Sélectionner une page

À votre avis, quelles sont les sources de revenus d’un auteur? Les royalties sur la vente de livre? Peut-être, si on s’appelle Marc Levy ou J.K. Rowling. Mais a-t-on vraiment besoin de vendre des millions de copies pour « vivre de son oeuvre »? Et la vente de livres est-elle la seule source de revenus possible pour un auteur?

Comme vous le savez, je suis partie cet été au WDS 2017, un événement qui regroupait une série de speakers autour des thèmes: aventure, service et communauté.

L’aventure qui me tente depuis bien longtemps (après le saut en parachute – check – et la visite de la Patagonie – check aussi -) c’est l’écriture. La bonne nouvelle, c’est qu’à Portland, OR, cet été, j’ai pu faire le plein d’information sur l’aventure de l’écriture, et, entre autre, comment un auteur envisage-t-il ses revenus.

Rassurez-vous, je ne suis pas prête à fermer RDE Marketing pour aller m’enfermer dans un grenier et écrire le quatrième tome du Seigneur des Anneaux. Par contre, il y a des choses à prendre dans ce que j’ai entendu en Juillet. Alors, je partage!

Comment, l’auteur, Joe Bunting gagne-t-il sa vie?

Joe Bunting est un coach d’écriture et l’auteur de plusieurs ouvrages. Son blog The Write Practice dispense de nombreux conseils pour tous les écrivains-wanabee: techniques d’écriture, exercices de créativité, idées pratiques pour se faire publier… Ce site est une mine d’or.

Si ma mémoire est correcte, Joe Bunting a totalisé un revenu de $220,000 en 2016 (vous pourrez refaire le calcul à la fin de l’article, je n’ai jamais ośé prétendre savoir compter). Pas mal, non? J’en connais quelques uns qui s’en satisferaient largement.

Tout ça juste sur des royalties?

Pas vraiment. Joe a comptabilisé pour nous 10 sources de revenus différentes allant de $300 à $41,350… Et le plus intéressant, c’est que les « gros sous » ne sont pas toujours là où l’on s’y attend. Curieux du détail? Le voici!

#10: Articles pour des journaux / magazines. $300.
#9: Publication d’un magazine littéraire. $1,020.
#8: Publicité (sur son site web). $1,130.
#7: Affiliation (toujours via son site). $11,680.
#6: Projets freelance / nègre. $25,000.
#5: Royalties et vente de ses propres livres. $28,370
#4: Cours en ligne. $31,390.
#3: Animation d’une communauté virtuelle. $34,780.
#2: Application de marketing de livres. $36,000.
#1: Organisation de concours d’écriture. $41,350.

Alors, qu’est-ce qu’on retient de cette démonstration?

Tout d’abord, si on fait un ratio au temps passé (et, une fois encore, je suis bonne en lettres, pas en maths, donc restons dans l’approximation), les sources de revenu passives font partie de celles qui rapportent le plus: cours en ligne, appli, royalties… Moins de travail au quotidien et plus d’espèces sonnantes et trébuchantes dans la tirelire. Ça vaut peut-être la peine de s’y pencher deux secondes.

En comparaison, le ou les articles qui lui ont probablement demandé plusieurs heures de travail pour $300… ça fait moins rêver.

L’autre chose qui me saute aux yeux, c’est la variété des sources de revenus. Certes, elles touchent toutes de près ou de loin à l’écriture… mais Joe ne se contente pas de faire une chose. Il multiplie les opportunités de monétiser ce qu’il aime faire. D’ailleurs, il nous parlait aussi de conférences, ou d’enseignement… d’autres options qu’il explore cette année.

Enfin, vous voyez le nombre de sources de revenus qui sont liées à une présence en ligne optimisée? Son site web lui a rapporté près de $79,000 (ok, j’ai sorti ma calculette). Et c’est sans compter le concours d’écriture pour lequel je n’ai pas de détails mais qui, malgré tout, se passe probablement en ligne.

À vous de jouer maintenant… Si vous regardez vos revenus de 2016, en combien de catégories pourriez-vous les répartir? Y-a-t-il d’autres choses liées ou non à votre métier principal que vous pourriez imaginer pour compléter tout cela? N’hésitez pas à partager vos idées ou vos questions dans les commentaires!