les URL de votre page de paiement ou de votre page de remerciement.

Voici quelques exemples de re-ciblage que vous pouvez configurer :

  • cibler les personnes ayant visité votre blog ou des articles spécifiques de votre blog : nous pourrions par exemple inclure les URL contenant « /blog » et « /Facebook » pour nous adresser à toutes les personnes ayant lu nos articles parlant de Facebook.
  • cibler les personnes ayant visité des pages produit de votre site mais n’ayant pas effectué d’achat : vous pouvez donc inclure toutes les URL « /votre-page-produit » et exclure l’URL « votre-page-de-remerciement ». Vous avez également la possibilité d’affiner davantage en précisant la fréquence de visite (cibler par exemple cet internaute qui a effectué au moins deux visites sur mon site sur les 15 derniers jours).
  • cibler des personnes ayant visité votre landing page mais n’ayant pas laissé leurs informations : idem que pour vos pages produit.
  • cibler vos clients : ce n’est pas le plus évident au premier abord et, pourtant, une personne ayant déjà acheté sur votre site sera plus facile à convaincre qu’un prospect. Vous pouvez donc les re-cibler en leur proposant des accessoires complémentaires à leur premier achat ou en leur montrant votre nouvelle collection.

Une fois vos audiences personnalisées configurées, il ne vous reste plus qu’à créer votre campagne publicitaire avec l’objectif Conversion et à choisir l’audience adéquate ! La configuration de cette campagne publicitaire fera l’objet d’un prochain article, d’ici là, n’hésitez pas à nous poser toutes vos questions !

Facebook : créer un compte Business Manager

Facebook : créer un compte Business Manager

Vous gérez plusieurs pages Facebook ? Vous tenez à séparer votre page Facebook professionnelle de votre compte privé ? Ou à permettre à d’autres personnes de faire de la publicité sur votre page ? Le Business Manager est un outil gratuit proposé par Facebook qui permet justement de rendre cette gestion multi-utilisateur plus facile. L’interface publicitaire de Facebook peut-être un véritable casse-tête à appréhender au départ. Nous en avons nous-même fait les frais… Nous détaillerons donc ensemble comment se créer un compte Business Manager étape par étape ! Prêts ?

1. Créer son compte Business Manager

Si vous avez une page Facebook que vous avez déjà « boostée » – comprenez « poussée avec de la publicité » – vous avez peut-être alors déjà eu l’occasion de découvrir l’interface du gestionnaire de publicité. Si ce n’est pas encore le cas, vous pouvez facilement y accéder via votre page d’accueil. Cliquez sur la flèche en haut à droite puis sur Gérer les publicités (voir capture ci-dessous). Cet espace est ce que l’on appelle votre gestionnaire personnel de publicité, associé à votre compte Facebook personnel.

Il peut être important de séparer votre compte personnel des pages que vous gérez : par mesure de confidentialité ou pour permettre à d’autres membres de votre équipe de prendre la main. Sur l’image ci-dessous, vous pouvez ainsi voir que mon compte personnel « Charlotte Fayat » est un compte publicitaire bien distinct des autres pages que je gère pour le compte d’autres clients par exemple.

Outre le fait de pouvoir plus facilement y accéder, le suivi de vos publicités sera également grandement facilité. La création d’un compte Business Manager vous permet d’obtenir un pixel Facebook unique. Il s’agit d’un bout de code framework à intégrer sur le site de la page correspondante. Celui-ci vous sera utile pour connaître le nombre de personnes ayant atterri sur votre site suite à une campagne de publicité et / ou pouvoir les re-cibler lors d’une seconde campagne.

Maintenant que vous êtes convaincus, rendez-vous sur la page de présentation du Business Manager :

  1. Cliquez sur Créer un compte 
  2. Saisissez votre adresse e-mail professionnelle. Vous pouvez utiliser votre adresse e-mail personnelle mais il est préférable de garder vos comptes privés et professionnels séparés.
  3. Votre compte Business Manager est désormais en ligne, vous allez être re-dirigé automatiquement dessus !

2. Configurer son compte Business Manager

Il ne vous reste plus qu’à suivre les indications ! Dans l’ordre, vous devrez donc :

  • Ajouter une page : vous pouvez soit ajouter votre Page Facebook professionnelle soit demander l’accès à la Page de quelqu’un d’autre ou encore créer une nouvelle Page. Terminez en cliquant sur Enregistrer.
  • Ajouter des comptes publicitaires : la démarche est la même, vous pouvez  ajouter l’un de vos comptes publicitaires, demander l’accès au compte publicitaire de quelqu’un d’autre ou créer un nouveau compte. Notez que vous ne pouvez avoir que cinq comptes publicitaires maximum et qu’il n’est pas possible d’en supprimer.
  • Ajouter des personnes : il est important de donner l’accès à votre compte Business Manager à plusieurs personnes, au moins à un deuxième administrateur en cas de perte de votre compte Facebook, ainsi vous ne perdrez pas le contrôle de celui-ci. Le reste de votre équipe peut-être invité à rejoindre votre compte en tant qu’employés. Il vous suffit de saisir leur adresse e-mail pour envoyer une invitation qu’ils devront valider.

Enfin, n’oubliez pas de personnaliser un peu votre espace de travail en ajoutant une photo de profil et de fond à votre Business Manager. Voilà votre compte est désormais opérationnel !

Avant de lancer votre première campagne publicitaire, n’oubliez pas d’installer ce fameux pixel de conversion. C’est ce qui a motivé de notre côté la création du compte Business Manager Quiestvert qui n’est autre qu’un « service » proposé par notre client Origo. Nous aurions très bien pu utiliser le compte Business Manager d’Origo pour créer nos campagnes de publicité mais nous avions besoin d’un pixel unique pour suivre les visiteurs sur le site de Quiestvert. Nous verrons donc ensemble dans un prochain article comment installer ce pixel votre site  et enfin comment configurer et lancer votre première campagne de publicité.

Le filtre à clickbait de Facebook rend vos titres plus importants que jamais

Vous connaissez le mot qui présente le plus de risques sur Facebook?

C’est cela.

Non, littéralement, c’est “cela”.

Parce qu’en Mai dernier, Facebook a modifié son algorithme, et il est maintenant plus strict que jamais lorsqu’il évalue la qualité de vos contenus.

Cette mise à jour de l’algorithme est une version sous stéroïdes de celle qu’ils ont mise en place l’année précédente. Voici pourquoi ils l’ont modifiée et ce que cela signifie pour ce que vous devriez publier ou non!

Dont “cela”.

Derrière la mise à jour de l’algorithme

Tout d’abord, qu’est-ce que cet algorithme regarde, exactement, lorsqu’il évalue la qualité de vos publications?

La réponse rapide: le clickbait.

Vous connaissez le clickbait: ces articles qui sont irrésistibles, il faut quasiment que vous vous attachiez les mains pour ne pas cliquer. Avec un rédactionnel séduisant et quelques petits trucs linguistiques (dont nous parlerons dans un moment), il est quasiment impossible de leur résister.

Le problème, bien entendu, c’est que l’audience les déteste. Et qu’ils peuvent gravement endommager la confiance qu’on les gens en ce que vous publiez.

En 2016, Facebook a lancé une mise à jour de son algorithme qui leur permettait d’identifier le clickbait. Si votre Page publiait régulièrement ce type de contenu, ou si vous publiez des liens vers des domaines avec des titres en clickbait, Facebook réduisait le reach organique pour les liens que vous partagiez au global.

Aujourd’hui, Facebook peut détecter et réagir de manière beaucoup plus granulaire.

Avec leur nouvelle mise-à-jour, Facebook ne considère plus seulement vos habitudes cumulées en ce qui concerne le clickbait. Cette fois ci, ils limitent le reach des publications de manière individuelle, en fonction de ce que leur radar leur donne comme niveau de clickbait.

En clair, même si vous faites, en général, très attention à suivre les règles, si vous publiez un lien qui parait être du clickbait, cette publication peut obtenir un reach plus bas que ce que vous attendiez.

Ceci signifie que vous allez devoir faire plus attention que jamais à ne PAS publier le genre de choses que Facebook considère du clickbait. Surtout depuis que leurs méthodes de détection ont été grandement améliorées.

Comment? On vous dit tout!

Le filtre à clickbait de Facebook est encore meilleur

La méthode de Facebook pour déterminer si quelque chose est du clickbait fonctionne un peu comme le filtre spam de vos emails. Il est programmé pour chercher des mots-clés et des phrases-types qui indiquent si ce contenu tombe dans la catégorie Spam, et le re-route en fonction.

Facebook cible deux types de clickbait: les titres qui omettent une information cruciale, et ceux qui trompent ou exagèrent.

Quand Facebook a commencé à cibler le clickbait en 2016, ils regardaient ces deux éléments en même temps. Aujourd’hui, ils les étudient séparément. Donc, ils sont beaucoup plus précis dans leur jugement.

Pensez-y comme à un jeu de “mots-mêlés”.

Disons que vous avez la grille ci-dessous et qu’on vous demandait de trouver tous les mots “bark” et “bare”.

Ça énerve non? Ils y sont tellement de fois que de chercher deux mots qui se ressemblent autant, en même temps, c’est compliqué.

Si vous donniez une copie de cette grille à un ami et que chacun d’entre-vous se concentraient sur l’un des mots, ce serait beaucoup plus facile. Vous pourriez tous les deux aller beaucoup plus vite et trouver plus précisément les mots que si vous le faisiez tout seul.

C’est exactement la raison pour laquelle Facebook a scindé son filtre en deux. Maintenant leur système de détection est beaucoup plus précis.

Ce qui nous amène au mot “cela”

Souvenez-vous, l’une des formes de titre que Facebook cible comme clickbait sont ceux qui omettent de l’information.

Quand vous laissez de coté une information importante dans un titre, cela oblige le lecteur à cliquer sur votre lien pour obtenir la-dite information. C’est une tactique qui fonctionne, mais que Facebook tolère de moins en moins.

Le mot “cela” est un élément majeur de ce type de titre. En fait, c’est probablement l’un des mots que vous verrez dans la majeure partie des cas, même si vous n’y pensez pas toujours!

Parce que le mot “cela” est un identifiant. Il pointe vers quelque chose et y dirige votre attention. Et dans un titre clickbait, la chose sur laquelle il pointe n’est généralement pas dans le titre.

Voici un exemple de ce type d’action:

C’est super efficace. Mais seulement parce que cela omet une partie clé de l’information promise dans cet article!

Vers quoi pointe le “cela” (this) du titre? La seule manière de le savoir est des cliquer, et Facebook pense que c’est injuste.

Vous pouvez toujours écrire des titres attractives sans vous appuyer sur ce type de stratégie.

Voici une nouvelle version de la publication ci-dessus:

Vous voyez? Certes, il n’y a plus l’élément de mystère, mais vous inspirez toujours des clics.

Vos titres devraient donner envie aux gens de cliquer parce que vous leur donnez de l’informations, pas parce que vous en omettez.

Vous observerez peut-être que le mot “cela” a été utilisé dans la description de ce lien. Le mot en lui-même n’est pas l’ennemi… tant que vous expliquez aussi ce qu’est ce “cela” dont vous parlez!

Le mot “cela” n’a pas besoin d’être complètement rayé de votre vocabulaire.

Et pour être claire, ce n’est pas que Facebook à identifié ce mot spécifiquement, c’est juste un mot extrêmement commun dans le type de titres qu’ils ciblent!

Si c’est dans l’un de vos titres, vous devriez vous demander ce que vous cherchez à accomplir. Parce que si cela pointe vers quelque chose que votre audience ne peut pas comprendre sans cliquer, il faudra peut-être revoir votre stratégie.

Cette prise de conscience vous servira beaucoup alors que vous rechercherez vos supers pouvoirs de rédaction. Surtout quand utiliser le mot “cela” pour pointer vers une information cachée n’est pas leur seul moyen d’omettre de l’information pour votre audience.

Voici un dernier lien qui suit le même principe d’omettre une information-clé:

Vous voyez ce que l’on veut dire?

Un teasing comme celui-ci fonctionne, mais cette stratégie est dépassée. Quand le filtre à clickbait de Facebook vous prend la main dans le sac, il vont restreindre votre reach. Même si c’est juste un incident isolé.

Et n’oubliez pas, les informations omises ne sont pas les SEULS types de clickbait que Facebook cible.

Ils ont aussi un filtre en place qui est conçu pour détecter le type d’exagérations qui trompent les lecteurs et leur donne une fausse attente du contenu de l’article.

Vous avez certainement déjà vu ce type de titres. Ils attirent votre attention en disant des choses comme:

  • Ce petit truc réduira la chute de vos cheveux POUR TOUJOURS
  • La consommation de pétales de marguerites peut vous rendre plus intelligent
  • Les caniches sont tellement intelligents qu’ils peuvent prédire l’apocalypse

Les titres exagérés font des promesses qui sont trop bonnes, ou trop outrageuses, pour être vraies. Vous finissez par cliquer dessus juste pour savoir comment ce qu’ils racontent peut bien être vrai. (Spoiler: la plus part du temps, ça ne l’est pas.)

Donc, comme avec l’autre genre de clickbait, si vous vous surprenez à écrire des titres qui sacrifient la précision sur l’autel de l’excitation, revoyez vos priorités, sinon Facebook va s’en apercevoir, et les conséquences ne seront pas belles à voir.

Quel est VOTRE secret d’écriture de titres?

Écrire un titre fort, précis, et informatif n’a jamais été aussi important. Alors, quel est votre secret?

Chez RDE Marketing, par exemple, on écrit plusieurs version de titre pour chaque article, ensuite on choisit la meilleure pour programmer sa publication sur notre page Facebook.

Vous avez votre propre astuce?

Dites-nous tout dans les commentaires!

La confiance en vos liens est de plus en plus importante. Voici comment la créer.

Créer le meilleur marketing de contenu du monde ne vous servira pas à grand chose si personne ne le lis. Le problème, c’est que pour que les gens le lisent, il faut qu’ils vous fasse confiance. Et, soyons honnête, il y pas mal de contenu bien mauvais sur la toile!

Levez la main is vous ne voulez plus jamais entendre les mots “fausse information”

Avec tout ce contenu de qualité plus que moyenne qui flotte sur le web, les gens ont tendance à se montrer un peu septiques avec les infos qu’ils trouvent sur les réseaux sociaux.

Ce qui signifie que VOUS devez travailler encore plus dur à gagner leur confiance. Et, la plupart du temps, vous devez le faire avant même qu’ils cliquent sur l’un de vos liens.

C’est le serpent qui se mord la queue… (et vous savez que je ne plaisante jamais quand il s’agit de serpents.) On fait quoi du coup?

Après tout, ce n’est pas comme si on pouvait inviter tous les internautes à faire à une partie de ce jeu où l’on se laisse tomber en arrière en espérant que notre partenaire nous rattrape… hein…

Comment gagner la confiance de votre audience?

Voici quelques idées de départ!

Les titres racoleurs? Oubliez-les

Vous voulez que les gens vous fassent suffisamment confiance pour cliquer sur vos liens? Ne leur faite pas de coups bas!

Clairement, ça parait simple. Mais vous voyez des gens faire ça sans arrêt.

Trompez les lecteurs avec des titres racoleurs et suffisamment commun que cela porte un nom que vous avez peut-être déjà entendu, c’est le click bait.

Les titres en click bait trompent les lecteurs de différentes manières, et aucune d’entre-elles ne fait gagner en confiance.

On peut, par exemple, garder une partie de l’information pour que les lecteurs cliquent sur le lien non pas parce qu’ils s’intéressent vraiment à l’histoire, mais parce qu’ils ne savent pas vers quoi le lien mène et qu’ils sont curieux.

Ce sont les titres qui ressemblent à cela:

  • Ce qui se passe dans cette soirée va vous inspirer
  • Quatre personne sur cinq ne peut pas terminer cette vidéo sans rire aux éclats
  • Ce que vous ne ferez jamais… et pourquoi vous ne le ferez pas.

Les titres comme ceux-là crée une forme de curiosité qui font que les gens ont envie de cliquer, mais ils sont aussi très impopulaires auprès des lecteurs qui ont l’impression de s’être fait entrainer dans quelque chose. De plus, Facebook peut les détecter et restreindra votre reach si vous les utilisez.)

De la même manière, un autre type de titre “click bait” est celui qui ment de toutes ses dens, ou qui exagère au point de ne plus être littéralement vrai. Interpréter la vérité pour se délecter d’hyperboles peu rendre vos titres accrocheurs, mais une fois que les gens ont cliqué et qu’ils ont compris ce que vous avez fait, votre capital confiance va cruellement s’effondrer.

Entrainez-vous à écrire des titres qui sont cliquables, mais ne trompez pas vos lecteurs.

Nous écrivons, en moyenne, 15 titres différents pour chacun des articles que nous publions, parce que ce n’est souvent pas la première (ou seconde, ou troisième) idée qui dose parfaitement mystère et substance.

Plus vous atteignez cet équilibre parfait de manière constante, plus vous créerez de la confiance chez les gens qui voient vos titres sur les réseaux sociaux!

Dépoussiérez vos images

Vous savez probablement déjà que les articles de blog et les tweets qui sont accompagnés d’images sont plus partagés.

Et si ce n’était pas le cas… surprise!

Créer des images de qualité pour vos publications peut aussi créer et renforcer la confiance de votre audience.

Quand les gens voient des informations sur les réseaux sociaux, l’un des principaux facteurs qui font qu’ils aient confiance ou non dans l’information est le degré de confiance qu’ils ont en la source.

Créer de la confiance n’arrive généralement pas du jour au lendemain. Cela prend du temps, et cela signifie qu’il faut que vous rappeliez régulièrement à votre audience qui vous êtes. Quand ils vous voient et vous reconnaissent encore et toujours, leur confiance grandit.

En clair, vous construisez votre réputation.

Une image est l’une des premières choses qu’une personne remarque dans une publication, alors faites en sorte que cette image compte et qu’elle vous représente bien.

Voici un exemple.

Prenons, par exemple, l’agence Mastermind, ils ont une identité de marque claire et consistante lorsque l’on regarde les images sur leurs réseaux sociaux:

Notez les éléments de design qui se répètent comme les couleurs, les typographies, les illustrations, et même les mises en page. Ce type de consistence crie professionnalisme. Ok, le professionnalisme n’a généralement pas besoin qu’on le crie trop fort, mais vous voyez où l’on veut en venir.

Une identité visuelle forte vous servira, surtout quand vous travaillez à être rapidement et facilement identifiable!

En parlant d’identité…

Souvenez-vous que la qualité est plus importante que la quantité

Imaginons que vous deviez acheter quelque chose de très, très important.

Comme un sandwich.

Auquel feriez-vous le plus confiance: celui fait par quelqu’un qui les compose rapide-presto, ou celui qui les compose avec amour et précision?

Clairement, ce premier fabriquant de sandwich les tombe rapidement, mais la moitié du temps ils dégoulinent, et ils sont plein de trucs moyennement bons. Vous les prenez là-bas une fois ou deux, et vous perdez confiance en leur offre.

Si vous ne vous êtes pas encore arrêté de lire pour aller chercher un sandwich, vous voyez où je veux en venir: le contenu que vous créez vous donne une réputation, et cette réputation peut faire ou défaire la confiance que vous porte votre audience.

Prenez le temps de créer un contenu plus réfléchi, de meilleure qualité, et vous obtiendrez des visiteurs qui reviennent, plus de partages, voire même plus d’abonnés.

Indice: si vous vous inquiétez du fait que ralentir votre production de contenu signifie que vous aurez moins de matière à publier sur les réseaux sociaux, n’oubliez pas que tout le monde publie plusieurs fois ces temps-ci.

Relookez vos liens

Lorsque l’on parle de vos URLs, le look ne fait pas tout, mais il peut certainement faire la différence.

La preuve: les gens risquent de moins cliquer sur un lien s’ils ne savent pas où celui-ci les conduit.

Une manière de combattre ceci est d’implémenter les Twitter cards, pour que vos URL génèrent des prévisualisations de liens sur Twitter. Une autre est de rendre les prévisualisations de vos liens Facebook aussi efficaces que possible pour les ordinateurs comme pour les mobiles.

Et si les raccourcisseurs de liens vous donnent accès à une flopée de statistiques bien pratiques, ils peuvent aussi transformer vos URLs en un tas de lettres et chiffres aléatoires. Si vous voulez profitez des statistiques de clics sans sacrifier la reconnaissance de votre marque, utilisez un raccourcisseur, comme Rebrandly, qui vous permet de créer une URL personnalisée. Cela peut augmenter votre taux de clic de 39%!

Rebrandly

Vous voyez? Personnaliser une URL augmente le potentiel de reconnaissance de votre marque, ce qui vous permet de construire de la confiance au fil du temps. De plus, cela permet de donner une meilleure idée à vos lecteurs de ce qui se cache derrière vos URL! Pour plus d’info sur la manière dont les liens personnalisés fonctionnent et comment ils peuvent améliorer votre taux de clic, c’est ici!)

Souvenez-vous: créer de la confiance prend du temps

Construire la confiance n’arrive pas du jour au lendemain, et très souvent, c’est quelque chose qui arrive naturellement, tout simplement parce que vous faites les choses que vous devriez faire!

Vous concentrer sur du contenu de qualité, rendre vos liens les plus attractifs possible, écrire de meilleurs titres, partager avec consistence… sont toutes des actions qui vous serviront pour encore plus que simplement la création d’une relation de confiance avec votre marque.

Plus vous en faites vos priorités, plus vous en retirerez des bénéfices, ET construirez cette confiance qui feront de vous celui/celle sur le/laquelle les gens peuvent se reposer!

Quelles sont vos astuces pour construire une relation de confiance?

Vous avez vu des URL personnalisées particulièrement drôles ou intelligentes que vous ne pouvez pas vous empêcher de partager?

Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous!

Outils : les indispensables pour vos photos Instagram

Outils : les indispensables pour vos photos Instagram

Une fois votre compte Instagram correctement créé, la réussite de celui-ci tient principalement à la qualité du contenu que vous allez partager ! Sans être photographe, vos photos devront être suffisamment soignées et surtout former un ensemble cohérent dans votre fil. Pour cela, l’application propose de base une quarantaine de filtres : Clarendon, Gingham, Moon, Lark, Reyes, Juno… Mais pour vous démarquer et créer du contenu original, il existe également tout un panel d’outils, pour vos photos Instagram, qui n’auront de limite que votre créativité !

 

Sélection de nos applications préférées pour vos photos Instagram

 

1. VSCO

VSCO est l’INDISPENSABLE de cette sélection ! Il possède toutes les fonctionnalités d’un éditeur de photo : vous pouvez régler la température, le contraste, la saturation, la balance des blancs ou l’exposition ainsi que modifier et ajuster le cadrage. L’application possède aussi une dizaine de filtres que vous pouvez réajuster les réglages et les enregistrer pour pouvoir les ré-utiliser sur vos prochaines photos. Autre point fort : toutes vos photos retouchées s’affichent dans votre fil VSCO et vous permettent de valider la cohérence graphique qu’elles ont entre-elles.

 

2. Facetune

Facetune se définit lui-même comme un « éditeur de selfies et portraits photo ».  Outre la possibilité de recadrer et d’ajouter des filtres, ses fonctionnalités les plus intéressantes vous permettent donc de remodeler un visage, de corriger une imperfection, d’uniformiser les couleurs, de blanchir certaines parties comme le fond de l’oeil ou les dents, d’enlever les fameux yeux rouges dus au flash ou encore de lisser le grain de peau… Attention à ne pas en abuser tout de même, on vous rappelle qu’Instagram doit rester dans la spontanéité ! Une photo trop retouchée risque de faire fuir plus qu’autre chose vos abonnés.

 

3. InstaSize

Sur InstaSize, vous retrouverez encore et toujours plus de choix de filtres pour vos photos mais si on l’aime autant c’est pour sa fonctionnalité Collage. Une fois sur l’accueil de l’application, cliquez sur le « + » central et choisissez le format Collage. Il vous suffit ensuite de choisir le nombre de photos que vous souhaitez et l’application vous propose automatiquement des mises en forme !

 

4. Priime

Si vous n’êtes toujours pas rassasiés de filtres et que vous manquez d’inspiration, Priime devrait vous combler ! Il s’agit d’une véritable banque de filtres (une centaine sont référencés !) au style plus original les uns que les autres et réalisés en collaboration avec des photographes. L’éditeur de photo intégré est d’ailleurs conçu pour éditer des photos au format RAW et donc de grande qualité. Seul petit bémol : son prix de 3,49€ qui devrait toutefois être rapidement amorti.

 

5. Fused

C’est le moment de laisser parler votre créativité ! Comme son nom l’indique, Fused vous permet de fusionner ensemble deux photos. Parcourez la bibliothèque d’images (seule une petite partie est disponible gratuitement malheureusement) ou importez vos propres photos et à vous de tester les meilleures combinaisons. Il ne vous reste plus qu’à ajuster le contraster, l’exposition et la luminosité avant d’enregistrer !

 

6. Hyperlapse

Outre les photos, Instagram vous permet également de publier des vidéos assez courtes. Là aussi, il y a de quoi s’amuser ! Pour réaliser des boomerangs (de très courtes vidéos qui se répètent en boucle), il vous suffit désormais de vous rendre dans la partie Stories de l’application Instagram. Mais ce format est dorénavant un peu trop courant, si vous réalisiez des time-lapses plutôt ? Avec Hyperlapse, vous pouvez réaliser des vidéos accélérées jusqu’à 12 fois leur vitesse et cela avec un rendu cinématographique grâce à la stabilisation intégrée !

 

7. SkyLab Photo Editor

SkyLab est une application assez originale… Étoffez vos photos de paysage en ajoutant des arbres, des plantes, et agrémentez vos photos de ciel avec un coucher de soleil, un croissant de lune, des nuages ou encore des tornades et des éclairs ! Bon, l’application coûte quand même 3,49€ donc autant avoir une idée précise de son utilisation avant de l’acheter.

 

8. Hype Type

On termine notre sélection avec l’application HypeType avec laquelle vous pourrez intégrer du texte à vos photos et vidéos très facilement. Choisissez l’effet d’apparition, la police, la couleur ainsi que la durée d’apparition du texte (celui-ci est animé) et partagez ensuite votre création dans votre fil Instagram ou directement dans votre story !

Nous espérons que cette sélection vous a plu ! N’hésitez pas à nous partager vos applications préférées et à nous montrer vos réalisations ! 

Développer sa communauté sur Instagram

La magie des réseaux sociaux réside dans le fait qu’ils vous permettent d’élargir votre champ d’action bien au delà de votre zone de chalandise. Cela se révèle particulièrement vrai avec des outils tels qu’Instagram ou Pinterest qui reposent avant tout sur de beaux visuels et de courtes vidéos inspirantes. Vous connaissez sûrement l’adage « Une image vaut milles mots ». Et bien, l’autre avantage est surtout qu’une image permet de s’adresser au plus grand nombre, traverser les frontières et rendre votre activité visible aux yeux du monde entier ! Un des exemples les plus célèbres d’Instagram est celui du compte du photographe russe Murad Osmann : une série de photos de sa compagne de dos, main tendue en arrière et ce dans les plus beaux paysages du monde entier. Le compte compte aujourd’hui une communauté de plus de 4,6 millions d’abonnés et le hashtag #FollowMe a été cité plus de 30 000 fois par les utilisateurs. Une vraie success story !

communauté Murad Osmann

« Je veux augmenter mon nombre de followers sur Instagram! »

Cette demande fait partie du TOP 3 des réclamations de nos clients après le fameux « Je veux faire le buzz ! ». Évidemment quand on démarre sur Instagram, le but n’est pas de se concentrer sur son cercle primaire, ni secondaire. Mais avant toute chose, assurez-vous d’avoir :

  • complété votre profil et votre biographie en relisant nos conseils sur « comment bien démarrer sur Instagram »
  • créé un contenu suffisamment qualitatif
  • mis en place une régularité de publication qui donnera envie de vous suivre…

On me souffle dans l’oreillette que je suis en train de passer à la trappe les fameux hashtag mais, pas de panique ! Ils font évidemment partie des nombreuses fonctionnalités d’Instagram avec lesquelles vous allez pouvoir commencer à vous amuser.

5 techniques pour accroître son nombre d’abonnés

  1. Target et double coup de poing

La méthode « Target » fonctionne en deux temps :

  • premièrement, je sélectionne les compte target liés à mon activité, c’est-à-dire les comptes-niches avec une forte communauté. Ces comptes peuvent être des comptes d’influencer professionnel ou particulier peu importe, l’important est qu’ils aient un engagement fort avec leurs abonnés.
  • deuxièmement, je repère les personnes qui interagissent le plus avec eux, en likant et commentant régulièrement leurs publications. J’affine par la suite ma sélection en ne gardant que les comptes qui publient eux-même régulièrement du contenu dans ma niche afin de garder les prospects les plus intéressants.

Une fois ce premier travail réalisé, il est temps d’utiliser la technique du « double coup de poing pour les approcher. Il s’agit tout simplement de créer un premier contact en deux occasions différentes. Vous pouvez par exemple commencer par liker plusieurs de leurs photos puis vous abonner à leur compte. Ou encore leur envoyer un message privé puis leur laisser un commentaire, etc. Cette partie est facilement automatisable et peut vite s’avérer efficace si votre sélection de départ est bien faite.

2. Le Top 9 results

Parlons peu, parlons bien, parlons hashtag ! Certains diront qu’ils sont trop « m’as-tu vu », qu’ils s’apparentent à du spam ou de la publicité mais ils sont pourtant essentiels dans votre stratégie Instagram. Pour rappel, chaque hashtag est un mot-clef qui va permettre de référencer votre contenu et donc d’accroître sa portée. De plus, il existe des astuces de mise en forme pour les dissimuler donc aucune excuse pour les négliger !

Concrètement, comment cela fonctionne ? Le moteur de recherche Instagram est très puissant et surtout très utilisé par les utilisateurs pour rechercher de nouveaux contenus ! Faisons le test en tapant #cat dans la barre de recherche.

La zone entourée en rouge est ce l’on peut appeler la « zone chaude » et qui contient les neuf meilleures publications sur ce mot-clef. La « zone froide » reprend toutes les dernières publications postées. L’objectif pour être visible est évidemment de placer son contenu dans la zone chaude. L’algorithme d’Instagram met en avant les publications ayant obtenues le plus haut taux d’interaction et ce pour 72h maximum. Ainsi sur le mot-clef #cat, la publication avec le plus d’interaction comptabilise minimum 10 000 interactions (likes et commentaires confondus). Il faut donc réussir à faire mieux !

Astuce : selon la taille de votre communauté, il ne faut donc pas forcément chercher à être référencé sur les mots-clefs les plus recherchés… Mais ceux qui sont les plus équilibrés en termes de recherches vs. taux d’engagement minimum.

 

3. Explorer

Passons à la fonctionnalité Explorer qui est encore un niveau au dessus du Top 9 des résultats en terme de puissance d’action. Il s’agit de l’accueil de la zone de recherche qui apparaît quand vous souhaitez faire une recherche. C’est une zone très utilisée qui peut entraîner une véritable explosion de votre compte si vous arrivez à vous y positionner mais qui est du coup beaucoup plus dure d’accès.

Pour y voir accès, les hashtag ont leur importance mais ne suffisent pas. Le critère principal pris en compte par l’algorithme d’Instagram sera ici le taux de fidélité de votre audience. Même si vous ne possédez qu’une communauté de 1000 abonnés, si 500 d’entre-eux interagissent régulièrement avec vous, Instagram comprendra que votre contenu a du potentiel et mérite d’être mis en avant.

 

4. Les groupes d’engagement

Il s’agit de groupe d’entraide entre comptes Instagram ayant la même thématique. Ils permettent d’augmenter son trafic et sa visibilité auprès d’un public qualifié car pertinent par rapport à son activité.

Le principe est simple : chaque jour, un compte cible est déterminé et l’ensemble des autres comptes iront liker/commenter une de ses publications. Cela aura pour résultat d’apparaître dans le fil d’actualité des abonnés des comptes qui ont interagi et assurent ainsi une belle visibilité !

Cette technique a toutefois ses limites : les groupes d’entraide sont bien cachés car la pratique est quelque peu borderline et les critères à l’entrée sont stricts, vous devez bien sûr avoir un contenu thématisé, un minimum de 10 000 abonnés et une certaine récurrence de publication.

5. Les shout out

Le « shout out », c’est lorsqu’un compte réalise la promotion de notre compte à travers son propre compte en utilisant une de nos photos et en nous mentionnant. Cela peut se révéler extrêmement efficace si le compte est bien choisi. L’expert en la matière est la marque Cluse qui est une des premières marques à avoir développer sa notoriété en travaillant exclusivement avec des influenceurs d’Instagram.

Quelques règles à respecter :

  • il faut évidemment identifier le compte que l’on cherche à mettre en avant avec son nom de compte « @moncompte »
  • tâcher de rester dans la même thématique ou du moins dans le même public cible
  • le contenu doit être bien travaillé

Il existe des sites qui référencent les personnes proposant ce type de partenariat qui sont pour la grande majorité payants, et donc plus ou moins cher selon la taille et la pertinence du compte visé. Vous verra d’ailleurs souvent mentionner #ad en description.

Voici en théorie les techniques les plus performantes pour augmenter votre bassin d’abonné : il ne vous reste plus qu’à les appliquer à votre compte et à nous dire en commentaire ce qui a marché pour vous ! Au risque de nous répéter, gardez en tête que ce n’est pas la taille (de votre audience) qui compte mais bien l’engagement que vous arriverez à générer.

Cet article a été écrit à la suite du visionnage du webinar « Comment démarrer son business sur Instagram » réalisé par Meltwater, nous vous conseillons d’aller faire un tour sur les autres thématiques…

Linkedin: les petites tactiques qui peuvent faire la différence

Imaginons que vous êtes invité à l’un de ces événement réseau-networking-relationel, quelque soit le dernier nom à la mode qui soit donné à ces soirées. Toutes les personnes importantes de votre secteur d’activité sont dans la salle. Un moment à ne pas rater… dans tous les sens du terme, n’est-ce pas?

C’est clair. Mais il y a de fortes chances que ce ne soit pas gratuit et pas donné non plus.

Cependant, LinkedIn n’est-il pas un peu la même chose (sans les hors-d’oeuvre et le prix du ticket)?

Si on caricature un peu, LinkedIn est la version digitale d’un événement réseau. Ou plutôt c’est la version digitale d’un énorme événement réseau sous stéroïdes, avec 500 millions de professionnels dans la salle.

Alors, comment s’assurer que votre entreprise tire le meilleur partie de l’événement réseau de l’année du siècle (aussi connu sous le nom de LinkedIn)?

Commençons par le commencement…

Sur LinkedIn, le pouvoir ce sont les gens

LinkedIn s’appuie sur des individus qui constituent un réseau. Ce qui signifie que pour réussir sur LinkedIn la stratégie de votre entreprise doit intégrer « l’ensemble des acteurs ».

En d’autres mots… Si vous passez votre temps à faire des câlins aux bébés et à aider de vieilles dames à traverser la rue, les gens vont penser: « en voilà une bonne personne, bien éduquée… »

Pareil avec votre entreprise.

Si votre équipe est sur LinkedIn à démontrer ses qualifications et à avoir l’air intelligente et professionnelle, cela se reflètera aussi sur l’entreprise.

Les personnes qui constituent votre entreprise, ou au moins une partie d’entre elles, peuvent devenir partie intégrante de votre stratégie sur LinkedIn.

Sans elles, et leur comptes LinkedIn personnels, vous ne pouvez pas vraiment profiter de toute ce que LinkedIn a à offrir.

Si les employés ont, bien entendu, tous les droits de manager eux-même leur présence sur LinkedIn, il existe des tonnes d’opportunités de collaboration qui bénéficieront tant à l’entreprise qu’à l’employé si celui-ci veut bien se prêter au jeu:

  • Fournissez une description de l’entreprise pré-écrite pour qu’ils puissent l’utiliser dans leur profil. Ceci leur évite de se casser la tête à l’écrire et assure que vous ayez un message de marque consistant. Gagnant-gagnant.
  • Recrutez une armée d’ambassadeurs et de leaders d’opinion. Choisissez des membres-clés de l’équipe avec des compétences et expertises variées pour échanger avec la communauté sur LinkedIn. Continuez votre lecture, on vous en dit plus…
  • Encouragez la création de marques personnelles. Cela peut paraitre contre-intuitif pour l’entreprise (après tout, tout ne doit-il pas tourner autours de la marque d’entreprise?) Cependant, les personnes sont les meilleurs représentantes de l’entreprise pour laquelle elles travaillent. Si vos personnes sont dans stratosphère de LinkedIn à dire des choses profondes et à se mettre en valeur, la maison-mère n’en sera que mieux vue.

Ok, donc le succès de la présence de votre entreprise sur LinkedIn repose beaucoup sur les individus qui la compose, mais vous avez tout de même besoin d’un point d’ancrage pour votre marque.

Votre site web est votre véritable centre névralgique, mais cela ne vous empêche pas d’avoir aussi besoin d’une présence entre les murs  de LinkedIn.

Construire sa maison sur LinkedIn

Que vous soyez une entreprise avec des centaines d’employés ou un indépendant, une Page entreprise et une chaîne SlideShare peuvent avoir une certaine valeur.

Commençons avec la Page Entreprise sur LinkedIn

Les bénéfices sont nombreux!

  • Prouver que vous êtes légitime: racontez votre histoire, montrez vos succès, construisez votre marque, nourrissez une réputation d’exception, et mettez en avant votre culture d’entreprise devant une communauté massive.
  • Nourrir le référencement naturel: à la différence des profils individuels, les Pages Entreprise sont publiques, ce qui vous donne une excellente opportunité de nourrir votre référencement naturel avec du contenu frais et riche en mots-clés. Yep, cela veut dire distribuer tout l’excellent contenu que vous produisez sur LinkedIn!
  • Construire un hub pour vos ambassadeurs de marque: que ce soit vos employés qui s’attachent à créer un nom pour votre entreprise, ou d’autre fans qui disent du bien de vous et vous tag dans leurs publications, toutes ces bonnes vibrations reflètent sur votre entreprise. Donnez à vos futurs fans, ambassadeurs et prospects un endroit où vous trouver sur le réseau. Ajoutez votre site web sur votre Page Entreprise, pour que les plus malins d’entre eux sachent où en apprendre encore plus.

Ok, maintenant en ce qui concerne SlideShare (un autre hub important)

Ce joyaux, hébergeur de présentations PPT, est le « géant assoupi » que tous les marketeurs devraient apprivoiser. Il y a 40 catégories de contenu différentes sur SlideShare, donc la concurrence sur votre niche est relativement basse, vous offrant ainsi un canal de distribution relativement dégagé.

Il n’y a pas à hésiter. Avec un effort minimum vous pouvez uploader vos présentations existantes dans une variété de formats.

Envisagez de prendre un morceau de contenu existant et de le re-packager sous forme de présentation pour attirer une nouvelle audience qui préfère ce type de format.

Vous avez d’incroyables articles de blogs? Utilisez ces conseils pour les transformer en différents formats qui leur ouvriront les portes d’une audience encore plus importante.

Sans oublier que 80% du traffic de SlideShare vient des moteurs de recherche. Si cela ne fait pas frétiller vos papilles de référencement naturel, on se demande bien ce qui le fera.

Maintenant, attachez vos ceintures, c’est le moment tant attendu…

Les centres névralgique de votre entreprise sont au point. L’équipe est dans les starting-blocks. Leurs profils personnels sont tip-top et ils sont enthousiastes à l’idée de porter la bonne parole.

Il est temps de lancer votre armée d’ambassadeurs. Et souvenez-vous, l’individu est clé!

Ok, mais où?

Où faire passer le message sur LinkedIn?

1. Les groupes LinkedIn

Si votre entreprise ne profite pas encore des Groupes, vous pourriez être en train de passer à côté de quelque chose.

Créez votre propre Groupe, dédié à votre expertise propre, et rejoignez des Groupes déjà établis. Si vous décidez de créer le votre, engagez-vous. Cela signifie recruter activement de nouveaux membres, et intégrer votre équipe comme managers et contributeurs.

Utiliser les Groupes LinkedIn peut servir grandement votre business:

  • Veille sociale: utilisez ces forums communautaires pour apprendre. Quelles questions restent sans réponses? Quels frustrations et sujets ressortent? On trouve des tas d’idée d’articles dans ces groupes…
  • Réseau: les leaders d’opinion ne passent plus leur temps au café du coin, autour du baby. Ils ont grandi et retrouvent maintenant leurs pairs dans les Groupes. Que vous cherchiez un mentor ou tout simplement une nouvelle connection, utilisez les Groupes comme outil de découverte de nouvelles personnes.
  • Soyez le pro: que vous soyez propriétaire du Groupe ou simple membre, contribuez et conversez! L’objectif c’est d’apporter de la valeur. Si vous êtes capable de faire cela régulièrement vous sortirez du lot, et cela vous rapportera du business.

2. LinkedIn Pulse

Pulse, la plateforme de publication de contenu sur LinkedIn, peut vous apporter une nouvelle audience engagée à laquelle vous n’avez pas accès sur votre blog.

Cependant, vous devez ABSOLUMENT réfléchir votre stratégie Pulse et l’équilibrer avec la stratégie éditoriale de votre blog. Vous devez faire attention à ne pas négliger votre propre domaine parce que vous êtes trop occupé à recruter de l’audience sur LinkedIn.

Établissez quelques employés-clés et leaders d’opinion qui peuvent publier du contenu sur Pulse (souvenez-vous, les individus sont le moteur de LinkedIn). Vous pouvez même embaucher des rédacteurs pour écrire votre contenu.

Construisez votre propre blog sur votre site web, mais utilisez Pulse (et des sites comme Medium) comme réseau secondaire.

Selon vos objectifs et votre audience, différentes stratégies s’offrent à vous:

  • Utiliser votre blog pour les contenus importants et Pulse pour des articles relais plus spécifiques (n’oubliez pas les liens qui renvoient sur le contenu primaire sur votre blog).
  • Si vous publiez le même contenu sur votre blog et sur Pulse, publiez le contenu sur votre propre domaine en premier. Une fois que Google l’a indexé (donnez lui une petite semaine), publiez-le sur Pulse. Incluez une phrase indiquant la source d’origine de votre article (avec un lien). Attention cependant: en fonction de la force de votre domaine, la version LinkedIn pourrait toujours se placer devant dans les résultats sur les moteurs de recherche. Une manière de la jouer sécurité est de publier une version simplifiée sur LinkedIn qui renvoie vers votre article d’origine.

Avec tout ceci en tête, vous êtes sur le chemin d’une stratégie LinkedIn efficace!

Comment VOTRE entreprise utilise-t-elle LinkedIn?

Votre stratégie LinkedIn s’appuie-t-elle sur votre équipe de rockstars?

Quelles entreprises B2B ou B2C ont-elles tout compris sur LinkedIn?

De quels produits LinkedIn ne pouvez-vous plus vous passer? Et quels trucs et astuces vous ont-ils changé la vie?

Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous!

 

Démarrer sur Instagram: les bonnes pratiques pour créer son compte

Démarrer sur Instagram: les bonnes pratiques pour créer son compte

Instagram fait partie des réseaux sociaux les plus utilisés avec plus de 11 millions d’utilisateurs (+ 500 millions actifs). Il se place en 4ème position derrière Facebook, Youtube et Twitter, ce qui peut facilement s’expliquer par le fait qu’il attire une population plus ciblée particulièrement les femmes de moins de 25 ans, mais pas que ! Basé sur la publication de photos et plus récemment de vidéos, l’outil enregistre le meilleur taux de fidélité et a même été racheté par Facebook qui a bien compris tout son potentiel… Mais justement, venons-en aux faits : votre business a t-il un réel intérêt à démarrer sur Instagram ? Si oui, quelles sont les étapes à valider pour créer son profil ?

Démarrer sur Instagram, quel intérêt pour votre business ?

Pour rappel, Instagram est avant tout une application mobile – son utilisation sur desktop est très limitée et ne permet pas par exemple de publier du contenu ou d’accéder à ses messages privés. Cette utilisation facilite les interactions car les utilisateurs des réseaux sociaux sont beaucoup plus actifs sur leur mobile. Près de 70% des membres français se connectent ainsi tous les jours et on dénombre au total 4,2 milliards de likes et 95 millions de photos et vidéos postées par jour. Enfin, près de 150 millions de personnes utilisent’Instagram Stories au quotidien.

Contrairement à ce que l’on peut penser, Instagram n’est pas réservé aux domaines de la mode et de la beauté. On retrouve sur Instagram une population plus large que ce que l’on peut imaginer :

  • 41% des utilisateurs ont entre 16 et 24 ans
  • 35% ont entre 25 et 34 ans ; 17% entre 35 et 44 ans ; 8% ont 45 ans et plus
  • 65% sont des femmes et 35% des hommes

Il serait dommage de se passer d’un outil d’une telle puissance… Surtout qu’à l’heure actuelle, il y a très peu de concurrence. Il faut donc en profiter pour se positionner !

Autre argument de taille : Instagram est le réseau favori des influenceurs et ces derniers sont particulièrement accessibles via cette plateforme. Vous aurez ainsi plus de chance de recevoir une réponse suite à l’envoi d’un message privé personnalisé qu’à un classique e-mail. De plus, les placements de produit sont très bien acceptés par la communauté, une bonne chose pour vos futurs partenariats !

Tout domaine d’activité peut tirer son épingle du jeu si la cible est adaptée et que l’on respecte les contraintes de l’outil. Comme pour tout réseau social, Instagram possède ses propres codes, il est donc impératif de définir une stratégie bien pensée.

Les étapes pour créer son profil Instagram

1. Complétez votre présentation

Votre profil Instagram est le premier contact avec votre marque, vous ne devez surtout pas le négliger. Voici les différents éléments à prendre en compte :

  • votre photo : utilisez généralement votre logo pour faciliter l’identification de votre marque.
  • votre nom VERSUS votre nom d’utilisateur : Le nom d’utilisateur est utilisé pour mentionner dans une publication ou faire une recherche. Il doit donc reprendre votre nom de marque ou de produit. Le nom quand à lui apparaît en gras en dessous de votre photo et vous permet en 30 caractères de donner plus d’information que votre nom d’utilisateur. Vous pouvez donc inclure un ou deux mots-clefs en plus de votre nom de marque.
  • la biographie : vous disposez de 150 caractères pour présenter votre marque et votre offre et réussir à convaincre de l’intérêt de vous suivre. C’est également le seul emplacement où vous pourrez inclure un lien cliquable. N’oubliez donc pas d’y insérer le lien vers votre site ou vos autres réseaux sociaux. Soignez la présentation de votre description en jouant avec les espaces, les sauts de ligne et… Les emojis !

2. Soignez votre ligne éditoriale

Le secret pour définir une ligne éditoriale adaptée est tout d’abord de savoir à qui l’on s’adresse. Si vous nous suivez depuis un moment, nous avons déjà dû vous le rabâcher mais connaître vos clients est la clef pour pouvoir proposer un contenu pertinent et savoir si qui leur plait ou non. Pour vous aider, n’oubliez pas d’aller regarder ce qu’il se passe du côté de vos concurrents… Listez les publications qui fonctionnent et pensez à lire les commentaires pour récupérer de l’information.

Ensuite la méthode reste la même qu’ailleurs, il vous faut définir :

  • le langage et le ton utilisé : tutoiement ou vouvoiement ? Utilisation d’un ou plusieurs hastags (#) spécifiques à votre marque ? Gardez en tête qu’Instagram permet une proximité plus poussée encore que Facebook avec votre communauté.
  • les couleurs utilisées : noir et blanc ou couleurs ? Filtres ou non ? Instagram étant un outil visuel, il est important de garder une cohérence entre vos publications. Celles-ci doivent pouvoir « vivre ensemble ».
  • le contenu publié : photos ou vidéos ? Définissez les différentes facettes du thème que vous allez aborder. Vous pouvez décider de jouer sur la répétition comme le compte symmetrybreakfast qui poste chaque jour une photo de petit-déjeuner parfaitement symétrique…

… ou intégrer votre produit dans différents situations comme s’amuse à le faire le compte Starbucks France

… ou encore créer un univers plus large pour aider vos futurs client à se projeter. Alternez entre zoom sur un élément, plan plus large, mise en situation, inspiration, etc. Ci-dessous un exemple avec la marque de montres Cluse qui a fondé son succès sur Instagram et ses (très) nombreux partenariats avec des influenceurs dont elle récupère les photos pour les repartager sur son fil.

3. Publiez régulièrement

Le rythme de publication est primordial : soyez régulier, c’est la base ! On conseille généralement de publier au moins une fois tous les deux jours, le must étant de publier une fois par jour, d’où l’intérêt de prévoir son contenu à l’avance pour pouvoir planifier et surtout programmer à l’avance ses publications… Des outils comme Hootsuite ou grum.co vous aideront à gagner un temps précieux !

Maintenant que votre profil est créé, la prochaine étape consistera à créer et animer votre communauté. Rendez-vous dans deux semaines sur le blog pour la suite ! D’ici là, n’hésitez pas à nous partager vos profils à charlotte@rdemarketing.com pour que l’on puisse y jeter un oeil et vous donner notre avis. Et pour tout savoir des coulisses de RDE Marketing, rejoignez-nous sur votre compte @RDEMarketing_lyon !

Comment transformer un article en 10 publications de contenu

Votre cerveau devient brumeux. À en juger par le volume de vidéos de chats que vous avez consommées ce matin, on peut imaginer que vous êtes distrait. Peut-être même un chouillat irritable.

Et tout ceci à cause d’un état très répandu:

Vous êtes atteint de FMC (Fatigue du Marketing de Contenu).

Cela arrive aux meilleurs d’entre-nous, du startupper en mode débrouille au département marketing des grandes marques!

De nos jours, les consommateurs attendent beaucoup des marques. Il ne suffit plus de faire un joli site web et d’affirmer: « Promis, on est sérieux! ».

Vous devez le prouver.

Et l’une des meilleures manière de prouver votre pertinence et votre expertise est de publier du contenu réfléchi et de valeur pour éduquer, inspirer et divertir votre audience-cible.

Le problème: c’est beaucoup de boulot!

Alors, comment éviter ce FMC?

La solution: devenir plus malin avec la création de contenu.

Oui, il y a mille et une manières de continuer à explorer de nouvelles idées et de nouvelles perspectives, comme, par exemple, de travailler avec des blogueurs invités. Mais, même dans ce cas, quand il s’agit de création de contenu, vous devez essayer d’en retirer le maximum. Le temps, c’est de l’argent, non?

Essayez l’upcycling: ou tout simplement transformer du « vieux » contenu en quelque chose de frais et neuf.

Ça vous dit?

Parfait. Commençons avec le classique article de blog!

Tous les articles dans vos archives ne méritent pas forcément que vous les rameniez à la vie. Ils ne sont peut-être pas tous de type evergreen que vous pouvez partager encore et toujours. Ou peut-être qu’ils le sont, mais ce ne sont pas vos préférés.

Vous n’avez pas besoin de tous les ressusciter! La première étape est justement d’identifier quels articles en valent la peine.

Posez-vous ces questions:

  • Qui essayez-vous d’atteindre?
  • Quels sujets sont les plus pertinents pour cette audience?
  • Quels articles ont bien fonctionné en termes de visites, partages, likes, commentaires et backlinks?
  • Sont-ils toujours pertinents? Ce contenu est-il evergreen?
  • Y-a-t-il des choses à ajouter ou à approfondir?

Il y aura plus d’un élu, mais commencez avec un simple article, ou une série d’articles liés entre eux, et brainstormez des manières de transformer ce contenu en un format novateur qui va attirer un nouveau segment de votre audience.

C’est fait? Cool. Rincez. Essorez. Répétez.

Pour nourrir un peu votre créativité, voici quelques idées à considérer:

1. E-books

Ok, ce format peut paraître intimidant, mais si vous y réfléchissez, les e-books ne sont rien de plus que des articles de blog avec un peu de rouge-à-lèvre. Prenez un article à forte valeur, ou une série de publications de bonne qualité qui s’entrecroisent, et assemblez-les dans joli format PDF.

Concentrez-vous sur un format facile à parcourir. Des éléments visuels qui attirent l’oeil comment des encadrés, des photos, des graphiques, des citations vous seront d’une grande aide.

Faites appel à un graphiste ou faites-le tout seul. Vous pouvez créer des e-books dans Powerpoint et les exporter en PDF ou expérimenter avec des outils comme iBooks Author or Scrivener.

2. Cours en ligne

Toute cette expertise ne sert pas à grand-chose tant qu’elle est contenue dans votre cerveau. Vous êtes sensés éduquer vos lecteurs, alors pourquoi ne pas formaliser un peu tout cela?

Convertir vos articles de blog en modules e-learning peut-être une manière efficace de commencer avec les contenus premium. Et en améliorant le calibre de votre contenu, vous pouvez vous rémunérer sous forme d’adresses emails en échange de droits d’accès.

Et collecter des adresses emails peut grandement faciliter l’acquisition de trafic sur votre site web, à l’avenir.

Améliorez vos cours avec des quizz, des diplômes, des objectifs à atteindre pour les obtenir… Souvenez-vous que votre focus est l’éducation. Vous pouvez mentionner vos produits s’ils sont particulièrement pertinents, mais matraquer des tonnes d’auto-promo inappropriée est tellement 1991…

3. Vidéo

Vous imaginiez bien que j’allais y venir! Si vous ne le saviez pas déjà, la vidéo est encore plus tendance qu’une pieuvre à neuf cerveaux un soir de jeux de plateau (croyez-nous, c’est tendance!). Avec une machine perfectionnée spécial vidéo (aussi connue sous le nom de smartphone) en poche, nous n’avons aucune excuse pour l’ignorer.

Cherchez les opportunités de transformer vos articles de blog en vidéos. Faites des essais avec ces formats qui ont fait leurs preuves:

  • Démos: Essayez GoVideo ou Recordit pour de simples enregistrements d’écran pour des explications « comment faire… »
  • Micro-vidéos: De petites vidéos de 15 secondes ou moins, parfaites pour vos publications sur les réseaux sociaux.
  • Récapitulatifs: Résumez les éléments-clés et actionnables d’un article avec des vidéos additionnelles et intégrables.
  • Interviews: Trouvez des candidats à des interviews et demandez-leur d’enregistrer une vidéo-selfie qui capturera leur point-de-vue. Et qui les fera se sentir super cool… ce qu’ils sont.
  • Animations: Racontez votre histoire avec des animations graphiques 2D ou 3D, du texte et une voix-off. Essayez Animaker, Biteable, PowToon, GoAnimate. Dites-nous celui que vous aurez préféré.

4. Infographies

Ces hiéroglyphes des temps modernes simplifient les données et les sujets complexes, et offrent aux lecteurs une pause méritée des mots, mots et encore plus de mots! De plus elles sont partagées jusqu’à trois fois plus que les autres formes de contenus visuels! Bingo!

De plus, les infographies ne sont plus aussi compliquées à réaliser qu’elles ne l’ont été. Si vous n’avez pas de graphiste dans votre staff, vous pouvez essayer d’expérimenter avec des solutions clés-en-main comme Canva, Infogr.am, Piktochart, et Ventage.

5. Modèles et checklists

Un élément actionnable est indispensable à tout bon article de blog. Combien de fois avez-vous lu quelque chose et pensé: « Oui m’dame, je vais faire ça. Dès que j’ai le temps. Ce qui signifie… mmm… jamais. »

Aidez vos lecteurs à se sentir responsables avec des outils clés-en-main sous forme de PDF ou checklists Excel, tableaux de bord, modèles et autres to-do list. De plus, ces ressources constituent un contenu mortel evergreen que vous pouvez distribuer encore et toujours dans vos publications réseaux sociaux, on intégrer ici et là dans votre site web.

6. Webinars

Ces séminaires virtuels existent en plus de variations qu’un plateau de fromage (croyez-nous, on a pour mission de tous les tester…) Si vous êtes débutant dans l’univers des webinars, envisagez de les pré-enregistrer jusqu’à ce que vous vous sentiez à l’aise dans un environnement live plus là-dessus dans ce guide.

Dans ce scénario, c’est vous le prof, alors choisissez votre style en fonction des besoins de votre audience.

  • Présentation: On ne va pas vous faire un dessin sur toutes les possibilités d’upcycling de vos slides! Parce qu’on en parle dans une minutes, continuez votre lecture.
  • Interviews: Rassemblez vos experts préférés internes et externes. Pourquoi refuseraient-ils un peu d’exposition?
  • Questions/Réponses: Avec ce « format pro » préparez-vous à quelques inattendus. Assurez-vous que votre modérateur soit à l’aise.
  • Panel: Les gens adorent les points de vue divergents, et vous adorerez les nouveaux spectateurs que vos invités externes apporteront.
  • Démo: Non seulement c’est utile, mais c’est aussi un alternative pour ceux qui sont timides face à une caméra.

7. SlideShare

Avec ses 70 millions d’utilisateurs, ce petit-frère de LinkedIn, est l’ultime effet KissCool: d’un côté un format novateur (pensez YouTube pour vos présentations animées), de l’autre, canal de distribution. Les articles de blog remplis de visuels, listes, citations, graphes, et éléments-clés actionnable et bien mis en valeur sont les meilleurs candidats à une adaptation pour SlideShare.

Pour profiter au mieux de cette plateforme:

  • Intégrez des images, vidéo, narration audio et même infographies
  • Utilisez des mots-clés dans votre titre et pensez référencement naturel
  • Attirez les lecteurs avec une accroche percutante
  • Liez à du contenu de valeur sur votre site web
  • Incluez un Call-to-Action

8. Nouveaux articles de blog

Parfois la moitié du travail relatif à un blog est de trouver des idées originales. Mais un vieil article peut servir de point de départ pour l’inspiration.

Parcourez vos anciens articles avec ces questions en tête:

  • Y-a-t-il des sujets transverse qui mériteraient d’être développés?
  • Y-a-t-il des articles périmés à ressusciter? Conservez l’URL d’origine pour éviter d’être épinglé pour contenu dupliqué, mais mettez l’article à jour avec des statistiques récentes, des visuels et des conseils.
  • Y-a-t-il un tutoriel ou une démo que vous pourriez créer? Publiez l’interview relatives en texte ET en vidéo!
  • Pourriez-vous interviewer quelqu’un pour avoir une perspective nouvelle sur la question?
  • Qu’y-a-t-il dans les commentaires et questions? C’est souvent une mine d’or pour des idées de sujets!

9. Podcasts

Si vos lecteurs nous ressemblent un tant soit peu, ils aiment les podcasts parce qu’ils peuvent faire tout en tas d’autres choses en les écoutant. Parcourez vos articles de blog pour des idées de sujets de podcast qui sont des catalyseurs de débats, perspectives nouvelles, et courants de pensées.

On l’admet, les podcasts ne sont pas l’option la plus « clé-en-main », MAIS le retour sur investissement peut faire toute la différence. Le truc, c’est de s’engager. Soyez consistants et dédiés à créer de la valeur et à en faire une promotion constante.

N’oubliez pas de publier vos notes, un résumé ou la transcription complète de votre émission sur votre site web (hello SEO!).

10. Visuels

Empilez toutes les ressources possibles et imaginables pour vos réseaux sociaux en créant des petites ressources de contenu visuel sur la base de ce que vous avez déjà créé pour votre blog. Pas besoin d’en faire des tonnes, juste ouvrir l’oeil pour des morceaux choisis pour les réseaux sociaux que votre audience va dévorer, ou, mieux encore, partager.

Constituez un trésor de visuels pleins de personnalité que vous pouvez programmer à être distribués sur vos réseaux sociaux.

Vous avez probablement déjà quelques idées, mais voici quelques pistes à explorer:

  • GIFs
  • Citations
  • Memes
  • Statistiques (rendez-les tweetables!)
  • Graphes
  • FAQ avec leurs réponses
  • Mini études de cas
  • Copies d’écran pour illustrer un point
  • Photos

Comment combattez-vous la Fatigue de Marketing de Contenu?

Alors, comment pressez-vous votre contenu jusqu’à la dernière goutte?

Y-a-t-il des outils dont vous ne pourriez pas vous passer?

Des formats que nous avons oubliés?

Partagez vos trucs et astuces dans les commentaires ci-dessous!