Sélectionner une page

4 erreurs de style à éviter face à la caméra

Si vous êtes le visage de votre entreprise, vous savez que votre manière de vous présenter est très importante, depuis votre photo de profil jusqu’au moment où vous arrivez en rendez-vous client. Vous êtes votre marque. Parfois, la question qui se pose est « comment m’habiller sur une vidéo? » Que vous tourniez quelque chose pour votre chaîne YouTube, fassiez une présentation lors d’un salon qui sera probablement filmée et diffusée, ou que vous soyez interviewé pour la grande messe de 20h, faire une excellente première impression être aussi simple que ces petites astuces.

4 éléments à considérer lorsque vous choisissez votre tenue pour une vidéo

Cherchez la coupe parfaite: dans la vie quotidienne nous bougeons dans nos vêtements, en marchant dans la rue, en nous déplaçant… Ces mouvement peuvent couvrir les imperfections. Mais lorsque vous restez assis(e), immobile, dans le fauteuil de l’interviewé, ou debout face à nous pendant une demie heure, les boutons qui tirent un peu sur votre chemise trop ajustée se font vite remarquer. Ressemblez aux millions d’euros que vaut votre entreprise. Cela signifie des vêtements bien coupés qui donneront une image de confiance (à la différence de vêtements trop larges qui ressemble à une chose derrière laquelle on essaie de se cacher) et de professionnalisme.

Pari gagnant: un bon costume ou une jolie robe.

Impressionnez au dessus de la ceinture: si faites en entretien sur Skype en plan taille ou si vous présentez quelque chose sur Télématin, derrière un comptoir, vous ne pouvez pas vous appuyer sur votre jupe crayon pour équilibrer votre gros pull. En complément d’une coupe flatteuse en haut, souvenez-vous que sans fabuleuses chaussures ou une jupe à motif, c’est à un collier ou à un mouchoir de poche qu’incombe la tâche d’être le détail qui fera la différence et qui donnera le ton de votre marque: romantique, écologique, classique, ou autre. Et si vous allez vous retrouver assis(e) directement en face de la caméra, faites-le une fois devant un miroir pour valider comment vos vêtements vont se comporter: jupe un peu trop courte, pantalon qui remonte…

Pari gagnant: un gros collier doré pas trop long ou une cravate avec un motif large (rayures, carreaux, chevrons…)

Connaissez votre audience: si vous vous retrouvez sur scène à un événement un peu conservateur… vous imaginez bien qu’il est sage d’éviter les robes bustier ou au-dessus du genou. Pensez à votre audience et à ce qui leur plairait ou déplairait. Si vous vous retrouvez en face d’un(e) journaliste, demandez-vous quels sont ses goûts vestimentaires. Votre tenue sera votre premier moyen de connection avec lui/elle, tout en restant en ligne avec votre image de marque. Malgré une longueur de robe conservatrice, des bijoux fantaisies et des chaussures colorées peuvent faire ressortir le côté fun et dynamique de votre personnalité.

Pari gagnant: ma grand-mère disait toujours « on est jamais trop bien habillé »

Théâtre des CélestinsSoyez en harmonie avec votre décor: si vous vous retrouvez sur un plateau télé, vérifiez le look du décor. S’il est très sombre et que vous arrivez vêtu(e) de noir, vous risquez bien de vous y fondre. S’il est plein de couleurs vives et que vous arrivez avec une robe à grosses fleurs, vos paroles risquent de ne pas faire le poids face au chaos visuel. Regardez de précédentes versions de l’émission: quels invités vous ont semblé tirer le mieux leur épingle du jeu? Inspirez-vous en! Si c’est votre propre chaîne YouTube, pensez à choisir un mur ou un fond qui met le mieux possible en valeur les couleurs que vous avez tendance à porter.

Pari gagnant: des tons unis et denses comme le bleu royal, l’émeraude ou le prune.

Que vous filmiez depuis votre bureau/maison ou depuis des studios professionnels, les règles sont les mêmes. Soyez en harmonie avec votre marque, soyez la meilleure version de vous-même et présentez vous toujours comme le PDG de la multinationale que vous êtes entrain de créer.

Du bon usage des témoignages dans le marketing de votre TPE/PME

En tant que chef d’entreprise, vous êtes certainement convaincu que vos produits/services sont au top. Mais la clé de la réussite c’est de s’assurer que les autres en soient convaincus aussi. Les témoignages-client sont un excellent outil pour arriver à ce résultat.

Ci-dessous, pour bien terminer l’année, une liste de Do et Don’t pour collecter, développer et utiliser les témoignages-clients.

Les Do du témoignage-client (à faire)

  • Soyez pertinents. Vos clients potentiels se sentiront plus proches d’autres clients qui leur ressemblent. Partagez les témoignages avec votre cible en prenant en considération sa segmentation.
  • Soyez visuels. Si vous demandez un avis à un client, demandez-lui aussi une photo… ou mieux encore, pourquoi pas, une video.
  • Pensez réciprocité. Contactez une entreprise qui travaille sur le même segment de clientèle mais sur un produit/service différent, pour leur demander un échange de témoignages. Partager les points de vue d’experts de votre industrie est aussi une excellente façon de booster votre crédibilité.
  • Partagez. Ajouter un témoignage sur chacune des pages de votre site ou de votre blog. L’image de marque de votre entreprise sera positive que que soit l’endroit où votre visiteur clique.
  • Favorisez les reconnections. Après avoir obtenu un témoignage d’un client satisfait. N’oubliez pas de vérifier leurs coordonnées (email, téléphone…), vous aurez peut-être encore besoin de leur aide à l’avenir.
  • Offrez votre aide. Certains clients voudraient bien partager leurs expériences mais ne savent pas par où commencer. Encouragez les à parler de la qualité du service, de la rapidité de la livraison, de la manière dont vous leur avez économisé de l’argent…
  • Pensez SEO. Regardez quels mots-clés sont le plus souvent utilisés pour trouver votre site web, vous pouvez encourager vos clients à les utiliser dans leurs témoignages.
  • Soyez social. Partagez ces témoignages sur vos réseaux sociaux. Publiez les vidéos sur votre site et YouTube.
  • Remerciez. Vos clients ont accepté de donner un témoignage parce qu’ils étaient content du produit acheté ou du service rendu. Remerciez les et prenez-en encore plus soin. Quand viendra le moment de renouveler leur achat ils se rappelleront de la gratitude que vous avez montré.

Les don’t du témoignage client (à ne pas faire)

  • Ne soyez pas timide. Vous ne saurez jamais si quelqu’un veut bien vous donner un témoignage si vous ne demandez pas. Vous vous demandez comment collecter ces avis éloquents? Vous trouverez quelques conseils pratiques dans l’article « Créer une page de témoignages qui vend à votre place« .
  • Évitez les faux-témoignages. Rien ne vaut un VRAI témoignage, d’un VRAI client. Se faire prendre la main dans le faux-témoignage est une manière assurée d’égratigner votre crédibilité.
  • N’attaquez pas les concurrents. Essayez d’éviter les commentaires négatifs sur vos concurrents.
  • N’ajoutez pas à la confusion. Si votre consommateur a écrit un avis dithyrambique sur vos produits de soins pour les cheveux, ne l’utilisez pas pour vendre des produits de soin pour le visage.
  • N’oubliez pas de demander la permission. Avant de partager un témoignage, surtout vidéo, demandez une permission écrite à votre client.

Votre entreprise utilise déjà cette méthode? Y-a-t-il des conseils que j’ai oublié? Dites-le moi!

Des erreurs dans votre profil LinkedIn? Pas une bonne stratégie…

LinkedIn est un outil fantastique pour développer un business ou booster une carrière. Dans le cadre d’une stratégie Social Media, c’est l’un des meilleurs pour les chasseurs de tête et les demandeurs d’emploi. Cependant, si vous ne faites pas attention, votre profil LinkedIn peut rapidement passer d’argument de vente indispensable à élément professionnel à haut risque. Chacune de ces cinq erreurs pourrait et va probablement détruire votre crédibilité.

Les cinq erreurs à éviter sur votre profil LinkedIn

1. Une photographie amateur

Alors que vous travaillez à construire le contenu de votre profil, rappelez-vous l’objectif principal de l’outil… Selon le site lui-même, les fonctions principales d’un profil sur LinkedIn sont de:

  • Reconnecter: trouver des collègues de travail actuels ou anciens
  • Booster votre carrière: trouver des connections internes quand vous cherchez un job ou une nouvelle opportunité de business
  • Trouver des réponses: votre réseau en a probablement pour chacune des questions que vous vous posez.

Screen-shot-2013-04-10-at-8.53Donc, si vous allez y faire toutes ces choses très professionnelles, vous avez surement besoin d’avoir l’air professionnel vous-même, non? Une photo floue prise avec un téléphone de mauvaise qualité ne renvoie pas une image pro. Même chose pour une tenue que vous mettriez pour sortir en boîte de nuit.

Embaucher un photographe professionnel pour prendre une série de clichés est un investissement qui vous servira pour plusieurs années. Ensuite demandez conseil à quelqu’un d’objectifs (pas votre époux(se) ou votre petit(e) ami(e)) de vous aider à choisir la meilleure photo.

2. Sur-vendre dans vos recommendations

Qui a écrit vos recommendations? Vous avez demandé à un(e) ami(e) de pondre quelques lignes pour que vous ayez l’air qualifié(e)? Vous pouvez croire qu’une recommendation dithyrambique vous donnera l’air crédible; mais si celle-ci a été écrite par quelqu’un de proche et d’un peu trop enthousiaste, votre prochain client/patron potentiel ne se laissera pas avoir.

Les recommendation qui n’ont pas vraiment de substance ne font que vous desservir. Ne publiez que les recommendations qui expriment des responsabilités que vous avez réellement prises et les effets quantifiables que ces actions ont eu pour l’entreprise pour laquelle vous travailliez.

3. Lier à un site personnel

LinkedIn a été conçu pour vous permettre d’exprimer qui vous êtes vraiment dans le cadre d’une relation professionnelle. Votre vie personnelle n’a rien à faire là-dedans. En fait, la situation peut se retourner contre-vous le jour ou un client/patron se mettra à se demander si vos multiples loisirs n’impactent pas votre productivité. Ne lier votre profil à un site personnel que si celui-ci à une utilité professionnelle ou si vous travaillez dans le community management ou les relations-presse digitales.

4. Ouvrir les portes vers un passé pas si flatteur

LinkedInBien entendu votre employeur/client potentiel va faire un peu de recherche sur vous. L’information que vous publiez sur votre profil LinkedIn associée à une petite recherche Google peut produire des résultats déplaisants.

Si vous avez quelques cadavres dans le placard (des erreurs de jeunesse dirons-nous), ne rendez-pas leur découverte facile à votre futur employeur. Sur votre profil, ne publiez que l’information pertinente à vos objectifs de carrière. Vous pouvez remonter jusqu’à l’université, pas forcément besoin d’aller jusqu’à votre lycée.

Une fois votre profil complété, testez différentes combinaisons de mots-clés en recherche sur les information que vous avez choisi de publier. Qu’est-ce qui remonte? Quelque chose d’incriminant? Si quelque chose qui ne vous plait pas apparait, éditez votre profil jusqu’à ce que cette partie disparaisse ou soit noyée dans les informations positives.

5. Faire des fautes d’orthographe

Les fautes d’orthographe et de grammaire sur votre profil LinkedIn sont très mal vues. Cela donne l’impression que vous n’en avez rien à faire, ou que vous êtes stupide – aucune de ces deux choses n’est une qualité flatteuse qui dit « embauche-moi! » C’est facile de faire des fautes lorsque l’on écrit (je parle d’expérience), embauchez un rédacteur pour relire votre profil. Cela fera une grande différence et ne coutera probablement pas plus de 40 euros.

Écoutez bien ces conseils. Ne laissez pas l’un de vos plus important outil de communication devenir un risque professionnel. Il n’est pas toujours facile de réparer les dégâts faits sur la crédibilité.

À vos marques, prêts, embauchez!

L’un des moments les plus excitant dans la vie d’un entrepreneur est lorsque l’on est prêt et capable d’embaucher de l’aide pour développer notre empire (muahhahhha… #BientôtHalloween). Votre coupe est pleine, c’est presque un seau à ce point, et il est temps de déléguer une partie de vos tâches à quelqu’un. Mais qui? Et par où commencer?

La plupart des entrepreneurs ont une idée vague de ce qu’ils voudraient que leur « bras droit » fasse pour eux. Pourtant, ils ne savent pas comment où chercher et comment débusquer la perle rare. Voici cinq idées pour trouver des potentiels collaborateurs qui décoiffent, souvent avant même l’entretien d’embauche.

J'attendais de Charlotte qu'elle prenne des initiatives... Dès sa première semaine elle a organisé des parties de Uno aux pauses déjeuner!

J’attendais de Charlotte qu’elle prenne des initiatives… Dès sa première semaine elle a organisé des parties de Uno aux pauses déjeuner!

Cinq manières de trouver le collaborateur qu’il vous faut

1. Mettez de la personnalité dans votre annonce. Si vous passez une annonce pour un collaborateur qui s’adapte parfaitement à vous, il va falloir commencer par montrer qui vous êtes. C’est ok de sortir des sentiers battus de l’annonce d’emploi typique. C’est votre entreprise.

2. Laissez l’annonce faire le travail à votre place. Insérez, dans vos annonces, des instructions spécifiques à suivre par le/la candidat(e). Ceci aura pour effet de: 1. trier le grain de l’ivraie, 2. vous donner une idée de leur capacité à suivre des directives et de leur sens du détail. Faire passer les candidats par quelques anneaux de feu vous en dira beaucoup sur eux. Votre process tout entier devrait être une série de tests.

3. Des références avant tout. Dans le process des candidatures, demandez-leur de vous fournir trois ou quatre références avant même de les rencontrer. Si leur entourage n’est pas dithyrambique, pourquoi perdre votre temps avec eux?

4. C’est ok d’embaucher des débutants. Vous ne pourrez pas enseigner une manière d’être ou une éthique de travail. Croyez-moi, j’ai essayé. Trouvez les gens qui sont de bons communicants avec les types de personnalité qui vous correspondent. Vous pourrez toujours leur apprendre un savoir-faire, jamais un savoir-être. Souvent, les candidats moins expérimentés auront vraiment envie de mettre un premier doigt dans l’engrenage, et par conséquents seront moins gourmands en terme de salaire. À vous ensuite de leur enseigner les rouages du métier.

5. L’entretien comportemental. Les questions du genre: « Racontez-moi comment vous… » sont ok mais rappelez-vous que personne ne vous racontera comment ils ont imprimé le mauvais logo sur 100,000 brochures. De nombreuses personnes sont vraiment au désespoir de trouver du travail ces temps-ci donc on peut s’attendre à en entendre de toutes les couleurs… Envoyez-leur un email du type « merci pour l’entretien, nous avons besoin de plus de temps pour réfléchir… » et voyez comment ils réagissent. Ceux qui sont positifs et appréciatifs montreront patience et maturité. Ce sont les gens sur lesquels vous pourrez compter plus tard.

Et, si vous n’êtes pas sûr(e)s de devoir embaucher, allez donc lire l’article sur « éviter le burn-out en déléguant« .

6 questions à se poser pour créer une vidéo engageante

Je ne ferai que prêcher des convaincus si je vous disais que les vidéos en ligne sont l’avenir du branding et du marketing. N’est-ce pas?

Pourtant, la plupart d’entre-nous ont toujours le syndrôme de la page blanche (l’écran blanc?) lorsqu’il s’agit de produire nos propres vidéos. En tant que consultante e-marketing, et avant cela, en tant que responsable marketing d’un laboratoire pharmaceutique, j’ai eu l’occasion de produire de nombreuses vidéos à destination du web ou non. Et s’il y a de nombreux trucs pour aider les gens à se sentir à l’aise devant la caméra, rien ne remplace l’adage des scouts: « Toujours prêts! »

Il en va de même pour ceux qui réalisent des vidéos pour leur site pro.

Voici les six questions à (se) poser avant d’appuyer sur le bouton « Enregistrer »

Qui
Comprendre votre rôle est indispensable pour déterminer comment votre contenu va être délivré. Êtes-vous le prof? Peut-être que cela signifie que vous pourriez parler directement à la caméra avec une animation graphique de type liste à puces. Vous êtes le confident, la meilleure amie? Essayez d’être filmé assis(e) sur un canapé, un mug de café à la main. Quoi que vous choisissiez, assurez-vous que vous conservez une harmonie avec le positionnement de votre marque.

Quoi
Quel est le format de la vidéo? Un question/réponses hebdomadaire? Un lancement de produit? Une présentation de vos services? Le style et le language utilisés dans chacun des ces exemples est extrêmement différent. Voyez combien un télé-achat à un style différent du journal de 20h, qui différe lui-même d’un magazine d’enquête. Chaque exemple amène son lot d’information, mais dans un style très spécifique.


Où la vidéo « vivra »-t-elle? Est-ce pour la page d’accueil de votre site? Fait-elle partie d’un module éducatif? Une interview pour un autre site web? En d’autres mots, il est indispensable de connaître votre audience. Comme pour les relations de la vie de tous les jours, il est plus facile d’être direct avec les gens qu’on connait bien qu’avec ceux que l’on rencontre pour la première fois.

Quand
La vraie question ici est celle de la durée. L’erreur que je vois commise le plus souvent est celle de faire des vidéos trop longues. Cinq minutes peuvent paraître une éternité pour le spectateur. C’est pourquoi la planification de votre discours est cruciale pour créer un contenu qui engage. Travaillez votre script jusqu’à ce que vous en ayez mis au point les moindres détails, et éliminé tout le verbiage inutile.

Comment
Comment voulez-vous que vos spectateurs se sentent pendant et après le visionnage de votre vidéo? Motivés au point de dépasser leurs plus grandes peurs? Excités comme des puces? Rempli de gratitude de se rendre compte que quelqu’un les comprend et partage leur point de vue? Choisissez bien vos batailles. Pour emprunter à mes cours de théatre de la fac (pff, c’est loin…), dans chaque scène votre personnage doit se demander: qu’est-ce que je veux que l’autre fasse et comment je vais m’y prendre pour y arriver?

Pourquoi
Peut-être la question la plus importante… Pourquoi souhaitez-vous produire cette vidéo? Comme beaucoup d’autre tactiques, s’engager dans une action marketing parce que d’autres le font ne vous apportera probablement pas les résultats que vous en attendez. Prenez le temps de vous demander ce que le média vidéo peut apporter à votre entreprise. Et surtout, soyez en accord avec vous-même et avec votre marque!

La vidéo permet une connection émotionelle avec le spectateur qu’aucun autre média en ligne n’offre. Oui, il existe de tas de trucs et astuces quand on parle de parler avec confiance en face d’une caméra. Mais la première étape est de clarifier le qui, quoi, quand, où, comment et pourquoi de votre message.

Clap de fin.

Créer une page de témoignages qui vend à votre place

Peu importe que vous soyez un as à ce que vous faites ou que vos clients n’en peuvent plus de chanter vos louanges, il y a toujours une ligne sur votre liste de tâche qui vous met mal à l’aise: demander un témoignage client.

Clients RDE

Quelques clients réunis pour les deux ans de RDE Marketing

Rassembler une liste de critiques dytirambiques pour votre site peut se révéler être un challenge. Même si vos clients sont pleins de bonne volonté, écrire n’est pas l’apanage de tous; donc même si vous dépassez la première angoisse de demander quelque chose, il y a quand même des chances que vous ne récoltiez pas le texte chaleureux et bien écrit dont vous réviez.

Pour vous épargner le stress d’obtenir les témoignages parfaits, j’ai mis en place pour vous un système pratique qui devrait vous permettre de les récolter sans malaise, ni d’un côté, ni de l’autre. Mieux encore, une fois qu’ils sont sur votre site web, ces témoignages peuvent devenir vos meilleurs commerciaux.

Un système simple pour obtenir des témoignages de qualité

La prochaine fois que vous aurez besoin de témoignages pour votre « hall of fame » (mur du succès) utilisez les quelques étapes ci-dessous.

Étape 1: Demandez
Lors de votre dernière rencontre avec le client, demandez-lui s’il serait d’accord de vous faire un retour sur le travail accompli ensemble. Vous ne demandez pas un témoignage (cela peut en effrayer certains), vous demandez un feedback.

Dites à votre client que vous allez lui envoyer un email avec quelques questions auxquelles il n’aura plus qu’à répondre. La plupart d’entre eux n’hésiteront pas une seconde à vous dire oui.

Étape 2: Posez les « huit questions essentielles »
Assurez-vous que cette collecte d’information soit facile et rapide pour votre client. Évitez les questionnaire type Google Form et n’utilisez qu’un simple email; celles-ci sont très bien pour les questions quantitatives, ici, on privilégie la relation avec le client.

Dans cet email, mettez vos « huit questions essentielles ». Celle-ci sont clé pour obtenir un véritable feedback de la part de votre client. Elles ne sont pas juste là pour obtenir des phrases positives de sa part, mais elles ciblent la vérité: ce que était bien et ce qui est à améliorer.

Voici un exemple des huits questions essentielles que j’utiliserai. Maintenant, libre à vous de les adapter vos besoins, votre secteur d’activité, vos clients…

  1. Qu’est-ce qui vous a fait hésité à travailler avec moi, initialement?
  2. Quels résultats avez-vous obtenus depuis que nous avons commencé à travailler ensemble?
  3. Qu’est-ce que vous avez préféré dans mon travail?
  4. Qu’est-ce que notre travail commun vous a apporté d’autre?
  5. Recommanderiez-vous mes services? Si oui, à qui et pourquoi?
  6. Y-a-t-il quoi que ce soit que vous auriez aimé voir se passer différement? Si oui, quoi?
  7. Quelle est la chose la plus importante que les gens devraient savoir quand ils m’embauchent?
  8. Y-a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter?

Une fois que votre client a répondu, lisez et prenez tout en considération, le positif comme le négatif. Vous pouvez apprendre beaucoup sur vos points forts et sur comment améliorer vos services.

Étape 3: Faites un brouillon de témoignage basé sur ces réponses
C’est à vous de mettre toutes ces réponses sous la forme d’un texte cohérent. Assurez-vous que vous respectez bien leurs mots et leurs idées.

Étape 4: Envoyez ce témoignage à votre client pour validation
Dites-leur bien qu’ils peuvent changer ce que vous avez écrit… c’est leur témoignage, après tout!

Demandez leur permission d’utiliser ce témoignage sur votre site web, avec leurs noms, titre, entreprise et site web. Demandez-leur aussi une photo; ajouter un visage à côté de leurs mots n’en aura que plus d’impact.

Étape 5: Publiez sur votre site web
Rien de bien sorcier ici. Une fois que vous avez leur accord, mettez tout ça en ligne pour commencer à profiter des retombées d’un client satisfait.

Étape 6: Demandez à votre client d’ajouter ce témoignage sur LinkedIn
Une fois que vous avez reçu l’accord de votre client d’utiliser le témoignage sur votre site web, rendez-vous sur LinkedIn et envoyez à votre client une demande de recommandation. Dites-leur qu’is peuvent tout simplement copier-coller le témoignage déjà existant. Cela ne leur prendra pas plus d’une minute.

Pourquoi rendre cela systématique?

En tant que chefs d’entreprise, nous avons beaucoup à faire au quotidien. Pour chaque tâche qui se répète plus ou moins régulièrement, vous gagnerez énormément de temps à systématiser.

Établir un système autour de la collecte de témoignagnes a plusieurs avantages: cela permet de mettre un point final sur la relation avec un client, de collecter un feedback essentiel, et de publier des compliments bien mérités sur votre site web.

Enfin, cela vous fera gagner du temps… Et qui ne reprendrait pas un peu de compliments et un peu de temps?

 

Création de contenu, les erreurs à ne pas commettre

Vous cliquez sur « Publier » toutes les semaines, religieusement.

Vous êtes réglé(e) comme une horloge lorsqu’il s’agit de publier votre newsletter.

Vos nouveaux billets sont publiés automatiquement sur vos réseaux sociaux.

Vous re-partagez vos billets jusqu’à plus soif.

Vous laissez des commentaires sur les blogs des autres.

Vous faites tout ce que vous pensez utile pour faire savoir que votre blog et votre entreprise existent.

Vous êtes consistant, vous vous montrez utile…

Pourtant, il manque quelque chose. Du trafic. Des vues. Des visiteurs. Des clients.

Garder le cap

Garder le cap

3 erreurs de création de contenu que vous commettez peut-être

1. Vous simplifiez trop

Soyez évident. Pensez à la personne qui débarque sur votre site, votre article, votre email, ou votre catalogue pour la toute première fois. Demandez-vous toujours: qui suis-je? qu’est-ce que je transmet? à qui?

Vous souhaitez que votre style d’expression soit amical et conversationnel. Mais n’oubliez pas de mettre en avant la raison évidente pour laquelle les visiteurs doivent lire ou faire quelque chose sur votre site / blog.

Avant:
« Vous l’avez demandé. Nous l’avons fait. La voici. La recette du succès. »

Après:
« Vous vous demandiez comment apprendre à votre chat à utiliser les toilettes. Voici le secret. La formule secrète, étape-par-étape qui vous permettra de ne plus jamais avoir à changer la litière. »

Je vous vois sourire… Pourtant, c’est un concept établi. Vous ne me croyez pas? Allez donc voir ici. Mais trêve de plaisanteries, l’idée est de démontrer comment être spécifique et direct, sans laisser de doute sur ce dont vous parlez.

Halte à la confusion. Soyez réel. Soyez direct.

2. Vous essayez de couvrir trop de sujets

Vous voulez expliquer à vos lecteurs une méthode étape-par-étape que vous savez fonctionner, comme, par exemple, découper un objectif global en tâches. Et, au milieu de l’article, vous mentionnez un nouveau sujet, tout à fait lié, sur comment améliorer la productivité. Même si ces deux sujets sont liés et ont tout à voir l’un avec l’autre, vous donnez trop d’informations à votre lecteur.

Un article = un sujet.

Vous n’avez pas besoin de parler de productivité et des bénéfices de découper son objectif en tâches. Choisissez des sujets précis lorsque vous abordez un thème plus large. Non seulement vous aurez plus de matière pour nourrir votre calendrier éditorial, mais vous serez plus utile à vos lecteurs.

Tout comme couvrir trop de sujets, pensez à ce que vous souhaitez que les gens fassent après avoir visité votre page. Quelle seule et unique action?

Une page catalogue vous suggère d’acheter un produit ou service.

Imaginez que chaque article de votre blog est une page de catalogue. Vous pouvez avoir toute une série de billets qui encourageront les gens à faire une seule et même chose. La question est: qu’est-ce que vous voulez? Choisissez UNE chose que vous souhaitez que les visiteurs fassent après avoir lu votre contenu.

3. Vous vous adressez à tout le monde au lieu d’une personne en particulier

C’est une erreur que j’ai commise moi-même avec mon blog personnel. Non seulement je parlais de mon style de vie, mais j’ai commencé à me prendre pour une blogueuse mode. Et je me demandais pourquoi les gens ne suivaient pas.

J’avais d’excellent commentaires sur le ton et le plaisir que les gens prenaient à le lire, mais je n’observais aucune augmentation de trafic.

Quand je me suis concentrée sur un suiet, j’ai commencé à m’adresser aux personnes spécifiquement intéressées par ce sujet.

Mes amis et mes proches, qui étaient déjà mes lecteurs fidèles, ont commencé à partager mes articles avec leur entourage, et non seulement j’ai vu mon trafic augmenter, mais la profondeur des conversations que j’ai eu suite à ça avec mes nouveaux lecteurs a apporté un éclairage bien plus intéressant et approfondi sur certains sujets.

Alors, même si vous vous dites qu’il faut plaire au plus grand nombre, il est plus pertinent de ne s’adresser qu’à une seule cible à la fois. Elle sera plus encline à revenir, partager et approfondir la relation.

C’est un peu la même chose dans « la vie réelle » si on y songe… êtes-vous amis avec tout le monde? Et voudriez-vous vraiment l’être? Ok. Alors arrêtez d’essayer. Soyez vous-même, c’est tout.

Et maintenant, quoi?

Choisissez l’une des trois erreurs ci-dessus et mettez-vous au travail.

  1. Si vous simplifiez trop: écrivez un article sur un sujet précis, pour une cible précise avec un langage clair, pour que la personne qui atterri sur votre site sache immédiatement de quoi vous parlez.
  2. Si vous essayez de couvrir trop de sujets: prenez votre sujet principal et découpez-le en mini-sujets. Ensuite, et seulement ensuite, attaquez la rédaction de votre billet. Rincez. Essorez. Recommencez.
  3. Si vous vous adressez à tout le monde au lieu d’une personne en particulier: faites l’une des actions ci-dessus et assurez-vous que vous savez exactement à qui vous vous adressez.

Vous vous demandez si vous êtes coupable de l’une des erreurs mentionnées dans cet article? Soyez courageux, copiez-collez le lien vers votre site/blog/etc. dans les commentaires ci-dessous et j’y jetterai un oeil avisé.

Bien manager pour bien progresser

Saviez-vous que pour trois personnes sur quatre, leur manager est leur principale source de stress?

Je vous entends déjà: « ces salariés, jamais contents… », mais au vu des nombreuses sources qui s’accordent sur le fait que les relations patrons/employés impactent directement la productivité, le turnover et le succès général d’une entreprise, peut-on vraiment en ignorer l’importance?

Donc, la question que l’on peut se poser est: comment puis-je être un bon dirigeant, et comment puis-je créer un environnement de travail qui permette à mes employés de s’épanouir?

Voici quelques conseils qui pourraient bien avoir un véritable impact.

Êtes-vous un bon dirigeant?

Pas besoin d’être un génie pour être un bon dirigeant. Voici trois approches qui ont fait leurs preuves et que vous pouvez mettre en application dès maintenant:

Améliorez la productivité en démarrant vos réunions avec une question: « qu’est-ce qui fonctionne? » Un salarié heureux travaille plus dur, reste plus longtemps, garde mieux son calme sous la pression et a le bien de l’entreprise à coeur.

Capitalisez sur leurs points forts – Les salariés qui ont l’opportunité de faire leurs preuves et d’utiliser leurs points forts ou les choses qu’ils aiment le plus faire sont six fois plus engagés dans leur travail et trois fois plus à même de penser que leur qualité de vie est excellente.

Valorisez les accomplissements – Nous voulons tous être valorisés et appréciés. Faire un compliment précis, délibéré et immédiat sur un accomplissement, quelque soit sa taille, peut se révéler plus motivant qu’une augmentation…

Support SystemQuelques conseils à partager avec vos employés

En tant que dirigeant, vous avez l’opportunité de créer un environnement qui facilite une expérience positive pour votre équipe.

Voici trois règles qui, elles aussi, ont fait leurs preuves, et que vos salariés peuvent mettre en application pour améliorer leurs conditions de travail. Faites-leur savoir que vous encouragez ces comportements.

Créez des petites piqûres de plaisir – des petits moments qui font sourire, qui court-circuitent le stress. Trouvez un endroit calme pour méditer, jouez votre musique préférée dans  l’iPod commun, allez faire un tour dehors, regardez une vidéo drôle sur YouTube ou passez un coup de fil à un ami. Objectif: vous rebooster le moral.

Investissez dans le relationnel – Créez de rituels de connection avec les gens que vous appréciez dans l’entreprise: une balade à l’heure du déjeuner, un café hebdomadaire, un dîner mensuel avec vos collègues de travail…

Changez de direction – Donnez-vous un objectif professionnel qui est authentique, en harmonie avec les valeurs de l’entreprise et que vous savez pouvoir atteindre. Atteindre des objectifs qui ont une véritable valeur d’authenticité nourrit votre ambition réelle, vous rends plus accomplit, plus heureux et vous donnera probablement envie de travailler plus dur. Une manière de les intégrer dans votre quotidien est de penser à toutes les choses que vous pourriez faire. Parmi celles-ci, sélectionner les choses que vous avez envie de faire. Ensuite, réduisez encore cette liste aux choses que vous avez vraiment envie de faire. Enfin, sélectionnez uniquement celles que vous avez vraiment, vraiment envie de faire. Et puis, allez-y, faites-les!

Testez ces quelques conseils et voyez comment votre équipe réagit. Et souvenez-vous qu’un bon dirigeant, ce sont des employés heureux. Et des salariés heureux, c’est un business qui tourne.

Le 16 Octobre, c’est la journée internationale des managers… Pourquoi ne pas d’ores et déjà commencer à réfléchir à comment vous allez la célébrer en mettant en place une action qui avantagera vos équipes?

Les 10 commandements de la prospection

Ça y est, vous êtes lancé : le grand bain du monde entrepreneurial ! À vous maintenant de ne pas devenir un poisson au milieu des requins. Et pour cela pas de secret : vous devez vendre ! Un e-mail, une réponse, un appel, un autre e-mail suivi d’un deuxième appel pour fixer un rendez-vous susceptible de se terminer sur une vente… Saviez-vous que la majorité des ventes aboutissent à partir de cinq contacts ? Vous comprendrez donc que le chemin de la vente est fastidieux… Surtout si votre premier contact n’aboutit pas ! 18% de votre chiffre d’affaire est perdu parce que vous ne relancez pas au bon moment. 58% seulement des propositions commerciales que vous effectuez ont une chance d’aboutir après un entretien. Ces chiffres attirent votre attention ? C’est normal ! Réagissez, et vite !

La jeune startup lyonnaise Tilkee propose de vous rafraichir la mémoire sur ce qu’est une démarche de prospection rondement menée… Voici 10 commandements issus du livre blanc qu’ils ont publié et que vous pouvez télécharger gratuitement sur leur site proposition-commerciale.fr.

Les règles d’or à suivre pour devenir ce commercial que vous avez toujours rêvé d’être.

iStock_000004792809XSmall1. Une synthèse en une page tu feras

En moyenne, seulement 12 pages/slides par document sont lus. Ne gâchez pas votre temps à ajouter toujours plus d’éléments et informations considérés comme inutiles par le prospect. Préférez utiliser ce temps à réaliser une synthèse « impactante » de votre offre !

2. Ton discours tu simplifieras

15% des prospects trouvent que les propositions sont trop techniques. Il faut garder en tête que les lecteurs de votre proposition sont nombreux et n’ont pas nécessairement les connaissances techniques pour comprendre tous les éléments.

3. De toi, tu ne parleras que très peu

Pour garantir un maximum d’efficacité, il faut parler de vous et de votre société et concentrer l’attention du lecteur sur votre réponse à ses besoins.

4. La mise en forme tu soigneras

Statistiquement, vous avez plus de chance de gagner si vous découpez votre proposition ainsi : synthèse, proposition commerciale, devis, référence, présentation de votre équipe/société.

5. Sept fois tu relanceras

Plus de la moitié des responsables commerciaux passent moins de 25% de leur temps à relancer leurs prospects. Pourtant les chiffres sont révélateurs de l’importance de la relance dans un processus commercial : 18%, c’est le CA que vous perdez en ne relançant pas suffisamment vos propositions.

6. Au téléphone, ta proposition tu présenteras

Cette technique a plusieurs avantages : vous pouvez mettre en avant les éléments importants pour votre interlocuteur et vous êtes sûr que le prospect aura tous les éléments à sa disposition pour prendre une décision.

7. Pour mieux personnaliser, tu industrialiseras

55% des prospects trouvent que les propositions commerciales sont trop peu différenciatrices. Pour avoir le temps de différencier ses propositions, il faut industrialiser pour gagner du temps sur la personnalisation.

8. Des applications d’intelligence commerciale tu utiliseras

57% des affaires traitées avimage-2ec une application d’intelligence commerciale, telles que Pipedrive, Salesforce, Tilkee sont gagnées ! J’ai récemment eu l’occasion d’utiliser l’application web de Tilkee, qui vous permet d’héberger vos propositions commerciales et par la suite de recevoir des statistiques détaillées sur la lecture de cette proposition (temps de lecture, pages lues, documents téléchargés…). Vous n’imaginez pas tout ce que l’on découvre lorsque l’on observe le comportement de son prospect, à l’autre bout de la proposition…

9. Ta proposition tu dynamiseras

L’importance est de créer une proposition qui retient l’attention et qui délivre un message de manière efficace, c’est à dire après un seul passage sur le document.

10. Tes prix tu ne baisseras pas

Parfois le prospect veut obtenir un prix inférieur à ce que vous proposez. Vous avez fixé un prix en faisant vos calculs de rentabilité et il n’y a donc pas de raison de le changer !

Je sais, je sais… En première réaction on se dit qu’on sait déjà tout ça… Maintenant, l’appliquez-vous réellement? Une bonne piqûre que rappel ne fait pas mal, n’est-ce pas? Ces conseils sont simples à mettre en place et rendront vos propositions commerciales plus attrayantes que vos concurrents et donneront à vos prospects envie de vous lire ! But atteint !

Les outils du travailleur nomade

Si l’une des raisons pour lesquelles vous vous êtes mis(e) à votre compte, est de pouvoir travailler de manière nomade depuis à peu près n’importe où, félicitations, vous êtes mon type d’entrepreneur!

Bureau avec vue

Bureau avec vue

Travailler de manière délocalisée est plus que jamais possible grâce à une myriade d’outils et d’applications qui vous permettent d’accéder à votre business depuis le cloud et de passer complètement en virtuel. Et si vos amis vous en veulent de parcourir le monde ou ne vous croient pas quand vous dites que vous bossez, tant pis pour eux…

Plaisanterie mise à part, travailler avec des gens dans et depuis différents pays, différents fuseaux horaires, sans passer beaucoup de temps en face à face, présente toute une nouvelle série de challenges.

Donc même si je vous parle d’une myriade d’outils, ce qui compte vraiment c’est la manière dont vous vous organisez et dont vous les utilisez. Ce qui fonctionne pour quelqu’un d’autre n’est pas forcément ce qui fonctionnera pour vous. Testez-les, et trouvez votre propre système.

Quelques outils pour faciliter votre organisation de travailleur nomade

Avoir Accès à ses Emails Offline

Si vous vous demandez comment avoir accès à toute votre correspondance, offline, lorsque vous voyagez, intéressez-vous à Gmail Offline. Il va parfois vous arriver d’être en déplacement ou tout simplement quelque part où vous n’avez pas d’accès WiFi (ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose pour déconnecter un peu parfois… Mais bon, moi, ce que j’en dis…)

Bref, ce petit outil gratuit vous permet de lire et de répondre à vos emails offline, depuis n’importe où, d’avoir accès à toutes les informations dont vous avez besoin, y compris les pièces jointes. Lorsque vous vous connecterez à nouveau, tous les emails en attente dans votre boite d’envoi partiront d’un seul coup, et cadeau bonus, ceci ne pompera pas toute votre connection internet.

Ne jamais oublier ses identifiants

Si vous êtes comme la plupart des gens que je connais, vous avez une combinaison identifiant/mot de passe unique pour l’ensemble des sites dont l’accès nécessite de s’identifier. Ce n’est que lorsque votre ordinateur est piraté ou que quelque chose vous est dérobé que vous vous rendez compte de combien il est important de vous protéger à ce niveau là.

Entre LastPass, un outil qui mémorise pour vous tous vos mots de passe afin que vous puissiez rester concentré sur l’essentiel. Vous n’aurez plus besoin de vous souvenir que d’un seul mot de passe… À chaque fois que vous connecterez sur un nouveau site ou une nouvelle application, LastPass vous demandera si vous souhaitez qu’il mémorise votre mot-de-passe, cliquez juste sur « oui », enregistrez-le dans une catégorie, et voilà…

Vous pouvez aussi le paramétrer pour remplir automatiquement les sites que vous consultez le plus souvent, clique dessus aussi souvent que vous le souhaitez pour visualiser votre mot-de-passe, et même ajouter des notes. Enfin, vous pouvez partager certains identifiants avec les membres de votre équipe qui en ont besoin. Parfois, lorsque l’on voyage, on est obligé d’utiliser un ordinateur différent du notre, pas de souci, s’identifier sur le site LastPass vous permet d’accéder à tous les sites que vous utilisez régulièrement: votre compte WordPress, votre DropBox,…

Faciliter ses notes de frais

Il arrive un point où collecter tous les reçus de taxis, les billets de train, les notes des frais engendrés pour votre entreprise a juste besoin d’être simplifié au delà de l’enveloppe et du fichier Excel. Pour ceux d’entre vous qui maitrisent au moins un tout petit peu l’anglais, il y a Expensify. Une appli téléchargeable sur iOS, Android et GooglePlay qui peut faire toute la différence. Il vous suffit ensuite de prendre en photo vos reçus, les télécharger dans leur système, les ranger dans une catégorie, et les mettre à la poubelle (ne dites pas à mon comptable que je vous ai dit ça). Des frais kilométriques? Entrez simplement les points de départ et d’arrivée, les distances se calculeront automatiquement. Vous pouvez aussi y enregistrer votre temps passé, créer des rapports et sauvegarder tout cela pour que la prochaine fois que vous partez pour un voyage similaire vous puissiez budgéter plus précisément en amont.

Il existe aujourd’hui mille et une façons de nomadiser votre quotidien. Il faut juste vous assurer que vous utiliser les outils et les applications qui correspondent à vos besoins.

Quels outils avez-vous utilisé et lesquels recommandez-vous?