Later, notre nouvel outil de planification Instagram

Later, notre nouvel outil de planification Instagram

Après des années de fidélité à Hootsuite, l’équipe RDE teste un nouveau jouet dédié à la planification sur les réseaux sociaux ! C’est l’outil Later qui a attiré notre attention… Nous avons profité de l’été pour migrer petit à petit nos différents comptes clients sur celui-ci. Un mois d’utilisation plus tard et… Cette plateforme de veille / programmation fait désormais de nos indispensables !

Later, outil de planification pour Instagram… Mais pas que !

Pourquoi choisir un outil de planification spécialisé pour Instagram ?

Tout simplement car le réseau social se développe très fortement ces dernières années. Nous avons donc de plus en plus de demandes de création et d’animation de comptes Instagram.

Il faut savoir qu’Instagram comporte de nombreuses fonctionnalités de publication très spécifiques (création d’album, mention, vidéo, story, story à la une, IGTV)… Et qui sont peu prises en compte sur des plateformes pourtant complètes comme Hootsuite.

Le fait qu’Instagram soit un réseau social de contenus visuels peut vite faire de sa gestion un vrai casse-tête. Il ne s’agit pas simplement de publier ses différents contenus à la suite comme sur Facebook, il faut également s’assurer d’un rendu global esthétique et cohérent.

Bref Hootsuite ayant atteint ses limites, il était temps d’opter pour un outil spécialisé.

La force de Later est d’offrir une plateforme conçue à la base pour la publication sur Instagram. Mais pas que ! Il est désormais possible de publier sur les principaux réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, LinkedIn.

Later peut donc tout à fait remplacer votre outil de planification habituel… Passons donc en revue les différentes fonctionnalités proposées :

Les fonctionnalités de Later à découvrir

La programmation peut se faire à votre guise via l’interface web – beaucoup plus user-friendly qu’Hootsuite – ou l’application mobile (disponible sur IOS et Android).

Prévisualiser

Les connaisseurs d’Instagram savent qu’avant de publier quoi que ce soit, il faut s’assurer que le rendu sur le profil soit avant tout joli ! Cela demande un peu d’organisation car les publications sont pensées comme des ensembles cohérents, capables de vivre ensemble.

Later l’a bien entendu pris en compte et propose un calendrier permettant de visualiser tous vos contenus programmés.

Il est ainsi facile de réorganiser l’ordre de vos publications si besoin avec un simple glisser-déposer.

Programmer

Pour publier, c’est tout aussi facile. Vous commencez par télécharger votre contenu dans votre bibliothèque de média. Il est possible de lier votre compte Dropbox ou Google Drive, très pratique !

Une fois cela fait, il vous suffit de cliquer sur la photo ou la vidéo qui vous intéresse pour créer votre post :
rédiger votre texte
ajouter vos hashtags (un moteur de suggestions de hashtag est intégré)
déterminer la date et l’heure de publication (une option d’aide est disponible afin de choisir le meilleur moment pour publier en fonction de vos précédents résultats obtenus sur vos dernières publications)

Une fois votre publication prête, elle s’ajoute à votre calendrier !

Si vous possédez un compte Instagram Business, vous n’avez plus rien à faire. Les publications seront postées directement depuis Later.

Si ce n’est pas le cas, vous recevrez une notification le jour J afin de valider la publication sur Instagram. Ou vous pouvez aussi décider de passer en compte Business, cela prend 5 minutes !

Faire de la veille

Afin de préparer la suite de votre calendrier ou pour réaliser votre veille, accédez à la fonction de recherche intégrée sur Later.

Que cela soit sur un nom de compte ou des hashtag spécifiques, trouvez facilement du contenu de qualité voire de l’UGC (User Generated Content) à repartager.

Pour partager le contenu d’un autre utilisateur, nous passons généralement par l’application Repost. Celle-ci permet notamment d’ajouter la mention du nom du compte directement en bas à droite ou à gauche de la photo. Mais pas de programmer à l’avance ! Ce qui peut être vite chronophage lorsque l’on partage très régulièrement du contenu créé par sa communauté.

Later vous permet de repartager une photo et une vidéo tout en mentionnant le compte dans le texte de la publication. Ce n’est pas encore parfait mais c’est un début !

Accéder au reporting intégré

Enfin, une option assez poussée est celle du système de reporting.

Visualisez en un coup d’œil l’activité de votre compte grâce à de nombreuses catégories d’indicateurs tels que :

  • la performance générale de votre compte (nombre de followers, croissance mois par mois, vue de profil, clic sur le site web, clic du lien dans la bio…)
  • la performance de vos posts (impression, reach, like, commentaire, enregistrement…)
  • la performance de vos stories (impression, reach, réponses, durée de vue…)
  • l’analyse de votre audience (âge, sexe, localisation, moments d’activité sur Instagram…) 

Combien ça coûte ?

Un outil aussi complet a évidemment un coût ! Celui-ci reste toutefois relativement bas, le plus cher étant le compte dédié aux agences à 49$ par mois. D’autres plans pro démarrent à 10$ selon le nombre de comptes Instagram que vous souhaitez connecter.

Vous pouvez même décider de tester l’outil gratuitement au départ. Vous n’aurez pas accès à toutes les fonctionnalités et serez limités en nombre de publication par mois, mais cela reste un bon moyen de découvrir Later avant de vous lancer !

Nous n’avons pas encore exploré toutes les facettes de Later mais nous voyons déjà la différence en terme de temps passé à planifier nos posts. Ce fut donc pour nous un bon investissement !

Et vous, avez-vous déjà testé Later ? Ou un autre outil de planification dédié à Instagram ? Pourquoi celui-ci vous a t-il convaincu ?

Medium, la plateforme où créer votre blog ?

Medium, la plateforme où créer votre blog ?

Si vous ne vivez pas au fond de l’Alaska, vous avez sûrement déjà entendu parlé de Medium.

Par contre, il est possible que vous ne vous soyez jamais intéressé de près à cette plateforme de blogging. C’était notre cas jusqu’à ce qu’on décide de creuser un peu !

On vous partage les principaux arguments qui nous ont convaincus.

Mais avant tout, qu’est-ce que Medium ?

.

Créé en 2012 par Evan Williams et Biz Stone, les fondateurs de Twitter et Blogger, la plateforme a réussi à s’imposer assez rapidement ! Elle comptabilise désormais plus de 60 000 visiteurs par mois.

Medium est une plateforme de blogging au style minimaliste, où l’on se concentre sur le contenu. Tout est dans le titre en effet : « Welcome to Medium, where words matter« .

Attention toutefois à ne pas la confondre avec un CMS de type WordPress. Medium s’apparente plutôt à un réseau social dédié aux contenus longs !

Même s’il est tout à fait possible de publier des articles via la plateforme en utilisant leur éditeur, cela n’est pas sa fonction première.

Le principal atout de Medium, c’est son pouvoir de viralité !

Allez assez teaser, on vous explique concrètement comment tout ça fonctionne…

Démarrer sur Medium

1ère étape : importez votre contenu facilement

Le premier bon point si vous avez déjà un blog est que vous n’aurez pas à tout recommencer !

En effet, nul besoin de publier nativement sur Medium. La plateforme vous permet d’importer votre travail de n’importe où sur le web et de le re-publier sur son interface.

En quelques clics, votre contenu se retrouve dupliqué… Tout en échappant à la sanction de « contenu dupliqué » de Google! Il sera considéré comme « syndicated content », ce qui signifie simplement re-partagé par une tierce partie.

Vous aurez également la possibilité de customiser des éléments tels que le titre, le contenu du texte, la disposition des images avant de le partager.

Bref, il ne vous reste plus qu’à suivre les guidelines de Medium pour transférer votre contenu existant facilement.

2ème étape : liez vos réseaux sociaux

Si vous avez déjà une communauté importante (ou en devenir) sur vos réseaux sociaux, faites en sorte qu’ils vous suivent sur Medium !

Lorsque vous reliez votre profil Twitter ou Facebook à la plateforme, celle-ci va automatiquement vous connecter aux personnes qui vous suivent ET qui sont présentes sur Medium également. Ils auront ainsi accès à vos contenus sur leur interface.

3ème étape : suivre vos analytics

Comme toute plateforme qui se respecte, Medium vous donne accès à des metrics sur votre contenu.

L’objectif est évidemment de suivre la performance de vos articles sur sa plateforme à travers notamment :
– les Vues VS les Lectures, les vues étants le nombre de visiteurs ayant cliqué sur votre article VS les lectures qui sont le nombre (estimé) de personne l’ayant lu entièrement
– les Fans représentent le nombre de lecteurs uniques qui « applaudissent » votre article. C’est en gros l’équivalent du « like » sur Facebook.
– les Détails d’audience, pour chaque article, vous aurez accès à cette fameuse section « Détails » qui vous donnera plus d’information sur qui sont vos lecteurs.
– le Résumé, en haut de chaque page « Détails », vous verrez apparaître un résumé des performances de votre article incluant le nombre total de vues et le ratio de lecture (un pourcentage estimé des personnes ayant parcouru votre article jusqu’au bout).

D’autres analytics sont disponibles lorsque vous passez à une version payante. Depuis 2017, Medium a en effet lancé un abonnement premium à 5$/mois qui permet aux lecteurs d’accéder à des contenus exclusifs et aux rédacteurs de jouer avec d’autres fonctionnalités.

Parmi ces fonctionnalités, on peut noter d’autres analytics telles que les vues par type de source de trafic ou encore les sujets d’intérêts de vos lecteurs.

4ème étape : développer une nouvelle audience

On y arrive ! C’est tout de même le sujet au coeur de la plateforme : vous permettre de créer et faire grossir une nouvelle audience !

Pour cela, votre mission si vous l’acceptez est de réussir à récolter le plus de « Clap » possible ! Et ce, dans les 24h suivant la publication de votre article sur Medium.

Obtenir à minima 50 claps uniques (donc de 50 personnes différentes) dès publication vous donnera l’opportunité d’être mis en avant sur la plateforme dans la rubrique Top content, sur la page d’accueil ou dans des rubriques spécialisées par domaine.

Pour cela, pas de secret mais quelques astuces telles que :
partager le lien de votre article à votre réseau ou dans votre newsletter le jour de sa sortie
– publier automatiquement votre article sur vos autres plateformes LinkedIn, Facebook et Twitter
– demander à vos collègues et amis de venir vous « clapper » pour vous donner un coup de pouce

Gardez en tête que chaque personne sur Medium peut attribuer jusqu’à 50 claps PAR ARTICLE pour vous exprimer son intérêt.

Alors, vous vous lancez ?

Tout ça est bien beau mais avant de vous rajouter un outil supplémentaire, vérifiez que Medium est adapté pour votre cas !

Si vous vous lancez dans le blogging, il peut être tentant de songer à démarrer uniquement via Medium.

Cela n’est pas quelque chose que nous vous conseillons. En effet, la plateforme offre très peu de personnalisation au niveau du design et n’offre clairement pas les mêmes fonctionnalités qu’un WordPress.

Les analytics sont assez limitées et vous n’avez pas la possibilité d’installer Google Analytics via leur plateforme. La seule solution pour obtenir plus de statistiques est de passer à la version payante.

Enfin, de nombreuses personnes ont exprimées leur mécontentement sur la direction que prend Medium ces dernières années. Multiplication des bannières et pop-up publicitaires ou encourageant à s’inscrire, accès bloqué à certains contenus pour les non-membres, autant d’éléments qui pourraient nuire à votre objectif d’audience.

Notre avis ?
Se lancer sur Medium oui mais en s’en servant uniquement comme un outil de relais de votre blog existant pour tester !

Instagram et ses Stories à la Une

Instagram et ses Stories à la Une

Si vous êtes déjà familiers d’Instagram, vous comprenez notre amour pour le format des stories ! Dynamiques et interactives, elles ont maintenant surpassées les formats de publications classiques dans notre coeur… Et dans celui des utilisateurs ! Instagram l’a bien compris et nous encourage à jouer avec en lançant toujours plus de nouvelles fonctionnalités dédiées
La fonction « Story à la Une » (ou « Highlight » en anglais)  n’est pas une nouveauté et pourtant reste trop peu utilisée (à notre goût). Commençons par y voir un peu plus clair… 

Les stories à la Une, quelle différence avec une story classique ? 

Comme vous le savez sûrement, le format story se distingue d’un post classique du fait qu’il reste visible seulement 24h pour les utilisateurs. 

Même s’il est plus furtif, il reste un point de contact important ! Contrairement aux publications qui subissent l’algorithme d’Instagram, les stories sont visibles à l’ensemble de votre communauté. Ce format moins léché qu’un post permet de montrer l’envers du décor avec plus d’humour et d’humanité, bref il plaît plus ! 

Au vue du succès des Stories, Instagram a décidé de laisser aux comptes l’opportunité de conserver leurs stories favorites et de les catégoriser. Nos fameuses Stories à la Une donc ! 

Elles jouent un rôle important sur votre profil car elles apparaissent alors de manière permanente en premier sur votre feed.

Vos followers peuvent donc les revoir ou y accéder en se rendant sur votre profil et en cliquant sur une des icônes. 

Comment créer une story à la Une ? 

Rien de très compliqué c’est promis. 

  1. La première étape est de créer une story classique et de la publier. Une fois celle-ci publiée, retournez voir l’aperçu de votre story et cliquez en bas à droite sur « Mettre en story à la Une » ou « Highlight ».

2. Choisissez dans quelle catégorie vous souhaitez l’intégrer ou créez-en une nouvelle.

C’est terminé ! Facile non ? 

Maintenant, si vous souhaitez modifier vos Stories à la Une, vous pouvez aussi passer directement par votre profil. 

  1. Sur votre profil, cliquez sur une de vos Stories à la Une puis en bas à droite sur les trois petits points > « Modifier les Stories à la Une » ou « Edit Highlight ». 

2. Vous pouvez alors choisir de modifier le nom de votre Story à la Une, la photo de couverture qui apparaîtra sur votre profil et vous rendre dans la catégorie « Archive » pour piocher parmi vos anciennes stories à mettre en avant. 

Astuce : pour modifier la photo de couverture de votre Story à la Une, pensez bien à cliquer sur cette image comme indiqué ci-dessous. 

Vous n’êtes donc pas obligé d’utiliser une story préalablement postée mais pouvez créer des visuels spécifiques ! Pour la marque Tetley, nous avons par exemple choisi d’illustrer chaque catégorie par des icônes. 

Qu’est-ce qu’on y raconte ?   

Maintenant que vous avez toute la technique, passons au contenu. 

Les stories à la Une représente un nouvel espace d’expression que vous allez pouvoir utiliser pour parler de votre marque. 

Voici quelques exemples de catégorie :  

  • À propos de moi / de ma marque : se présenter en quelques stories et mettre en avant vos valeurs, des dates-clés, votre histoire… 
  • Mes produits / ma dernière collection / les nouveautés : mettre en avant les derniers produits sortis ou encore les best-seller. 
  • Nos clients / Ce qu’ils en ont pensé : partager les stories de vos clients, partager les retours utilisateurs. Ne pas hésiter à les mentionner et à leur laisser un commentaire en même temps ! 
  • DIY / Tuto / Recettes / Guide d’utilisation : montrer comment utiliser votre produits à travers des tuto 
  • FAQ / Questions les plus fréquentes : Si des questions reviennent régulièrement, c’est l’endroit idéal pour y répondre. Pourquoi ne pas créer une catégorie pour une catégorie de question ? Livraison, taille des produits, etc. 
  • Partenaires / Ambassadeurs : si vous travaillez avec d’autres marques ou des influenceurs, mettez les en avant sur votre profil sans oublier la mention vers leur compte ! 
  • Inspiration / Lifestyle : d’une manière générale, partagez ce qui vous fait plaisir en restant évidemment en lien avec votre domaine (citation, photographies, vidéos…) 

Pour vous donner un cas concret, voici les catégories que nous avons créé pour le compte Tetley France et le contenu que l’on peut y trouver :

Inspiration : cette catégorie nous permet de re-partager les photos lifestyle prises par nos clients (influenceurs ou non). L’objectif est de montrer comment chacun / chacune s’approprie les produits Tetley et les intégre dans leur propre univers. 

Recettes : nous partageons ici les recettes que nous créons avec les gammes Tetley comme notre Iced-tea aux fruits rouges  et thé vert Menthe ou encore nos cakes au thé Matcha ! 

DIY : on s’éloigne un peu du produit en lui-même pour jouer avec ce qui l’entoure. On retrouve ici des tuto pour réaliser un sachet de thé en forme de cœur pour la Saint-Valentin, préparer le meilleur des afternoon tea, etc. 

Lifestyle : c’est l’endroit où on partage des moments du quotidien comme notre participation au festival Dinard ou les dessous de nos shooting photo… 

Désormais à vous de jouer ! 

N’oubliez pas de mettre régulièrement à jour vos Stories à la Une pour faire vivre votre compte et surtout… D’aller jeter un œil à vos statistiques de temps en temps pour vérifier quelle catégorie plaît le plus ! 😉 

Photo by Sandrachile

La fin du règne des likes sur Instagram

La fin du règne des likes sur Instagram

La rumeur court depuis quelques mois déjà et… Oui, ça y est, les likes commencent à disparaître d’Instagram !

Cette fonctionnalité est pourtant le coeur même du réseau social. On poste une photo ou une vidéo et on guette avec impatience la croissance du nombre de « j’aime ».

En tant que marques ou professionnels, c’est également un indicateur primordial pour mesurer l’impact et l’intérêt de la communauté pour notre contenu.

Que cache donc ce revirement de position de la part d’Instagram ?

Pourquoi Instagram décide de supprimer les likes ?

Pour commencer, il faut savoir qu’ une étude avait été menée en 2017 par la Royal Society for Public Health (l’Institut royal de santé public) et avait pointé du doigt Instagram comme étant un réseau social mauvais pour la santé mentale des jeunes, au Royaume-Uni.

Les raisons évoquées sont à la fois une mauvaise image de soi – à force de se comparer aux autres et aux nombreuses figures « parfaites » et souvent « photoshoppées » – et une addiction aux réseaux sociaux, d’une manière générale, qui engendre troubles du sommeil, anxiété voire parfois dépression et isolement.

L’année d’après, un rapport du Pew Research Center, en 2018, venait corroborer ces faits. Selon eux, près de 40% des jeunes se sentaient obligés de ne partager que les contenus ayant rassemblé beaucoup de likes ou de commentaires. Ce phénomène montre bien que les utilisateurs d’Instagram peuvent subir une pression sociale qui est accrue du fait qu’une grande majorité d’entre-eux soit encore des adolescents.

Instagram n’avait jamais répondu à ces différentes accusations. Du moins, pas de manière directe !

Et pourtant, début 2019, voici le discours que tenait un porte-parole de la société : « Nous voulons que vos abonnés se concentrent sur les photos et vidéos que vous partagez et non sur le nombre de personnes qui les aiment. »

Vous devinez la suite ?

Une nouvelle fonctionnalité annoncée…

Ou plutôt une disparition de fonctionnalité est annoncée !

La suppression du nombre de like sous les contenus est en effet sous-entendue mais d’abord testée au Canada en avril. Il faut croire que les tests ont été positifs car en juillet, la marque listait officiellement sur Twitter les prochains pays qui feraient office de cobayes…

Comme vous pouvez le constater, la France n’est pas encore touchée par le phénomène mais cela ne devrait plus tarder…

Par contre, étant donné que je suis moi-même exilée en Australie depuis quelques mois, je fais partie des utilisateurs-testeurs ! Je peux donc partager avec vous mes premières impressions.

Concrètement, qu’est-ce que ça change ?

Je n’ai pas mis longtemps à m’apercevoir du changement. Au contraire, il est intéressant de voir à quel point cela m’a déstabilisé dès les premiers instants !

Si l’on est habitué à ce que nos réseaux sociaux favoris changent de design et d’interface régulièrement (cela nous contrarie d’ailleurs toujours sur le coup !), il est rare qu’un si petit détail nous chiffonne autant.

Voyez par vous-même avec le célèbre compte du photographe Matt Glastonbury. Ses merveilleuses photos de paysages australiens sont suivies par 146 000 followers sur Instagram et, désormais, voici les informations disponibles sous chacune d’entre-elles :

Comme vous pouvez le constater, deux versions semblent être testées par Instagram :
– la première ne montre AUCUNE information concernant le nombre de like, ni même si UNE personne a déjà liké la photo.
– la seconde n’indique qu’une personne « nom de la personne (généralement une personne de votre réseau si c’est le cas) » et d’ « autres ». En cliquant sur others (« autres »), vous aurez accès à la liste des noms des comptes ayant liké mais ne sera jamais indiqué le nombre. Si vous tenez à obtenir un chiffre, il faudra donc vous amuser à les compter !

Et cela fonctionne de la même manière pour votre propre profil. La seule différence est que vous êtes capables de connaître le nombre de personnes exactes ayant liké votre publication en cliquant sur « others », mais pas vos abonnés !

Du point de vue utilisateur, j’ai trouvé la démarche intéressante.

Elle permet de ne plus juger une photo au première abord en se basant sur un chiffre attribué, une note donnée par d’autres.

C’est un réflexe devenu naturel étant donné qu’il s’agit de la première information à laquelle vous avez accès, avant même le nom du compte dans la description. On a l’impression de retrouver un peu de libre-arbitre !

En vérité, les acteurs ayant le plus mal réagi à cette annonce ont été les influenceurs. En effet, leur business sur Instagram qui est en fait leur influence et la taille de leur communauté se traduisent par un nombre de follower, un nombre de like sous leur publication, un nombre de vue, etc.

Ils perdent donc un indicateur majeur pour justifier de leur impact auprès des marques qu’ils contactent.

Il est pourtant bon de rappeler qu’avec cette nouvelle version, Instagram fait également la chasse à l’achat de faux-likes. Très répandu depuis quelques temps, les utilisateurs avaient largement critiqué ce manque d’authenticité et perdu peu à peu confiance en la plateforme.

Enfin, côté marques, c’est également un indicateur de mesure qui disparaît mais… Ce n’est pas le plus important !

On vous en avait déjà parlé dans cet article de mars : « la course aux likes sur les réseaux sociaux ».

Cela pousse petit à petit mais très sûrement les entreprises à enfin se concentrer un indicateur primordial : l’engagement !

Et vous, qu’est-ce que vous pensez de cette disparition des likes ? Hâte que cela arrive en France ?

Community management : créer un reporting client qui ait du sens !

Community management : créer un reporting client qui ait du sens !

Le community manager, qui travaille en prestation, assure le suivi  du début à la fin de chacune des campagnes de ses clients. Cela implique de mesurer l’impact de ses actions, d’en suivre l’évolution et, généralement, d’en faire un compte-rendu à son client !

Ce que l’on appelle le « reporting client » est tout simplement ce fameux compte-rendu : un condensé d’informations sur les tâches entreprises et les résultats qui en émergent.

Il permet au client de comprendre ce que l’on est en train de faire sur ses réseaux sociaux et, surtout, pourquoi.

En effet, après avoir fait émerger les objectifs attendus par celui-ci, votre rôle est ensuite de les traduire en actions concrètes et mesurables. Vous aurez ainsi à réaliser un reporting de fin de mission ou plusieurs reporting selon la durée de votre contrat. Voyons concrètement quelle forme cela prend…

A quel moment envoyer un reporting à ton client ?

Pour démarrer, réfléchissez à la fréquence d’envoi de votre reporting-client. En général, cela est décidé en début de mission mais c’est à vous de penser à l’inclure dans votre package. Cela montre que vous êtes professionnel et consciencieux. S’il s’agit d’une mission courte durée ou d’une opération « one-shoot », il sera attendu que vous présentiez les résultats obtenus en fin de campagne. Attention, cela dépend toutefois de la durée de celle-ci. Selon le nombre d’étape, il sera peut-être judicieux de proposer un point à mi-parcours. Cela nous amène au cas où vous serez amenés à réaliser plusieurs reporting-client. La fréquence d’envoi de votre reporting dépend de plusieurs facteurs : – le temps d’obtention de vos résultats : selon les outils utilisés ET le budget à disposition, vous aurez besoin de plus ou moins de temps pour voir émerger les premiers résultats. Dans le cas d’une campagne Ads lancée sur Facebook par exemple, il vaut mieux attendre au moins une semaine. – les KPI suivis : hors campagne, il est vital de suivre également les performances obtenues sur ses différents réseaux. Alimenter une page Facebook sans suivre l’évolution de son nombre de like ou de son engagement n’a AUCUNE utilité. Néanmoins, cela prend également plus de temps pour voir une réelle évolution, parfois plusieurs mois. Dans ce cas, proposer un reporting une fois par mois est suffisant pour noter une progression -ou non- sur l’année. D’une manière générale, c’est à vous de décider quel est le moment opportun pour vous de réaliser votre reporting. Gardez simplement en tête que vous devez avoir suffisamment d’information à disposition pour y apporter une réelle valeur.

Les éléments à intégrer

Il est maintenant temps de se lancer à proprement parler. Mais voilà, on ne sait pas toujours par quel bout commencer ! Pour faire le tri dans les informations récoltées, procédez par étape : 1) Repartez des objectifs fixés avec votre client. Les besoins mis en avant lors de votre première rencontre doivent à tout prix trouver réponses dans ce reporting. Faites donc en sorte de ne pas passer à côté d’une de leurs demandes ! Votre première page de reporting doit donc être un rappel concis mais complet de ce qu’il vous a été demandé et des objectifs définis ensemble. 2) Faites ensuite la liste des actions entreprises et/ou des outils utilisés. Des objectifs plus spécifiques pour chacun/es ont sûrement été validé, spécifiez-les également. 3) Pour chaque objectif fixé, vous devriez être capable de mettre en face un à trois indicateurs de performance (ou KPI) à suivre pour s’assurer de leur progression. Afin que ces indicateurs aient du sens pour votre client, n’hésitez pas à leur donner une courte définition ou une rapide explication de où et comment vous avez trouver ces chiffres (de l’onglet Statistiques de Facebook, en calculant plusieurs données entre-elles, etc.) 4) Pour rendre votre reporting plus lisible, pensez à inclure ces données chiffrées sous forme de tableaux ou de graphiques. Cela vous permettra d’avoir un historique lorsque vous aurez établi plusieurs reporting. Il est également agréable de lire un reporting illustré par des capture d’écran / des photos des publications réalisées.

Savoir analyser et… s’adapter !

Si vous voulez éviter que votre reporting ait cet effet-là sur votre client :

Il va falloir le rendre un minimum intéressant ! Cela fait sens évidemment. Et pourtant, on se retrouve souvent avec un reporting composé de pages et de pages de chiffres, de tableaux, de graphiques… Mais n’ayant aucun intérêt ou du moins n’ayant pas un sens de lecture logique

Quelques règles à suivre :

  • votre reporting doit être à la fois complet ET concis . Cela signifie que que chaque donnée intégrée doit répondre à un objectif mis en avant tout en gardant en tête que : 1 objectif = 2 à 3 KPI maximum !
    les données utilisées doivent être explicitées dans votre reporting et, voire plus, analysées ! Pourquoi ce chiffre est-il bon / mauvais ? Comment est-on arrivé à ce résultat ? Quel est le prochain objectif à atteindre par la suite si l’objectif est atteint ? Quelle est la prochaine action entreprise si ce n’est pas le cas ?
  • tâchez d’établir un plan de lecture et de vous y tenir . D’abord la page Facebook, puis le compte Instagram ensuite les visites sur le site qui résultent… Par exemple ! Mais cela peut aussi être l’annonce du calendrier éditorial et les différents types de contenus, l’engagement qui en résulte sur les différents réseaux sociaux, etc.
  • n’oubliez pas d’inclure sur les dernières pages de votre reporting OU à la fin de chaque partie (selon votre plan) les prochaines étapes . Une fois le bilan des actions effectuées, annoncez la suite ! De nouveaux objectifs ont-ils été définis ? De nouveaux outils vont être lancés ? De nouveaux contenus seront testés ?

Un point important à garder en tête est qu’il ne faut pas avoir peur d’annoncer de « mauvais résultats » . Cela ne signifie pas forcément que vous avez fait du mauvais travail. Chaque client est différent et la règle de base en community management est qu’il faut souvent tester plusieurs combinaisons d’outils et de contenus pour trouver la stratégie gagnante. Les résultats sont également parfois longs à venir selon les outils utilisés.
Il faut donc être capable de montrer une progression sur la durée (d’où l’intérêt de faire des reporting réguliers) ou de montrer que l’on s’adapte face à une situation qui n’évolue pas.

Un dernier conseil pour la route : prenez le temps de présenter à l’oral votre premier reporting ! Si vous souhaitez par la suite l’envoyer par e-mail pour gagner du temps, pourquoi pas ! Toutefois, il est primordial dans un premier temps de s’assurer que tout est bien compris côté client. L’envoi du reporting est souvent un moment d’échange important pour être certain d’être toujours en phase avec les objectifs établis.

À votre tour !

N’hésitez pas à nous partager vos conseils pour la rédaction de votre reporting ! Outil utilisé ? Plan suivi ? Et si cela vous intéresse, nous pourrons travailler sur un template de reporting à utiliser … Dites nous si cela pourrait vous être utile ! 

commodo elit. amet, ut mattis risus ultricies felis