Email Marketing: comment rédiger des newsletters qui captent l’attention de vos prospects ?

Si les entreprises considèrent les newsletters comme des outils marketing stratégiques, les prospects, eux, les perçoivent comme des courriers indésirables. Il faut dire que ces derniers reçoivent déjà une pléthore de messages (en moyenne 121 messages par jour selon une récente étude américaine). Il ne faut donc pas vous étonner si vos emails commerciaux restent sans réponse… Alors que les prospects manifestent de moins en moins d’intérêts pour les Newsletters, il existe — fort heureusement — des astuces efficaces pour capter leur attention. Je suis le fondateur de Sortlist France, et je vais tenter de vous exposer celles qui auront un impact positif sur vos campagnes emailing.

Bien choisir l’objet de votre message

Tout le monde sait que la clé d’une newsletter efficace est un contenu pertinent, c’est-à-dire un contenu à forte valeur ajoutée pour vos prospects. Mais ce que de nombreux marketeurs ignorent, c’est que le succès d’une newsletter passe d’abord par l’objet du message.

Mettez-vous à la place de vos prospects. Imaginez que vous recevez un message d’un inconnu et qu’en plus, l’objet du message ne vous dise rien. Allez-vous ouvrir le courrier ? Bien sûr que non.

Alors si vous avez pris l’habitude de peaufiner votre contenu et de négliger l’objet de votre message en le rédigeant à la dernière minute, il va falloir changer de tactique : l’objet de votre message doit être bien pensé pour éveiller la curiosité de vos prospects et les inciter à ouvrir l’email.

Autrement dit, si l’objet du message est attrayant, vos prospects ouvriront votre email marketing. S’il ne l’est pas, ils le mettront dans la corbeille. Et au bout du compte, lorsque vos prospects seront las de ces messages qu’ils jugent sans intérêt, ils finiront par se désabonner de vos newsletters.

Ne sous-exploitez pas le pre-header

Succédant l’objet du message, le pre-header est l’avant-première de votre newsletter. Il correspond à la première phrase du corps du texte et la raison pour laquelle vous devez également le soigner est très simple : il booste le taux d’ouverture de vos newsletters.

De plus, le pre-header est visible sur tous les terminaux — ordinateurs, tablettes et smartphones — et comme les prospects consultent de plus en plus leur boîte de réception sur leur smartphone, il va de soi que vous devez y accorder la plus grande attention.

Pour une visibilité optimale sur tous les terminaux, le pre-header idéal comprend 30 à 45 caractères. Notre conseil : lancez un « split testing » ou A/B test pour vous assurer que le pre-header s’affiche comme il faut.

Personnalisez vos Newsletters

En lisant votre message, votre prospect doit être convaincu que la Newsletter s’adresse à lui personnellement. Cela signifie que :

  • Vous devez appeler le prospect par son prénom.
  • Vous devez l’interpeller en répondant à une question qu’il se pose.

Pour ce faire, vous allez devoir effectuer quelques recherches sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche. Rassurez-vous, il ne s’agit pas de vous transformer en détective privé et de traquer les moindres faits et gestes de votre prospect. Vous devez tout simplement vous assurer de connaître le profil de vos destinataires ainsi que leurs besoins.

Autre point très important : Tous vos prospects ne seront pas forcément intéressés par une même offre, c’est la raison pour laquelle il est recommandé de segmenter votre liste emailing en groupes de prospects selon des critères spécifiques (centres d’intérêts, localisation géographique, décalage horaire,…)

L’objectif de la segmentation d’une liste emailing est donc d’envoyer à chaque fois une newsletter à même d’intéresser un groupe de prospects et par conséquent augmenter votre taux de conversion.

Rédigez vos Newsletters de manière claire et concise

La plupart des marketeurs pensent attirer l’attention de leur audience en rédigeant de longues Newsletters. Or, c’est le meilleur moyen de les désintéresser. Dites-vous bien que ces derniers ne recherchent pas des informations. Tout ce qu’ils veulent, c’est une solution à leur problème.

Par ailleurs, votre message doit être court, car la capacité d’attention d’un adulte n’est que de 8 secondes. Attention, faire court ne signifie pas donner des informations incomplètes. Alors pensez à bien situer le contexte pour aider vos prospects à visualiser votre offre.

La Newsletter idéale fait 5 à 6 phrases, mais si vous pouvez faire plus court, c’est encore mieux. Pensez également à utiliser un langage facile à comprendre (le jargon commercial est à proscrire).

Oubliez les formalités

Ne tentez pas d’impressionner vos prospects avec des formules de politesse. De nos jours, ces derniers apprécient que l’on s’adresse à eux sur un ton informel. En suivant ce simple conseil, non seulement vous donnerez à vos prospects l’envie de lire votre Newsletter, mais en plus, vous augmenterez vos chances d’obtenir un rendez-vous professionnel.

Posez toujours une question

Étant donné que l’objectif de votre campagne emailing est d’inciter vos prospects à réaliser une action (se rendre sur votre site web, faire un achat, etc.), n’oubliez pas d’inclure un appel à l’action ou de poser une question à la fin de vos messages. Mine de rien, une simple question facilite grandement l’engagement de vos prospects.

En conclusion, la Newsletter est un outil de communication incontournable, cependant, en plus de proposer quelque chose d’utile de manière soignée, ne monopolisez pas la parole. Pensez à créer et à cultiver une véritable relation d’échange avec vos abonnés.

Nicolas Finet

Nicolas Finet

Fondateur, Sortlist France

Nicolas Finet est fondateur de Sortlist France, une plateforme en ligne qui permet aux entreprises de trouver les agences de marketing digital qui répondent au mieux à leurs besoins.

Suivez-le sur Twitter: @nifinet

Zalando : un commerce en ligne au succès et au marketing inébranlables

Zalando, vous connaissez ? Sérieusement, qui n’en a jamais entendu parlé ! Que ce soit à travers les publicités diffusées à la télé, en spots à la radio ou affichées sur internet, il est difficile d’échapper au nom de ce magasin de vêtements en ligne et à son marketing bien rodé. Entreprise allemande de e-commerce (l’autre nom du commerce électronique qui permet de faire ses achats sur le web), Zalando est spécialisée dans la vente de vêtements et de chaussures, et plus particulièrement la mode femmes. Créée en 2008 à Berlin, cette société a connu une croissance impressionnante en seulement quelques années, et a vu ses bénéfices et son chiffre d’affaire atteindre des sommets. Véritable start-up -c’est-à-dire une entreprise à forte croissance rapide- Zalando est aujourd’hui présente dans pas moins de quatorze pays à travers toute l’Europe. Et ses principaux concurrents ont du soucis à se faire ! La vente de produits et d’accessoires de mode en ligne est en effet loin de se tarir et Zalando n’est pas prête de s’arrêter. Forte de sa stratégie marketing des plus efficaces, la société devrait encore se développer dans les années à venir.

Pour bien comprendre pourquoi Zalando connaît un tel succès et découvrir quels sont les atouts marketing qui la rendent si redoutable, le site internet Ecoreuil.fr a réalisé une infographie sur le sujet. Présentée ci-dessous, cette infographie complète nous montre les principaux faits relatifs au développement de Zalando, tout comme les chiffres clefs de cette entreprise. C’est ainsi que nous pouvons en apprendre davantage sur la stratégie marketing qu’elle utilise : celle-ci est régionale et s’adapte aux spécificités des différents pays dans lesquels la boutique en ligne s’est implantée. Comment ? En investissant les voies publicitaires propres à chaque pays, par exemple, ou encore en adaptant les prix au marché local. Il s’agit là d’une véritable et ingénieuse adaptation aux habitudes de chaque consommateurs qui se sentent alors directement touchés et plus proches de ce commerce en ligne ; du « cas par cas » qui est très efficace.

Toutefois, le trait commun conservé par Zalando quel que soit le pays dans lequel la société se trouve est l’incontournable promesse des échanges et retours gratuits. C’est d’ailleurs une des grandes forces de la stratégie marketing de cette entreprise : un service clients souple et avantageux. Comme nous le détaille l’infographie, cette politique clientèle est cependant à double tranchant puisque d’un côté les avantages proposés attirent les clients, mais de l’autre la société perd de l’argent à cause de la gratuité qu’elle offre. En réalité, le système est bien rodé et contribue fortement à la croissance de l’entreprise, mais il n’était pas sans risques durant les premières années de lancement de la marque, puisque, en effet, Zalando peinait à dégager des bénéfices. Aujourd’hui, ce système a fait ses preuves et il a permis à l’entreprise d’atteindre un chiffre d’affaire vertigineux de trois milliards d’euros en seulement sept années, comme nous le rappelle l’infographie.

[Infographie] La croissance fulgurante de Zalando

Made by: Ecoreuil

Bastien Hudelot

Bastien Hudelot

Manager France, Potential Asia / Ecoreuil.fr

Freelance SEO, Web, Gestion de risques, cet ingénieur possède un large panel de compétences en réseaux et systèmes d’information au travers d’expériences au services de PME, de grands groupes du CAC40 et des services diplomatiques français à la sécurité exigeante. Il propose ses service sur son site BornToBeOnline.fr

Pourquoi faire une étude de mots-clés pour mon site web ?

Faire un site internet n’est pas de tout repos, mais il ne s’agit de la face cachée de l’iceberg. En effet, une fois votre site en ligne, il est indispensable de penser au marketing web qui le fera connaître. Il y a de cela quelques années, faire connaitre son site sur Google était assez facile car le moteur n’était pas si évolué. Il fallait beaucoup de travail et pas mal d’intuition (et surtout des liens…). Aujourd’hui, l’algorithme RankBrain donne du fil à retordre aux webmasters et sans une bonne stratégie établie, vous aurez du mal à vous afficher sur la première page. Voici quelques conseils pour bien démarrer…

L’étude de mots-clés est une étape capitale!

Nombreux sont les webmasters qui se lancent dans une stratégie de référencement web sans même avoir étudié, au préalable, les expressions les plus efficaces de leur secteur d’activité. Vous l’ignorez peut-être, mais chaque expression tapée sur Google est sujette à un nombre de requêtes précises et identifiables par le moteur de recherche. Il est ainsi très important de cibler son expression afin de pouvoir la travailler dans son contenu. La stratégie de mots clés permet de définir une ou plusieurs expressions par page du site.

L’étude mots clés permettra plusieurs choses

  1. De travailler son contenu en ciblant les bonnes expressions: En connaissant exactement quelle expression il faut travailler pour chaque page du site, on devient plus efficace et il est alors plus facile de rédiger le contenu, de choisir l’angle d’approche et surtout d’optimiser son article en fonction du résultat désiré.
  2. De travailler son netlinking de façon efficace: Le netlinking est l’activité longue du référenceur. Si vous savez exactement quels sont les mots-clés que vous souhaitez travailler, il sera plus simple d’obtenir des backlinks, de trouver des partenaires et surtout vous ne perdrez pas votre temps en travaillant une expression qui génère peu de requêtes.
  3. D’aller à l’essentiel: Cela peut sembler évident, mais une étude de mots-clés bien faites vous fera avancer vite et bien. En définissant votre objectif clairement, vous aurez plus de chances de l’atteindre rapidement.

Évaluer la concurrence

Il est aussi très important d’évaluer la concurrence d’une expression. Si certaines requêtes sont très concurrentielles (ex: thématique assurance), d’autres sont beaucoup plus faciles car personne ne cherche à se placer dessus alors que l’expression est tapée mensuellement par les internautes. Ce type de mots-clés est intéressant car il peut vous procurer du trafic facilement. Il peut parfois s’agir d’une expression ou d’un pluriel.

Combien coûte une étude de mots-clés ?

C’est une question difficile car chaque spécialiste en référencement naturel vous proposera des prix différents en fonction de son ancienneté et du type de structure qui héberge son activité. Par exemple, il est certain qu’une agence web demandera davantage qu’un prestataire freelance. Les frais ne sont pas les même et le freelance peut se permettre de réduire ses coûts car il n’a, très souvent, pas d’employés. À vous de trouver le partenaire qui convient le mieux à votre entreprise, votre secteur d’activité et vos ambitions.

Arnaud A.

Arnaud A.

Tombé dans l’univers du web dynamique, (chargé de visibilité web depuis 2014 jusqu’à ce jour) je suis aujourd’hui un appui pour les internautes que ce soit particulier ou entreprises, désirant en savoir plus sur les rudiments du marketing d’entreprise à l ‘ère 2.0 mais également sur d’autres sujets intriguant du e-marketing. Éditeur de busimob.fr, je continue à prendre élan dans le Webmarketing afin d’étendre ma plume à l’encontre des tendances que connaissent les entreprises d’aujourd’hui, notamment les stratégies online et offline.

« Qu’est ce que je vais bien pouvoir raconter? » – 5 jours pour vous mettre à jour: les RP – Jour 3

Voici le troisième d’une série d’articles relatifs à la formation 5 jours pour vous mettre à jour: les R.P. Cliquez ici pour le jour 1 et le jour 2.

5 jours pour vous mettre à jour: les R.P. | Jour 2 | Que raconter, à qui?

Durée recommandée: 45 minutes

Le jour 3, c’est de loin ce celui qui me plaît le plus ! L’idée : se raconter. Mais avant, Audrey conseille un petit retour au jour 1. Relire le petit bilan de Copromatic avec quelques jours de recul : un regal, puisque j’ai déjà fait 80% du travail de “mais qu’est ce que je vais bien pouvoir raconter” : ouf ! L’essentiel : pitcher, et ne pas baratiner à l’ancienne. Bonne idée, ça colle plus à l’état d’esprit de notre boîte.

Après un temps de réflexion je décide de me lancer dans 6 articles :

  • un pitch général : le problème des charges de copropriété, la solution pour les alléger & Copromatic aujourd’hui
  • un picth pédagogique : c’est quoi la copropriété ? pourquoi ça coûte cher ? quelles sont les alternatives (devinez quoi ? Copromatic !)
  • un pitch actu : synthèse sur le parcours de Copromatic, notre subvension ADEME, nos premiers retours clients & le prochain lancement de Copromatic Pro
  • un pitch sur la loi ALUR
  • un pitch sur les tracas et les solutions autour de la vie en copropriété

Comme d’habitude, Audrey est pleine de bons conseils et de ressources et je boucle mes exercices en 40min.

Qu’en est-il de VOTRE histoire? Partagez ce que vous avez appris le jour 3 dans les commentaires ci-dessous!

Quitte ou double! Je vois arriver le Jour 4…

Si vous voulez rejoindre Clémence dans le challenge, ce n’est pas trop tard. Cliquez ici pour en savoir plus!

Clémence Guilluy

Clémence Guilluy

Webmarketing et jolis projets design

Bac en poche, Clémence se lance dans les métiers du web pour ne pas faire comme les autres. S’en suit un MBA à l’étranger, une L1 de droit, puis elle intègre l’IAE de Lyon 3 en marketing stratégique. Elle en profite pour faire une année sabbatique de stages en agence de comm’ à Sydney puis Lyon. Avec son M2, elle gagne un poste de chef de projet dans l’industrie qu’ elle quitte presque 3 ans plus tard pour se lancer dans l’aventure Copromatic, une solution connectée pour gérer les copropriété.

« À la chasse aux journalistes » – 5 jours pour vous mettre à jour: les RP – Jour 2

Voici le second d’une série d’articles relatifs à la formation 5 jours pour vous mettre à jour: les R.P. Pour savoir comment s’était passé la première journée de Clémence, c’est par ici!

5 jours pour vous mettre à jour: les R.P. | Jour 2 | Visualiser son univers de référence

Durée recommandée: 1 heure

Aujourd’hui, mon travail, c’est de constituer ma liste RP cible. Autant être claire, ce devoir là est, de loin, celui qui me fait le plus peur: où commencer? Où m’arrêter?

Blogs et grands médias

Je décide de travailler sur 2 axes: les blogs et les “grands médias”.

Seulement je me rends rapidement compte que dans le domaine de l’immobilier, peu de blogs sont issus d’influenceurs “objectifs”, mais souvent des blogs de prestataires, voire de concurrents.

Du côté des journaux, les noms tombent plus facilement, mais trouver un contact e-mail est ici complexe. Je crée donc mon listing-tableau comme prévu avec mes contacts complets (email + adresse + tel) et mon listing “twittos”. Utiliser plusieurs moteurs de recherche est plutôt malin, et je grossis ma liste rapidement. Pour finir, j’en profite pour récupérer les contacts de journalistes de mes co-workers de BoostInLyon et prend soins de noter ceux que je peux contacter “de la part de” histoire de mettre toutes les chances de mon côté au moment d’envoyer mes communiqués.

Au bout du compte…

Au bout du compte: 80 liens et 64 nouveaux comptes Twitter likés. Temps de total de l’opération: 4h et 2 cafés…

Avez vous trouvé quelques joyaux pendant cette phase de recherche? Ou est-ce que l’exercice s’est contenté de répondre à vos attentes? Racontez-nous dans les commentaires.

Il est toujours temps de vous inscrire à la formation, pour ce faire, c’est par ici: 5 jours pour vous mettre à jour: les R.P.!

Me voilà prête pour la suite!

Clémence Guilluy

Clémence Guilluy

Webmarketing et jolis projets design

Bac en poche, Clémence se lance dans les métiers du web pour ne pas faire comme les autres. S’en suit un MBA à l’étranger, une L1 de droit, puis elle intègre l’IAE de Lyon 3 en marketing stratégique. Elle en profite pour faire une année sabbatique de stages en agence de comm’ à Sydney puis Lyon. Avec son M2, elle gagne un poste de chef de projet dans l’industrie qu’ elle quitte presque 3 ans plus tard pour se lancer dans l’aventure Copromatic, une solution connectée pour gérer les copropriété.