Vous voulez des recommandations clients? Il suffit de demander!

Vous voulez des recommandations clients? Il suffit de demander!

L’idée d’un développement commercial basée sur des recommandations clients a l’air trop belle pour être vraie.

Vraiment. Une entreprise qui obtient un nombre important de nouveaux clients uniquement par du bouche-à-oreille? Ça doit être une légende urbaine, non?

Il se trouve que cette légende urbaine, tout comme celle des gens qui trouvent des pythons dans leurs toilettes… est 100% réelle.

Eh oui, on a appris récemment que cette histoire de serpents est vraie. Brr…

Le fait est que vous pouvez réellement développer votre business en vous concentrant sur les recommandations clients.

Ceci étant dit, pourquoi il n’y a pas plus de gens qui le FONT?

Demander des recommandations clients peut mettre mal à l’aise

C’est la forme de publicité la moins chère sur le marché, mais demander des recommandations peut donner le sentiment d’être désespéré ou agressif.

Soyons honnête: le malaise est bien là! Aussi facile soit-il pour nous de partager nos informations personnelles sur les réseaux sociaux, il est assez rare que l’on demande à quelqu’un d’autre de parler de nous et surtout quand c’est pour dire combien nous sommes fantastiques.

Pourtant, voici un secret bien gardé: vos clients et consommateurs veulent chanter vos louanges. Et certains le feront que vous le vouliez ou non!

Pour ce qui est des autres, cependant, vous pouvez entamer quelques actions proactives pour mettre cette recommandation sur leur radar sans ressentir de gêne.

Voici les manières de faire!

Facilitez-leur la tâche

Créez des outils de recommandation en mode “plug & play”, prêts à être utilisés et les gens n’auront pas besoins de passer des heures à rédiger le message parfait sur vous ou votre entreprise.

Ce que vous créez dépend de votre secteur d’activité et de la manière dont vous souhaitez prêcher la bonne parole, mais parmi les manières les plus répandues on trouve:

  • Emails pré-rédigés
  • Images partageables sur les réseaux sociaux
  • Click-to-Tweets
  • D’autres types de publications pour les réseaux sociaux

Bon à savoir, le nom officiel de ce texte pré-rédigé est “swipe copy”! Au cas où vous entendriez l’expression sans savoir de quoi il s’agit.

Vous ne le ferez pas nécessairement pour tout ce que vous proposez, mais au cas par cas cela vaudra certainement l’effort que vous y mettrez. Surtout lorsqu’il s’agit de ventes, de promotions saisonnières ou d’offres nouvelles. Quelques morceaux choisis de swipe copy peuvent donner un bon coup de boost quand vous en avez le plus besoin.

Soyez direct

Vous voulez demander ce type de faveur vous sentir bizarre?

C’est un peu comme demander un témoignage à un client, mais ça, c’est un tout autre article.

Voici les trois règles de base à suivre quand vous travaillez votre approche:

Rester bref. Plus c’est simple, mieux c’est. Surtout parce que lorsque vous demandez quelque chose à quelqu’un, vous devez respecter son temps. Un autre point en faveur de notre swipe copy! Allez droit au but: s’ils sont contents de vos produits/services, pourquoi ne pas partager?

Être spécifique. Si vous êtes à la recherche d’une certaine forme d’exposition, demandez-là! Peut-être que vous voulez que l’entourage de vos clients vous découvrent? Leur de vous taguer dans une image ou un tweet est une excellente manière de faire.

Les opportunités promotionnelles comme dans le tweet ci-dessus ne sont qu’un exemple de comment transformer des fans en avocats de la marque.

Si vos produits sont particulièrement visuels, vous pouvez aussi inviter vos clients à partager leurs meilleures photos sur Instagram et de vous taguer. Vous pouvez même leur suggérer de mentionner un ami qui aimerait vos produits dans la légende!

Vous n’avez pas besoin d’être agressif, ou même super spécifique. Donner un simple petit coup de pouce dans la bonne direction peut faire toute la différence.

Leur dire ce qu’ils ont à y gagner. Selon ce que vous demandez, une petite incentive peut changer la donne. Vous connaissez le swag (stuff we always get)? C’est le petit truc en plus. Dire aux gens ce qu’ils peuvent obtenir en vous recommandant peut les encourager à l’action!

D’autres fois, les recommandations clients peuvent prendre la forme de partenariats: échanges avec des entreprises dont vous pouvez promouvoir les produits ou services. Assurez-vous juste que ce sont des entreprises que vous voulez vraiment soutenir, parce qu’honnêtement, dans ce genre de situation, c’est plutôt important.

Préparez leur le travail

Parfois, les meilleures recommandations sont celles que vous vous donnez à vous-même, et cela signifie recommander à vos clients existants des produits ou services qu’ils n’ont peut-être pas réalisé que vous proposiez.

Bien entendu, ils pourraient tomber dessus sans votre aide. Mais peut-être pas. Alors pourquoi ne pas leur faciliter un peu la vie?

Voici quelques façons de faire!

Soyez évident. Envoyez un email vers la fin de votre contrat (ou intégrez le dans votre process de cloture de compte), et expliquez clairement la nouvelle opportunité pour eux de travailler à nouveau avec vous. Dites-leur brièvement pourquoi vous avez choisi cela pour eux, quels en sont les bénéfices, et comment ils peuvent réserver (ou acheter) dès maintenant.

Simplifiez les étapes. Si quelqu’un est déjà consommateur ou client, ils n’ont probablement pas besoin d’entendre une fois encore l’histoire de votre vie. Imaginez indiquer à vos amis où se trouvent les toilettes à chaque fois qu’ils viennent vous rendre visite… Donnez à vos clients et consommateurs récurrents la même courtoisie quand vous leurs envoyez de nouvelles offres.

Ne mettez pas le projecteur sur vous. Quand vous proposez de travailler ensemble à nouveau, une fois encore, soyez clairs et concentrez votre message sur les bénéfices pour eux. Si vous n’avez aucune offre à partager avec eux pour le moment, dites leurs combien vous avez apprécié votre collaboration, et que vous êtes toujours en réflexion sur de nouveaux produits et services dont vous pensez qu’ils pourraient les intéresser. Et n’oubliez pas de les contacter quand ces produits/services sont lancés!

Faites le travail à leur place. Dites-leur que vous ferez un suivi si nécessaire. Vous pouvez essayer quelque chose comme ce que nous avons trouvé dans un email de vente reçu récemment: “Réfléchissez-y. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire ou m’appeler. Si je n’ai pas de nouvelles de vous dans les quinze prochains jour, je vous vous contacterai.” C’est simple, c’est clair, et ça donne au lecteur le sentiment d’être soutenu dans sa démarche. N’oubliez pas de leur faciliter la tâche pour aussi pouvoir dire non, c’est tout.

Moins de malaise maintenant!

Simplifier et planifier votre process pour la demande de recommandations clients rend la chose beaucoup plus naturelle et soulage ce malaise!

Alors, demandez-vous des recommandations à vos clients et consommateurs?

Les donnez-vous sans qu’on vous les demande?

Donnez-nous votre avis dans les commentaires ci-dessous!

Photo by Brooke Lark on Unsplash

La nouvelle prévisualisation des liens sur Facebook: ce qu’il faut savoir

La nouvelle prévisualisation des liens sur Facebook: ce qu’il faut savoir

C’est insupportable, non, quand vous essayez de publier un lien sur Facebook, et que l’image dans la prévisualisation ressemble à ça:

previsualisation lien Facebook

La lo-o-o-o-se…

Où es l’image, hein?

Elle est censée être là automatiquement!

Tout est une question de metadonnée.

Ce qui, on l’admet, ne parait pas être sujet passionnant en soi.

Pourtant, il touche tout le monde. Vous compris!

Dites-vous que les metadonnées sont l’ADN de votre site. Des informations codées qui déterminent comment un réseau tel que Facebook voit les pages de votre site. Et, tout comme avec l’ADN, si vous changez l’information dans ce code, Facebook verra vos pages de différentes manières!

ADN

Si vous voulez que vos liens Facebook soient aussi sexy que possible, alors, il va falloir se pencher un peu sur comment fonctionne cette metadonnée.

On va laisser de côté tous les détails techniques et vous donner la version courte de ce qui compte en matière de metadonnée, pour que vous puissiez faire en sorte que la prévisualisation de vos liens génère les belles images que vous souhaiteriez voir à chaque fois!

Ce qui signifie que les métadonnées de votre site sur lesquelles nous allons nous concentrer sont les Open Graph meta tags.

Vous n’êtes pas développeur? Ne vous inquiétez pas, nous avons des raccourcis faciles d’utilisation à partager aussi.

Voici comment tout ceci marche!

Que sont, exactement, les Open Graph meta tags?

Par définition, Open Graph “permet à n’importe quelle page de devenir un objet dynamique sur un support social.

Ce qui n’est qu’une manière pompeuse de dire qu’ils transforment ceci..

Previsualisation sans Open Graph

…en cela:

Previsualisation avec Open Graph

Les tags OG sont ce qui permet à Facebook de transformer une bonne vieille URL de base en une superbe prévisualisation du lien.

Les prévisualisations de liens sont plus attractives et cliquables qu’une URL toute bête. En ajoutant une image, un titre et une description à votre lien, vous donnez aux gens une information contextuelle qui va leur donner envie de cliquer.

Parce que, ces jours-ci, créer de la confiance en vos liens est un facteur important pour obtenir du trafic depuis les réseaux sociaux.

Les tags OG vivent dans le code de chacune des pages et des articles de votre site.

Par le passé ce n’était pas plus compliqué que ça. Mais, en 2017 et 2018, Facebook a changé un peu la manière dont la prévisualisation des liens et les tags fonctionnent.

Pour faire court, ceci est principalement lié au combat contre la diffusion de fausses informations, ce qui est plutôt une bonne priorité, même si cela rend les choses légèrement plus compliquées.

Facebook veut s’assurer qu’ils ne prélève que l’information la plus précise lorsqu’il génère des prévisualisations de liens, dont le choix des images, ce qui explique pourquoi il génère les prévisualisations qu’il utilise dans le Fil d’Actualité en utilisant les métadonnées de votre site.

Depuis 2018, Facebook a légèrement modifié le moment et la manière dont il prélève cette information, et ceci a un impact sur la qualité de votre prévisualisation.

Selon eux:

Quand un contenu est partagé pour la première fois, le crawler de Facebook va laisser de côté la metadonnée de l’URL partagée. Le crawler doit avoir vu une image au moins une fois avant qu’elle puisse être diffusée. Ce qui signifie que la première personne qui partage un contenu ne verra pas d’image liée à ce contenu.

En clair: quand un lien est partagé pour la première fois sur Facebook, Facebook n’a pas encore obtenu toutes les informations dont il a besoin pour générer une prévisualisation. Donc, Facebook ne peut pas créer la prévisualisation de lien que vous attendez jusqu’à ce que quelqu’un partage votre lien un seconde fois.

Heureusement, il existe deux alternatives à cela.

Voici ce que vous devez savoir:

Comment s’assurer que la prévisualisation de vos liens sur Facebook fonctionne du premier coup

La première méthode consiste à ajouter une information complémentaire sur vos tags OG: la hauteur et la largeur de l’image que vous voulez utiliser en prévisualisation.

Quand vous ajoutez og:image:width et og:image:height à vos tags OG, cela donne juste suffisamment d’information à Facebook pour générer la previsualisation que vous souhaitez, même lors du premier partage du lien.

Pas développeur? Pas de problème, il y a une autre alternative.

La seconde méthode pour vous assurer que vos liens sont prévisualisés correctement est d’utiliser le Facebook Sharing Debugger.

Quand vous mettez une URL dans cet outil, il télécharge toute l’information dont Facebook a besoin pour générer cette prévisualisation. Facebook conserve cette info, et quand vous en êtes à partager le lien, ils sont capables de générer la prévisualisation, même lors de votre premier partage.

Voici à quoi cela ressemble.

Un peu plus tôt dans cet article, nous vous avons montré un exemple de publication Facebook qui ne générait pas d’image dans la prévisualisation du lien:

previsualisation lien Facebook

La raison pour laquelle aucun image n’a été générée est que le lien n’avait jamais été partagé sur Facebook jusque là.

Si on le souhaitait, on pourrait aller dans la metadonnée de cette page et on pourrait ajouter les tags og:image:width et og:image:height à nos tags Open Graph.

L’alternative plus simple, cependant, est de coller l’URL de cette page dans le Facebook Sharing Debugger. Et lorsqu’on fait cela, Facebook nous montre la prévisualisation du lien tels qu’ils sont maintenant capable de la générer:

Facebook Sharing Debugger

Et lorsque l’on essaie à nouveau de partager cette URL sur Facebook, on peut voir qu’ils sont maintenant capables de générer une prévisualisation comprenant une image:

Prévisulisation debuggée

Ta-daa!

Donc bada-bing, bada-boom, nous avons maintenant une étape supplémentaire dans notre workflow de partage social.

Maintenant, à chaque fois que nous partageons un nouvel article, nous passons l’URL dans le Sharing Debugger de Facebook dès qu’elle est publiée, et nous savons que le lien sera prévisualisé correctement dès que quiconque (nous compris!) le partage sur Facebook.

Et si cela signifie moins de fausses informations et fausses prévisualisations dans nos Fils d’Actualité, c’est une manip supplémentaire qu’on est contentes de faire.

Maintenant, imaginons que vous avez mis votre lien dans le Sharing Debugger, mais que la prévisualisation ne ressemble pas à ce que vous souhaiteriez.

Il y a une manière de corriger cela aussi!

Personnaliser la prévisualisation de vos liens avec des plugins

Si vous voulez personnaliser les différents éléments de la prévisualisation de vos liens, comme l’image ou la meta description, vous pouvez le faire en corrigeant vos tags OG.

Si l’idée de plonger la tête la première dans les métadonnées de votre site vous donne la nausée, nous allons être très claires avec vous:

Vous n’avez PAS besoin de savoir coder pour personnaliser la prévisualisation de vos liens.

Vous avez juste besoin du bon plugin!

Ajouter une plugin à votre site WordPress rend cette personnalisation super facile. Chez RDE Marketing, par exemple, nous utilisons le plugin Yoast SEO. Il vous donne même une petite prévisualisation de ce à quoi votre texte va ressembler!

Yoast SEO

Vraiment… tellement plus simple que d’aller fouiller dans la metadonnée.

Et pour que les images apparaissent dans vos prévisualisations de liens, WordPress vous donne l’option de les ajouter comme Image Mise en Avant dans votre article. Celle que vous choisissez est celle que Facebook utilisera dans la prévisualisation de votre lien!

Attention: l’Image Mise en Avant peut apparaitre à des endroits divers en fonction du template que vous utilisez pour votre site. Par exemple, quand Audrey choisi une Image Mise en Avant, celle-ci apparait en haut de son article. Voici l’article que nous avons utilisé comme exemple si vous voulez vous rendre compte par vous-même!

Rester à jour des changements sur Facebook

Voilà, une explication tout ce qu’il y a de plus simples des meta tags Open Graph, et de pourquoi ils sont aussi importants.

Est-ce un peu moins pratique de les modifier qu’avant les changements 2017/18 de Facebook?

Ben oui.

Mais il est toujours relativement simple de mettre Facebook dans la direction de ce que l’on veut, qu’on ait un savoir-faire technique ou pas. Alors, à vous d’adapter votre workflow en conséquence!

Que faire une fois son webinar terminé?

Que faire une fois son webinar terminé?

Vous savez déjà qu’un webinar est un excellent moyens de communiquer sur votre business, de parler à votre audience, et même de promouvoir votre prochain produit ou service pendant que vous êtes en live avec vos participants.

Et si vous ne le saviez pas, eh bien, maintenant, vous savez!

Donc, imaginons que vous venez de terminer un webinar.

Vous avez suivi tous les conseils pour attirer une audience. Votre préparation a payé, la conversation était facile, les participants ont tous adoré. Wow. Vous êtes bon.

Pourtant, n’allez pas de tout de suite vous installer, doigts de pieds en éventail!

webinar-there-is-more

Tirer le meilleur parti de votre webinar signifie souvent un petit effort supplémentaire après avoir éteint la webcam.

Mais par où commencer?

Comment capitaliser sur un webinar une fois qu’il est terminé?

Regardez votre enregistrement

Selon l’outil que vous avez utilisé pour héberger votre webinar, votre vidéo et votre chat seront peut-être automatiquement sauvegardés sur leur plateforme.

Jetez-y un oeil pour vous assurer que tout a été enregistré sans soucis, parce que ceci va se montrer très pratique. Idéalement, vous avez testé ça avant votre webinar, mais, on ne sait jamais.

Si possible, voyez ce que vous pouvez télécharger pour sauvegarder sur votre propre ordinateur ou dossier cloud immédiatement, juste pour l’avoir sous la main. Comme ça, vous pourrez ré-utiliser plus tard des parties de la vidéo, de la bande-son, ou même les transcript du chat. J’y reviens dans une seconde!

Envoyez le replay par email

La majorité des gens qui se sont inscrits pour votre webinar n’assisteront pas à sa diffusion live.

C’est une source de déception pour de nombreux débutants dans l’exercice, mais c’est comme ça, faute à cette histoire d’audience mondiale. Des fuseaux horaires différents, des agendas différents, et puis, soyons honnêtes, les gens ont souvent autre chose à faire!

Ceci étant dit, assurez-vous d’envoyer un lien vers le replay dès que possible après la diffusion live. Certains outils de webinar vous donnent le lien en avance, vous pouvez ainsi l’utiliser pour écrire et programmer votre email avant même votre webinar. Cela vous permettra d’accélérer vers la partie concernant les doigts de pieds en éventail.

Organisez un after

Comme le disais un sage organisateur de webinar: “Il n’y a pas de fête comme une after, parce que l’after ne se termine jamais.”

Ou un truc dans le genre.

Et même si votre after se terminera vraiment à un moment ou à un autre, c’est une excellente manière de profiter du momentum que vous avez construit autour de votre webinar! Lancez un Facebook Live stream informel ou continuez la conversation en utilisant le hashtag de votre webinar dans un chat sur Twitter.

Utilisez ce temps là pour répondre aux questions complémentaires, remercier tous ceux qui étaient présents en live, mentionner tous les bonus et autres offres que vous avez faites pendant le webinar, et promouvoir le replay dont nous venons de parler!

Envoyez une séquence d’emails de suivi

Vous avez une offre dont vous pensez qu’elle intéressera votre audience? Dites-leur!

Les gens qui se sont inscrits à votre webinar sont une audience active et engagée par ce que vous faites. C’est pour cela qu’ils se sont inscrits!

Sachant cela, n’ayez pas peur de leur faire une offre en remerciement de s’être inscrit. Un essai gratuit peut-être, un téléchargement, un mini-cours…

Préparez une courte séquence d’emails à envoyer à vos participants en incluant votre offre et lancez-la quelques temps après avoir envoyé votre replay. Conseil: écrivez les emails d’avance, ce sera toujours ça de fait.

Partagez le replay sur les réseaux sociaux

Si quelqu’un n’était pas au courant de votre webinar avant qu’il soit trop tard pour s’inscrire, cela a probablement déclenché la fameuse FOMO.

Fear Of Missing Out (la peur de manquer quelque chose).

Il est temps d’utiliser les réseaux sociaux pour partager le replay et capturer leur intérêt, pour pouvoir leur envoyer cette séquence d’emails dont nous venons de parler!

Donnez aux gens qui n’ont peut-être pas eu le temps de s’inscrire une chance de regarder et boom! Plus de FOMO.

No more FOMO

Réutilisez le contenu de votre webinar sur votre blog (et ailleurs)

Vous avez travaillé dur pour créer tout ce contenu, et vous avez un enregistrement disponible, ne le gâchez pas! Vous pouvez transformer votre support visuel en Slideshare, découper le contenu de l’enregistrement en mini-clips pour utiliser comme vidéo quotidiennes sur Facebook, ou transcrire le contenu pour le transformer en articles de blog.

Et vous pouvez faire la même chose avec votre diffusion Facebook Live!

Enfin, pendant que vous y êtes…

Programmez votre prochain webinar!

Le secret de la perfection, c’est l’entrainement. Et c’est vrai aussi pour les webinars. Même si c’était votre premier et que vous étiez un peu #lahonte, allez-y, programmez votre prochain webinar, sachant que vous vous en sortirez beaucoup mieux!

Pensez juste à un sujet d’abord, c’est un peu important…

Maintenant, prenez le temps de réfléchir aux questions que les participants vous ont posées. Certains des sujets abordés pourraient-ils devenir des webinars à leur tour? Prenez quelques notes sur votre prochain webinar potentiel, ensuite, bloquez du temps dans votre agenda comme ça vous aurez la motivation de vous y mettre!

Alors, comment clôturez-VOUS vos webinars?

Êtes-vous un pro de la chose avec des tas de conseils à partager?

Êtes-vous un débutant sur le sujet et trouvez-vous cet article utile?

Partagez vos avis dans les commentaires ci-dessous!

Photo by Carl Heyerdahl

Podcasts: seraient-ils plus faciles à réaliser que l’on croit?

Podcasts: seraient-ils plus faciles à réaliser que l’on croit?

Si vous vous êtes déjà assis face à votre ordinateur pour écrire un article de blog, et avez regardé le curseur clignoter pour ce qui vous a semblé être une éternité, vous vous demandez peut-être si ce “marketing de contenu” est vraiment à la hauteur de sa réputation.

Mais, avez-vous vraiment besoin d’écrire de choses pour créer du contenu de marque?

Oui, ok… en général vous devez. Quoiqu’il en soit, une dose de rédaction est obligatoire ici et là, alors on vous recommande d’améliorer vos talents de rédacteurs (ou d’embaucher quelqu’un pour vous aider dans ce domaine).

Il y a tout de même une bonne nouvelle! Il existe d’autre manières, sans écriture requise, de créer du contenu pour votre marque, et l’une d’entre-elles ce sont les podcasts.

Maintenant, avant même que vous ne commenciez à objecter que vous n’avez pas le temps de tenir un podcast, ou que c’est trop cher à produire, ou que vous n’avez pas envie de vous plonger dans les 150 000 pages du contrat de droits de iTunes, brisons quelques mythes autour des podcasts.

Vous vous rendrez peut-être compte qu’ils ne sont pas aussi intimidants qu’ils paraissent!

Les podcasts sont chers à produire

Si vous n’avez pas beaucoup de budget, soyez vigilants! L’équipement nécessaire à la production d’un podcast est cher!

On pourrait presque même entendre les sirènes.

Heureusement, ces alertes sont surtout là pour effrayer les foules. Oui, il existe un certain nombre de podcasts qui sont produits de manière très professionnelle, qui utilisent un équipement de grande qualité et qui investissent même dans des musiques personnalisées, mais vous n’avez pas besoin de tout cela pour lancer un podcast.

Répétez après-moi: vous n’avez pas besoin d’être France Culture.

De nombreux podcasts qui marchent très bien sont enregistrés sur une table de cuisine avec une paire d’écouteurs et un programme gratuit (comme QuickTime). Vous pouvez acheter votre musique pour trois francs six sous sur des sites comme Audio Jungle, ou même vous passer complètement de musique.

La réalité: Il y a probablement de nombreux technophiles dans le business du podcast, qui jurent par le matos, mais vous pouvez tout de même enregistrer quelque chose de professionnel sans casser votre tirelire.

Je n’ai pas le temps d’enregistrer de podcast

Certaines personnes gagnent leur vie en “podcastant”, mais ce n’est pas vrai pour la grande majorité d’entre eux. Vous n’avez pas besoin d’en faire votre job à temps plein si vous n’en avez pas envie.

Les podcasts peuvent aussi remplacer d’autres formes de marketing de contenu avec lesquelles vous avez peut-être du mal. Si cela vous prend des semaines pour écrire un simple article de blog, mais que vous êtes plus à l’aise dans une conversation avec un ami ou un client, le podcasting peut peut-être vous faire gagner du temps!

Il y a quelques manières de simplifier votre production pour que cela ne vous prenne pas trop de temps:

  • Enregistrez des épisodes plus courts
  • Ne vous appuyez pas sur des interviews d’invités (cela prend trop de temps à organiser)
  • Embauchez quelqu’un pour monter l’émission pour vous, si vous n’êtes pas capable de tout faire en une seule prise (peu de gens y arrivent)
  • Publiez un épisode tous les quinze jours au lieu d’une fois par semaine… ou quoi que ce soit qui fonctionne avec votre agenda!

La réalité: Ce n’est pas parce que d’autres émissions font les choses d’une certaine manière que vous devez faire pareil. Commencez petit, trouvez votre zone de confort. et souvenez-vous que vous pourrez toujours faire plus à l’avenir.

Communiquer sur son podcast prend du temps

Créer du contenu n’est jamais aussi simple qu’il n’y parait. Parce qu’après avoir créé quelque chose, il faut mettre de l’énergie à communiquer dessus.

Pourtant, communiquer sur quelque chose comme ça n’a pas besoin de vous prendre beaucoup de temps!

En utilisant une outil de programmation comme Hootsuite, par exemple, vous éliminez des tonnes de temps associé à un projet comme celui-là. En copiant les stratégies de grandes marques qui répètent leur contenu plusieurs fois, vous pouvez sérieusement augmenter votre visibilité sans augmenter le temps que vous y passez.

Et il y a d’autre options: utilisez votre newsletter pour envoyer les gens vers votre dernier enregistrement, attirez de nouveaux auditeurs en apparaissant dans d’autres podcasts, ou même en faisant un passage dans des Twitter chats pour les fans de podcasts. Tout cela peut faire la différence.

La réalité: Il y a de nombreux outils à votre disposition pour communiquer rapidement et facilement sur votre podcast. C’est vous qui choisissez le degré de complexité derrière tout ça!

Personne ne va écouter mon podcast

Le nombre d’auditeurs des podcasts augmente chaque année, et a fait un bond de 75% entre 2013 et 2016.

C’est plutôt une bonne nouvelle!

Même si vous n’avez pas une large audience clamant écouter votre nouvelle émission, ne désespérez pas. Les auditeurs de podcasts trouveront votre show via des recherches par catégorie/thème, et par le bouche-à-oreille d’autres auditeurs.

Il y a de nouveaux podcasts qui naissent sans arrêt, et il y a de nouveaux auditeurs sans arrêt aussi! De plus, vous vous souvenez de tout ce dont on vient de parler sur la communication de vos podcasts?

La réalité: Nouveau à l’enregistrement? De nombreuses personnes sont nouvelles à l’écoute. Ce truc ne fait que grandir!

Je n’ai pas une voix de radio

Peu de gens aiment le son de leur voix.

Peu importe!

Tout d’abord, il y a une raison tout à fait scientifique à ce phénomène. L’enregistrement de votre voix est souvent différent de ce à quoi vous vous attendez, et, pour la plupart des gens, c’est désorientant et inconfortable. Donc, félicitations, vous n’avez pas vraiment une voix bizarre.

De plus, de nombreux podcasts s’appuient justement sur une voix unique: Howard Stern, Ira Glass, et Alix Spiegel pour n’en citer que quelques uns. Ils ont tous des voix très différentes, mais ils ont tous une une chose en commun: une passion pour leur sujet de prédilection et une véritable connection avec leurs auditeurs.

Votre voix, unique ou pas, est exactement ce dont votre podcast a besoin! Et peut même être un véritable avantage. Votre émission sortira du lot immédiatement et tant que vous êtes passionné par votre contenu, cela se ressentira sur le long terme.

La réalité: De nombreuses personnes ne sont pas à l’aise avec leur propre voix, mais cela ne veut pas dire qu’elle ne doivent pas prendre l’antenne.

Alors, qu’est-ce qui vous retient?

Nous venons de briser cinq des plus grandes raisons pour lesquelles les personnes qui aiment l’idée d’un podcast ne sautent jamais le pas. Mais on veut aussi vous entendre!

Enregistrer votre propre podcast vous rend nerveux?

Ou êtes-vous un habitué de la chose et avez des conseils à partager?

Exprimez-vous dans les commentaires ci-dessous!

Conseils pour transformer vos réseaux sociaux en une véritable machine à RP

Les réseaux sociaux n’ont pas fait que modifier la manière dont on pense notre marketing. Ils ont aussi révolutionné le monde des RP (relations presse / relations publiques).

Le temps où les campagnes de RP nécessitaient des tonnes de communiqués de presse et la présence à des événements corporates est révolu. Et cela signifie que les RP sont beaucoup plus facile à prendre en charge soi-même!

Après tout, les réseaux sociaux ont radicalement modifié comment, quand, où et avec qui l’on communique. Alors, comment pouvez-vous utiliser les réseaux sociaux pour mettre un coup de boost à vos efforts en terme de RP?

Commençons avec le coeur des RP: les gens.

Vos clients passent en premier

Par le passé, quand un consommateur avait un problème avec une marque, les conséquences étaient typiquement du genre télégramme ou lettre manuscrite. Peut-être avec la menace d’exposer la faute à une audience grande comme sa paroisse locale.

C’est un peu différent aujourd’hui.

Avec Twitter et Facebook, est né le public shaming… et il peut avoir des conséquences désastreuses s’il est mal pris en mains.

Mauvais exemple de RP

C’est certain, parfois les choses se passent mal et les gens sont mécontents. Même les entreprises les plus tournées vers leurs clients ont des soucis de temps en temps.

Mais adresser le service conso d’une manière amicale et personnalisée, avec rapidité, tact et clarté peut faire toute la différence.

Cela signifie confronter les problèmes au lieu de les ignorer. Parce qu’avec les réseaux sociaux, ignorer un problème peut l’amplifier.

Cependant, cela ne veut pas dire que les réseaux sociaux ne devraient être réservés qu’au management du service-client et de l’e-réputation.

Vos profils sociaux doivent aussi être utilisés pour engager, construire et entretenir de véritables relations avec vos consommateurs.

Parce que, soyons clairs, si vous les traitez bien, vous pouvez en faire votre meilleurs ambassadeurs de marque!

Prenez par exemple l’adolescent Carter Wilkerson, aux Etats-Unis, plus connu sous le surnom de Chicken Nugget kid.

Quand il a envoyé un tweet à la chaîne de restauration rapide Wendy’s pour demander de combien de re-tweets il avait besoin pour voir des chicken nuggets gratuitement pendant un an, Wendy’s a répondu.

De même qu’Internet.

L’affaire a explosé, les internautes se ralliant autour du hashtag #NuggsforCarter, au point d’en faire un record mondial.

Au bout du compte, Carter a eu ses nuggets, et Wendy’s a gagné une belle campagne de RP en saisissant au vol, cette opportunité inattendue.

Mais quelle autre type de relations devriez-vous entretenir avec les réseaux sociaux?

N’oubliez pas les influenceurs

L’objectif principal des RP est de mettre votre information entre les mains des personnes que ça intéresse.

Vous devriez déjà faire cela tout seul en partageant régulièrement des nouvelles, des articles concernant votre secteur d’activité et tout le contenu de valeur auquel vous pouvez penser. Mais obtenir de l’aide de publications sérieuses et d’influenceurs peut mettre un peu de fuel dans votre fusée.

Ce qui se traduira en une nouvelles audience qui n’aurait peut-être jamais entendu parler de vous sans ça.

Alors, comment se fait-on ami-ami avec la presse et les influenceurs en utilisant les réseaux sociaux?

Eh bien, on n’oublie pas d’entretenir ses relations pour ne pas perdre son momentum. Si vous vous efforcez d’attérir sur le radar de certaines personnes de la presse ou d’influenceurs, voici quelques règles de base:

  • Listez vos cibles: Faites une liste des contacts presse et des gens importants de votre secteur d’activité qui pourraient parler de votre entreprise. Concentrez vos efforts à faire attention à ce dont ces personnes parlent vraiment sur le sujet qui vous intéresse.
  • Préparez le terrain: Partagez, likes, @-mentionnnez, et commentez sur les publications de vos cibles. Sans donner l’impression d’être complètement obsédé tout de même. La clé pour obtenir leur attention et leur confiance est d’avoir des conversations authentiques et qui ont du sens.
  • Mettez-vous au service d’autrui: Répondez aux questions et fournissez des informations intéressantes et utiles. Devenez une source de confiance. De temps en temps, les reporters tweetent des demandes d’information, alors assurez-vous d’être là pour donner un coup de main, même s’il s’agit de les mettre en contact avec quelqu’un d’autre dans votre réseau.
  • Aidez-les à vous aider: Pitchez vos idées d’article aux journalistes d’une manière qui va les attirer et leur rendre la vie plus facile. Si vous recrutez des influenceurs sur les réseaux sociaux pour faire la promotion de vos produits ou services, assurez-vous qu’ils soient de vrais fans pour que leur discours ne fasse pas faux.

Acceptez les compliments, et utilisez-les

Quand les journalistes, influenceurs, et vos clients disent du bien de votre marque, de vos produits ou services, leurs mots ont beaucoup plus de poids que les votre.

C’est pourquoi, vous avez probablement quelques témoignages solides, placés stratégiquement sur votre site web, non?

Et si ce n’est pas le cas, vous pouvez apprendre comment faire ici!

Quand d’autres personnes encensent votre entreprise, vos produits ou vos services, partagez cette couverture avec vos abonnés.

Quand les journalistes écrivent un article expliquant comment votre entreprise répond à un besoin précis de votre secteur d’activité, prenez ce compliment et partagez-le. Soyez en fiers!

Vous avez automatisé la distribution de votre contenu, correct? Quand vous faites ça, vous pouvez continuer y diffuser ce feedback positifs à intervalles réguliers, en intégrant votre couverture presse et les témoignages de particuliers au contenu que vous partagez déjà.

Assurez-vous que vous équilibriez les publications promotionnelles et le contenu informatif comme les articles d’éducation, les études de cas et autres infographies. Le matériel promotionnel de doit pas dépasser les 20%, environ, du contenu que vous diffusez. Alors, faites quelque chose de beau avec ces 20%.

Publiez du contenu adapté aux réseaux sociaux

Tout d’abord, incluez des boutons de partage sur votre contenu. Si vous facilitez la tâche de vos lecteurs quand il s’agit de partager votre contenu, il y a plus de chances qu’ils le fassent.

Plus vous obtenez de partages, plus vous obtenez de couverture organique, et plus vous serez en face de votre audience. Dont d’autres leaders de votre secteur d’activité qui seront enclins à partager votre contenu avec leurs audiences!

Essayez de créer et de partager un contenu qui va intéresser des lecteurs issus de sources différentes, et des personnes qui travaillent pour les médias importants dans votre industrie, en plus de vos propres fans.

Il y a des tonnes de manières de faire, mais voici quelques idées:

  • Racontez une histoire: Présentez votre information comme une histoire et les gens s’en souviendront. On adore les études de cas (ou histoires de cas) qui intègre des données quantitative dans une anecdote claire et concise.
  • Jouez sur tous les sens: Infographies, vidéos, visuels, GIFs, tableaux, et images originales sont faciles à digérer et fun à partager. Si vous avez besoin de plus d’idées, allez voir cet article sur comment recycler du contenu.
  • Soyez ponctuels: Donnez des opinions, des commentaires, et une information de valeur sur des sujets d’actualité. Quand une nouveauté arrive dans votre secteur d’activité, utilisez les réseaux sociaux pour vous injecter dans la conversation et avoir un impact immédiat. Conseil: c’est beaucoup plus simple de rester à jour de l’actualité quand votre contenu habituel est publié automatiquement.
  • #UtilisezCesHashtags: Pour que votre contenu soit partagé ou cité, les gens ont besoin de le trouver. Développez votre audience en incorporant des hashtag spécifiques et pertinents. Avez-vous déjà essayé de suivre un Twitter chat?
  • Créez des pépites: Partagez de petits bouts de statistiques tweetables, les résultats d’une enquête que vous avez menée, des citations qui nourrissent l’âme et l’imagination, des informations exclusives et des pensées profondes qui peuvent être facilement citées ou référencées par des sources externes. En plus, tout ces backlinks feront la joie de votre référencement naturel!

Souvenez-vous qu’avant que les gens vous citent, ils ont besoin de vous faire confiance. On vous dit comment construire cette confiance ici.

Tout bon? Alors attachez vos ceintures! Il est temps de mettre un petit peu de piment social dans le plus vieil outil de boite: le communiqué de presse.

Redéfinissons le communiqué de presse

Envoyez vous des communiqués de presse et des alertes média, à l’aveugle, en croisant les doigts pour obtenir une réponse et une réelle couverture médiatique?

Possible qu’il y ait une meilleure stratégie.

Utilisez les réseaux sociaux pour faire du teasing et soutenir votre annonce d’une manière créative en ajoutant une dimension visuelle et sociale à chaque histoire.

Avant que votre communiqué officielle de soit envoyé, créez l’attente auprès de vos fans existants.

Imaginions que vous lanciez un nouveau produit. Faites du teasing sur le lancement à venir pendant vos diffusion live sur Facebook, montrez des détails sur l’envers du décors dans vos stories Instagram, ou tweetez des codes d’accès pour un événement d’avant-vente.

Viens ensuite le moment de l’annonce, sortez le grand jeu!

Publiez des vidéos d’annonce, des articles de blog avec des liens click-to-Tweet, des tableaux explicatifs, des infographies, des cérémonies de lancement et autres.

Construire la notoriété et le buzz ne commence pas avec un communiqué de presse. Utilisez les réseaux sociaux pour démarrer cette conversation vous-même!

Soyez créatifs avec le format de votre communiqué de presse, et les gens le remarqueront.

À votre tour! Comment intégrez-vous les réseaux sociaux dans vos efforts RP?

Vous assurez-vous que vous clients sachent qu’il passent TOUJOURS en premier?

Comment utilisez-vous les réseaux sociaux pour connecter avec les médias et les influenceurs?

Vous connaissez des entreprises qui ont des campagnes de RP que vous trouvez particulièrement réussies?

Partagez dans les commentaires ci-dessous!