Sélectionner une page

Canva : l’outil parfait pour créer ses visuels

Pour animer vos réseaux sociaux, rien de mieux que le visuel ! Une belle image rendra votre discours plus impactant et plus visible dans les fils d’actualité. Que ce soit pour annoncer une nouvelle offre, une promotion, un événement ou tout simplement poster une citation qui vous inspire, utilisez un visuel reprenant vos couleurs et/ou votre logo est primordial pour garder une certaine cohérence en terme d‘identité graphique. Et pour cela, il n’est pas nécessaire d’être un professionnel sur Photoshop. De nombreux outils gratuits et faciles d’utilisation sont désormais disponibles, et c’est justement le cas de Canva qui fait partie de notre liste des indispensables !

  1. Utiliser Canva pour votre entreprise

Un des premiers avantages de Canva est qu’il est disponible en ligne : aucune installation n’est nécessaire. Rendez-vous sur Canva et préférez l’option d’inscription via une adresse e-mail (toujours plus sécurisé que de lier à un réseau social). Une fois sur votre page d’accueil, vous pouvez démarrer en cliquant sur le bouton vert en haut à gauche « Créer un design ».

La force de Canva réside dans sa bibliothèque de template (=modèle) qu’il met à disposition et qui est régulièrement mise à jour. Vous trouverez sur la première ligne les designs les plus populaires et les plus utilisés par les utilisateurs, puis sur la ligne du dessous, l’ensemble des templates disponibles par thème (« Réseaux sociaux », « Documents », « Blog et ebook », « Supports marketing », « Événements », « Bannières e-mail et réseaux sociaux », « Annonces publicitaires »). Cela vous évite de vous poser la question des dimensions, ce qui est un détail qui prend toute son importance sur les réseaux par exemple où Facebook impose une taille standard pour les visuels afin d’avoir une meilleure visibilité dans le fil d’actualité (Coucou l’Edge Rank !).

Pour débuter, vous pouvez ainsi partir d’un template existant et le personnaliser en ajoutant une image, un logo, en modifiant les couleurs, le texte, etc. Ou bien décider, de créer votre propre design ! C’est ce que nous allons voir ensemble dès maintenant.

2. Créer son premier visuel sur Canva

Pour tester l’outil, nous allons commencer par cliquer sur le format qui nous intéresse à savoir la Couverture Facebook disponible dans la rubrique « Bannières et Réseaux sociaux ». Comme précédemment expliqué, vous accédez ainsi à un panel de template gratuits, les autres templates vous couteront $0,99/pièce..

Pour créer votre design de base, utilisez les outils présents en colonne à gauche de votre écran.

La prise en main est assez intuitive, tout fonctionne avec un système de « drag and drop ». Il vous suffit de faire « glisser » les différents éléments dont vous avez besoin sur votre design. Passons en revue ceux dont vous disposez :

  • Éléments : photos, icônes, grilles, cadres, illustrations, formes, graphiques dont vous pouvez changer la couleur, la taille et l’inclinaison.
  • Textes : un grand nombre de polices, manuscrites, bâtons, avec ou sans fond…
  • Fonds : des couleurs de fond unis ou à motifs avec lesquels vous pouvez jouer sur la transparence pour faire plus ou moins ressortir vos éléments.
  • Images : vous pouvez également importer vos propres éléments comme votre logo par exemple !

Voici le résultat pour notre visuel !

 

3. Sauvegarder, partager et exporter

Une fois votre design terminé, vous disposez de plusieurs options :

  • le télécharger sur votre ordinateur au format .png en cliquant sur le bouton « Télécharger » en haut à droite
  • le partager directement sur vos comptes de réseaux sociaux ou avec un membre de votre équipe

Vous pouvez travailler en équipe et partager des modèles de visuel entre vous gratuitement jusqu’à 10 personnes, vous avez, pour les plus grosses équipes, la possibilité d’opter pour une version premium à 9,95 USD par mois (paiement annuel). Vous bénéficiez dans tous les cas d’une période d’essai de 30 jours avant de vous engager.

Afin de réutiliser un design déjà créé ou partagé par un membre de votre équipe, il vous suffit de cliquer dans la colonne de gauche sur « Tous vos design » ou « Partagés avec vous ». Ainsi une fois que vous aurez réalisés vos différents templates, il vous suffira pour les prochaines fois de les compléter ou de modifier le texte ! Gain de temps assuré !

Alors tenté(s) par Canva ? N’hésitez pas à nous envoyer vos questions et à partager vos visuels avec nous !

Outils réseaux sociaux: la liste des indispensables!

Outils réseaux sociaux: la liste des indispensables!

Retrouvez la liste des outils que nous utilisons au quotidien chez RDE Marketing pour gérer les réseaux sociaux de nos clients comme les nôtres. Animer une communauté d’abonnés demande du temps et de l’organisation et, heureusement, il existe une palette d’outils réseaux sociaux permettant de nous simplifier la tâche. Comme nous avons eu l’occasion d’en tester plusieurs, nous souhaitons aujourd’hui partager avec vous ceux qui ont retenu notre attention. Tous ces outils sont gratuits – ou du moins la version freemium est largement suffisante pour débuter.

Veille & e-reputation

Le travail de veille est primordial pour :

  • suivre les tendances sur son marché
  • trouver du contenu à re-partager
  • surveiller les actions de ses concurrents
  • écouter les conversations de ses clients
  • mesurer sa e-reputation
  • etc, etc.

Notre préféré est Feedly, un agrégateur de flux RSS qui vous permet de renseigner tous les médias qui vous intéressent pour pouvoir les suivre sur le même fil. Plus besoin d’ouvrir tous les matins plusieurs pages d’information, le tout s’affiche sur une seule interface.

outils réseaux sociaux: Feedly
Twitter est également un outil de veille très puissant. Prisé par les journalistes, c’est une véritable source d’information en temps réel. Pour organiser votre veille, il vous suffit de créer vos propres listes ou de récupérer celles déjà créées.
Pour suivre ce qu’il se dit sur vous, votre marque et vos services, vous pouvez choisir de mettre en place des alertes par e-mail via Google Alert ou, pour aller plus loin, utiliser Mention. Celui-ci est payant mais propose une période d’essai.

Gestion et programmation

La création d’un calendrier éditorial est essentiel pour avoir une vision à long terme de ce que vous allez publier sur les prochains mois.  Un simple tableau sous Excel peut tout à fait convenir mais nous lui préférons sa version plus moderne : Trello !

Pour gagner du temps et éviter de devoir rester collé devant votre écran, planifier ses publications à l’avance est primordial. Si vous nous suivez depuis un moment, vous devriez savoir que pour la programmation notre outil favori est évidemment Hootsuite. Connectez et accédez à tous vos réseaux sociaux sur la même plateforme, ou du moins jusqu’à trois pour la version gratuite. Des outils plus spécifiques par réseau social existe tels que Buffer pour Twitter ou Gramblr pour Instagram.

Création de contenu  

Nul besoin d’être graphiste pour illustrer vos posts de visuels en accord avec votre charte graphique. Sans pour autant remplacer Photoshop, l’outil en ligne Canva vous met à disposition une série de template à personnaliser et adaptés aux formats des réseaux sociaux. De plus, il est gratuit et facile à prendre en main.
Dans le même esprit, Piktochart vous permet de créer facilement vos propres infographies.
Pour trouver des images libres de droit, de nombreuses banques d’image sont à votre disposition. Quelques-unes de nos préférées : Stocksnap.io, Unsplash, Pexels
Pour trouver des gifs animés, la référence est Giphy ! Vous pouvez d’ailleurs y créer vos propres gifs.

Suivi et statistiques

L’outil de base que vous avez obligatoirement installé sur votre site est Google Analytics. Il ne vous reste plus qu’à surveiller régulièrement l’onglet Acquisition pour voir d’où viennent vos visiteurs. En complément, créez et trackez les liens de vos campagnes via l’outil Campaign URL builder.

Pour raccourcir une URL un peu trop longue pour Twitter, il existe des outils très simples comme bitly et Google Shortener. Vous pouvez ensuite connaître le nombre de clic sur ces liens.

À votre tour, partagez nous les outils que vous avez testés et qui vous ont convaincus !

Relations-presse digitales : Twitter comme levier ?

La gestion des relations-presse n’est pas une tâche aisée, elle demande un suivi régulier et une réactivité à toute épreuve pour réussir à donner la bonne information, à la bonne personne et au bon moment ! Mais avant même cette étape, encore faut-il parvenir à entrer en contact et nouer des liens avec des journalistes. Ces derniers sont sur-sollicités de demandes et travaillent toujours dans l’urgence, deux facteurs qui font d’eux des personnes très difficiles à atteindre.

Twitter n’est pas la solution miracle qui fera de vous la tête d’affiche de Têtu – la rédaction d’un dossier de presse clair et bien présenté ainsi que des communiqués de presse sur des informations pertinentes sont des indispensables – mais est un moyen non-négligeable d’entrer en relation de manière plus subtile qu’avec un e-mail et surtout de garder contact sur le long terme. Suivez le guide !

 

I. Twitter, l’outil des journalistes ? 

Pour comprendre en quoi Twitter a autant d’intérêt pour les journalistes, intéressons-nous d’abord à leur présence sur cet outil. Que recherchent-ils dessus ? Pourquoi y passent-ils autant de temps ? En effet, outre le profil Twitter des différents médias qui vous intéressent, vous y trouverez également les profils professionnels des journalistes que vous cherchez à atteindre.

La première utilisation pour eux est évidemment de collecter des données. Twitter est, pour eux, un moyen efficace de trouver des sources, en captant les conversations autour d’une information et / ou en tapant des mots-clés dans la barre de recherche.

Toujours à l’affût des dernières nouvelles et d’un futur scoop, Twitter, et les réseaux sociaux d’une manière générale, a modifié la temporalité de l’information et permet à celle-ci de se diffuser beaucoup plus rapidement. Les journalistes sont donc réceptifs à toute information qui ne serait pas encore sortie dans les médias traditionnels.

Enfin, Twitter permet à chacun d’entre eux de se valoriser dans le métier en sortant de l’ombre du média duquel ils dépendent. Ils existent en tant que personnalité à part entière, et c’est une particularité importante à prendre en compte, surtout quand on sait à quel point il peut-être important de les connaitre et de les comprendre pour retenir leur attention !

II. Utiliser Twitter pour ses relations-presse

Le temps que les journalistes consacrent à Twitter est donc plus ou moins important selon chacun mais cela reste une opportunité à ne pas laisser de côté pour votre entreprise ! Voici en quelques étapes comment démarrer votre stratégie de RP digitales :

1. Identifiez

C’est le moment de faire une liste exhaustive de toutes les personnes pouvant vous intéresser ! Si ce sont des journalistes que vous avez déjà repérés, vous pouvez généralement trouver leur compte Twitter dans leur signature d’email ou encore à la fin des articles qu’ils ont écrit.

Dans le cas où vous partez de rien, utilisez la recherche avancée de Twitter pour trouver des journalistes de votre domaine d’activité en tapant par exemple « journaliste secteur énergie ». Tous les comptes ayant renseigné ces informations dans leur biographie apparaitront. Pensez également à faire le tour des listes crées par des influenceurs de votre secteur ou même vos concurrents !

2. Segmentez

Créez à votre tour vos propres listes presse sur Twitter ! Si vous ne connaissez pas encore cette fonctionnalité, prenez le temps de comprendre à quoi servent les listes.

Il ne reste donc plus qu’à suivre ou à simplement ajouter dans des listes les journalistes que vous aurez choisis en les classant par thème, secteur ou n’importe quelle caractéristique que vous jugerez utile. Concernant le choix de paramètre de confidentialité, à vous de décider selon votre stratégie. Inclure votre liste presse dans une liste privée vous permet de ne pas mâcher le travail à vos concurrents ou à tout autre visiteur de votre profil. À l’inverse, l’inclure dans une liste publique permet de notifier chaque personne y étant ajoutée : une moyen de se faire remarquer ? Dans ce cas, veillez à ajouter un nom et une description soignée de votre liste.

3. Mentionnez

C’est maintenant que tout se joue ! Le fait de créer des listes vous permet d’accéder plus facilement aux tweets des journalistes et tout l’enjeu est désormais de tenter une première approche. Selon vos objectifs, vous pouvez donc décider, une à plusieurs fois par semaine, de :

  • les citer en partageant un de leur article
  • re-partager leurs tweets
  • leur poser des questions / répondre à leur question
  • leur relayer des informations intéressantes

Bref, tentez d’instaurer un dialogue ou du moins de commencer à vous faire repérer, tout en tâchant de ne pas vous montrer envahissant.

4. Live tweetez !

Parce qu’il est toujours mieux de se rencontrer en vrai, n’oubliez pas de travailler vos relations-presse lorsque vous participez à des événements (conférences, salons…). Surveillez le hashtag de l’événement en question et suivez les conversations qui s’y déroulent. Au préalable, vous aurez éventuellement repéré les journalistes et influenceurs que vous aimeriez y rencontrer pour pouvoir réagir en live à leurs questions et commentaires. Si un échange sur Twitter s’avère intéressant, vous pouvez alors sauter sur l’occasion et proposer de terminer la conversation autour d’un café à la sortie de la conférence !

À vous de jouer ! Notre dernier conseil pour la route : soyez patient et attentif ! La gestion des relations-presse fait partie des tâches les plus délicates de la communication mais les conséquences peuvent s’avérer très profitables pour votre entreprise. Fixez-vous des objectifs réalisables et surtout ne vous découragez pas.

N’hésitez pas à nous faire part de vos retours d’expérience et / ou de vos difficultés en commentaire !

La fonction « Liste Twitter », un indispensable!

N’avez-vous jamais remarqué à quel point le fil d’actualité Twitter est illisible ? Pour être sûr de ne rien rater, il vous faudrait rester coller devant votre écran où un nouveau tweet apparaît toutes les deux secondes. De quoi prendre peur ! Heureusement il y a les listes Twitter!

Twitter est l’un des réseaux sociaux offrant le plus de fonctionnalités, et comme souvent dans ces cas là, ce n’est pas le plus facile à aborder. Parmi ses nombreuses possibilités, la fonction de « Liste » est souvent laissée de côté alors même qu’elle fait justement partie des indispensables à utiliser pour optimiser votre interface et par la suite votre veille. On vous explique comment enfin vous simplifier la vie !

1. Créer une liste Twitter

Pour démarrer, rendez-vous sur votre profil Twitter où vous retrouvez vos différents onglets « Tweets », « Abonnés », « Abonnements », « J’aime » et enfin « Listes ». Sur la colonne de droite, vous pouvez également cliquer directement sur « Créer une liste ». Deux choix s’offrent alors à vous :

  • créer une liste « privée » : comme son nom l’indique, vous seul aurez accès à ces informations. Vous pouvez donc l’intituler comme bon vous semble. Les personnes que vous y ajouterez ne seront pas informées et sur votre profil, aucune trace de cette liste n’apparaîtra.
  • créer une liste « publique » : à l’inverse, toute personne ajoutée dans cette liste recevra une notification telle que « Alexandre vient de vous ajouter à sa liste « Influenceurs Média à suivre » selon le nom que vous aurez donné à votre liste. Celle-ci sera également visible sur votre profil, dans l’onglet Liste, et n’importe qui pourra accéder à son contenu et l’ajouter à son propre profil.

Les seules contraintes définies par Twitter sont que vous pouvez créer 1 000 listes par compte et y ajouter 5 000 profils maximum. Vous avez donc largement de quoi faire…

Enfin, sachez que vous ne pouvez pas démarrer le nom de votre liste Twitter par un chiffre. Pour le reste, vous pouvez laisser libre cours à votre imagination !

2. Comment utiliser une liste Twitter ?

 

Les utilisations possibles des listes Twitter sont infinies et dépendent avant tout de votre utilisation de l’outil. Selon vos besoins, vous pouvez donc :

  • faire de la veille en lisant les médias et blogs qui vous intéressent. Pourquoi ne pas ajouter également les influenceurs du domaine concerné ?
  • lister vos meilleurs clients, soit pour les mettre en avant et les fédérer dans une liste publique, soit pour mieux les suivre et leur proposer des offres privilégiées dans une liste privée.
  • mettre en avant vos partenaires et les acteurs publics avec lesquels vous travaillez. L’objectif de cette liste peut être de partager régulièrement du contenu de ces personnes – la politesse vous sera rendue par la suite quand vous aurez une nouvelle importante à diffuser.
  • créer une base de journalistes et d’influenceurs que vous aimeriez toucher. Twitter est l’outil parfait pour établir des contacts avec des personnes que vous ne pourriez pas approcher dans la vraie vie. Pensez donc à les mentionner de temps en temps et à réagir à ce qu’ils postent.

 

3. Quels intérêts de créer des listes ?

Créer des listes demande un peu de temps au début mais vaut largement la peine de s’y attarder. On vous explique pourquoi.

Premièrement, cela vous permet de gagner du temps ! Plus vous aurez d’abonnement, plus votre fil d’actualité deviendra un véritable fouillis. Il est donc important de commencer à classer les personnes que vous suivez, et ce dès le début. Cela vous permettra par la suite de mieux utiliser l’outil pour atteindre vos objectifs. Vous pouvez par exemple vous donner pour objectif d’engager la conversation avec 3 journalistes et 2 influenceurs par semaine, ou encore d’aller vérifier tous les lundis ce que vos concurrents ont publié la semaine dernière. Un coup d’oeil à la bonne liste vous aidera à n’y passer que 10 minutes au lieu d’une heure !

Deuxièmement, les listes vous offrent la possibilité de suivre un compte sans être obligé de vous y abonner. En effet, vous n’avez pas forcément envie de vous abonner à l’ensemble de vos concurrents, et d’une manière générale, il n’est pas judicieux de se retrouver avec un trop grand nombre d’abonnement. Gardez en tête qu’il faut essayer d’avoir un ratio de 50-50 entre vos abonnés et vos abonnements. L’utilisation des listes peut donc être un bon moyen de ne pas dépasser ce seuil.

Aller plus loin…

Vous avez déjà créer vos listes ? Comment vous en servez-vous ? Peut-être avez-vous vous même été ajouté dans une liste… Racontez-nous tout ça en commentaire !

Par la suite, nous vous expliquerons plus en détail comment utiliser les listes Twitter pour gérer vos relations-presse ou encore comment utiliser Twitter via Hootsuite pour une interface encore mieux optimisée ! Affaire à suivre…

 

Trello : l’outil parfait pour votre calendrier éditorial!

Trello : l’outil parfait pour votre calendrier éditorial!

Si vous avez bien suivi nos conseils, vous devriez déjà tout savoir sur l’art et la manière de créer votre calendrier éditorial. Pas de recette miracle malheureusement concernant le contenu, c’est vous l’expert dans votre domaine et, de toute manière, il vous faudra tester continuellement de nouveaux sujets pour finalement comprendre ce qui fonctionne ou non sur votre cible. Cela dit, cet exercice qui peut s’avérer fastidieux pour certains le devient beaucoup moins en utilisant le bon outil. Et le notre depuis quelques mois maintenant, c’est Trello !

I. Trello kézako ?

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Trello, il s’agit d’un outil de gestion de projet qui fonctionne avec un système de carte. Créez une carte pour chaque tâche à accomplir. Vous pouvez écrire des commentaires, télécharger des pièces jointes, créer des check-list, ajouter des étiquettes et des délais à respecter, etc, etc.

L’intérêt de Trello est que vous pouvez inviter autant de personne que vous le souhaitez à travailler avec vous sur une carte (= une tâche bien précise) ou un tableau complet ( = un projet plus large), et ce gratuitement. Avec un élégant geste de « drag and drop », vous attribuez les différentes tâches aux personnes concernées et celles-ci reçoivent une notification.

Sur chacune des cartes, les équipes peuvent discuter par commentaire, partager des documents plus détaillés en pièce-jointe, se mentionner, bref on évite ainsi la centaine d’e-mails multi-destinataires auxquels personne ne répond.

Autre atout de Trello, c’est la possibilité de créer des check-list sur chaque carte. Vous commencez à connaître notre passion pour les to-do list et les listes d’une manière générale, non ? Que ce soit pour chercher de l’inspiration (« trouvez nous 10 sujets de blog que vous pourriez écrire cette année ! »)  ou pour diviser une tâche complexe en plusieurs actions facilement réalisables, cette fonction est notre préférée. Ajoutez à cela l’immense satisfaction de pouvoir cocher les tâches accomplies et regarder la jauge se compléter, que du bonheur !

Dernier point, pour chaque élément de votre check-lit, il est possible d’indiquer une deadline ainsi qu’un rappel. Très pratique pour ne pas oublier de commencer à réfléchir à votre prochain article !

Si on résume, vous pouvez donc créer un tableau pour créer des to-do list, planifier un événement, gérer un projet voire DES projets, préparer vos futures vacances, et j’en passe. Puis rebelote à l’intérieur de chaque tableau, créer des colonnes par dates, événements, profils, clients… Bref, de nombreuses possibilités et le tout avec une interface user-friendly comme on aime ! C’est d’ailleurs le seul vrai problème de Trello : l’outil offre tellement d’utilisations possibles qu’il peut être difficile au début de prendre ses marques.

Comme on aime bien partager, nous vous proposons de regarder ensemble comment nous pouvons bien agencer nos tableaux pour gérer un calendrier éditorial. Chez RDE Marketing, nous gérons les calendriers de plusieurs clients et avons donc pu testé différentes organisations selon les besoins. À vous de piocher ce qui vous semble intéressant ! Comme nous le disions dans un précédent article, il n’y a pas mieux placé que vous pour vous y retrouver dans votre propre bazar.

II. Des idées de calendrier éditorial sur Trello

Pour rappel, vous trouverez ci-dessous les différents éléments que peut contenir votre calendrier éditorial :

  • le sujet ou le titre de votre publication 
  • le texte rédigé
  • le ou les visuels
  • la date et l’heure de publication
  • le nom de la personne chargée de la rédiger / planifier
  • les plateformes sur lesquelles vous publierez

Vous pouvez évidemment ajouter ou retirer des informations sur votre carte selon vos besoins mais disons qu’il s’agit ici des éléments de base. Concernant l’organisation même de votre tableau, voici quelques exemples...

a. Un tableau Trello par type de contenu

Idéal pour réfléchir de manière plus globale sur votre stratégie de contenu, un tableau par type de contenu vous aide à catégoriser vos idées d’article et à les étoffer en fonction de votre veille. En un coup d’oeil, repérez les sujets pour lesquels vous disposez du plus de ressources (visuels, texte, vidéo, contact d’une personne à interviewer…) et donc que vous pourrez rédiger facilement. De la même manière, prenez garde à ceux qui vous demanderont plus de temps pour pouvoir vous organiser à l’avance !

2. Un tableau par mois

Très utile si vous postez plusieurs fois par mois et/ou sur différentes plateformes, le format de tableau au mois vous permet de créer des cartes par réseaux sociaux ou par type de contenu. Dans cet exemple, une carte = une publication Facebook. L’objectif de cette présentation était pour nous de pouvoir rapidement visualiser si nous abordions suffisamment de sujet dans des catégories différentes : recettes, lifestyle, humour…

3. Un tableau sur une année

Enfin, vous pouvez tout à fait vous créer un tableau sur une année où chaque colonne peut correspondre à un mois ou une période plus un moins longue. Les étiquettes pourront alors vous aider à classer les cartes par plateforme, par type de contenu ou par priorité ! Dans ce cas présent, il s’agit du calendrier éditorial d’une page Facebook que nous gérons pour un client. Comme précédemment, chaque carte correspond à une publication, ce qui nous permet de facilement les déplacer d’un mois à l’autre en fonction des sujets que nous souhaitons aborder, des différentes opérations commerciales en cours ainsi que des fêtes et autres dates importantes du calendrier.

Comme vous le devinez sûrement, il n’existe pas une, deux ou trois possibilités d’agencer son tableau mais bien des millions (oui, oui). Libre à vous, selon vos priorités et contraintes, de trouver la meilleure présentation pour visualiser l’information rapidement et vous aider à optimiser votre programmation.

Enfin, il est tout à fait possible de cumuler différents modèles comme dans notre cas : un tableau à l’année pour fixer la stratégie globale, un tableau par mois pour définir le contenu puis pourquoi pas, un tableau d’inspiration, un tableau to-do, etc. Le tout est que cela doit vous faciliter la vie, et non pas devenir une contrainte !

À vous de jour maintenant, n’hésitez pas à nous envoyer une capture d’écran de votre tableau et / ou à nous poser toutes vos questions !